LA CHAPELLE FOUJITA


Notice

Quelques photos de la visite

Sites à visiter

Chapelle 

 


Répertoire 

La Presse

Réouverture de la Chapelle Foujita

Chapelle Foujita : l'insolite qui séduit
Chapelle Foujita : retour à l'heure d'été

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    LA CHAPELLE FOUJITA    

 

En 1964, René Lalou, directeur d'une Maison de Champagne et Léonard Foujita, peintre japonais de l'Ecole de Paris, décidaient de concrétiser, par la construction d'une chapelle, leurs sentiments de reconnaissance pour l'illumination mystique que Foujita avait reçue à la basilique Saint-Remi de Reims, et qui l'avait conduit au baptême, avec René Lalou pour parrain.


Sainte Cécile

Commencée en 1965, la chapelle a été entièrement conçu par Foujita, qui en avait tracé les plans, dessiné les ferronneries, les vitraux et les sculptures. Il surveilla l'exécution et décora l'intérieur.

Foujita avait choisi le style roman à la fois pour accentuer l'impression de recueillement et parce qu'il lui donnait davantage de place pour ses fresques. Abordant à 80 ans, pour la première fois, cette technique si difficile, il eut dès le début «la certitude de son travail et la joie de la découverte perpétuelle de son ouvre». La sincérité totale fut l'idée force qui l'inspira.

Le bâptème du Christ

Notre-Dame des Vendanges

Soucieux de ne pas céder à la mode, il a accentué pour sa chapelle sa tendance au classicisme, tout en conservant ce fond de stylisation qui marqua ses débuts artistiques. Foujita a choisi la fresque qui satisfait son goût de la couleur. C'est une technique de peinture extrêmement ancienne, utilisant un ciment spécial, sur lequel l'artiste doit peindre très vite. La fresque exige une grande sûreté de main, car il n'est pas possible de se corriger, la couleur pénétrant rapidement dans l'enduit. Remarquables par leur fraîcheur, leurs lignes souples, courbes, inspirées par l'art oriental, ces compositions offrent des bleus, des ors, des jaunes et des verts ainsi que des rouges très atténués, proches du brun. Les vitraux sont traités dans les jaunes, verts et bleus et le maître-verrier a retrouvé ce jaune profond des vitraux troyens qui joue si admirablement au soleil.

Extraits de la notice

Tél : 03 26 40 06 96

 CHAPELLE Notre-Dame-de-la-Paix

En 1959, Léonard Foujita (1886-1968), peintre japonais installé à Paris, reçut une illumination mystique à la basilique Saint-Remi de Reims. Converti au catholicisme, il fut baptisé à la cathédrale.

Avec son parrain de baptême, René Lalou, Président du Champagne Mumm, Foujita fit élever en 1965 une chapelle de style roman dont il avait conçu lui-même le plan et toute la décoration : les vitraux réalisés par Charles Marq (atelier des maîtres-verriers rémois Simon-Marq), les ferronneries, les sculptures par Maxime Chiquet et les Frères André, le décor peint à la fresque, technique traditionnelle pour la peinture monumentale que l'artiste abordait pour la première fois à 80 ans.

Du 3 juin au 31 août 1966, le décor fut réalisé aux pinceaux et non à la brosse, rapidement sur un ciment spécial non sec à cause de la technique choisie. Foujita l'exécuta dans un style classique, faisant référence à certains courants de l'art occidental, sans renier pour autant son origine orientale et une tendance à la stylisation qui avai tmarqué ses débuts artistiques. Sur les murs de la nef et sur ceux de la chapelle de droite, les scènes de la vie du Christ ne sont pas disposées de façon chronologique. Foujita s'est représenté à genoux dans la foule massée au pied de la croix, à côté de René Lalou (3ème et 4ème personnages à partir de l'angle droit au-dessus de la porte d'entrée).

Au fond de la nef, trois scènes : en haut, Dieu le Père en Majesté, l'agneau sur ses genoux et entouré des quatre animaux symbolisant les évangélistes ; Sainte Elisabeth (montant de gauche) et la Vierge (montant de droite) ; au fond, Notre-Dame de la Paix bénit et protège deux groupes de femmes et d'enfants. Foujita y a représenté sa femme à genoux (2ème personnage en commençant par la droite).

La porte de la sacristie est divisée en 16 panneaux de bois décorés de scènes de l'Histoire Sainte ou de vies de saints.

- On .accède par des marches à la chapelle consacrée à Notre-Dame des Vendanges, peinte sur le mur de droite devant un paysage où se dressent la cathédrale de Reims et la basilique Saint-Remi. Face à cette scène, les sept péchés capitaux. Les panneaux du vitrail illustrent la Création, la Chute de l'Homme et l'Arche de Noé.

Parmi les autres vitraux, ceux proches de la chapelle de la Cène évoquent les horreurs de la guerre et spécialement celles d'Hiroshima.

La chapelle Notre-Dame de la Paix fut consacrée le 1er octobre 1966.

Marie Kimiyo Foujita née en 1910 à lbaraki (Japon), décédée le 2 avril 2009 dernier à Tokyo, épouse de Léonard Tsuguharu Foujita (1886-1968), a été inhumée à la chapelle fin avril 2009.

    

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Photos J.P Barroux

Visite avec

 

   en

  05-2008  


2008-05_foujita-jpb_503.jpg

2008-05_foujita-jpb_504.jpg

2008-05_foujita-jpb_505.jpg

2008-05_foujita-jpb_506.jpg

2008-05_foujita-jpb_507.jpg

2008-05_foujita-jpb_509.jpg

2008-05_foujita-jpb_510.jpg

2008-05_foujita-jpb_511.jpg

2008-05_foujita-jpb_512.jpg

2008-05_foujita-jpb_513.jpg

2008-05_foujita-jpb_514.jpg

2008-05_foujita-jpb_515.jpg

2008-05_foujita-jpb_516.jpg

2008-05_foujita-jpb_517.jpg

2008-05_foujita-jpb_518.jpg

 

2008-05_foujita-jpb_519.jpg

 

2008-05_foujita-jpb_520.jpg

 

    

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réouverture de la Chapelle Foujita 

Après la période de fermeture hivernale. la chapelle  Notre-Dame de la Paix, mieux connue sous le nom de chapelle Foujita a ouvert ses portes hier.


Les visiteurs ont l'occasion de découvrir un monument unique du patrimoine rémois 


L
es viraux billets les épisodes bibliques


Un intérieur disposant d'une iconographie riche

Si le cinéma faisait un film sur , Léonard Foujita et sa vie dans la cité des sacres, le titre pourrait être « Reims, mon amour •.

C'est à la fois une histoire liée à l'art, à la religion et au mécénat. Le lien du Japonais avec Reims débute en 1959, après sa visite de la basilique Saint-Remi ou une révélation mystique s'opère.


Des origamis en hommage à Foujita

Converti au catholicisme, il fut baptisé à la cathédrale. C'est avec son ami et parrain de baptême, René Lalou qu'il entreprend d'élever en 1965 une chapelle de style roman. Il réalisa lui-même les plans et toute la décoration. Les vitraux furent réalisées par Charles Marq, les ferronneries, et les sculptures furent l'oeuvre de Maxime Chiquet et des frères André. L'édifice achevé en 1966 est situé à coté de la Maison Mumm comme pour souligner le lien de mécénat qui existait entre Lalou et Foujita et plus largement le lien entre l'artiste et Reims. La chapelle devint un lieu de rencontre entre deux cultures. Encore maintenant le partenariat entre le Japon et Reims se perpétue, la société nippone Led Okamura à en effet fournit un nouvel éclairage à la chapelle.

Le public pourra ainsi redécouvrir un style pictural tout à fait particulier mélangeant des influences romanes, byzantines et japonaises.

La préservation des oeuvres étant une préoccupation majeure, le temps de fermeture vise à protéger les peintures des aléas climatiques liés a l'hiver.

Le monument attire de nombreux visiteurs, entre 10 000 et 15.000 personnes durant la période d'ouverture qui se situe entre le 2 mai et le 31 octobre.

En outre, la chapelle peut aussi être privatisée à l'occasion d'un mariage, néanmoins, il faudra tout de même dépenser 1000 euros pour la demi-heure.

Durant la fermeture hivernale, une rampe d'accessibilité à aussi été mise en place à destination des personnes à mobilité réduite.

De notre stagiaire DITWBlAVE

Extrait de l'union du 03/05/2014

    

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Chapelle Foujita : l'insolite qui séduit

Située au 33, rue du Champ-de-Mars, la chapelle Notre-Dame de la Paix, plus connue sous le nom de chapelle Foujita, connaît toujours un beau succès touristique.


Avec Jean-Marie Lecompte (à droite), des visiteurs des Yvelines et de Seine-et-Marne
.

 « Depuis le 2 mai de cette année, elle a été visitée par 3.298 personnes, dont 2.004 Français, 839 Japonais, et 455 de différentes nationalités, des chiffres presque comparables à ceux de 2007 », confie Jean-Marie Lecompte, adjoint du patrimoine aux Beaux-Arts de Reims, qui reçoit et guide les visiteurs.

Inhumé sur le site, le célèbre peintre japonais, décédé en 1968, avait entrepris, après sa conversion au catholicisme et son baptême en la cathédrale de Reims en 1959, d'élever une chapelle dédiée à la Vierge. Le terrain sera offert par son parrain René Lalou, alors président de la maison de champagne Mumm.

Du mois de juin au mois d'août 1966, âgé de 80 ans, l'artiste couvrira les murs de la chapelle de nombreuses fresques inspirées d'épisodes de l'Evangile, dans le style classique des maîtres de la Renaissance italienne, tandis que que le maître-verrier Charles Marq en réalisera les vitraux

Comme nom de baptême, Tsuguji Foujita avait choisi Léonard, en hommage à Léonard de Vinci.                  

Extrait de l'union du 26/07/2008

    

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Chapelle Foujita : retour à l'heure d'été

Pour la chapelle Foujita, le retour du mois de mai marque l'entrée dans les horaires d'été.


La chapelle se visite à nouveau tous les après-midi (sauf le mercredi) et le agreed, en plus. c'est gratuit !

Contrairement à la période hivernale, au 3urs de laquelle ce monument de la rue du Champ-de-Mars n'est accessible qu'au terme d'une procédure un peu lourde (voir par ailleurs), l'accès à la chapelle Foujita redevient beaucoup plus « facile avec les beaux jours : elle est ouverte tous les après-midi de 14 à 18 heures (sauf le mercredi jour de fermeture. et ce qui est intéressant à noter, c'est que le samedi, l'accès est gratuit (de même que le premier dimanche de chaque mois, comme dans les autres musées municipaux).

Les autres jours, l'entrée est facturée 3 euros. Ceci ne s'applique toutefois qu'aux adultes se présentant en individuels ; pour tous les scolaires assimilés en effet (soit depuis la maternelle jusqu'aux études supérieures). l'entrée est gratuite (et pour les groupes de quinze personnes au moins, un tarif réduit de 1,5 euro par personne est pratiqué). Et la gratuité est aussi accordée aux R.Mistes et demandeurs d'emploi. Autre précision intéressante : votre ticket de 3 euros vous permet, pendant un mois, de visiter tous les autres musées municipaux rémois sans rien débourser de plus, soit le musée des Beaux-Arts, Saint-Remi, l'ancien collège des jésuites et le planétarium, et le musée de la Reddition.

A la chapelle Foujita, une fois muni de votre ticket, vous pouvez donc admirer, non seulement l'architecture néo-romane du petit édifice, joliment installé dans le cadre d'un jardin verdoyant, mais aussi, à l'intérieur, les fresques, des scènes religieuses empreintes d' originalité, dues à l' homme par qui la chapelle est arrivée .sous le coup de sa conversion surprise au christianisme à la fin des années 50, le Japonais Léonard Foujita.

Vous pouvez les contempler seul ;  mais si vous désirez rehausser l'intérêt de la visite par les commentaires éclairés d'un guide, vous pouvez en faire la demande préalable a l'office du tourisme (03.26.77.45.15.)0. Ce service est payant mais et fait même sensiblement grimper la facture (voir tarifs plus loin). Mais il est régulièrement sollicité, et notamment de la part des touristes asiatiques : l'office a ainsi recensé plus de 1.800 Japonais demandeurs en 2007. Ce qui semble logique ; ils retrouvent dans cette chapelle rémoise quelque chose de chez eux...

Antoine Pardessus                        

Chapelle Foujita 33 rue du Champ-de-Mars ; ouverte jusqu'au 31 octobre de 14 à 18 heures (sauf le mercredi et 14 juillet),Entrée gratuite le samedi et le premier dimanche du mois.

Tarifs des visites par un guide del'office du tourisme ; de 77 à 11O euros selon le jour et la langue demandée,

Lourde procédure hivernale

Pendant la  période  hivernale, à partir du 1er novembre et jusqu'au 1er Mai la chapelle Foujita est normalement fermée au public ; certes, on peut y accéder, mais au terme d'une procédure un peu lourde ; sur demande préalable, adressée au  musée des Beaux-arts par courrier ou fax, plusieurs jours à l'avance, et sous réserve de la présence de dix personnes minimum

Extrait de l'union du 10/05/2008

    

    

  Répertoire