Musée Le Vergeur

  de l'exposition

Les peintres rémois dans leurs paysages
 

 Sites à visiter

 

 

L'Exposition

jusqu'au 2 décembre 2001

 La Presse

Les peintres rémois dans leurs paysages 

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite avec

   au      

Brochure proposée lors de l'exposition

De tous les arts libéraux, le plus ancien et le plus simple à pratiquer n'est-il pas la peinture? Très proche de la nature par les matériaux qu'il met en oeuvre comme par l'inspiration qu'il en retire, c'est l'art qui permet le mieux à son auteur individuel de faire partager ses émotions et ses plaisirs. C'est donc l'art de la communication par excellence qui constitue un vrai langage international.

Dans les temps pas très lointains où la télévision ne s'était pas introduite subrepticement dans nos intimités pour y dégrader nos loisirs, nos pères fidèles à des traditions séculaires aimaient peindre pour leur plaisir et celui de leurs amis.

" L' Union Champenoise des Arts Décoratifsavait organisé à Reims entre les deux guerres des expositions de haute tenue où les artistes locaux, et en particulier les peintres, aimaient à se produire.

Dans leur grande majorité, c'étaient des amateurs, c'est-à-dire qu'ils aimaient consacrer leurs temps libres à chercher dans ce mode d'expression des satisfactions qui pourraient équilibrer leurs vies professionnelles.

Ce sont les oeuvres d'un certain nombre de ces peintres rémois disparus, témoins de leur temps et amoureux de leur terroir, que nous avons voulu rassembler dans cette exposition.

Nous sommes heureux de vous présenter ces tableaux qui pour certains n'ont été vus que par les intimes des auteurs alors que d'autres ont été exposés dans des galeries et même dans des musées. Nous pensons être fidèles à notre vocation et au nom même de notre Société.

Le Président

 

Notre Association des Amis du Vieux Reims, dans le cadre des actions qu'elle mène depuis de nombreuses années, avait décidé d'organiser pour la première année du XXIème siècle une exposition d'oeuvres d'artistes rémois.

Vaste projet que notre Président, Marc Neuville m'a demandé de mettre en place pour novembre 2001.

La variété des ouvres picturales connues nous a engagés dans le choix d'un thème qui est devenu :

Les peintres rémois dans leurs paysages

Au fil des mois, nos recherches à travers les archives, les catalogues, les visites auprès des familles de ces peintres et le visionnement d'un grand nombre d'oeuvres diverses nous permettent de vous présenter aujourd'hui un vaste aperçu des diverses sensibilités d'artistes rémois ayant vécu et travaillé à Reims et dans les campagnes environnantes.

Nous devons rendre hommage à ces artistes rémois qui ont su avec leurs sensibilités et leurs techniques propres, nous transmettre magnifiquement leurs visions de cette région   rémoise et champenoise à laquelle nous sommes tous très attachés.

Il faut aussi remercier nos amis collectionneurs ou collectionneuses, adhérents ou non à notre Association, d'avoir bien voulu prêter pour quelques semaines, les oeuvres qu' ils ont choisies et qui ornent leurs demeures souvent à la meilleure place. 
Je veux remercier également l'équipe administrative ou bénévole de notre Association qui oeuvre pour que cette exposition soit une réussite.

L'exposition que nous vous présentons est celle de toutes ces personnes ; qu'elles soient remerciées pour la confiance qu'elles portent à notre Association.

Antoine WALBAUM

Les Artistes

Emile  BARAU

Exposé
 :   "Echappée dans la verdure sur une rivière"

Paul  BOCQUET - Site dédié

Exposés :  "Brouillard sur la Vallée de la Vesle"
            
            "Automne dans la montagne de Reims" 
                        
"Peupliers en automne"
                        "Bord
 de Veste"
                        "Vesle
 en hiver" (salon des Indépendants 1892)

Armand  BOUXIN 

Exposés : "La Vallée de la Marne, vue de la terrasse de la chapelle de la victoire à Dormans"
                       "L' église
 de Taissy" (Salon des artistes français 1954, médaille d' honneur) 
                       
"Crépuscule en Champagne, la Vesle et St Clotilde, lithographie originale" (Salon des artistes français 1943, médaille d' or)
                       
"Bord de la Vesle à Reims effet de lune 1913"
                       "Soir
 d' automne, église de Cherville 1921"
                       
"Bord de Vesle"
                       "La
 Marne à Ày, crépuscule" (Salon des artistes français)

Roger  CAMINADE

Né le 4 août 1889 à Bergerac (Dordogne), décédé à Reims en 1972. Inspecteur de Contributions directes, il consacra ses loisirs à ses deux activités favorites : la peinture et les croquis. Caricaturiste, il a rempli de nombreux carnets de ses dessins. Il reçut la médaille d'argent en 1954 de la société parisienne Arts Sciences et Lettres, pour un de ses tableaux. Il exposa à Paris et remporta un prix à un salon réservé aux fonctionnaires. A Reims, il exposa quelques oeuvres dans des galeries aujourd'hui disparues (Cours Langlet et Cours Anatole France). Il illustra différentes revues telles que le Domaine (revue artistique) et Ricendo (revue humoristique) destinée aux médecins et publia un recueil de 25 gravures sur lino avec légendes humoristiques (chez Guerlin-Martin). 

Exposés : "Jardin en Champagne"
                       "Bord
 du canal"
                       "Maison
 dans un jardin"

Victor  CHARLIER (1866-1939)

Peintre illustrateur né à Saveme. Elève de Charles Daux. Il était sous-bibliothécaire à la Bibliothèque Municipale de Reims. Il a illustré entre autres, "Reims à l'eau forte" de Léopold Lesigne, édité chez Matot en 1904 (7 dessins). Le musée de Reims conserve de lui les portraits d' Eugène Courmeaux et de Louis Adrien Duchenoy. Père de Isabelle Charlier.

Exposé : "Basilique St Remi 1919" 1ère étude) de Isabelle Chalier (1895-1974)

Philippe  CHATELIN (1888-1976)

Docteur en médecine, réservé et distingué, il s'est consacré aux oeuvres sociales. Amateur et collectionneur d'objets d'art, il fît de nombreux dons aux Amis du Vieux Reims pour le Musée Le Vergeur, entre autres, les gravures de Durer. Claude Monet, venant plusieurs fois chez lui, le conseilla pour ses peintures. 

Exposé :   "Cathédrale"

Gaston   DROUET

Né à Reims en 1897, graveur, fut secrétaire à la Mairie de Reims à partir de 1919. 

Exposé :   "Ruines du couvent des Cordeliers

Jean  GOULDEN (1878-1946)

Né à Charpentry dans la Meuse en 1878. Après des études à l'Ecole alsacienne, il passa sa thèse de médecine en 1906. Il pratiqua peu celle-ci, s'adonna à l'art et au mécénat. Outre sa passion pour la peinture, il aimait la musique et jouait du violoncelle et du saxophone. Pendant la guerre de 1914, il est envoyé aux Dardanelles où il rencontre Paul Jouve, le sculpteur animalier. C'est au Mont Athos, qu'il découvre les émaux byzantins. Après la guerre, il fait la connaissance de Jean Dunand, qui l'incitera à l'art de l'émail dans lequel il s'épanouit. La peinture fut pour lui une base de recherches en vue de ses créations. Il meurt en 1946. Le Musée Le Vergeur, exposa ses laques en 1997. 

Exposés :   "Paysage de Champagne"
                              "Arbre
 mort"

Armand  GUÉRY (1853-1912)

Né à Reims le 4 mars 1853. Fils de négociant, il fit ses études au Lycée de Reims où il se plaisait à décorer ses cahiers de caricatures de ses professeurs et de ses condisciples. Quand il eût terminé son service militaire, il prit quelques leçons dans l'atelier du peintre Rigon, qui lui fit copier des paysages. Ce fut surtout un autodidacte. En 1883, il s'installa à Paris, obtint de nombreuses récompenses au Salon des Artistes Français en 1885 et reçut en 1900, la médaille d' argent de la Direction de l'Exposition Universelle. Vers 1892, il quitta Paris et s'installa à Auménancourt-le-Grand. Pendant 6 années, il passa son temps à fixer sur ses toiles les aspects saisonniers de la nature aux environs de sa demeure. En 1900, il revînt à Paris, où il produisit de nombreuses ouvres. En 1909, il se retira à Gueux, où il décéda en 1912, à l' âge de 59 ans. La majeure partie de l'oeuvre d'Armand Guéry a été conçue dans les vallées de la Suippe et de l'Aisne.

Exposés :   "Moutons en Champagne 1906"
                         "Bord
 de VesÎe 1896"
                         "Pont
 sur la Vesle 1900"

François Clovis  HECART-GAILLOT

Né à Mauregny-en-Haye (Aisne) en 1813, décédé en 1882. S'établit à Reims et réalise beaucoup de portraits de religieux. Dernier en date des peintres rémois à avoir réalisé des tableaux religieux avec de nombreux personnages dont une "Annonciation"  pour la chapelle des Carmélites. 

Exposé :   "Vue panoramique sur Reims"

Martin  HÜBRECHT

Né à Sélestat en 1892, épousa une rémoise Denise Petitjean en 1920. Exposa au salon d' Automne et au salon des Artistes Rémois. Il collabora assez régulièrement au "Pampre" qui a reproduit ses dessins, d' une grande finesse. Il fut directeur de l' école des Beaux-Arts de Reims. 

Exposés :  "Sous-bois sur colline" (Aquarelle) 
                        
"Clairière à Hautviüers" (Aquarelle) 
                        
"Champs et vignes" (Huile)

Paul  JOURDAIN

Dessinateur et lithographe à l' imprimerie Debar jusqu'en 1914. Il réalisa des eaux fortes en couleurs de vues de Reims. 

Exposé :     "Une écluse"

Etienne Auguste  KRIER

Né le 11 février en 1875 à Mareuil sur Ay. Elève de l'École des Arts Industriels de Reims, il fut reçu à l'École des Beaux-Arts de Paris. Il fréquenta l'atelier de Bonnat et réalisa des portraits dont celui de Monseigneur Suhard. Son épouse était très appréciée pour ses peintures florales. Il obtint de nombreuses distinctions : médaille d'or, lauréat de l'Institut et fut titulaire de plusieurs prix. Il fut professeur d' histoire de l'Art et professeur Honoraire à la Ville de Paris. 
Décédé le 26 novembre 1953 à Rambouillet.

Exposés :   "Vues de Reims" (Aquarelles) 
                         
"Vendange à Ecueil" (Aquarelle)

François  MAILLE

Architecte diplômé (Reims 1881-1949). Élève de Redon, il collabora avec plusieurs architectes rémois dont Amand Bègue, auquel il succéda en 1911. Ses constructions, sobres et élégantes, se recommandent souvent des styles Louis XIII et Louis XVI. Citons les châteaux d'Hermonville et de Brimont, l'immeuble du 40, cours Langlet et surtout sa reconstruction, avec Louis Sollier, du Grand Théâtre de Reims. Président de la Société des Architectes en 1935 et 1936.il peignit beaucoup de paysages de notre région. 

Exposés : "Impression de verdure" (2 aquarelles)

Henri  NEUVILLE (1887-1967) . 

Exp :   "St Remi vu de la Butte St Nicaise" 
                  
"Eaux vannes l' hiver" 
                  
"Bord de canal" (Aquarelle)

Guillaume  PELLÜS

Artiste peintre né à Reims en 1878. il a participé au mouvement de la "Jeune Champagne", puis partit au Canada en 1912 où il exécuta de nombreux vitraux. De retour à Reims en 1933, il s' adonna exclusivement à la peinture ; il exposa au Salon des Artistes Français et en 1934 à "l' Union Champenoise des Arts Décoratifs". Il fournit de nombreux paysages à "La Champagne illustrée". Il est décédé le 15 mars 1945.

Exposé :   "La Muire"

Louise POMMERY

née Thevenin à   Mezières le 20 octobre 1875, elle fut la deuxième épouse de Louis Pommery décédé en 1907. Peintre amateur, nous présentons une gouache datée de 1918 que nous appellerons "Un fantôme de cathédrale". A la mort de son mari, elle devint Vice-Présidente de la Maison Pommery. Décédée à Paris en 1947. 

Exposé :     "Un fantôme de cathédrale 1918"

Edouard  Léon  PONSIN (1858-1938)

Maître imprimeur et peintre aquarelliste. De famille rémoise, il épousa Marie-Louise Druart. Il eut successivement un atelier nickleur-doreur puis un atelier de phototypie. Il se rendit à San Francisco où il mit au point un procédé de clichage. Revenu à Reims en 1914, il quitta la ville avec sa famille. Il habita successivement Montpellier puis Lyon où il décéda. 

Exposé :     "Champigny 1890"

Jean Hubert  REVE

Peintre sculpteur né à Bourgogne en 1805. Etudes à Paris. En 1835, il rentra à Reims et fut élève de Perseval dont il épousa la fille, Marie Marguerite Perseval, elle même artiste peintre. Il exposa au Salon de Paris en 1844-1845 et 1849, principalement des portraits. Il eut de nombreux élèves et mourut à Reims en 1871. Il est enterré au Cimetière du Sud. Le Musée des Beaux-Arts possède plusieurs de ses toiles. 

Exposé :     "Les basses promenades"

Marie-Louise  ROUBERT (1891-1965)

Après des études artistiques devant mener au professorat de dessin, interrompues par la Première Guerre mondiale, elle épousa l'architecte Louis Roubert Elle exerça toute sa vie son talent d'aquarelliste, fortement marquée par le peintre avignonnais Louis Montagne. Inlassablement, elle sut attirer de nombreux amateurs vers cet art : du Sud-Ouest à la Provence d'où elle était originaire, jusqu'à la Champagne qu'elle adopta au fil des années grâce à sa palette aux couleurs vives dans laquelle l'architecture était très souvent présente. 

Exposés :   "Vendange en Champagne les trieuses" 
                         
"Église de Champfleury"
                         "Villers Agron"
 
                         
"Église en Champagne"

Adrien   SENECHAL

Né à Reims le 5 juillet 1895.Il a laissé une série de pastels représentant les diverses phases de l'incendie de la Cathédrale du 19 septembre 1914 (Musée de la guerre à Vincennes). En 1917 et 1918, le ministère de Beaux-Arts l'envoie sur divers points du Front pour constituer une série de documents sur les églises menacées de destruction. Après la guerre, il exposa au Salon des Artistes Français et chaque année dans diverses galeries, Mais il n'oublia pas la Champagne. Membre du conseil d' administration de "l'Union Champenoise des Arts Décoratifs", il prit part à diverses expositions et peignit de nombreux portraits. En 1934, il reçoit les palmes académiques et est élu membre de l'Académie Nationale de Reims. Il s'éteint le 28 août 1974.

Exposés :     "La campagne près de Reims" 
                           
"Pont sur la Vesle"

Frédéric   SAUVIGNIER

Artiste peintre, né à Hautvillers le 24 juin 1873. Élève de Loudet et d'Armand Guéry. Professeur de dessin au Lycée de Chambéry, puis en 1903 au Lycée de Reims et à l'École Régionale des Arts Industriels jusqu'en 1931. Exposa au Salon des artistes français (notion honorable en architecture et gravure). Il mourut à Reims le 28 septembre 1949. 

Exposés:    "Villages champenois" 
                         
"Etudes de la marne" (Huile)

Louisa   SEYDOUX-KRUG

Née à Reims en 1874. Elle fit de nombreuses aquarelles à la fin du XIXème siècle et eut 12 enfants. Elle décéda au Vesinet en 1965. 

Exposés :  "Vue sur l' Hôtel de Ville 1893" 
                        
"Rue Libergier 1894" 
                        
"Le port en canal 1894" 
                        
"Le canal 1894"

Jacques  SIMON (1892-1978)

Exposés :   "Arbres" 
                         
"Cathédrale" 
                         
"Cathédrale" 
                         
"Villedommange '
                         "Les
 Hauts buttées"

Suzanne  TOURTE (1904-1979)

Née à Cormontreuil, où elle passa son enfance jusqu'en 1914. Elle montra très vite des dons particuliers pour les Arts et les Lettres. Elle suivit les cours du Conservatoire de Musique et ceux de l'École Régionale des Beaux-Arts de Reims où elle obtint des premiers prix. A Paris, elle choisit l'École des Arts Décoratifs puis l'École des Beaux-Arts. Elle s'inscrivit au cours de gravure et concourut pour le prix de Rome.

Elle voyagea beaucoup pendant 5 ans, mais revint souvent en Champagne et devint Vice-Présidente du Comité des Écrivains de Champagne.
En 1948, elle grava, entre autres, des illustrations de "Daphnis et Chloé", et en 1950 elle réalisa de nombreuses expositions à Reims. Décorée de l'ordre de Chevalier des Arts et des Lettres en 1961.
 Elle est inhumée au cimetière de Cormontreuil.

Exposés :   "Vendange"
                         "Vendange
 à Ecueil"

Gilberte  TRAMUSET

Exposé :     "Pont provisoire sur l'Aisne"

Jean Claude  VIGNES

Né à Reims en 1924, Jean Claude Vignes a dès l'enfance la révélation de l'art à l' occasion d' une exposition sur le Quattrocento italien au musée du Petit Palais à Paris.

Il fait des études classiques, puis étudie à l'Ecole des Arts Décoratifs et dans les cours du soir de la Ville de Paris, à Montparnasse (atelier de Lesbouny). Il s'initie à la gravure, eau-forte et burin, qu'il pratique pendant plusieurs années.

En 1947, Hans Bellmer lui demande de colorier à la main les photographies de son livre "La Poupée".

En 1949, il rencontre le peintre américain Ellworth Kelly qui lui fait découvrir Pollock et Mondrian. Nombreux séjours à Rome et en Italie» où il découvre la peinture de Caravage, alors peu connue en France.

Il dessine les vitraux de l'église de Fontaine Les Grès en 1954, ainsi que des maquettes de livres, de disques, et des tissus. Il réalise plusieurs décors de ballet (pour Janine Charrat et Péter Van Dyck en 1951), de théâtre (pour une pièce de O'Neil mise en scène par Jean-Louis Richard en 1960) ou de cinéma (pour "Le Corps de Diane", du même réalisateur, tourné à Prague en 1968, avec Jeanne Moreau).

En 1963, il s'installe à Cannes, et se consacre à son oeuvre jusqu' à sa mort en 1996.

Il participa à de nombreuses expositions. 

Exposés :    "Coucher de soleil à Villers Allerand" 
                           
"Coucher de soleil"

Robert  WATTIEZ   -  L'exposition

Exposés :   "Nouveau port de Reims" 
                                
"Neige sur la montagne de Reims" 
                                
"Le Rouillat à Villers aux Noeuds" (Aquarelle) 
                               
"Village champenois" (Aquarelle)

 

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les peintres rémois dans leurs paysages 

 Chacun des soixante tableaux présentés au 2e étage du musée Le Vergeur a été prêté par une famille rémoise. Pour Antoine Walbaum, nouveau venu au sein du conseil d'administration du vénérable musée, promu commissaire de cette exposition, ce fut un véritable baptême du feu.

En même temps qu'une plongée dans les trésors picturaux des Rémois.

« Le paysage n'apparaît qu'au XIXe siècle. J'ai d'abord fait une recherche à partir des catalogues, etdans les musées. Nous n'exposons que des oeuvres de peintres décéaés » explique Antoine Walbaum. .Cette recherche de tableaux a été le fil conducteur qui l'a conduit d'une famille à l'autre, par le bouche à oreille, une personne en recommandant une autre... Pour finalement sélectionner une soixantaine de tableaux, de vingt-six peintres amateurs et professionnels qui ont marqué la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. »

Chefs d'oeuvres

L'exposition contient des oeuvres curieuses, sans prétention, pleine de nostalgie. Témoignages de l'attachement de peintres amateurs à leurs paysages, à leur ville.

Mais il y a aussi quelques chef-d'oeuvres, de ceux qui valent à eux seuls le détour : croquis dç Jacques Simon (1892-1978) maître verrier qui fit tant pour la reconstruction des vitraux de la Cathédrale. Dans ses tableaux transparaît son sens de la lumière, il y a là une vitesse d'exécution, une clairvoyance de la chose à rendre, une violence dans l'affirmation du paysage ou de la cathédrale... Celle présentée dans l'exposition, toute en fuite, est fascinante. Deux oeuvres de Jean Goulden (1878-1946) attirent le regard parce quelles imposent un style bien particulier :cette peinture de paysages nest qu'esquisse en attente d'émaux. La peinture nest pas assez lisse, assez dense, assez lumineuse pour la forme... On sent qu'elle sera achevée à l'émail.

Paul Bocquet (1868-1947) est sans doute le plus connu des paysagistes rémois.

« Toutes les grandesfamilles rémoises qui ont eu les moyens, ont acheté un Bocquet» reconnaît Antoine Walbaum. « Nous aurionspu en présenter une vingtaine dans l'exposition. Nous en avons choisi cinq) un peu inhabituels ». Paul Bocquet a surtout peint l'hiver, les bords de Vesie. Il a de beaux effets de pluie, des peupliers en automne, un paysage de neige épaisse, un village de la montagne de Reims aux couleurs d'automne. Enfin deux étagères ont été utilisées par Jean-Claude Vigne (mort en 1996) qui a peint une rangée d'arbres à Villers-Allerand.

Témoignages

Certains artistes reconnus à eur époque, et qui souvent enseignaient la peinture, ne sont lus aujourd'hui que des petits maîtres....

Armand Guéry (1833-1912) offre une image un peu triste de la Champagne pouilleuse. Ses tableaux, «très léchés et pas du tout réalistes » selon l'expression de Nicole Neuville qui a mis en place l'exposition, sont pourtant les oeuvres d'un maître qui a formé et influencé de nombreux peintres rémois. Tel Frédéric Sauvignier (1873- 1949), dont les aquarelles de villages des environs de Reims sont lumineuses. Dans les rues traînent des gamins, ou des poules... Jean-Hubert Rêve (1803-1871) a peint des basses-promenades qui ressemblent à un sous-bois. François-Clovis Hecart-Gaillot (1813-188.2) nous offre une vue panoramique de la ville vue de l'Ouest.

Quatre tableaux très différents montrent l'étendue de la palette de Robert Wattiez, peintre amateur qui s'est arrêté devant la neige sur la montagne de Reims, devant le Rouillât à Villers-aux-Noeuds, ou devant les nouvelles constructions du port de Reims.

Henri Neuville, père du président delà société des amis du Vieux Reims, a peint en amateur éclairé les Eaux vannes. Et Armand Bouxin (1880-1972), grand-père du conservateur du musée Saint-Remi, a réalisé notamment de belles eaux-fortes.

Adrien Sénéchal (1895-1974), Victor Charlier (1866-1939), un fonctionnaire Roger Caminade (1889-1972) ou un ancien directeur de l'école des Beaux-Arts, Martin Hubrecht, ont laissé à leurs descendants des tableaux qui ne sont pas toujours le meilleur de leurs peintures.

Une cathédrale peinte par le Dr Philippe Châtelain (1888-1976) avec les conseils de son ami Claude Monet, rappellei surtout que cet amateur trèsj éclairé a été un grand mécène, qui a offert au musée les gravures de Dürer.

De nombreuses femmes ont également peint. La plupart pour le plaisir. Seule Suzanne Tourte en avait fait son métier.

Des femmes

L'exposition montre des oeuvres de G. Tramuset, femme d'un médecin de Reims ; de Suzanne Tourte, de Cormontreuil, à laquelle le musée d' Arts Moderne de la ville de Paris a acheté des tableaux ; de Marie-Louise Roubert dont les fils sont devenus architectes ; de Louise Pommery née Thévenin (1873-1947), de Louisa Seydoux-Krug (1874-1963) soeur de Joseph Krug... Femmes en train de travailler, aquarelles, paysages doux, canal à l'ère industrielle...

L'exposition présente également quelques photos d'artistes, quelques palettes.

L'ensemble des oeuvres rassemblées au hasard des prêts témoigne du cercle des peintres rémois disparus.

Virginie Ducornez

Extrait de l' union du 16/11/2001

    

      

  Répertoire