Musée Le Vergeur

  de l'exposition

     DENEUX  
 

 Sites à visiter

  

 

 

Visite avec

   en

2002      

 La Presse

Le jardin Henri-Deneux  a enfin son buste
« DENEUX »
à l' honneur au musée Le Vergeur 

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jardin Henri-Deneux  a enfin son buste

Dans le parc situé au chevet de la cathédrale se trouve maintenant le buste de l’architecte ayant œuvré pour la restauration de l’édifice.  


En pierre de Courville, le buste d’Henri Deneux scupté par Léandro Berra trône maintenant au chevet de la cathédrale, au sein du jardin éponyme.

L’ESSENTIEL

*.- POUR LES SPÉCIALISTES, Henri Deneux est considéré comme le sixième architecte de la cathédrale de Reims. En 1918, en effet, il est chargé de la restauration de l’édifice qui a pas mal souffert lors de la Première Guerre mondiale. Le chantier va durer 20 ans.

*.- IL MEURT dans l’indifférence générale en juillet 1969, dans sa 95 e année.

*.- EN 2011 , le jardin au chevet de la cathédrale est baptisé du nom de l’architecte.

*.- DEPUIS 2014 , les Amis de la cathédrale fleurissent la tombe de l’architecte.

Sous un soleil de plomb, ce jeudi, alors que l’échafaudage installé il y a un an pour le remplacement d’une partie de la couverture de la cathédrale est en cours de démontage, le buste de l’architecte rémois Henri-Deneux est délicatement scellé. Hier midi, dans le jardin éponyme, au chevet de Notre-Dame, Bernard Poret, le président des Amis de la cathédrale savoure le moment. Que de chemin parcouru depuis les préparatifs du 800 e anniversaire de la cathédrale!

« Il y a eu alors une vraie prise de conscience. Les Rémois doivent beaucoup à Henri Deneux et malgré tout, aucune reconnaissance : pas de statue, ni de rue ou encore de plaque à la mémoire de cet architecte rémois qui a pourtant œuvré pendant 20 ans, après les ravages de la Première guerre mondiale, pour remettre en état l’édifice religieux. » Les Amis de la cathédrale obtiennent que dans le cadre des festivités des 800 ans de Notre-Dame de Reims, en 2011 donc, le parc situé au chevet de la cathédrale porte le nom de jardin Henri-Deneux .

Mais Bernard Poret et les fidèles de l’association espèrent une plus grande reconnaissance, pugnaces, ils continuent à œuvrer : la tombe de l’architecte, qui repose avec sa femme au cimetière Sud, est restaurée par leur soin. Et depuis, 2014, un recueillement est organisé chaque année à la Toussaint. « C’est alors que l’idée a germé de réaliser un buste en hommage à l’architecte que l’on installerait dans le jardin qui porte son nom » , poursuit Bernard Poret.

La municipalité aide les Amis de la cathédrale a financé le projet. « Le buste a été réalisé par le sculpteur de la cathédrale Leandro Berra. Il est en pierre de Courville » , détaille Bernard Poret. Pour la réalisation de cette sculpture, « des recherches ont été menées, seules 12 photographies ont été retrouvées de l’architecte dont deux intéressantes pour la réalisation du buste mais avec un écart d’âge important. Au final, le rendu est saisissant » , certifie encore le président des Amis de la cathédrale. Et il n’y avait pas meilleur symbole que de l’installer dans le cadre des festivités organisées pour marquer la fin de la restauration de la Grande Rose.

Aurélie BEAUSSART

Extraits de l'union du 23/06/2017

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« DENEUX »
à l' honneur au musée Le Vergeur 

Le musée Le Vergeur, qui prête des oeuvres de ses collections pour l'exposition du Palais du Tau et du Musée des Beaux-Arts, a choisi de rendre hommage à Henri Deneux, l' architecte de la Reconstruction.

Que serait aujourd'hui la cathédrale de Reims sans lui? Henri Deneux est l'architecte de la reconstruction de la cathédrale. De la fin de la Première Guerre Mondiale à 1937, date de l'inauguration de l'édifice rénové, il a vécu en étroite collaboration avec ce monument. Lui consacrant tout son temps, avec des fouilles, des dessins, des aquarelles, des maquettes. Et la direction d'un immense chantier.

Dans une salle du musée le Vergeur, des dessins montrent les talents de dessinateurs du jeune Deneux. A 17 ans, ce Rémois entre chez un architecte, M. Thierot. Il s'intéresse déjà à la cathédrale, dont il fait les relevés des charpentes en bois. On n'est qu'en 1894. Il ne sait pas encore à quel point ces études précises lui serviront.

A Paris, il travaille dans une agence tout en suivant des cours à l'école des Beaux-Arts. Il tente et réussit le concours des architectes des Monuments Historiques.


Henry Deneux réalisait des maquettes précises, en bois
de ses futures charpentes en béton 

Spécialiste de la charpente

En 1914, Henri Deneux est réformé. Mais en 1915, il est mobilisé et envoyé à Reims pour le sauvetage de la cathédrale. Il fait alors construire des murs de soutènement autour du pilier de la croisée des transepts qui menace de s'effondrer. Surtout, il invente une charpente en petits éléments de ciment de 20 centimètres de large sur 4 centimètres d'épaisseur. Il expérimente cette nouveauté sur l'église Saint-Jacques.

L'essai est concluant. Il se lance dans la reconstruction de la charpente de la cathédrale. Le musée le Vergeur possède des maquettes qu'Henri Deneux a patiemment construites, aidé par son épouse.

Ces maquettes sont celles de la charpente de l'église Saint-Jacques, et celles de la croisée du transept, de la travée couvrante, du clocher à l'ange, et de la tour de transept de Notre-Dame. « Nous avons également une très belle photo de la nouvelle charpente » précise Mme Neuville, du musée Le Vergeur.

Pour monter cette charpente, il a fallu peu d'échafaudages comme le montre un dessin d'Henri Deneux.

Dans une lettre, un architecte qui s'adresse à lui comme spécialiste des charpentes, lui demande la permission de le citer : « La mise en oeuvre d'une cathédrale, c'est une modification perpétuelle » se plaisait en effet à dire Henri Deneux. L'an prochain, le Musée Le Vergeur et la Bibliothèque Carnegie s'associeront pour préparer une grande exposition sur Henri Deneux.

Dans la même salle où son présentées les maquettes de charpentes est exposée un buste de « L'ange au sourire » Ce moulage a été réalisé avant que l'échafaudage en flamme ne tombe sur la statue, faisant éclater la tête.


L' ange au sourire : moulage d' avant la destruction

Le reste de l'exposition présente un moindre intérêt : il s'agit de photographies en couleurs des cathédrales gothiques, et de leur influence sur d'autres cathédrales européennes : en Allemagne, en Espagne, en Italie. Cette exposition est prêtée par un groupe d'études de l'Oise.

V.D 

A la rencontre d' Henri Deneux

« 6' architecte de la cathédrale »

Sous la direction de l'architecte en chef Henri Deneux, la cathédrale de Reims, cible de centaines d'obus en 1914-18, put être sauvée et renaître officiellement le 10 juillet 1938. Une exposition est dédiée à celui qui lui consacra sa vie. Elle est visible à l'hôtel Le Vergeur.

Une exposition vient de s'ouvrir à Reims : elle rend un hommage mérité à celui que l'architecte Bernard Fouqueray, dans un article de 1988, avait déjà appelé le « 6e architecte de la cathédrale des rois »... Idée reprise pour cette reconnaissance envers celui sans lequel nous n'aurions peut-être plus de cathédrale, puisque devant l'ampleur des dégâts de 1914-18, il avait été question, toujours selon Bernard Fouqueray, de ne pas la reconstruire !

 Sauver le patrimoine

En rassemblant des documents provenant de collections de la bibliothèque municipale, du musée Le Vergeur, du musée des beaux-arts, du palais du Tau et des archives des monuments historiques, Reims va donc permettre aux jeunes générations de mesurer ce qu'ils doivent à cet homme de génie, qui a consacré sa vie à sauver la cathédrale meurtrie, celle pour laquelle il s'est « crucifié», comme l'ont écrit des Rémois célèbres tels que Maurice Hollande et Philippe Charbonneaux.

Sacrifié, très certainement... Cet homme né à Reims le 16 octobre 1874 rue Saint-Guillaume (devenue rue du Général Sarrail) avait dès son jeune âge montré ses dons pour la peinture, le dessin et la photographie... Des dons qui lui serviront tout au long de sa carrière d'architecte des monuments historiques. On lui confie la responsabilité d'éléments du patrimoine dans le Nord, la Somme. En 1910, il est en charge de la cathédrale d'Amiens et en 1914, il veille sur l'Aube, la Côte-d'Or, la Haute-Marne et la cathédrale de Toulouse.

 Rémois avant tout

Mais son cour est à Reims : quand il est chargé, en 1915, de la cathédrale des rois, de Saint-Remi et de Saint-Jacques, il renonce à ses autres charges pour leur consacrer tout son temps... Très jeune, il avait fait, sous la direction de l'architecte en chef Denis Darcy, des relevés qui vont se révéler indispensables lors de la reconstruction de ces édifices.


 Une cathédrale meurtrie.

C'est un travail de titan que cet homme aussi hardi que prudent entreprend : fouilles archéologiques, déblaiement des ruines, consolidation des éléments en danger d'effondrement, plans de reconstruction... Il va consacrer vingt trois ans à cette tâche. Pour mieux la remplir, il s'installe avec son épouse Yvonne dans deux pièces situées dans les ruines de l'archevêché où tous deux vont mener une vie sans confort.

 Croquis et aquarelles

Son mérite sera reconnu, certes, mais pas à la mesure de son génie... Il s'éteindra le 15 avril 1969, à 95 ans, très discrètement : une messe dans une petite chapelle puis l'inhumation au cimetière du Sud. On entendra surtout parler de lui lorsque les guides des monuments historiques feront découvrir aux touristes étonnés la géniale charpente en éléments de ciment armé, assemblés selon un système de son invention, d'abord dans les combles de Saint-Jacques puis à la cathédrale entre 1924 et 1926.

L'exposition « Henri Deneux, le sixième architecte de la cathédrale de Reims », après ceux du Moyen Age - Jean d'Orbais, Jean le Loup, Gaucher de Reims, Bernard de Soissons et Robert de Coucy - rassemble croquis, plans, photographies, courriers, aquarelles, maquettes de charpente, des documents d'un grand intérêt légués à la ville de Reims en 1994.

Extraits de l'union

    

      

  Répertoire