Dernières pages mises à jour


Violences conjugales : un coup de fil contre les coups
Un parcours simplifié et sécurisé pour les femmes
Encourager les femmes à appeler à l’aide
Un QR code pour aider les femmes battues


Visites
 -
Les Villes, Châteaux, villas et sites visités  - Utile

Expositions - Expos POMMERY

Le STO (1943-1945)

Ambiance tendue au tribunal dans l’affaire Vincent Lambert 
Les dates qui vont compter
Reims accueillera la Coupe du monde féminine en 2019

La voiture du futur ! - Le Luchrone de 1989 

 28/01-04/02/2019

Le bus gratuit gagne du terrain
Un laser pour y voir clair 

Le Monte Carlo part de la cathédrale

Des pilotes atypiques engagés dans le rallye Monte-Carlo historique

Le futur musée des Beaux-arts a inspiré 130 équipes d’architectes 

Le sondage secret qui ravit la mairie

21-27/01/2019

Roland MAGDANE - « Ma vie aura été un très beau sketch »
Mathieu MADENIAN - « DRUCKER a lancé ma petite carrière »

Jouer avec l’art contemporain
Un accord à 500 000 € pour solder Saint-André

Levothyrox : la mobilisation des médecins fait défaut

Les doléances de 1789 à Reims ont un petit côté gilets jaunes

Les premières maisons 3D se dessinent

Déchets, tri... les habitants   du Grand Reims sont de bons élèves
 
Ce qu’ils pensent de leur ville
L’Antarctique fond et nous alerte

Les bus vont carburer au gaz

Les  géants du web bientôt taxés en France

Huawei, le colosse chinois à l'appétit féroce qui inquiète les Etats-Unis  

14-20/01/2019

Roselyne BACHELOT  -  Il y a un terreau de misogynie et de sexisme dans notre pays

Nouvelles règles environnementales obligent.
Grands travaux à venir sur la RD 951

Vers un nouveau record pour le tourisme
 
La polyclinique de Reims-Bezannes doit faire face à d’importantes difficultés financières

Les formations à portée de clic

Lla France se prépare un brexit dur
=
Sanofi refuse d’indemniser les victimes de la Dépakine

Le chantier des promenades a pris   du retard

Un produit contenant du glyphosate interdit

Préserver les côtes est une urgence

Dernière éclipse lunaire totale avant 2022

Pour vivre la coupe du monde de l’intérieur

Le CHU en bonne santé financière

La pierre de taille revient sur le devant de la scène dans ses habits écolos

Un crédit d’impôt versé à neuf millions de Français

Une grosse arnaque circule sur WhatsApp
 
CONSULTATIONS « A DISTANCE » DE PLUS EN PLUS CONCRET

Concertation lancée autour du tri postal

Le plan sécurité   du Grand Reims

Le parking du Boulingrin sera payant

ls sont tombés dans le panneau

07-13/01/2019

ARTUSJe suis plus un comédien qu’un humoriste

La belle histoire du Cirque éducatif 
Un cirque  aut en couleur
Les composteurs partagés pris d’assaut

Une IMMERSION DANS LE MO
NDE DE LA MAGIE
La porte de Mars  libérée de sa cage

Une moto sedanaise est tellement plus smart

L’homéopathie sur la défensive

Les réalités calculées du réchauffement

Méthanisation, ils ne lâchent rien 

Pour ses 30 ans,le rallye s’offre le parvis 

Les dates qui vont compter

Les Docks rémois, site remarquable

31/12-2018-06/01-2019

Arturo BRACHETTI : « Le sexe maintient jeune et le chocolat console »

Mais où sont passés les oiseaux
Le castor a-t-il laissé ses empreintes en Argonne

Le grand chantier  de l’avenue de Champagne
On va vous en parler cette année !
Une sonde sur la face cachée de la Lune

Une station sismologique en construction à Ville-en-Selve
Les gros chantiers  du gouvernement en 2019

Les centrales  à charbon en sursis 
Ce qui change au 1er janvier 2019
Un clip planant autour de la cathédrale

Au marché de Rungis, un panier sous le bras

24/30/12-2018

Olivier de BENOIST : La maturité, c’est le début de la fin

L’autre caverne du Chemin des Dames
L’euro, un colosse handicapé par ses fragilités originelles

L’ordinateur quantique révolutionne le petit monde del'informatique

Reims perd près de mille habitants  en un an

Les villes de notre région peinent  à gagner des habitants

Le rendez-vous préparatoire à la retraite

Prélèvement à la source, le zoom

Le Japon reprend la chasse commerciale des baleines

60 % des radars automatiques vandalisés
Radars souffre-douleurs
 
La maison du projet, immersion dans le futur
Le Moulin à Couleurs d’Écordal, un savoir-faire à l’épreuve de la modernité

La Boîte à piles a de l’énergie  à revendre, mais pas que…

Les chasseurs sensibilisés   à la peste porcine

Suées en Arctique et algues toxiques

Les découvertes foisonnent   à la faculté de sciences

Pourquoi décore-t-on un sapin pour Noël

Un prix de l’eau à la baisse, mais des tarifs encore très disparates

17-23/12-2018
Jean-Marie BIGARD -  Il ne jouera plus seul
Julie ANDRIEUX - Un numéro exceptionnel à Chambord
ANDBALL CHAMPIONNAT D’EUROPE FÉMININ  - Elles le tiennent enfin

Le vieux bus reprend du service
Une année record pour la police judiciaire

Comment nos villes jumelles fêtent Noël

Les fouilles archéologiques s’achèvent, le chantier de la résidence démarre

La pollution

La Porte de Paris de 1776 à 1914, des bords de Vesle aux abattoirs

Au pays des ronds-points

Pompiers : une cible dans le dos

Les diffuseurs d’autoroute font réagir

Vatry relié à Madrid et au monde en avril

Un changement climatique anxiogène

Les taxis dans le viseur 
Retour sur terre pour les drones
Les hôtels particuliers se dévoilent dans le cadre d’un grand inventaire
Le Grand Reims n’oublie pas la campagne
La bretelle  de Bezannes  à Epernay  ouvre jeudi 
Une journée pour tout savoir sur l’ostéoporose

10-16/12-2018

Barbara HENDRICKS -  Je me sens bien acceuillie en France

La porte de Mars redevient visible
Investissements notables chez Cristanol

Des montres connectées pour vous protéger

Un nouveau parvis pour la Comédie

Le budget qui valait trois milliards

Du Vélodrome  au stade Delaune

Près de 2,5 millions de spectateurs  en dix ans de fréquentation

4 millions d’euros pour rénover le palais de justice

Une brigade pour veiller sur les aires de jeux

Reims une nouvelle fois distinguée pour sa gestion 
Des touches de verdure au cœur de la cité 
La statue de Kopa sera révélée demain, dix ans après la réouverture de Delaune
Malade cardiaque, il s’estime mal soigné   et veut faire valoir ses droits 

Rénovations tous azimut

Le projet de pôle logistique  avance bien 

SFR, l’opérateur le moins bien noté

Les océans souffrent du réhauffement 

La 2 e génération prête pour l’usine

L’art fait son entrée dans le parc d’activité de Bezannes

72 postes en moins  à boehringer

Et si vous fabriquiez votre bière ?

La maison médicale de garde va déménager

Louer une voiture à 1 euro

Technicien fibre optique, le haut débit fait exploser les recrutement
Mesdames, vous êtes servies ! 

03-09/12-2018

Chantal LADESOU : J’ai un physique qui plaît à la gent masculine
Sylvie
VARTAN : J’ai voulu rendre hommage à Johnny

La grande rue de la place d’Erlon,  des chiffres qui donnent le tournis
Derrière Huawei, la peur de l’espionnage chinois

Les forains ont signé le protocole d’accord

Un planisphère de gobelets en plastique

Des voitures électriques pour les petits patients

La seconde main  a la cote

Fin des blocages des forains
Ce que veulent les forains
 
Ces océans lointains  qui ne sont pas si accueillants que cela

Où se préparent 8 000 repas quotidiens   pour les écoliers

L'Asisette Champenoise -  
Parmi les meilleurs restaurants du monde
Le CHU développe des services en ligne

Les pelleteuses font place nette autour du sernam

La Porte  de Mars  va bientôt  se dévoiler

Répertoire 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 


Un QR code pour aider les femmes battues


Le QR code est accessible sur le diffférents supports de communication , de sensibilisation aux violences faites aux femmes

La préfecture de l’Aisne a mis en place un outil très facile à utiliser pour les femmes victimes de violences conjugales. Il s’agit d’un QR code (à lire à l’aide d’une application téléchargeable), qui donne accès à une foule de renseignements pratiques aux femmes qui en auraient besoin. Sur cette carte interactive, on peut trouver en un clin d’œil, grâce à Google Maps, la localisation des services sur l’ensemble du département à l’aide de pictogrammes : l’accueil de jour, l’aide juridique, l’aide psychologique, police-gendarmerie, associations d’aide aux victimes, etc. On y trouve les adresses, les coordonnées et le plus souvent les horaires. Il suffit de zoomer sur sa ville en street view pour se repérer facilement, même si on ne sait pas lire le français, ou lire tout court. Ce procédé a un autre avantage de taille : il est discret. Il n’est pas rare que les femmes victimes de violences conjugales soient surveillées par leur conjoint ou mari. « Quand elles ont besoin d’informations, elles se servent de leur téléphone. Il suffit d’effacer l’historique ensuite » , précise Samir Guerfali, chef de service chez Coallia, l’association qui gère, entre autres, l’accueil des femmes battues à Soissons. Il existe en tout cinq réseaux dans l’Aisne. Ce QR code a aussi l’ambition d’harmoniser leurs pratiques. Autre avantage : cela permet d’actualiser les informations en temps réel et directement sur tous les supports de communication. Ce peut être une modification d’horaires pour une permanence, une fermeture exceptionnelle… Un outil très intéressant pour les victimes mais aussi pour les organismes et associations qui auraient besoin d’échanger des informations sur un autre service. C’est le délégué au droit des femmes dans le département qui pilote ce projet en lien avec les responsables des réseaux d’accueil des victimes. Il existe dans l’ensemble du département des accueils de jour, mais aussi des hébergements d’urgence. Il en existe à Soissons, ce sont des places dédiées, où les femmes qui sont parvenues à quitter le domicile peuvent bénéficier d’un accompagnement psychologique mais aussi matériel pour repartir dans leur vie. Le QR code a été intégré à tous les supports de communication de sensibilisation disponibles dans les commissariats, gendarmerie, mairies, hôpital, etc., depuis le printemps dernier. Impossible de savoir pour l’instant s’il a pu être utilisé. Il est encore peu connu.

Isabelle BERNARD

Extrait de l'union du 06/12/2018

 


Encourager les femmes à appeler à l’aide

 À partir de demain, une campagne mettra en lumière  la ligne 3919, dédiée aux femmes victimes de violences


À l’autre bout du fil, la Fédération nationale solidarité femmes.Archives AFP

« Nous avons voulu expliquer que les femmes qui appellent cette ligne peuvent trouver des réponses, qu’un parcours peut être mis en place pour leur venir en aide concrètement » , explique Françoise Brié, la présidente de la Fédération nationale solidarité femmes.

Dans un spot réalisé pour l’occasion, on suit le parcours d’Alice, 38 ans, victime de coups et d’insultes de la part de son conjoint, et qui se décide à composer le 3919 pour appeler à l’aide.

« J’ai peur, mais j’ai choisi de m’en sortir pour mes enfants. Il n’a pas le droit de démolir nos vies, rien ne m’arrêtera cette fois » , affirme Alice, que la caméra suit lors de son dépôt de plainte, à son arrivée dans un centre d’hébergement, puis six mois plus tard lors de son départ vers une « vie normale » , dans un nouveau logement. « Même les mauvaises histoires peuvent bien finir » , conclut le spot, qui sera également décliné dans une version radio et diffusé sur les réseaux sociaux.

Opérationnelle depuis vingt-six ans, la ligne 3919, service d’écoute national anonyme et gratuit pour les femmes victimes de violences conjugales, prend en charge plus de 50 000 appels par an. Un chiffre en train d’exploser depuis la déferlante de témoignages #Metoo, commencée il y a tout juste un an. En octobre, novembre et décembre 2017, le numéro a reçu plus de 1000 appels supplémentaires par mois, soit plus de 30 par jour. « Pour 2018, les chiffres du premier semestre montrent déjà une hausse d’activité de 18 % par rapport au premier trimestre 2017 », selon M me Brié. Et en prévision de la diffusion des spots, « nous avons renforcé nos effectifs, car un afflux d’appels est prévisible » , a-t-elle ajouté. Cette campagne « Solidarités femmes » a obtenu du gouvernement le label « Grande cause nationale 2018 ».

Extrait de l'union du 14/10/2018

 


Un parcours simplifié et sécurisé pour les femmes

Astreintes de nuit et de week-end, navette gratuite, permanences juridiques à l’hôpital… Le parcours des femmes victimes est facilité par l’association Le Mars et ses partenaires.


jUne fois qu’elles franchissent le pas d’aller déposer plainte, les femmes victimes de violences conjugales sont prises par la main jusqu’à l’hôpital.Archives Aurélien Laudy 

Le dispositif de prise en charge des femmes victimes de violences conjugales s’étoffe sur le ressort de la cour d’appel de Reims. « Nous faisons en sorte de mailler leur parcours pour les sortir de la situation dans laquelle elles se trouvent, synthétise Nazha Chtany qui préside Le Mars. Parce que la plainte n’est pas une finalité en soi. » Depuis mai, s’organisent des astreintes au sein de l’association rémoise, effectives chaque jour de la semaine de 20 heures à minuit et chaque week-end de 13 heures à minuit.

« Nous intervenons en situation de crise, quand les femmes victimes de violences conjugales se sentent en danger et ne savent pas où aller, précise la présidente. Nous disposons à cet effet d’un appartement dans lequel les installer, le temps que le dispositif de droit commun prenne le relais. Un sas de décompression dans lequel elles peuvent souffler durant quelques jours. »

Aux astreintes vient se greffer un dispositif de navette gratuite, demandé par le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette. « Nous avons la chance d’avoir un parquet très sensible sur la question », note Nazha Chtany.

« Disposant d’un véhicule notamment financé par la communauté urbaine du Grand Reims, nous sommes désormais en mesure de conduire les femmes victimes de violences conjugales jusqu’à l’unité médico-judiciaire (UMJ) adultes du CHU de Reims après qu’elles ont porté plainte. Ce qu’elles ne faisaient pas automatiquement, et pour diverses raisons, souligne la présidente du Mars, qui cite en exemple leur état fébrile. Nous en perdions beaucoup alors qu’il est important qu’elles puissent produire un certificat médico-légal, faisant état de leurs blessures et de la gravité de ces dernières. »

Parce que les membres du Mars s’emploient à être « des facilitateurs», ils assurent également une permanence au sein de l’UMJ adultes. « Grâce au substitut général, Gwen Keromnès, magistrate déléguée à la politique associative et à l’accès au droit de la cour d’appel », un juriste y officie depuis le mois de juillet, chaque mardi, jeudi et vendredi matin. « À quelque niveau que ce soit, conclut Mme Chtany, l’idée est de capter les femmes victimes de violences, de les informer de leurs droits, de lever mensonges et fantasmes… pour qu’elles sachent ce qu’elles peuvent faire, même si elles ne se sentent pas encore prêtes. »


«
 L’idée est de capter les femmes victimes de violences conjugales pour les informer de leurs droits »
Nazha CHTANY, Pdte du Mars

Dans l’Aisne des fiches signalétiques pour un traitement uniforme 

Nos voisins axonais ne sont pas en reste. Dernière action en date, portée par la déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité, Nadine Lombardi : l’instauration de fiches signalétiques pour les victimes de violences conjugales. « Il y a deux ans, raconte-t-elle, j’avais été surprise de constater que la prise en charge des femmes victimes n’était pas identique en zones police et gendarmerie. Quand une victime passait la porte d’une caserne de gendarmerie, on lui proposait de remplir une fiche signalétique qui était transmise à un intervenant social en gendarmerie (IGS). Ce dernier prenait alors contact avec elle, la questionnant sur sa situation avant de transférer sa fiche au centre d’information sur les droits des femmes et des familles de l’Aisne (CIDFF 02) ou à l’association France Victimes 02. » En somme, beaucoup d’intermédiaires, sans parler de la difficulté de témoigner. « Au commissariat, il n’y avait rien. Main courante et plainte étaient prises, mais aucun accompagnement n’était proposé. J’ai souhaité tout uniformiser. » Des fiches signalétiques ont été établies de concert, renseignant sur la victime, sa situation familiale, l’épisode de violence subi, un proche possible à joindre… « En zone police, elle transite jusqu’à l’association compétente. En zone gendarmerie, elle facilite le travail de l’ISG qui peut se concentrer sur la recherche de données complémentaires avant de se tourner vers l’une des six associations axonaises luttant contre les violences conjugales. »

Une convention relative aux modalités de traitement des fiches signalétiques des victimes a été signée à cet effet le 12 septembre par le préfet de l’Aisne, les procureurs de la République de Laon, Saint-Quentin et Soissons, la directrice départementale de la sécurité publique, la présidente du CDIFF 02 et le président de France Victimes 02.

Sophie BRACQUEMART

Extrait de l'union du 25/09/2018

    

    

  Répertoire