Printemps des Musées   

 

  l' Art Déco à Reims - Circuit touristique

  La Presse

2004 - 2003 - 2002

  

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6ème édition sur le thème : " Histoire, histoire(s) " 

Au Musée Saint-Remi

Présentation d'une exposition sur l'historique de la bataille de Reims du 13 mars 1814 (dernière victoire de Napoléon).Dans la nuit du 1er janvier 1814, les troupes russes, autrichiennes et prussiennes ont franchi le Rhin et envahi la France. Malgré une série de brillantes victoires dues à son génie stratégique, Napoléon ne peut contenir l'invasion, l'armée française étant en trop forte infériorité numérique (...). prenant la chute de la ville à Soissons, Napoléon décide aussitôt de marcher sur Reims avec sa petite armée dans la nuit du 12 au 13 mars, afin de reconquérir la cité rémoise.

L'exposition est conçue à partir d'objets sortis des réserves, en collaboration avec  le  Service  des  Archives Municipales et Communautaires qui a sorti également quelques documents intéressants illustrant les événements et plus particulièrement le quartier. Parmi les objets présentés, un casque empire (photo) et des acquisitions récentes.

Egalement au programme des animations pour le public dans l' enceinte du musée avec le Groupe de Reconstitution du 1er Empire (démonstrations de tir, mouvements, maniement d' armes, roulement de tambour, etc.), le tout dans un esprit pédagogique.

" Souvenirs de la bataille de Reims ", jusqu' au 1er juillet.  Musée  Saint-Remi, ouvert de 14 h à 19 h. Entrée gratuite le 2 mai et tous les premiers dimanches du mois. 

 
Casque de sous-officierde dragon (1814) et pistolet de cavalier modèle An XIII.

Au Musée de la Reddition

Présentation de vitrines évoquant la préparation du débarquement (bombardements et actes de résistance) : objets, photos, souvenir, projection d'un film.

Ouvert de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h. Entrée gratuite le 2 mai et tous les premiers dimanches du mois.

Au Musée de la Pompelle

Souvenirs du front par le biais d'une présentation d' objets artisanaux et de tranchées. Objets émouvants que réalisaient les poilus (mais aussi objets allemands, américains, anglais). Acquisitions récentes représentant la cathédrale, bandeaux marqués ville de Reims et une grande variété d' objets : coupe-papier, briquet, porte-plume, bouillottes, étuis à cigarettes, crucifix, cadre photos... Letout en laiton à partir de douilles d'obus.

Ouvert de 11 h à 19 h. Entrée gratuite le 2 mai.

Au Musée des Beaux Arts

Cette exposition dossier présente une sélection de paysages " historiques ", peints depuis la fin de la Renaissance jusqu' au XIX ème siècle. Elle rappelle que l' origine principale de ce concept est à trouver en Italie chez le peintre Annibale  Carrache (1560-1609). La nature est alors idéalisée car elle doit suggérer la " force morale de l'action humaine ", A cette époque, les artistes considèrent qu'il faut interpréter la nature, non pas la copier, en extraire les plus beaux éléments et les recomposer en tant que toile de fond magnifiant une histoire littéraire ou mythologique. Au début du XIX ème siècle, cette approche perdurera grâce aux théories de Pierre-Henri de Valenciennes (1750-1819) et à la création du prix de Rome de paysage historique. A cette occasion, des œuvres importantes du fonds XVIIème du musée, actuellement en réserve  ( pour cause detravaux ) mettront en évidence les différentes approches des artistes devant le spectacle de la nature. La majeure partie des œuvres exposées ont été restaurées pour cette exposition. Cette dernière s' inscrit également dans le cadre du Jumelage Reims / Florence ( quelques œuvres des musées florentins viendront généreusement enrichir le discours de l'exposition ) ainsi que dans le cadre de Champs Libres, " Paysages ", 2004, une opération annuelle de l' ORCCA. " Histoires paysagées ", jusqu' au 16 août.


Giulio Carpioni (Venise 1613 - Vicence 1679)
Bacchanale
. Huile sur toîle 79,1 x 117,8cm.
Legs Paul Jamot,décembre 1939. Inv. 949.1.70
© Musée des beaux-arts de la Ville de Reims.
Photo : C. Devleeschauwer. 


Francesco Guardi (Venise 1713 - Venise 1793)
Caprice.
Huile sur bois parqueté 17,5 x 11,8 cm.
Legs Mme Pol Neveux, septembre 1977.Inv. 978.10.750
© Musée des beaux-arts de la Ville de Reims.
Photo:C.Devleeschauwer. 

A noter : de nombreuses animations sont proposées au musée dans le cadre de l' exposition.

Entrée gratuite le 2 mai et tous les premiers dimanches du mois.

" Emmène tes parents au musée "

Le Ministère de la culture et de la communication en partenariat avec le Ministère de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche propose l' opération " Emmène tesparents au musée " dans le cadre du Printemps des Musées. Grâce à un carton d' invitation distribué dans les écoles, chaque enfant peut entrer gratuitement du 2 au 31 mai avec ses parents ou deux adultes de son choix.

Renseignements : http://printempsdesmusees.culture.fr

Contacts: 03.26.85.00.01 (service des publics, musée Saint-Remi et 03.26.47.28.44 (Musée des beaux-arts).

 

 Extrait de VRI 4/2004

  

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Printemps des musées 2003

 La cinquième édition du Printemps des musées fera honneur  aux « Mystères et découvertes » à travers toute l'Europe.

Les participants à l'opération se donnent pour mission d'intriguer les visiteurs, notamment en rendant accessibles des œuvres mystérieuses. Mystère des œuvres longtemps cachées ou récemment acquises par les conservateurs... Parmi les 1.450 musées participants ce dimanche 4 mai, six musées rémois proposeront aux plus curieux des expositions uniques. À découvrir.

 Musée Saint-Remi

Répondant à la mission première du conservateur, Marc Bouxin a choisi d'exhumer des réserves des œuvres encore jamais exposées. Les collections présentées au musée Saint-Remi comprendront des objets insolites rapportés par des voyageurs  des  XVIIIe et XIXe siècles. Toutes les époques et de nombreuses civilisations seront représentées, de l'Europe à l'Asie en passant par l'Afrique.

Au menu de l'exposition, la plus ancienne des pièces et sûrement la plus touchante : une tablette en écriture cunéiforme du Royaume de Sumer de plus de 4.000 ans. Outre le fonds égyptien, illustré par la momie d'un pérénoptère, petit rapace des rives du Nil, d"impressionnantes poteries grecques seront présentées, ainsi que des estampes japonaises d'Utamaro et d'Hokusaï, des statues chinoises des dynasties Tang et Ming, des vases en provenance de Tunisie et de magnifiques statuettes d'Afrique noire, notamment du Togo et du Dahomey.

 

Une statuette féminine de fécondité
du Togo au musée Saint-Rem
i.

53, rue Simon, Entrée libresamedi 3 et dimanche 4 mai 2003, de14 à 19 heures. 

 Ancien Collège

Une visite guidée des parties historiques de l'Ancien Collège des Jésuites sera proposée aux visiteurs.

Ceux-ci découvriront notamment le réfectoire, les anciennes cuisines et, clou du parcours, la magnifique bibliothèque du XVIIe siècle dont les travaux de restauration débuteront prochainement.

 Musée Hôtel Le Vergeur

Ce dimanche 4 mai sera la dernière occasion de découvrir au musée hôtel Le Vergeur une exposition originale autour d'étiquettes artistiques créées pour le 350e anniversaire du Champagne Deutz. Ces étiquettes, conçues par des artistes japonais, sont décorées de photographies et calligraphies nippones, de pommiers en fleurs ou encore de pagodes.

Fort de la Pompelle

Outre les collections permanentes dédiées à la Première Guerre mondiale, de récentes acquisitions d'artisanat de tranchées seront dévoilées au Fort de la Pompelle. Parmi ces objets de la vie quotidienne des poilus, une série exceptionnelle de pièces réalisées sur Reims et sur la cathédrale suscitera l'intérêt de tous les publics : un cendrier orné de balles et monté sur des cartouches, un vase travaillé dans une douille d'obus...

 
Artisanat des tranchées au musée
du Fort de la Pompelle

RN 44 en direction de Châlons-en-Champagne. Entrée libre dimanche 4 mai, de l1 à 19 heures.

 Musée de la Reddition

En hommage aux combattants de 1939 et 1940, la queue d'un avion de chasse français sera exposée au musée de la Reddition. Il s'agit d'un Morane-Saulnier 406 qui appartenait au groupe de chasse III/6 basé sur le terrain de Wez-Thuizy, près de Reims, de novembre 1939 à avril 1940. L'avion fut abattu le 21 mai 1940, entraînant la mortde son pilote.

Entrée libre dimanche 4 mai 2003 , de10 à 12 heures et de 14 à 18 heures.

 Musée des Beaux-Arts

Le musée des Beaux-Arts rendra hommage à Paul Gauguin, l'un des plus célèbres peintres du XIXe siècle. 

Gauguin : les trésors cachés des Beaux-Arts


Nature morte à la statuette Maorie

 Cette exposition constitue un véritable petit événement. Le musée des Beaux-Arts possède en effet quelques belles pièces de Paul Gauguin, qui ne sortent que très rarement pour de simples questions de conservation.

Ces œuvres seront présentées à l'occasion du Printemps des musées, mais aussi les week-ends suivants.

Si le musée de Reims s'intéresse tant à Gauguin, c'est surtout grâce au legs de Clara et Louis Brouillon (de Givry-en-Argonne). Louis Brouillon était un proche de Gauguin dans la mesure où il a dû le rencontrer, mais surtout parce qu'il lui a consacré une monographie.

L'essentiel de la collection du musée vient de lui. Paul Jamot est l'autre donateur. Au total, l'établissement possède deux natures mortes « essentielles » précise David Liot, le directeur du musée. Mais Reims se distingue surtout par les gravures et les « zincographies », une série de gravures au zinc, assez rares, réalisées à la fin du XIXe siècle à la demande deThéo van Gogh, le frère du peintre.

Sensibilité

Là grande sensibilité de ces œuvres à la lumière oblige leur conservation dans les réserves.

Avant leur exposition au public, les gravures ont été restaurées et remises en valeur par Nadège Dauga. L'exposition à Reims coïncide avec celle de Luxembourg et de Tahiti. Le reste de l'année, le meilleur rassemblement des œuvres de Gauguin reste le musée d'Orsay. Ou la Bretagne, où le musée rémois enverra quelques pièces.

À noter que cette année correspond au centième anniversaire de la mort du peintre.

J.F. Scherpereel                 

Dans le cadre du printemps des musiques et de la collaboration avec le conservatoire, Florent Billot et Yohan Jager interpréteront au piano des œuvres de Liszt, Chopin et Debussy, le dimanche 4 mai 2003,  entre 10 h 30 et 12 heures. Ils seront précédés par David Liot qui présentera justement l'œuvre de Gauguin. Entrée libre. 


Le directeur du musée, David Liot, avec Marie-Hélène Montout
(conservation) et Nadège Dauga (restauration).

Extraits de l'union 4/2003

VRI N° 198

  

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






 

   Voir, entendre, toucher, sentir, goûter (les cinq sens)
constituent le thème de cette 4ème édition du Printemps des Musées

Cette opération nationale de promotion des musées. Cette opération ponctuelle qui se déroule les 6 et 7 avril est aussi l'occasion de présenter de nouvelles expositions temporaires dans les différents musées rémois.

Au Musée Saint-Remi

Le Printemps des Musées offre l'opportunité de rouvrir au public la galerie des arcs-boutants qui, touchée par la foudre, avait été partiellement incendiée l'an dernier. La galerie, aujourd'hui restaurée, a retrouvé son aspect antérieur. Cinq grandes peintures religieuses réalisées en 1683 et 1684 par l'atelier du peintre rémois Jean Hélart et illustrant le thème retenu cette année, y seront présentées. Ces toiles viennent d'être restaurées par Christian Vibert de l'Atelier de la Renaissance : "Le Christ à Béthanie" pour illustrer l'odorat, "Les pèlerins d'Emmaüs à table", pour le goût, "La Samaritaine au puits Jacob" pour l'ouïe,  "La multiplication des pains et des poissons" (seule toile signée par Jean Hélart)  pour le toucher et "La pêche miraculeuse" pour la vue.

N.B. : deux autres peintures seront également présentées pour la première fois au musée Saint-Remi : "Le Christ servi par les Anges", une grande toile de l'école rémoise du 17° siècle (salle d'exposition temporaire au rez-de-chaussée) et "LeChrist au Mont des Oliviers",  école rémoise de la fin du 17° siècle (au bout de la salle des tapisseries au 1 " étage).

  L'exposition de ces différentes toiles permettra aux visiteurs de découvrir un  aspect de l'art rémois de cette époque.

Au  Musée des Beaux-Arts

 

 

Silène barbouillé de mûres par Eglé
d' Antoine Coypel
Musée des Beaux-Arts de REIMS

 Le Christ à Béthanie

de Jean Hélart

 Outre une ouvre d'Antoine Coypel(1661-1722), "Silène barbouillé de mûres par Eglé", issue des collections du musée rémois, le Musée des Beaux-Arts présente cinq peintures italiennes provenant de la Galerie d'art moderne du  Palais Pitti de Florence. Elles illustrent les orientations esthétiques principales de la peinture italienne de la seconde moitié du XIX" siècle et du début du XX" siècle ; romantisme, réalisme et art social, divisionnisme, symbolisme, retour à l'ordre...

- " Entendre " sera illustré par une toile de Giorgio de Chirico ( 1888-1978). Raffaello Sorbi (1844-1931). Dans ce portrait, le peintre italien rappelle son intérêt pour l'expression des sentiments.

- " Goûter " sera illustré par une ouvre de Gino Severini (1883-1966).

- " Sentir" sera illustré par une peinture de Gaetano Previati (1852-1920). Occultant toute référence à la réalité photographique, le peintre juxtapose trois figures qui ne communiquent pas, bues par les éléments végétaux. Previati s'intéresse particulièrement aux théories des couleurs.

- " Toucher " sera illustré par une ouvre d'Armando Spadini (1883-1925). Spadini fait partie d'une aristocratie intellectuelle qui va, notamment après la première guerre mondiale, souhaiter le retour à la rigueur formelle et à l'ordre. La représentation de la vie familiale est un sujet qu'il affectionne.

 VRI - Avril 2002 


Confidences
Armando Spadini 

La Galleria d'arte moderna de Florence a confié un ensemble de tableaux italiens du XIXéme siècleau Musée des Beaux Arts. Parmi eux de bien troublantes Confidences croquées par Armando Spadini (1883 - 1925) et un doux Chant de la ritournelle, de Silvestro Lega (1826 - 1895).

Autres expositions dans les musées municipaux

 
"Le rang sacré", ilôt de maisons qui se trouvait place du Forum (détruit en 1837).
Maquette réalisée en 1864 par Dallier-Bonnette

 D'autres expositions ont lieu parallèlement au Printemps des Musées.

• au Musée de la Reddition : exposition sur le camp de Châlons avec des documents sur l'histoire du camp ainsi que des uniformes, coiffures et pièces d'équipement du Second Empire (jusqu'au 12 mai).

• au Musée Saint-Remi : "Vues anciennes de Reims au 19ème siècle". Cette exposition propose de nombreuses gravures, planches à l'aquarelle et à l'encre réalisées par l'architecte Eugène Leblan qui avait fait le relevé des maisons de valeur détruites pendant la première guerre (jusqu'au 31 décembre 2002).

Extrait de V.R.I N° 188 de 04/2002

  

    

  Répertoire