Musée Le Vergeur

Exposition

   Le REIMS D'AUGER 
 

 

 Sites à visiter

  

 

Aquarelles

 

    

      

  Répertoire  

 

 La Presse

Images inédites pour les amoureux de la ville
Quand les vieilles pierres en cachent d'autres

 

 

 

 

Visité avec

en

12/2007  

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Images inédites pour les amoureux de la ville


L'une de ces images qui sauvent la mémoire de la pierre.

À la suite de l'expo qui a eu lieu de novembre à janvier,1e musée Le Vergeur publie un catalogue des 33 aquarelles d'Auger représentant le Reims d'avant 1914. Un album où il fait bon promener son regard.

Il paraît que la nostalgie a mauvaise presse : qu'il est dépassé, presque malséant d'exprimer avec trop de ferveur son attachement aux vestiges et aux vieilles pierres. Comme c'est curieux ! C'est pourtant ce qui traverse les siècles qui échappe à la mode, qui définit le contraire même de ce qui est démodé, qui approche la fragile éternité de notre éphémère passage sur terre. Et le pouvoir des albums à remonter le temps n'a rien à envier à celui des machines à voyager dans l'avenir.

Aquarelles rescapées

Le catalogue de l'exposition, publié par la Société des Amis du Vieux Reims fait partie de ces précieuses empreintes. Car ces aquarelles, autant que ce dont elles témoignent, sont des miraculées ; commandées par Hugues Krafff le fondateur de l'association, au peintre Eugène Auger quelques années à peine avant que les bombardements de la guerre de 1914 ne réduisent à néant nombre de ces édifices, ces 33 images furent conservées, dès l'origine, au musée de la place du Forum : elles seules sont rescapées des centaines de tableaux détruits dans la maison du peintre occupée pendant la guerre.

« Afin qu'il demeure un objet rare, une pièce de collection, le catalogue ne fut tiré qu'à 700 exemplaires, précise Mme Cottez, la secrétaire de l'association. Depuis 50 sortie le 5 février, la première moitié du stock a déjà trouvé acquéreur. »

 « Un parfum et une âme »

En promenant ses yeux sur ces pages glacées ou la délicatesse des couleurs le dispute à celle des contours, il n'est guère difficile de comprendre pourquoi, « Assorti d'un plan de Reims où chaque planche est numérotée, il propose un véritable parcours de découverte qui part du musée Le Vergeur. » Et l'on comprend mieux, au fil de ces impressions colorées, combien chaque ville, et en particulier la nôtre, si marquée par les destructions de la Première Guerre mondiale notamment, ressemble à l'un de ces palimpsestes, ces antiques parchemins sur les quels les moines ne cessaient d'effacer et de réécrire, faute de place et de nouveaux matériaux, Le centenaire de la SAVR est en outre l'occasion de redécouvrir la richesse des fonds de ce musée si discret, cette demeure médiévale, « qui a conservé, avec ses meubles, un parfum et une âme » selon les mots d'Alain Cottez, son président. Outre ses archives, ouvertes au public et aux chercheurs, dont le fonds initial continue de s'accroître à chaque legs d'une famille désireuse de confier sa mémoire en mains sûres, le musée possède, entre autres merveilles, trois gravures de Dürer d'une valeur inestimable.

Prix de vente ; 25 euros.

 Extrait de l'union du 25/02/2009

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand les vieilles pierres en cachent d'autres

 

Belle ambiance sur la place du marché (l'actuelle place du Forum).

L'exposition de 33 aquarelles d'Eugène Auger au musée Le Vergeur se poursuit jusqu'au 18 janvier. Encore une dizaine de jours pour redécouvrir les splendeurs dévastées par les bombes de 1914.

Sur la place du Forum, le Musée Le Vergeur possède la discrète distinction des véritables gentilshommes. D'un âge vénérable, cette belle bâtisse du XIIIe siècle attire le regard et éveille la curiosité. Pas d'enseigne aguicheuse, à peine signalée par quelques inscriptions fondues dans ses vieilles pierres : il faut la mériter pour la découvrir.

Une fois l'entrée franchie, il y a pourtant beaucoup à voir : l'architecture seule, avec ses boiseries Renaissance et ses murs massifs, fait ressentir toute l'épaisseur des siècles traversés. « Pourtant, précise Alain Cottez, directeur du musée et président de la Société des amis du vieux Reims, le plafond en poutres ouvragées n'est pas d'origine. Détruit par les bombardements entre 1914 et 1918, il a été remplacé par celui d'une autre maison rémoise de la même époque, mais qui a, lui, survécu à la destruction des murs. » L'assemblage est insoupçonnable. Le jardin du musée tire son charme désuet du même principe. « Hugues Krafft, en collectionneur passionné, a patiemment rassemblé plusieurs portes monumentales sauvées des décombres de maisons détruites de la ville, pour leur donner ici une nouvelle vie. »

Maisons disparues

« Le musée Le Vergeur appartient en effet à la Société des amis du vieux Reims, association fondée par Hugues Krafft en 1909, reconnue d'utilité publique en 1913, poursuit Alain Cottez. Celle-ci, qui a pour vocation de préserver le patrimoine architectural de la ville, avait commandé au peintre Eugène Auger, avant la Première Guerre mondiale, une vaste série d'aquarelles destinées à immortaliser les splendeurs architecturales de la Cité des Sacres. » Heureux pressentiment, puisque quelques années plus tard, la Première Guerre mondiale allait ravager des trésors artistiques définitivement disparus. « En outre, les centaines d'aquarelles du peintre qu'il conservait dans sa propriété personnelle furent détruites lors de l'occupation de sa demeure par les troupes allemandes. Celles qui sont exposées au musée actuellement constituent donc l'une des seules traces, exceptées quelques photographies, de l'état de la ville avant sa reconstruction dans les années 1920. »

Ainsi peut-on admirer les cours d'hôtels particuliers, les façades Renaissance de maisons disparues, l'état des places et des rues que nous traversons tous les jours et qui nous sont pourtant méconnaissables. Une fois n'est pas coutume : d'ordinaire, la nostalgie porte les couleurs contrastées des photographies en noir et blanc. Ici, c'est un voyage dans le temps porté par les couleurs pastelles et fondues des aquarelles qui est offert au visiteur.

Jusqu'au 18 janvier 2009

 Extrait de l'union du 07/01/09

    

      

  Répertoire