Musée Agricole-Vinicole des Arts et Traditions Populaires 

à FAVEROLLES - 51

Sites à visiter

La Champagne

 

Le Musée


    

      

  Répertoire  

Photos de la visite en 09/2005 et 09/2011

La Presse

  La ferme à remonter le temps

Faverolles : un musée agricole aux portes de Reims

 

 
Photo de L. Wardega

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Visite avec

 en

09/2011  

 Visite en 09/2011

2011-09-30_01-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_02-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_04-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_05-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_06-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_08-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_09-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_10-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_14-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_15-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_17-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_19-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_20-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_22-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_24-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_25-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_26-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_28-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_31-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_32-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_34-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_35-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_36-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_37-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_38-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_39-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_40-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_41-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_43-dl_faverolles.JPG

2011-09-30_44-dl_faverolles.JPG

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite en 09/2005

2005-09_faverolles_w_02.jpg

2005-09_faverolles_w_04.jpg

2005-09_faverolles_w_05.jpg

2005-09_faverolles_w_06.jpg

2005-09_faverolles_w_07.jpg

2005-09_faverolles_w_09.jpg

2005-09_faverolles_w_11.jpg

2005-09_faverolles_w_13.jpg

2005-09_faverolles_w_18.jpg

2005-09_faverolles_w_19.jpg

2005-09_faverolles_w_21.jpg

2005-09_faverolles_w_22.jpg

 

2005-09_faverolles_w_37.jpg

2005-09_faverolles_w_38.jpg

Photos de R. Beaulieu

2005-09_faverolles-b_02.jpg

2005-09_faverolles-b_04.jpg

2005-09_faverolles-b_05.jpg

2005-09_faverolles-b_06.jpg

2005-09_faverolles-b_07.jpg

2005-09_faverolles-b_08.jpg

2005-09_faverolles-b_09.jpg

2005-09_faverolles-b_10.jpg

2005-09_faverolles-b_11.jpg

2005-09_faverolles-b_12.jpg

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La ferme à remonter le temps

Entre Reims et Fismes, le musée agricole-viticole des Arts et Tradîtions populaires de Faerolles et Coëmy offre un très bel exemple de ce que fut h ruralité champenoise du siècle dernier. Cette ferme est née du rêve et de la volonté d'un couple de passionnés,
Aimée et Jean-Pierre Caillet.

Le nom même du petit village marnais résonne comme une savoureuse madeleine de Proust : Faverolles et Coemy, cela sent la cuisine de la grand-mère, la vieille ferme d'antan où les chevaux remplaçaient les tracteurs, la basse-cour et le potager, les œufs frais et le lait crémeux... Si la plupart des Français ne sont éloignés de leurs racines rurales qu'à peine deux ou trois générations, une éternité génétique tout de même, Jean-Pierre Caillot porte quant à lui si fort cet enracinement qu'il en est parvenu à reconstituer une ferme d'avant la seconde guerre mondiale en présentant un florilège impressionnant de vieux outils.

« C'est mon devoir de mémoire » assure cet ancien professeur d'Education Physique et Sportive (EPS) à Reims, comme son épouse Aimée. « il s'agit de rendre hommage aux gens de la terre qui pendant des siècles ont travaillé avec chevaux et bœufs afin de nourrir les populations. Il s'agit aussi d'honorer la femme de ferme, ce qui explique les prénoms de femmes sur les tonneaux dans le cellier champenois. Elle était bien souvent dans l'ombre, effacée de son rôle social, à soutenir par son travail sans limite, avec abnégation, la bonne marche de la maison » poursuit-il.

La ferme de Flancourt retrouve ainsi  toute sa saveur d'autrefois, comme si, au hasard d'une grange ou d'un cellier, allaient ressurgir du passé le berger, le bouvier de la maison, le paysan et son épouse ceinte d'un éternel tablier.

Trésors rustiques

Grâce à de nombreuses années passées à chiner, Jean-Pierre et Aimée ont déniché de véritables trésors comme cette authentique roulotte de berger datant du XIXème siècle, ce lit de vacher de la fin du XVIIIe siècle " unique en Champagne-Ardenne " ou ce travail à ferrer les boeufs du XIXe siècle minutieusement reconstitué sur l'une des faces de la cour de ferme. Il faudrait aussi souligner l'impressionnante collection de colliers à chevaux, les vieux tracteurs, l'antique presse-botelleuse, la belle faucheuse à deux sièges de 1890, les jougs de boeufs par dizaines, un violon à grains,des fourches, des gravures, des photos, des vieux jouets, un mobilier  centenaire...  Un inventaire à la Prévert qui donne une image vraie de ce que fut le travail de la terre aux temps anciens. Même le foin pour la jument ardennaise et l'âne est en petits ballots... Une rareté aujourd'hui ! « Jean-Pierre se revendique paysan » dit de lui son ami châlonnais Patrick Bleton. Il  y  a  de  l'admiration dans le ton, une admiration que partage également son voisin Serge Bertrand.

Les deux hommes n'hésitent pas à faire la visite quand le propriétaire n'est pas là. Cela arrive très très rarement tant les époux Caillet sont attachés à leur ferme. N'hésitez pas à les appeler. Ils se feront une joie de partager les secrets de leur musée.

 Dominique Charton 

 Extrait de mag'info du 09/2012

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faverolles : un musée agricole aux portes de Reims

 Jean-Pierre Caillet était prof de gym. Mais comme il a grandi à la campagne, il s'est installé dans une belle ferme « champenoise » où il a installé « son musée agricole » qui fête ses dix ans d'existence.


Jean-Pierre Caillet dans la cour de sa ferme champenoise à Faverolles-et-Coëmy. 

Visite guidée.

Elle n'est située qu'à une cinquantaine de mètres de la route départementale pourtant, on ne distingue pas la belle « ferme champenoise » de Jean-Pierre Caillet des autre:habitations de l'entrée de Faverolles-et-Coëmy. Seul un panneau peut attirer l'attention du visiteur et lui indiquer « le musée agricole » qui a été installé il y a dix ans tout juste par le maître des lieux. Un véritable « îlot-trésor » qui vaut le détour pour qui veut plonger pour un bon moment - au sens noble - dans les traditions de nos campagnes.

Carré ouvert

Officiellement, Jean-Pierre Caillet et son épouse sont des gens de la ville. Lui était professeur de gym et conseiller d'éducation au Sacré-Cœur à Reims ; elle, a vu le jour dans la « Baie des anges »... Mais en remontant aux sources, on retrouve M. Caillet dans un petit village de l'Aisne, près de Fismes, Cuissy-et-Geny, où il est né et dont il est encore le maire.

Il y a dix ans, le couple s'est installé dans cette magnifique ferme champenoise de Faverolles. « Champenoise », explique M. Caillet, ça veut dire que les quatre bâtiments qui la composent constituent un carré ouvert. Le but, c'était d'éviter la propagation du feu d'un bâtiment à l'autre en cas d'incendie. La conception était bonne, puisqu'il y a quatre-vingts ans, la grange a brûlé sans que cela ne porte atteinte au reste de la ferme.

C'est donc dans ce lieu relativement épargné par la guerre et le temps, malgré ses trois cent trente ans, que Jean-Pierre Caillet a accumulé des trésors agricoles et viticoles, rangés dans les dépendances de la maison. Non seulement, tous ces objets rappellent l'évolution du travail de l'homme, mais en plus ils donnent un aperçu du mode de vie et du savoir-faire de nos ancêtres les Champenois.


C'était au temps où les bouteilles de Champagne étaient ficelées.

Lit du vacher

Au hasard de la visite, on tombe sur quelques raretés,comme ce lit du vacher qui apparaît tel qu'il était quand celui-ci l'a quitté pour un vrai lit...Ou cette machine à trier les haricots blancs de Soissons. Ou encore cette charpente d'inspiration navale du XVIIe siècle. Sans oublier le charmant lit « alcôve ».

De quoi passer un moment d'autant plus charmant que le maître de maison assure la visite. Il est intarissable quand il s'agit de partager sa passion. Malgré cela, « c'est difficile de faire venir les gens », se désole-t-il, même si près de 500 personnes s'arrêtent chez lui chaque année.

Mais dans un tel paradis, Jean-Pierre Caillot l'avoue lui-même, il est « l'homme le plus heureux»...


Le lit du vacher, tel qu'il a été laissé par son dernier occupant.


Le lit « alcôve » donne plus envie d'essayer...

Textes et photos J.-F. Scherpereel                              

 Musée agricole de Faverolles (entrée du village à droite à partir de Gueux et en arrivant de Treslon) : entrée 4 €

Tél. 03.26.97.45.70 ou http://www.musee-agricole.com

 Extrait de l'union du 21/04/2007

    

      

  Répertoire