Le Planétarium

 

 l' Art Déco à Reims  -  Printemps des Musées  - Circuit touristique

Notice

Sites à visiter

Site

   

 En direct des étoiles
Etoiles clairsemées
De belles photos
 
Etoiles des enfants-

La porte des étoiles
Aux confins de l'astronomie
Ciel des hommes

La planète du savoir


    

      

  Répertoire  


  La Presse

  

  

 

L'horloge astronomique du Planétarium pourrait être classée Monument historiqu
Éclipse de Lune

Au Planétarium, on a les pieds sur terre et la tête dans les étoiles 

2017

Trois jours, les yeux dans les étoiles
Ça tourne bien pour le Planétarium

2016

La magie du planétarium
La tête dans les étoiles

2015

Regarder les planètes pour de vrai au planétarium de Reims

2014

La science des étoiles
Planétarium de Reims, Voyage magique dans les étoiles

La tête dans les étoiles au planétarium

2013

La science des étoiles
Mon beau patrimoine... caché
La tête dans les étoiles
07-09-2013 -  Le nouveau planétarium de Reims inauguré
Voyage dans les étoiles
01-07-2013 - Plongée d'entrée dans l'univers  

2012

Le Planétarium se déplace et s’agrandit

Presse ancien Planétarium

 

Visité avec

    en Mars 2003      

 

 

 

 

 

 

 

 

L'horloge astronomique du Planétarium pourrait être classée Monument historique

 La Ville a déposé officiellement une demande de classement aux Monuments historiques, pour l’exceptionnelle machine conçue par le pharmacien rémois Jean Legros.


Depuis plus de vingt ans, Philippe Simonnet dirige le Planétarium, qui reçoit environ 40000 visiteurs par an. Il est aussi le plus fin connaisseur de l’horloge astronomique de Jean Legros. G.L.

Jean Legros, pharmacien au 55, avenue Clemenceau pendant des décennies, a laissé un héritage unique: à sa mort en 1978, sa femme a fait don à la Ville de Reims, à condition qu’elle soit exposée au public, d’une horloge astronomique parmi les plus complètes et complexes du monde, et une des rares à avoir été réalisée au XXe siècle. Alors que le premier projet de Planétarium, au collège des Jésuites, était en gestation, son horloge y fut exposée à partir de 1980. En 38 ans et un déménagement plus tard, la pièce d’horlogerie réglée comme du papier à musique, recevra, d’ici la fin de l’année, son millionième visiteur.

Une autre bonne nouvelle pourrait venir par la suite : le conseil municipal, lors d’un vote à l’unanimité le 25 juin, a acté la demande d’un classement au titre des Monuments historiques. Adjoint à la Culture, Pascal Labelle avait alors expliqué : « Elle fait partie de la petite quarantaine d’horloges astronomiques de France. Elle fournit de nombreuses informations liées à la position des astres, mais également aux corrections à apporter périodiquement à notre calendrier, sur des cycles pouvant atteindre des milliers d’années ! »

DES TROUVAILLES EXCEPTIONNELLES

Sur place, le deuxième papa de cette horloge s’appelle Philippe Simonnet. Directeur du Planétarium depuis 1997, il y est en fait entré il y a quatre décennies, en 1979, au moment même où le centre sortait de terre place Museux. « Les délais d’instruction pour un classement aux Monuments historiques peuvent être longs. Le dossier est parti, nous allons recevoir des experts, mais il faut être patient. »

Ingénieur mécanicien de formation, M. Simonnet est passionné par cette horloge. « Legros a fait des trouvailles personnelles exceptionnelles. Il a mis en place des systèmes mécaniques qui n’existent même pas sur l’horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg ! » Celle-ci, du XIX e siècle, est classée. Longtemps, elle a été entretenue par l’entreprise alsacienne Ungerer, qui fut aussi chargée d’entretenir celle du Rémois.

SEUL LE CARILLON A DISPARU

Né en 1903, ce dernier, féru de piano et de mécanique, se lance dans la fabrication de l’horloge en 1930, alors qu’il est malade. Il y consacrera 22 ans, essentiellement au dernier étage du bâtiment de la pharmacie. C’est dans les années 30 qu’il réalise la plupart des pièces maîtresses : le calendrier perpétuel, la partie tournante avec la carte automatique du ciel (1935 à 1937), le comput ecclésiastique (qui calcule la date de Pâques) et le carillon. C’était la seule partie externe de l’horloge, et la seule qui, trop vétuste, n’a jamais été réinstallée.

La fabrication est ralentie par la guerre, mais le plus gros est déjà fait. L’horloger autodidacte ajoutera, en 1943, deux tambours tournants (chaque tour prend 18 ans), prédisant les éclipses de lune et de soleil. Puis il achèvera le computer d’années en 1945-1946. Les derniers éléments seront ajoutés en 1952.

Quelques distinctions viendront par la suite, dont un long documentaire de l’ORTF en 1968. En 1988, alors qu’il est mort depuis dix ans, Jean Legros donnera son nom à une rue dans la zone artisanale de La Neuvillette. Et trente ans après, la Ville vient donc de demander officiellement que l’œuvre de sa vie entre au panthéon du patrimoine. Ce qui serait aussi un beau cadeau pour Philippe Simonnet, qui prendra sa retraite dans un an, après avoir passé tant d’années au chevet de l’horloge

À base de Meccano, l’horloge donne l’heure pour toujours


Hier, nous étions bien le mercredi 7novembre 2018.G.L.

Ce n’était qu’un « prototype » pour Jean Legros, le modèle d’une horloge plus grande qu’il imaginait pour la cathédrale. Mais qui ne vit jamais le jour. Exposée au Planétarium, l’horloge d’origine révèle les deux visages, d’artisan et de savant, de Jean Legros. Une partie des pièces, en particulier les engrenages, vient du jeu Meccano, car « elles étaient solides et peu chères » , explique Philippe Simonnet. Avec ça, il a créé le calendrier perpétuel, « qui tient compte de toutes les anomalies du calendrier » . Pour n’en citer qu’une : les années bissextiles ont lieu tous les quatre ans, sauf si l’année est divisible par 100, à l’exception alors des années divisibles par 400 ! « En l’an 2000, la machine a rajouté automatiquement une année, puis l’a retirée, puis l’a remise » , admire encore M. Simonnet.

Celui-ci a coordonné, à partir de 2016, l’analyse exhaustive des mécanismes de l’horloge, et la rédaction de sa notice technique, longue de 350 pages.« Comme on n’a quasiment aucune note de Jean Legros, il a fallu vérifier tous ses calculs ! » À partir d’une dizaine de poids, les milliers de pièces se mettent en mouvement avec la régularité d’un métronome, le tout sans électricité et évidemment sans informatique. Bref, un exploit, puisque la machine donne l’heure universelle, annonce les éclipses, l’heure du lever ou du coucher du soleil, révèle sur une carte tournante le ciel de Reims en temps réel, montre le mouvement perpétuel des planètes, ou encore calcule pour l’éternité la date de Pâques, de l’Ascension et de la Pentecôte. Prodigieux.

Guillaume LÉVY

Extrait de l'union du 08/11/2018

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Éclipse de Lune

Beine-Nauroy L’équipe du Planétarium de Reims vous donne rendez-vous, ce soir, à partir de 21 heures, à Beine-Nauroy, pour observer l’éclipse totale de Lune.  


La dernière éclipse totale de Lune avait eu lieu le 28 septembre 2015. Benjamin Poupard, médiateur scientifique au Planétarium de Reims, avait réalisé cette magnifique série de clichés depuis le village de Cormicy.
Benjamin Poupard

Depuis quelques jours, Benjamin Poupard scrute régulièrement les prévisions de Météo France. « Ça change très vite mais croisons les doigts pour que l’orage n’éclate pas au mauvais moment ! L’idéal serait que ça claque en fin d’après-midi, pour nettoyer les nuages et chasser les poussières. » Le médiateur scientifique du Planétarium de Reims ne manquerait pour rien au monde l’éclipse lunaire, prévue ce vendredi soir car elle s’annonce exceptionnellement longue.

« Pour voir parfaitement l’éclipse, il faudrait se trouver dans l’océan Indien. Mais, ici, le spectacle devrait tout de même être très impressionnant. Nous invitons d’ailleurs tous ceux qui le souhaitent à venir nous rejoindre, à partir de 21 heures, à l’observatoire de Beine-Nauroy qui sera libre d’accès. Le public peut bien-sûr venir avec des télescopes mais nous en aurons quelques-uns sur place. » Une éclipse totale de Lune n’est pas rarissime. « On parle d’éclipse lunaire quand la Lune entre dans l’ombre de la Terre » , explique Benjamin Poupard, en précisant que le phénomène se produit tous les six mois. Mais ce qui rend l’éclipse de ce soir exceptionnelle, c’est qu’elle sera extraordinairement longue. « La Lune sera loin de la Terre donc le phénomène sera plus lent.»

LE SPECTACLE DÉMARRERA À 21 H 34 ET SE TERMINERA À 23 H 13

À Reims, la - pleine - Lune commencera à entrer dans l’ombre de la Terre à 21 h 34. Elle n’en sortira qu’à 23 h 13. Le spectacle durera donc 1 h 45 !

Lors de cette éclipse totale, la Lune, parfaitement alignée avec la Terre et le Soleil, sera de teinte rougeâtre. Pourquoi ? Parce que « la Lune sera éclairée simultanément par tous les levers et les couchers du Soleil... » «La couleur dépend de l’atmosphère de la Terre. Ce soir, on s’attend à une éclipse assez sombre » , poursuit le spécialiste du Planétarium de Reims.

Benjamin Poupard espère que les Français seront très nombreux à observer cette éclipse car quand la Lune sort de l’ombre de la Terre, on peut observer que notre planète est bel et bien ronde. « En cette période où fusent les fausses informations et qu’une nouvelle étude Ifop montre que plus de 9 % des Français pensent que la Terre est plate, il n’est pas inutile de rétablir la vérité... » , estime-t-il.

UN PRÉAMBULE AUX NUITS DES ÉTOILES PRÉVUES LES 3, 4 ET 5 AOÛT

Une telle éclipse totale de Lune n’avait pas été observée en Europe depuis le 28 septembre 2015. La prochaine aura lieu le 21 janvier 2019. L’observation de ce soir sera un beau préambule aux Nuits des étoiles prévues, au niveau national, du 3 au 5 août. À Reims, l’équipe du Planétarium programme à cette occasion plusieurs rendez-vous. Des séances de présentation du ciel seront par exemple proposées chaque soir. Sous réserve de conditions météo favorables, le public sera aussi invité, le 3 août, à Beine-Nauroy, pour des observations astronomiques. En attendant, c’est la Lune qui, ce soir, assure le spectacle.

Ce vendredi soir, accueil à partir de 21 heures et jusqu’à minuit, à l’observatoire de Beine-Nauroy, rue du CBR. Pour une confirmation météo, appelez le répondeur : 09 64 41 24 03.

Valérie COULET

Extrait de l'union du 27/07/2018

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Au Planétarium, on a les pieds sur terre et la tête dans les étoiles 

Du 7 juillet au 2 septembre, le Planétarium propose aux visiteurs des projections   sur les étoiles et bien d’autres activités. Coup de projecteur sur le programme estival. 


Aude Favetta est médiatrice scientifique et assure certains ateliers et projections du Planétarium de Reims.
Lena Levavasseur

 Les activités gratuites

*.- VENDREDI 27 JUILLET de 21 heures à minuit : observation de l’éclipse totale de lune à Beine-Nauroy. Il sera possible de contempler la lune avec des teintes rougeâtres. C’est un phénomène à ne pas manquer puisque la dernière avait eu lieu le 28 septembre 2015

*.- DU LUNDI 30 JUILLET AU SAMEDI 4 AOÛT de 15 heures à 17 heures : des ateliers spécifiques pratiques sont proposés pour petits et grands comme l’apprentissage de l’utilisation d’un télescope ou de la lecture du ciel avec des outils numériques.

*.- DU VENDREDI 3 AU DIMANCHE 5 AOÛT : les nuits des étoiles. Chaque soir, les animateurs accueilleront les visiteurs pour une « veillée aux étoiles ». Au programme : séances de présentation du ciel le soir, ateliers pratiques et observation du soleil.

*.- TOUS LES JOURS de 10 heures à midi sauf le samedi et dimanche matin : l’espace muséographique propose un premier voyage dans l’univers.

Les constellations, les étoiles, la voie lactée : tels sont, entre autres, les éléments inaccessibles qui en font rêver plus d’un. Au Planétarium à Reims, il suffit de s’installer confortablement dans un siège pour les observer et presque les atteindre le temps d’une projection.


« C'est la première fois que je viens à celui de Reims. j'ai aussi prévu d'aller voir la projection Au plus près de Mars »
Lucas Moreto

SÉANCES ET ATELIERS PÉDAGOGIQUES

LES SÉANCES SONT DIVERSES ET ADAPTÉES À L’ÂGE DES VISITEURS : « ON A DES SÉANCES FAMILIALES DESTINÉES AUX ENFANTS QUI DÉBUTENT DANS LES SCIENCES ET PUIS ON A DES SÉANCES POUR LES GENS PLUS EXPÉRIMENTÉS » EXPLIQUE AUDE FAVETTA, MÉDIATRICE SCIENTIFIQUE AU PLANÉTARIUM. AU TOTAL, HUIT SÉANCES SONT PROPOSÉES AU COURS DE L’ÉTÉ COMME MAIS OÙ EST PASSÉE L’ÉTOILE DU BERGER ?OU AU PLUS PRÈS DE MARS. EN PLUS DES SÉANCES, LES ANIMATEURS PROPOSENT DES ATELIERS TRÈS DIVERS, « CELA VA DE L’UTILISATION D’UNE SIMPLE APPLICATION SUR TÉLÉPHONE AU CONSEIL POUR L’ACHAT D’UN INSTRUMENT SPÉCIFIQUE », PRÉCISE LA MÉDIATRICE SCIENTIFIQUE.

L’OBJECTIF EST LE SUIVANT : «O N ESSAYE DE DÉMOCRATISER LES SCIENCES. LONGTEMPS ELLES ONT FAIT PEUR AUX GENS QUI LES ASSOCIENT UNIQUEMENT AUX MATHÉMATIQUES OU À DES EXERCICES TRÈS COMPLEXES. ICI, ON FAIT PREUVE DE PÉDAGOGIE. ON MONTRE QUE CELA PEUT ÊTRE AMUSANT AUSSI », EXPLIQUE AUDE FAVETTA.

PARMI LES SÉANCES LES PLUS PLÉBISCITÉES, ON RETROUVE SANS SURPRISE CETTE NUIT SOUS LES ÉTOILES. IL S’AGIT D’UNE SÉANCE D’INITIATION À L’ASTRONOMIE EN REPÉRANT LES DIFFÉRENTES CONSTELLATIONS COMME LA GRANDE OURSE. CERTAINES SONT VISIBLES EN CE MOMENT MAIS PAS TOUTES PUISQUE LA PROJECTION EST BASÉE SUR LE CIEL ACTUEL. AINSI, COMME L’EXPLIQUE AUDE FAVETTA : « CE QUE VOUS OBSERVEZ LORS DE CETTE SÉANCE, VOUS POURREZ DE NOUVEAU LE VOIR CE SOIR, DEMAIN ET DANS LES 15 JOURS QUI SUIVENT LA PROJECTION». NOMBREUX SONT LES VISITEURS QUI VIENNENT À CES SÉANCES. ANTOINE, 27 ANS ET LILY, 25 ANS SONT EN VACANCES À REIMS ET EN ONT PROFITÉ POUR VISITER LE PLANÉTARIUM QUI JOUIT D’UNE CERTAINE NOTORIÉTÉ : « ON FINIT NOTRE SÉJOUR PAR LE PLANÉTARIUM. ON A CHOISI CETTE NUIT SOUS LES ÉTOILES CAR C’EST LA PLUS CONNUE ET ON NOUS A DIT QUE LA SÉANCE ÉTAIT BIEN », EXPLIQUE LE COUPLE DE VACANCIERS. LUCAS MORELLO, QUANT À LUI, EST VENU AVEC SA PETITE SŒUR ALYCE ET SA CORRESPONDANTE ALLEMANDE KATHARINA : « C’EST LA PREMIÈRE FOIS QUE JE VIENS À CELUI DE REIMS. J’AI AUSSI PRÉVU D’ALLER VOIR LA PROJECTION AU PLUS PRÈS DE MARS. CETTE SORTIE, C’EST L’OCCASION DE FAIRE UNE ACTIVITÉ PLUS LUDIQUE. » ENFIN, THIERRY, 64 ANS, EST VENU AVEC SON PETIT-FILS VALENTIN, 6 ANS : «C’EST LA PREMIÈRE FOIS POUR TOUS LES DEUX QUE NOUS VENONS AU PLANÉTARIUM. J’AIME BIEN LES PLANÈTES ET LES ÉTOILES. JE VOULAIS LUI EXPLIQUER COMMENT CELA FONCTIONNE. J’ESPÈRE QU’IL N’EST PAS TROP JEUNE ». LA SÉANCE ÉTAIT INTERACTIVE ET LA VOIX DU PETIT VALENTIN A ÉTÉ ENTENDUE À PLUSIEURS REPRISES LORS DE LA PROJECTION. IL SEMBLE DONC CERTAIN QUE CELA LUI A PLU ! CE QUI EST SÛR, C’EST QU’ON NE MANQUE PAS D’ÉTOILES EN CE MOMENT…

RÉSERVATION CONSEILLÉE AU 0326 35 34 70. SÉANCES DU 7 JUILLET AU 2 SEPTEMBRE : DE 10 H45 À 16 H 45 (À PARTIR DE 14 H 30 LE WEEK-END). TARIFS SIMPLES : 2-6 EUROS. FORFAITS (3-4 SÉANCES): 6-16 EUROS.

Léna LEVAVASSEUR

Extrait de l'union du 22/07/2018

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trois jours, les yeux dans les étoiles

Les 28, 29 et 30 juillet, l’équipe du planétarium vous invite à observer la voie lactée dans le cadre des Nuits des étoiles. Tour d’horizon de ce qui vous attend.


Découvrir, observer le ciel est à la portée de tous, petits et grands, avec ou sans matériel spécifique », assure Benjamin Poupard, médiateur scientifique au Planétarium.

Pour la 27e édition, au planétarium de Reims, « on a prévu quelques nouveautés et changements mais tout reste gratuit évidemment ». La manifestation est habituellement organisée « autour du 11 août, correspondant à l’activité intense des étoiles filantes, mais cette année elle a été avancée car cela coïncidait avec la pleine lune et on n’aurait pas pu observer grand-chose. » Une manifestation désormais bien ancrée dans la cité des sacres. L’an passé, elle a attiré près de 1300 visiteurs en trois jours. Enfin, pour info, le planétarium a accueilli, en 2016, et pour l’ensemble de ses activités, environ 43.000 visiteurs.

C - comme contemplation

« Durant ces trois jours, il s’agira de découvrir le ciel de différentes manières : d’abord à travers la projection au planétarium et des mini-conférences qui sont organisées et notamment pour faire le point sur l’actualité astronomique foisonnante », explique Benjamin Poupard. Vendredi, samedi et dimanche, de 14 à 18 heures : des séances de présentation du ciel du soir, avec la recherche des constellations sont programmées toutes les 45 minutes (réservation conseillée). En accès libre aussi : la salle d’exposition et l’horloge astronomique ainsi que l’observation du soleil, si le temps le permet. « On propose le soir venu de compléter la vision de la coupole, avec une observation en direct du ciel, au planétarium, samedi de 20 à 23 heures, ou à l’observatoire de Beine-Nauroy, vendredi », (lire par ailleurs). Chaque année, le ciel ne dévoile pas les mêmes choses : « L’an prochain, je peux déjà vous dire que l’on pourra contempler parfaitement la planète mars. Cette année, on pourra surtout admirer Jupiter et les anneaux de Saturne. Un spectacle qui devrait être fort apprécié. » Pour pouvoir contempler les étoiles, « on peut commencer tout à fait à l’œil nu ou simplement avec une paire de jumelles : on peut observer beaucoup de choses. »

I - comme initiation

« Le troisième temps, plus pratique, concerne la mise en place d’ateliers ludiques dont notamment celui d’apprendre à lire le ciel avec des outils numériques », poursuit Benjamin Poupard. C’est une des nouveautés de cette 27e édition : « Si vous possédez une tablette ou un smartphone, sachez qu’il existe quantité d’applications qui peuvent vous permettre d’apprendre à vous repérer dans le ciel étoilé. On conseille aux personnes intéressées de venir avec leur matériel, pour découvrir ces applications et voir ainsi comment les utiliser au mieux », fait savoir Benjamin Poupard. Le vendredi, samedi et dimanche à partir de 15 heures. Réservation obligatoire.

E - comme exploration

 Autre atelier pratique mis en place durant ces trois jours : comment bien choisir son télescope ? «  De plus en plus de personnes s’équipent ou veulent s’équiper mais ne savent pas forcément ce qu’il faut acheter. L’équipe du planétarium expliquera tout ce qu’il faut savoir avant d’acheter son premier instrument d’astronomie », détaille Benjamin Poupard. Le vendredi, samedi et dimanche à partir de 16 h 30. Réservation obligatoire.

L - comme Lune

« L’atelier de fabriques de cratères à destination des enfants et de leurs parents permet d’expliquer de manière ludique comment se forment les cratères sur la lune. On essaye de recréer les conditions de formation à travers une expérience très simple. Cela permet d’en apprendre plus sur le système solaire », assure Benjamin Poupard.

Le vendredi, samedi et dimanche, à partir de 15 h 45. Réservation obligatoire.

 Aurélie Beaussart

Réservations au 03 26 35 34 70.

Extrait de l'union du 26/07/2017

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ça tourne bien pour le Planétarium

 Le Planétarium n’a pas besoin des aventures de Thomas Pesquet dans la station spatiale internationale, ni des annonces de la Nasa sur les exoplanètes pour cartonner.


Pendant les vacances, le Planétarium n’a pas désempli. La plupart des séances publiques ont affiché complet. Bernard Sivade

Avec près de 3000 visiteurs accueillis pendant ces vacances de février, le Planétarium a fait le plein. « On a même dû refuser du monde », note Philippe Simonnet, très satisfait de cette fréquentation ... égale à celle de l'an dernier. Ce qui fait dire au directeur du Planétarium que ni l'annonce de la Nasa, mercredi, sur la découverte de sept nouvelles exoplanètes - même si elle a un peu excité la ligne téléphonique de ce temple de l'astronomie dans la foulée, ni l'expérience, largement relayée sur les réseaux sociaux, de Thomas Pesquet à bord de la station spatiale internationale, ne sont pour quelque chose dans ce succès. Pour preuve, seul un visiteur lui a, depuis le lancement de l'ISS, posé une question au sujet de l'aventure de l'astronaute français ... qui relève en fait « davantage de l'astronautique que de l'astronomie » précise le directeur. Et sa collègue Aude Favetta, médiatrice scientifique, d'approuver.

RÉSERVATIONS FORTIMENT CONSEILLÉES

« Ce n'est pas ça qui nous a fait venir », confirme Thibaut Mauroy, d'Epernay, en visite au Planétarium ce jour-là avec Léandre, 9 ans, et Léonin, 7 ans et demi. « Je suis ici pour les enfants, pour qu'ils découvrent le système solaire, ils sont très intéressés. Il la Rémoise Catherine Raphaël non plus, n'a pas choisi la sortie de ses petites-filles en raison de l'actualité, mais bien (c afin d'enrichir leur culture ». Et pour joindre l'utile à l'agréable pendant les vacances, le Planétarium était, selon elle, l'idéal. Quant à David, venu de Troyes avec Marie, 10 ans, et Louis, 7 ans, s'il se plaît à suivre sur Facebook l'exploit du Français, il est venu avant tout au Planétarium pour « montrer aux enfants » ce qu'il n'a pas le temps de leur faire découvrir le reste de l'année. Si les réservations sont fortement conseillées en cette période de rush, lui, a eu la chance d'obtenir des entrées pour cette séance sur la lune la veille ... Justement le jour où la Nasa annonçait la découverte de sept nouvelles exoplanètes ! « C'est vrai que ça donne un peu plus envie, mais notre sortie était déjà prévue », sourit le Troyen qui n'a pas été le seul, apparemment, à décrocher son combiné à la suite de ce que Philippe Simonnet appelle un « gros coup de communication » (selon ce dernier, ce type de dé- couvertes n'est pas une première); « Ce genre d'annonces, en général, influence notre fréquentation », confirme-t-il. « On a eu pas mal de coups de téléphone de gens qui voulaient réserver. » Notamment la séance consacrée aux exoplanètes, proposée uniquement pendant les vacances ... « L'impact est difficile à jauger, car elle était déjà complète », tempère le directeur, qui rappelle que les questions d'actualité spatiale pourront être abordées à l'occasion d'autres séances. « On est assez réactifs à ce niveau-là. On doit l'être. Car maintenant, le public est au courant en même temps que nous. Il y a une dizaine d'années, avant l'avènement d'internet, le Planétarium était un centre de ressources. Désormais, le public a l'information directement chez lui. Nous, on vient la compléter et la vulgariser. On aiguille les gens en fonction des questions qu'ils se posent et on leur rappelle qu'on est là pour leur répondre. »

LES SCOLAIRES AFFLUENT

le Planétarium de Reims attire les visiteurs dans un rayon d'une centaine de km, et bien plus encore pendant les vacances. « On touche peu la Haute-Marne et l'Aube, qui Irait plut§t sur Dijon », remarque Philippe Sirnonnet, qui précise que les scolaires, eux, commencent à se déplacer depuis l'Oise ou la Meuse. D'ailleurs, les séances scolaires sont quasiment toutes pleines, depuis - janvier, et jusqu'à fin juin. « la-fré- quentanon doit être largement audessus de la moyenne cette année (... ). On a aussi une forte demande des collèges et lycées qu'on n'avait pas avant. Ce qui permet de cornpenser la baisse mécanique des élémentaires à cause du temps périscolaire.»

3 Questions à


PHILIPPE SIMONNET
Directeur du Planétarium

« Près de 40.000 visiteurs l'an dernier »

Quel bilan tirez-wus de l'année 2016 ?

Près de 40.000 visiteurs ont franchi les portes du Planétarium l'an dernier, soit 3 000 de plus qu'en . 2015. Je pense qu'on est en vitesse de croisière. Sachant que les perspectives de la nouvelle structure étaient de 35.000. Les conférences extérieures ont attiré.

1.413 auditeurs, et le planétarium itinérant, 1 469 visiteurs, pour une dizaine d'interventions. L'observatoire de Beine-Nauroy a quant à lui accueilli plus de 700 personnes, dont 400 rien que pour la Nuit des Étoiles (28, 29, 30 juillet cette année).

Qu'est-ce qui attend les visiteurs en 2017 ?

Depuis 3 ans, on a créé quinze programmes différents. On va se concentrer, cette année, à les étayer et les actualiser. Peut-être y aura-t-il un nouveau programme en juillet-août sur saturne ainsi que des mini-programmes pour les Journées du patrimoine (2600 personnes accueillies lors de l'édition 2016) et la Fête de la science (7 et 8 octobre) afin d'attirer le plus de monde possible. L'an dernier, on avait tenté de la faire ici. Avec environ 1000 personnes, ça avait bien marché. L'opération est donc reconduite cette année au Planétarium. On aura davantage le temps d'anticiper et de faire quelque chose de cohérent avec Accustica. Il y aura aussi d'autres temps forts, plus modestes, comme les soirées nocturnes trimestrielles qui s'appliquent à un public plus ciblé, et les ateliers pour adultes. C'est motivant, ça permet d'aller plus loin qu'en séances publiques.

Avez-vous prévu de surfer sur l’actualité ?

Pour certains événements astronomiques, comme une éclipse ou le passage d'une comète visible, on prépare un événementiel, c'est anticipé, budgété. Mais ce n'est pas fréquent. Concernant l'actualité, ça va passer par un échange ponctuel lors des séances

Marion Dardard

Extrait de l'union du 25/02/2017

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La magie du planétarium


Le planétarium de Reims vous fait rêver tout l’été

Jusqu’au 30 août, le planétarium (qui vient de recevoir le certificat d’excellence du site Tripadvisor récompensant la « constance des excellents avis ») prend ses quartiers d’été et organise des séances publiques tous les jours à 10h45, 14h30, 15h30 et 16h45.

Plusieurs projections sont accessibles dans la salle hémisphérique, notamment celle, inédite, intitulée « La Lune, miroir de la Terre ». « Cette séance autour de la Lune, c’était un souhait que nous avions depuis très longtemps. Nous avions des projections évoquant ce qu’il y a au-delà du système solaire, mais finalement pas traitant du satellite de la Terre, cela manquait », précise Benjamin Poupard, médiateur au planétarium et concepteur de cette présentation exclusive. Autres nouveautés : une séance consacrée à Pluton, expliquant pourquoi elle n’est plus considérée comme une planète, ainsi que plusieurs ateliers abordant des thèmes surprenants comme les applications mobiles permettant de se repérer dans le ciel.

49 avenue du Général de Gaulle, tél. : 03.26.35.34.70.

Extrait de R.A N° 324 de 07/2016

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

La tête dans les étoiles

Grâce à un projecteur astronomique très sophistiqué, le planétarium de Reims reconstitue le ciel étoilé, comme on peut le voir en plein désert. Tout simplement magique.


Pendant les séances, qui dure de 30 minutes à 1 heure, voire davantage, des photographies d'une immense qualité, comme cette vue de la Terre, sont projetées sous la voûte du planétarium 

L 'absence de bruits extérieurs, la forme circulaire de la pièce et la température douce comme une nuit d'été, invitent d'emblée à relâcher la pression. Confortablement installé dans un fauteuil, dont le dossier incliné évite de se casser la nuque en levantla tête, chaque spectateur est prêt pour l'aventure. Apparaît sous la coupole une myriade d'étoiles scintillantes. Au bout de dix minutes, l'œil s'habitue à l'obscurité, Se dévoilent alors de nouveaux points lumineux, des planètes situées à des millions ou des milliards de-kilomètres de la Terre.

Revenir en arrière ou se projeter dans l'avenir

Avec un petit ~isce~1I.lumineux de couleur rouge, Philippe Simonnet, le directeur des lieux, montre l'incontournable Grande Ourse et diverses planètes plus ou moins connues du grand public. Depuis sa console, il fait surgir des étoiles filantes, change de lieu d'observation, remonte ou fait avancer le temps. « Si vous me dites où et quand vous êtes né, je peux par exemple vous montrer le ciel qui était au-dessus de votre tête ce jour-là. Le projecteur astronomique permet aussi de se-projeter dans l'avenir. en révélant avec une extrême précision comment seront positionnées les planètes dans cinq, dix, cent, mille ou dix mille ans ... »

Grâce à trois projecteurs vidéo, Philippe Simonnet peut également projeter sous la voûte du planétarium des images récemment prises par la Nasa, l'Agence spatiale européenne ou divers observatoires astronomiques. À Reims, toute Les anneaux de Saturne invitent au voyage et à la méditation, l'équipe du planétarium suit avec beaucoup d'intérêt l'actualité spatiale, en consultant notamment les sites internet spécialisés. Lors de séances spécialisées, nous évoquons certaines missions en cours. Notre rôle est aussi de créer des passerelles entre le grand public et le monde des astronautes et de communiquer sur la recherche européenne », indique-t-il. Depuis juillet 2015, une sonde américaine transmet par exemple chaque semaine des images de Pluton que l'on peut découvrir au planétarium de Reims, lors de séances spécifiques. Le public peut aussi admirer de récentes photographies de Mars.

Un petit bijou technologique

 Philippe Simonnet ne se lasse pas de vanter les mérites du projecteur astronomique, acheté en 2013, pour l'ouverture du nouveau planétarium de Reims. Ce « petit bijou » de marque allemande, qui a coûté 400000 euros, offre une qualité d'image incomparable et permet de suivre le mouvement des astres, avec fiabilité 'et réalisme. Le directeur remarque que certains jeunes visiteurs, qui restent toujours en ville, n'ont presque jamais vu un ciel étoilé et qu'ils soit parfois du mal à croire en la réalité de ce qu'ils observent au planétarium. Avec la pollution lumineuse des agglomérations, il est en effet de plus en plus rare de pouvoir observer la voûte céleste. cc Même à l'observatoire du Pic du Midi, les équipes sont gênées par les lumières de Toulouse. Pour trouver en France une zone noire, il faut se rendre dans le Lot, dans un périmètre inhabité de plusieurs kilomètres carrés, souligne Philippe Simonnet. Dans notre région, il ne faut surtout pas aller en Belgique où les autoroutes sont éclairées et, évidemment, pas du côté de la région parisienne. Mais au sud des Ardennes et en Argonne, comme entre Troyes et Châlons-en-Champagne, demeurent des espaces encore sombres, sans lumières parasites. » Or, pour trouver le noir absolu, mieux vaut se rendre élans les déserts, dont celui d'Atacama, au Chili au Chili, où l'Agence spatiale européenne s'attaque à un projet titanesque : la construction, pour 2022, du télescope géant E-ELT li qui mesurera … 39 mètres de diamètre et comptera 798 miroirs dont certains seront réalisés par la société Reosc, à Saint-Pierre-du-Perray, en banlieue parisienne.

En attendant, le planétarium de Reims offre un beau voyage loin de notre planète, dans l'immensité de l'Univers. Sublime et vertigineux.


Les anneaux de Saturne invitent au voyage et à la méditation


Philippe Simonnet qui aime partager sa passion de l'astronomie, est incollable sur les planètes.


La galaxie des Chiens de Chasse ou du Tourbillon, un tableau d'une beauté irréelle.


Parmi les milliers d‘images dont dispose le planétarium, cette vue de Pluton.
Pluton est principalement composée de roche et de glace de méthane, mais aussi de glace d'eau et d'azote gelé.
 

40.000 visiteurs et 1.200 séances par an

Le planétarium de Reims a été créé en 1980, dans les bâtiments de l'ancien collège des jésuites, place Museux. C'était le premier planétarium à ouvrir en province », indique Philippe Simonnet, précisant qu'on recense aujourd'hui 22 planétariums fixes dans l'Hexagone et une centaine de planétariums itinérants. En septembre 2013, l'actuel planétarium de Reims a ouvert ses portes au 49 avenue du Général-de-Gaulle. Quelque 40.000 personnes, dont la moitié d'individuels, sont accueillies chaque année par une équipe de six salariés dont quatre animateurs. « Nous sommes satisfaits de la fréquentation car nous avio1ls comme objectif 35.000 visiteurs par an », souligne le directeur de la structure municipale. Ouvert 360 jours par an, et disposant d'un budget de fonctionnement de 44.000 euros, le planétarium de Reims propose chaque année 1.200 séances pour les groupes et les individuels, néophytes ou avertis. Par ailleurs, Philippe Simonnet et son équipe organisent plus d'une centaine d'ateliers et des conférences jeudi 14 avril, à 19 heures, le planétarium proposera, non pas dans ses locaux mais à la médiathèque Falala, one conférence sur le thème « Aurores polaires .-Ia Terre dans le vent du soleil ». Entrée gratuite

 
La planète Saturne est la 6ème planète du système solaire par ordre de distance au soleil

Valérie COULET 

Extrait de l'union du 11/04/2016

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Regarder les planètes pour de vrai au planétarium de Reims

 img1.gif

Le mercredi 25 février, le planétarium de Reims (49, avenue du Général-de-Gaulle) propose de découvrir les astres aux télescopes, depuis son parc. Au programme : les cratères de la Lune, la planète Jupiter et ses satellites… L’espace muséographique sera ouvert gratuitement de 18 à 21 heures, une mini-conférence sur ce qu’on peut observer le soir est prévue à partir de 18 heures, les observations aux télescopes et repérages des constellations auront lieu de 19 à 21 heures (sous réserve de conditions météorologiques). Ces activités sont libres et gratuites, penser à se munir de vêtements chauds.

tél. 03 26 35 34 70, planetarium@mairie-reims.fr.

Extrait de l'uion du 13/02/2015

    

      

  Répertoire  

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Planétarium de Reims, Voyage magique dans les étoiles

img1.gif

    Plonger le regard dans le ciel étoilé en s’émerveillant du spectacle que la nature projette sur l’écran noir de la nuit… C’est ce que le nouveau Planétarium de Reims propose au public de vivre sous sa nouvelle coupole, avec un confort accru, une représentation très réaliste du ciel et des programmes enrichis qui permettent de découvrir le mouvement des planètes, les principales constellations, les dernières découvertes astronomiques… Depuis son ouverture en septembre 2013, il connaît un succès de fréquentation qui montre que la science peut être attractive quand elle donne à voir, comprendre et rêver.   

    

Technologie et convivialité

La coupole est équipée d’un projecteur astronomique de dernière génération, avec LED et fibre optique, qui permet de reconstituer la magie d’un ciel de campagne (plus de 7000 étoiles projetées). La haute technologie ne fait pas perdre la dimension conviviale et humaine des séances dont la plupart sont commentées en direct par des animateurs passionnés.

Ateliers

Le Planétarium assure la diffusion de la culture scientifique avec toute la pédagogie nécessaire, soit par les séances tous publics, soit par des conférences hors les murs, soit par des ateliers spécifiques pour le public scolaire, pour les étudiants de l’URCA et pour les adultes qui veulent approfondir leurs connaissances.

Espace muséographique

    

D’accès libre, le très bel espace muséographique présente, sous une lumière atténuée, une frise du temps, des représentations de la Terre et du système solaire mais aussi la fameuse horloge astronomique de Jean Legros, unique en son genre, capable de donner la date des prochaines éclipses et la position exacte des planètes autour du soleil.

Itinérant

Pour les publics éloignés de Reims, l’équipe du Planétarium dispose d’une coupole gonflable qu’elle peut transporter facilement et installer en milieu fermé pour des séances d’initiation à l’astronomie. Le Conseil général apporte son soutien aux animations délocalisées dans la Marne.

Chiffres 2014

- Coupole de 8 m de diamètre

- 48 places assises

- + 75 % de fréquentation par rapport à l’ancien planétarium

- Plus de 10 000 scolaires accueillis, dont 25 % extérieurs à l’agglomération rémoise

- 1 400 séances publiques

- une centaine d’ateliers

Thèmes des séances

- Cette nuit sous les étoiles 

- Mais où est passée l’étoile du Berger ?

- L’énigme de l’étoile de Noël

- Horizons cosmiques

- Légendes du ciel d’hiver

- Dernières nouvelles des planètes 

- Le ciel aux quatre saisons

Informations pratiques

 

49 av du général de Gaulle à Reims

Réservation conseillée au 03 26 35 34 70

Standard ouvert du lundi au vendredi : 9h-12h / 14h-17h30, et les samedi et dimanche : 14h-18h

Fermeture du Planétarium les 25 décembre 2014 et 1er janvier 2015

Accessibilité

deux places réservées aux personnes en fauteuil

un système audio pour les personnes mal entendantes

un ouvrage en braille, des maquettes et jeux en 3D pour les personnes non voyantes

Accès

tram A et B + lignes de bus 7 et 11 : arrêt Franchet d’Esperey

Halte ferroviaire Franchet d’Esperey sur la ligne TER Reims-Epernay

Programmes complets et tarifs en vigueur sur : www.reims.fr/planetarium

  Extrait de MagMARNE N° 50 de 12/2014

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La tête dans les étoiles au planétarium 


Le nouvel espace muséographique pennet une découverte de notre système solaire, de manière rudique. François Nascimbeni

 Avec des séances multiples et une nouvelle scénographie permettant au visiteur de préparer son voyage' sous les étoiles, le Planétarium de Reims est la sortie à ne pas manquer cet été.

 Déjà plus de 40 000 visiteurs ont foulé le sol du nouveau Planétarium de Reims, depuis son ouverture en septembre 2013. Et nul doute que ce chiffre va encore grimper cette année grâce à la nouvelle scénographie du sas d'entrée, dévoilée au public le 5 juillet. Imaginée par l'Italien Thomas Pilati, Ce nouvel espace d'attente aux couleurs ces planètes et des étoiles, permet de se mettre sans attendre dans l'ambiance. Dans une atmosphère clair-obscur, sur fond musical, les visiteurs peuvent désormais flâner gratuitement au gré des tableaux, pédagogiques et ludiques, qui s'offrent à eux, avant d'entrer - ou pas - sous la coupole, climatisée, 

Cette nouvelle scénographie s'organise en effet autour d'une frise de 40 m de long, divisée en trois thèmes: la Terre et le système solaire, la place de l'homme dans le temps, en lien avec l'horloge astronomique de Jean Legros (désormais associée à une borne interactive tactile), et la place du soleil dans l'univers. 

Des vidéos de 3 minutes à voir sur des écrans 18"; des projections en continu sur des panneaux en tulle de 5 m' consacrées au système solaire, à la mesure du temps et aux galaxies dans l'univers des jeux scientifiques pour tous, des éléments visuels, textuels, et un coin lecture confortable, le tout accessible aux personnes à mobilité réduite ... tout est fait pour donner au visiteur de s'attarder dans cet espace hors du temps ... avant, et après son voyage sous la coupole.

 La coupole, où les séances des sept programmes de l'été se poursuïvent jusqu'au 31 août.

Au menu,

  « Le ciel aux quatre saisons », « Mais où est passée l'étoile du berger? », « Cette nuit sous les étoiles », « À l'échelle de l'univers » , « Horizons cosmiques » « L'eau: une aventure cosmique » et « Dernières nouvelles des planètes •.

MARION DARDARD

Planétarium de Reims, 49, avenue du Général-de-Gaulle à Reims. Tram A et B et bus 7 et 11, arrêt Franchet-d'Esperey. ; gare TER Franchet-d'Esperey.

 Extrait de l'union du 26/08/2014

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le nouveau planétarium de Reims inauguré

Coupure de ruban, de discours, et de champagne. « Il est particulièrement remarquable par la qualité de son ciel [...]


Le nouveau planétarium a été inauguré hier.

Ça y est, le nouveau planétarium rémois a été inauguré hier. À renfort de coupure de ruban, de discours, et de champagne. « Il est particulièrement remarquable par la qualité de son ciel », commente en connaisseur Agnès Acker, venue spécialement de Strasbourg en tant que fondatrice de l'association des planétariums de langue française.

Rappelons que ce petit bijou de quelque 3,4 millions est désormais situé au 49 de l'avenue du Général-De-Gaulle, à deux pas de la gare ferroviaire Franchet-d'Espérey, et à la jonction de deux quartiers ne figurant pas parmi les plus favorisés, Wilson et Croix-rouge, emplacement qui lui a valu un coup de pouce financier de l'Etat via les fonds européens comme l'a rappelé le sous- préfet. Après les personnalités hier, place sera laissée au public aujourd'hui samedi et demain. Et ce sera entrée libre, de 10 à 21 heures. Idem pour le week-end suivant des 14 et 15 septembre, qui sera en plus agrémenté d'animations musicales (quatre le samedi, trois le dimanche) dans le cadre des journées du patrimoine. Les week-ends d'après, la plage horaire deviendra 13 h 45-18 h 30, et les séances, elles, deviendront payantes (6 euros pour les adultes, 3 pour les moins de 18 ans et étudiants).

A.P

Extrait de l'uion du 07/09/2013

    

      

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Planétarium se déplace et s’agrandit

 

Dans son volet culturel, le projet Reims 2020 prévoit un redéploiement dans la ville de nouveaux équipements pour en faire des points d’attraction dans les quartiers et les rendre plus facilement accessibles aux habitants, en particulier à ceux qui n’osent pas toujours entrer dans les lieux de culture. L’ouverture fin 2013 à Franchet d’Esperey du nouveau Planétarium de Reims s’inscrira dans cette logique d’équilibrage et d’ouverture

img1.gif

Planètes, étoiles, constellations, galaxies, satellites, astéroïdes, comètes… : une vie mystérieuse se développe au-dessus de nos têtes, que nous pouvons à peine percevoir et difficilement comprendre, à moins de fréquenter le Planétarium de Reims où les espaces célestes sont présentés par thèmes avec toute la pédagogie nécessaire et la magie utile. Chaque année, environ 30000 personnes, scolaires et adultes, s’offrent ainsi, place Museux, une vivante leçon d’astronomie, un voyage immobile dans le système solaire.

L’un des plus fréquentés

Il existe 21 Planétariums fixes en France, dont 4 dans le quart nord-est. S’il est actuellement le plus ancien de province et le plus petit de France avec 40 places, celui de Reims est l’un des plus fréquentés en proportion de sa capacité d’accueil, preuve de la qualité de sa programmation et de sa convivialité. Cependant, en dépit des améliorations apportées depuis sa création en 1979-80, les évolutions technologiques récentes et les nouvelles normes de confort plaidaient pour la modernisation de cet équipement. De surcroît, la montée en effectif du collège universitaire de Sciences Po dans l’ancien collège des Jésuites impliquait son transfert. Solution retenue : construire un nouveau Planétarium à la place du gymnase de l’ancienne école Franchet d’Esperey. Posté à la lisière des quartiers Wilson et Croix Rouge, dans le voisinage de l’antenne de l’ESAD et de la pépinière Art & Design, il aura l’avantage d’être visible et facilement accessible grâce à la proximité immédiate d’un point de correspondance tramway, bus, TER.

En forme d’ellipse

Conçu avec le directeur Philippe Simonne. l’architecte Jean-Paul Bonnemaison et les services de la Ville, le projet comporte une structure plate sur pilotis, en forme d’ellipse, qui enveloppera les espaces d’accueil et d’exposition (à éclairage atténué pour préparer l’oeil à l’obscurité), la salle pédagogique (avec tableau blanc interactif) et les locaux administratifs. Du centre de l’ellipse émergera le dôme en staff de la coupole de 8 m de diamètre (contre 6 m aujourd’hui) qui pourra accueillir 50 spectateurs (la capacité d’un car) et réservera des places aux personnes en fauteuil. Cet agrandissement a été limité pour conserver au Planétarium la taille humaine qui fait son charme. Les visiteurs pourront profiter aussi des espaces verts au pied de la structure. Toute ressemblance visuelle avec la géométrie du système solaire ne sera pas fortuite mais délibérément recherchée par l’architecte qui a mis le bâtiment en harmonie avec sa fonction.

Concentré de technologies

La coupole sera équipée d’un projecteur astronomique dernière génération avec projecteurs d’étoiles à LED et fibre optique, dont la fabrication est en cours en Allemagne dans les usines de la société Zeiss, leader mondial en optique de haute technologie. « Même s’il constitue l’élément essentiel et indispensable du dispositif, on ne peut pas concevoir les programmes des séances sans ajouter des images et des vidéos qui permettent d’accompagner le commentaire et de compléter la représentation de la voûte céleste. Dans la nouvelle configuration, la plupart des petits projecteurs d’effets spéciaux utilisés dans le Planétarium actuel seront remplacés par des projections numériques » précise Philippe Simonnet. Au final, l’ensemble du système donnera une représentation plus réaliste, plus animée, plus spectaculaire du ciel, avec plus de 7000 étoiles projetées, et permettra de développer nouvelles fonctionnalités qui viendront renforcer l’attrait pédagogique du Planétarium.

Chantier en route

Le chantier vient de démarrer par les travaux de déconstruction du gymnase. Il devrait s’achever au dernier trimestre 2013. Dans une seconde tranche d’aménagement, le site disposera de maquettes des planètes à l’échelle et des dispositifs d’information pour les personnes déficientes sensorielles. En attendant de renforcer ses services et de s’ouvrir à un nouveau public local et touristique, le Planétarium reste ouvert rue Museux, y compris aux vacances  scolaires, et poursuit ses activités de vulgarisation de la culture astronomique, dont une partie s’effectue hors les murs, dans les Maisons de quartier, les écoles, les campus ou les communes rurales de la région, grâce à sa structure gonflable mise en circulation en 2009 ??

C. R

VRI 289 - 05-2012

    

      

  Répertoire