Le Parc de Champagne  
 

ex POMMERY

 Sites à visiter

 

  Parc  

 

Répertoire

   La Presse   

 

 

 

 

Nouvelles installations au Parc de Champagne
Le parc de Champagne, à Reims, devrait retrouver sa vocation sportive

Le parc de Champagne d'hier à aujourd'hui

Hervé, l'ange gardien du parc de Champagne à Reims
Le collège d'athlètes aurait eu 100 ans
Bientôt le centenaire du Collège des athlètes 

La Terre vue...du Parc de Champagne
La Terre vue du ciel
Yann Arthus-Bertrand expose au Parc de Champpagne

L’éphémère aventure du Collège d’athlètes de Reims
02/10/2013 - Le collège d'athlètes fêté mais ses vestiges négligés
Le collège d'athlètes aurait eu 100 ans
Le Collège d’athlètes

Le Parc de Champagne à Reims
Chronique d’une renaissance annoncée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouvelles installations au Parc de Champagne

Le parc, accueillant près de 370 000 visiteurs à l’année, se dote cette année   encore de nouveaux aménagements et écrit ainsi une autre page de son histoire


Le parc centenaire et verdoyant propose régulièrement des nouveaux aménagements pour tous les goûts : détente, sports et culture

Deux terrains de beach soccer ont été aménagés à la place de la piste de l’ancien collège d’athlètes. Ceci va permettre d’accueillir la finale du « National Beach Soccer ». La construction de toilettes avait débuté en automne 2017. Elles sont également accessibles aux enfants et aux personnes à mobilité réduite. Elles devraient être ouvertes à partir de cette semaine. Rémi Wafflart

Situé à l’extérieur du centre-ville historique de Reims, avec ses 22 hectares et plus de 300 arbres, le Parc de Champagne n’en est pas moins au cœur de l’histoire de la ville. Devenu Parc de Champagne en passant sous la direction de la ville de Reims en 2004, celui-ci ne cesse de se développer depuis.

NOUVEAUX AMÉNAGEMENTS

Cette année, deux nouveaux équipements voient le jour : des toilettes à proximité des aires de jeux et deux terrains de beach soccer en lieu et place de la piste de l’ancien collège d’athlète.

Environ dix toilettes ont donc été construites à l’intérieur d’un bâtiment en bois vernis qui tend à se fondre dans le paysage. « Les locaux sont vraiment neufs, cela fait du bien. On a aussi installé des toilettes spéciales pour les handicapés et les enfants. » précise Éric Lavoisy, le directeur des espaces verts à la ville de Reims.

En plus, des robinets pour laver les pieds ont été posés pour permettre à ceux qui auraient profité de la plage au fond du parc de repartir sans un grain de sable.

Ce bloc sanitaire, qui coûte 380 000 euros, a été construit à proximité des jeux pour enfants. Ainsi, il ne sera plus question de traverser tout le parc pour se rendre dans les anciens WC qui resteront ouverts néanmoins.

Deux terrains de beach soccer sont également en cours d’installation. Reims a en effet été choisie pour accueillir la finale du « National Beach Soccer » du 10 au 12 août. Le parc deviendra à cette occasion, la capitale du beach soccer. Mais, une fois la compétition terminée, le stade de sable restera, ce qui devrait plaire aux sportifs du parc.

Après l’accrobranche pour les enfants et la ruche pédagogique (qui devrait revenir l’année prochaine), le parc de Champagne se renouvelle constamment. Néanmoins, Éric Lavoisy confie que ce seront certainement les derniers aménagements : « On commence à avoir fait le tour. Je ne vois pas ce que l’on pourrait ajouter. »


«
 Après les toilettes et le beach volley, rien d'autre n'est prévu en aménagements. On commence à avoir fait le tour du parc. »
Eric LAVOISY

AU DÉPART, UNE IDÉE PRODIGIEUSE ET UN PEU FOLLE

CONSTRUIRE UN PARC DESTINÉ AU PERSONNEL DE LA MAISON DE CHAMPAGNE POMMERY SUR UN VASTE TERRAIN DÉSERTIQUE ET CAILLOUTEUX, TELLE FUT LA PRODIGIEUSE ET UN PEU FOLLE IDÉE DU PETIT-FILS DE LA VEUVE POMMERY : LE MARQUIS MELCHIOR DE POLIGNAC. LES PLANS ONT ÉTÉ ÉLABORÉS PAR UN PAYSAGISTE RÉMOIS, ÉDOUARD REDONT QUI DIRIGEA PENDANT DEUX ANS LES TRAVAUX ET FIT PLANTER PLUS DE 1 000 ARBRES. AVEC L’INAUGURATION OFFICIELLE DU PARC LE 23 JUILLET 1912, LE MARQUIS SIGNA AINSI L’ŒUVRE LA PLUS IMPORTANTE DE SA VIE ET MARQUA POUR TOUJOURS LA CITÉ DES SACRES DE SON EMPREINTE COMME IL L’AVAIT TOUJOURS SOUHAITÉ. L’HISTOIRE DU PARC, AU-DELÀ DE SA PROXIMITÉ AVEC LE CHAMPAGNE, EST INTIMEMENT LIÉE À CELLE DU SPORT.

EN 1913, LE COLLÈGE D’ATHLÈTE EST CRÉÉ. GEORGE HÉBERT VA Y ENSEIGNER SA CÉLÈBRE « MÉTHODE NATURELLE ».

LA VIE DU COLLÈGE EST TRÈS COURTE CAR LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE VIENT DÉTRUIRE LE PARC QUI N’EST PLUS QU’UN AMAS DE RUINES EN 1918 MAIS IL A MARQUÉ INDÉNIABLEMENT L’HISTOIRE DU PARC.

AU CŒUR DES ÉVÉNEMENTS

DEPUIS, LE PARC A CONNU D’AUTRES HEURES DE GLOIRE SPORTIVES, NOTAMMENT À L’ÉPOQUE DE LA GRANDE ÉQUIPE DE STADE DE REIMS PUISQUE LES JOUEURS VENAIENT S’Y ENTRAÎNER.

DÉLAISSÉ CULTURELLEMENT, LORS DES GRANDS ÉVÉNEMENTS, PENDANT QUELQUES ANNÉES : LE PARC POMMERY REBAPTISÉ LE PARC DE CHAMPAGNE REVIENT SUR LE DEVANT DE LA SCÈNE PUISQU’IL OFFRE UN CADRE AMBITIEUX À NOMBRE D’ÉVÉNEMENTS CULTURELS COMME LE CONCERT PIQUE-NIQUE DES FLÂNERIES MUSICALES, LE FESTIVAL LA MAGNIFIQUE SOCIETY OU LA FAN ZONE POUR LA COUPE DU MONDE.

LE PARC DE CHAMPAGNE N’EN A PAS POUR AUTANT OUBLIÉ SES FONCTIONS ORIGINELLES PUISQU’IL CONSERVE SA VOCATION SPORTIVE AVEC BON NOMBRE D’ÉVÉNEMENTS AU COURS DE L’ANNÉE COMME LE CYCLOCROSS DE REIMS, LE TOURNOI DE BEACH-VOLLEY, LE CONCOURS DE SAUTS D’OBSTACLES PAR LA SOCIÉTÉ HIPPIQUE DE REIMS OU ENCORE LES CHAMPIONNATS DE FRANCE DE MARCHE NORDIQUE…

AINSI, DEPUIS QUE LA VILLE DE REIMS GÈRE LE DOMAINE, CELUI-CI S’EST CONSIDÉRABLEMENT DÉVELOPPÉ. ERIC LAVOISY LE DIT LUI-MÊME : « QUAND ON A RÉCUPÉRÉ LE PARC, TOUT ÉTAIT À REFAIRE, LES ÉQUIPEMENTS, L’ENTRETIEN DES ARBRES ET BIEN D’AUTRES CHOSES. ON EST FIER D’EN ÊTRE ARRIVÉ À CE RÉSULTAT AUJOURD’HUI. »

AUJOURD’HUI, PETITS ET GRANDS PEUVENT PASSER UN BON MOMENT DANS CE CADRE CHAMPÊTRE. EN CE MOMENT, LES VISITEURS PEUVENT NOTAMMENT PROFITER DE LA PLAGE AU FOND DU PARC, UNE INSTALLATION ÉPHÉMÈRE PRÉSENTE JUSQU’À LA FIN DU MOIS DE SEPTEMBRE.

UN FILET A ÉTÉ INSTALLÉ POUR LES SPORTIFS, LES ENFANTS BÉNÉFICIENT D’UNE IMPORTANTE SURFACE DE SABLE POUR FAIRE LEURS CHÂTEAUX ET LES PERSONNES VENUES SE DÉTENDRE POURRONT PASSER UNE BONNE JOURNÉE EN SE REPOSANT SUR DES TRANSATS DE COULEURS.

IL Y A LA PLAGE MAIS ÉGALEMENT UNE AIRE DE JEUX POUR LES ENFANTS, UN JARDIN AROMATIQUE, DE GRANDES PELOUSES ET BIEN D’AUTRES AMÉNAGEMENTS.

AU DÉTOUR DE CERTAINES ALLÉES BOISÉES, IL ARRIVE DE CROISER QUELQUES TOURISTES QUI EN ALLANT VISITER LE DOMAINE POMMERY ET SES CAVES CREUSÉES DANS LES CRAYÈRES, FONT UN CROCHET PAR CE PARC VERDOYANT AU MILIEU DU GRIS DE LA VILLE.

IL EST AU CŒUR DE LA MÉTROPOLE RÉGIONALE ET EN SEMBLE POURTANT SI ÉLOIGNÉ LORSQUE L’ON SE RETROUVE ENTOURÉ PAR CES ARBRES.

C’EST FINALEMENT UN LIEU DE VIE TOURNÉ VERS LA DÉTENTE, AVEC TOUS LES AMÉNAGEMENTS NÉCESSAIRES, OÙ IL EST POSSIBLE D’ALLER VOIR DES CONCERTS, DE PRATIQUER DES ACTIVITÉS PHYSIQUES OU TOUT SIMPLEMENT PIQUER UN PETIT SOMME AU MILIEU DE CES ARBRES CENTENAIRES.

370 000

C’est le nombre de personnes qui ont franchi l’enceinte du parc de Champagne en 2017. Ces données augmentent un peu plus chaque année.

La beauté des arbres à découvrir


Cédric Pollet a choisi de mettre e n avant les écorces des arbres.
Lena Levavasseur

Tous les deux ans, la ville de Reims organise, dans le Parc de Champagne, une grande exposition photo en plein air. Après « Les drôles de cabanes », en 2016, c’est au tour des arbres d’être sous le feu des projecteurs avec « La beauté des arbres ».

L’exposition est à découvrir en ce moment et jusqu’au 4 novembre. Une centaine de photographies ont été rassemblées pour mieux comprendre ce noble végétal. Quatre photographes et un botaniste livrent leur vision des arbres à travers une exposition qui arpente les chemins du parc. Tous à leur manière invitent les visiteurs à changer le prisme par lequel ils perçoivent ces témoins du temps. Avec « Arborescences », Olivier Mühlhoff superpose des photographies et questionne les visiteurs sur le souvenir qu’il garde de l’arbre observé en ville.

Cédric Pollet met quant à lui à l’honneur une partie de l’arbre délaissée du regard des personnes, l’écorce avec « Les secrets d’écorces».

Le champenois Stéphane Hette et Frédéric Hendoux proposent un sujet sur la reproduction grâce à des recherches scientifiques. Leur travail est regroupé sous le thème «Les arbres amoureux ». Enfin, Pascal Stritt, photographe rémois, donne sa vision en noir et blanc des Faux de Verzy avec « La chambre des Faux ».

L’exposition se tient dans un écrin de verdure exceptionnel. En effet, le parc possède un domaine arboré de plus de 3 000 sujets et d’une trentaine d’essence. Les érables, marronniers et buis sont les résidents majoritaires du domaine mais les visiteurs peuvent également trouver des espèces plus rares à l’image du noyer noir d’Amérique ou de l’arbre de Judée. Alors, quel meilleur endroit pour une exposition sur les arbres que d’être au milieu de tous ceux qui arborent depuis des décennies le parc de Champagne ?

Les autres points

FESTIV’ÉTÉ DU MERCREDI 29 AOÛT AU DIMANCHE 2 SEPTEMBRE

Cette année, à l’occasion des Festiv’été, le parc sera ouvert de 12h à 20h tous les jours pour que les visiteurs puissent prendre le temps de pique-niquer en famille ou entre amis tout en participant aux activités proposées de 14 à 18h. Le thème 2018 est l’ambiance carnaval. Bon nombre d’activités seront en lien avec cet univers à l’image du cirque, des échasses urbaines ou du maquillage original. Au programme également : ejector, structures gonflables, judo, foot, ateliers créatifs, bubble foot, laser game, balade en poney, BMX, athlétisme et de nombreuses autres surprises…

DES ANIMATIONS FAMILIALES TOUT AU LONG DE L’ANNÉE

Trois activités familiales sont proposées à tout moment. Il y a d’abord « Enigm’o ». Dès 10 ans, les joueurs partent pour une chasse aux trésors. Ils doivent résoudre, pendant environ deux heures, une énigme à l’aide de 22 indices répartis dans le parc.

Ensuite, la Ville propose des balades découvertes des richesses du parc dès 3 ans avec l’animation : « 60 minutes nature ». Muni d’une carte, certains lieux sont entourés et numérotés. Il faut s’y rendre pour trouver une borne en bois à poinçonner. Grâce à un texte et une photo, c’est l’occasion de découvrir à cet endroit un élément caractéristique du parc.

Enfin, parmi les nouveautés, on retrouve « Les aventures de Klé’O » : trois parcours sont proposés aux enfants dès deux ans. Ils doivent alors suivre un petit papillon nommé Klé’o qui les guide et leur explique comment trouver ses amis, leur apprend à compter et à bien manger. Un diplôme est même téléchargeable sur le site de la Ville.

Léna LEVAVASSEUR

Extraits de l' union du 01/08/2018

  

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 Le parc de Champagne, à Reims, devrait retrouver sa vocation sportive

La municipalité envisage des réaménagements pour que le parc de Champagne retrouve sa vocation d’origine. Son histoire est en effet étroitement liée à celle du sport rémois.


Le parc de Champagne continue à abriter des activités sportives. Pour qu’il retrouve sa vocation historique, la mairie réfléchit à la possibilité, par exemple, de réhabiliter les anciens vestiaires.

Des générations entières de Rémois ont foulé le parc de Champagne. Les plus anciens s'en souviennent sous le nom de parc Pommery. En 1913, Georges Hébert, officier de Marine chargé de l'instruction de la gymnastique à l'école des Fusiliers marins, y dispense sa méthode naturelle (méthode basée sur une série de mouvements) au Collège d'athlètes, un genre de Creps avant l'heure, construit par le marquis Melchior de Polignac : (petit-fils de la veuve Pommery, grand ami de Pierre de Coubertin et considéré à l'époque comme le premier grand mécène sportif de France.

« On était à ce moment-là dans un esprit de revanche des Jeux Olympiques de Londres de 1908. [es Français voulaient remonter à la première place », témoigne Olivier Hennegrave, auteur de documentaires, qui a réalisé un film sur le sujet. « C'est aussi à cet endroit, tout de suite à droite du parc, à 20 mètres, que s'est posé Henri Farman avec son biplan Voisin le 30 octobre 1908.» Le pionnier de l'aviation réalise ce jour-là le premier vol de ville à ville. Il effectue ce périple entre le village de Bouy où il s'est installé et la propriété du champagne Pornrnery (27 km), dont le propriétaire a mis un pré à sa disposition.

Situé sur la ligne de front. Le parc n'est plus en 1918 qu'un amas de ruines. Il est restauré et connaîtra ensuite de belles manifestations sportives et de grandes fêtes. Entre les deux guerres, plusieurs clubs s'entraînent dans le parc, dont deux de foot. Leur fusion donne, en 1931, la naissance du Stade de Reims. Dans les années 50, les années glorieuses, Albert Batteux devient entraîneur. Les joueurs professionnels, comme Michel Hidalgo (qui deviendra sélectionneur de l'Equipe de France), s'entraînent à Pommery et y sont abordables. Mieux, ils sont chargés d'entraîner les gamins qui rêvent de devenir champions du ballon rond. Ces gosses émerveillés de voir jouer leurs idoles ont aujourd'hui autour de 60 ou 70 ans et se souviennent d'avoir passé le ballon à Roger Piantoni, Jean-Claude Blanchard, Georges et Bernard Lech.

Jack Meurs par exemple, ancien catcheur renommé, avait commencé le sport en s'essayant au foot. Poussin et minime dans les années 46 et 47, il se rappelle avoir couru sur la pelouse avec Abenoza, Francis Méano ou Robert Jonquet. « L'entraînement, c'était souvent des jeux, un football d'improvisation, d'instinct. Puis, on a commencé à dire que le Stade de Reims était l'académie du beau jeu », se souvient-il avec émotion.

En bordure du terrain d'honneur, s'élevaient deux vestiaires et une petite tribune couverte. Les barrières en béton armé entourant les terrains ont aujourd'hui disparu, de même que la piscine. « II y avait plein de bâtiments, une vingtaine de courts de tennis en terre battue. On y pratiquait aussi le hockey sur gazon, le rugby, et l'athlétisme sur deux grandes pistes ». témoigne encore Olivier Hennegrave. Puis survient la crise dans les maisons de Champagne. Le parc et ses multiples bâtiments ne sont plus entretenus et finissent par tomber en ruine.

Depuis avril 2004, la Ville de Reims préside aux destinées de ce parc pittoresque et entretient son histoire. C'est désormais un lieu tourné vers la détente où il est possible de pratiquer des activités physiques, de loisirs, des activités culturelles avec l'organisation d'expositions, de concerts, un parc arboré où il est plaisant de se promener, un lieu d'accueil des grands événements comme le concert pique-nique des Flâneries musicales.

L'actuelle municipalité veut redonner à ce bel endroit sa vocation. Reims, ville sportive, surtout avec le foot et le circuit de Gueux, c'est le leitmotiv d'Arnaud Robinet. Et de fait, c'est bien souvent ce qui réunit les Rémois. « Et puis, comme le souligne Laure Miller, l'adjointe chargée des espaces verts, ce parc concentre un certain nombre d'atouts, comme la diversité des paysages et les dénivelés. Nous aimerions favoriser les pratiques de certains sports comme le foot et le rugby. Les terrains existent déjà. Nous ne parlons pas d'aménagements de grande ampleur, très coûteux. Et nous voulons que le parc de Champagne reste un espace partagé. Nous voulons rendre le parc un peu plus sportif mais sans frustrer les autres Rémois. Il ne doit pas être bloqué par des pratiques professionnelles. »

Bernard Landureau, I'adjoint au maire chargé des sports, révèle que la Ville airmerait y développer un cross en saison ainsi qu'un cyclo-cross. " Je travaille sur un projet de réhabilitation de l'ancien terrain de rugby où il y a des activités un peu sauvages. Ce que je vois d'un bon œil. Nous devons réfléchir aussi sur la rénovation, ou pas, des anciens vestiaires du Stade. Nous étudions les aspects techniques. Ce qui est sûr, c'est que nous allons développer les activités sportives dans le parc.

La Ville réfléchit à un éventuel projet de rénovation du terrain de rugby, actuellement utilisé à la sauvage pour des jeux en famille

Kopa: « un endroit merveilleux »


Raymond Kopa, ici à côté de Jean-Claude Blanchard

 « Le parc Pommery, pour nous, c'était I‘entraînement. » Raymond Kopa, joint par téléphone, garde un souvenir exceptionnel de ce site, « compte tenu, dit-il, de la valeur du Stade de Reims. Nous étions scellés par nos exercices qui se déroulaient là-bas. Le parc était un endroit merveilleux. C'était ouvert: Les familles pouvaient venir avec nous et assister à l'entraînement. tout simplement. Reims était la meilleure équipe de France, la deuxième d'Europe. Nous étions au-dessus des autres. C'était une autre dimension.»

Qu'est-ce qui faisait la différence ?  Là cohésion, le plaisir de jouer ?

 « C'était la qualité des joueurs. Nous étions au-dessus des autres », répond l'un plus prestigieux ex joueur du SdR, toujours président d'honneur du club Raymond Kopa reconnaît qu'aujourd'hui, avec Auguste-Delaune, Reims a un beau stade. « Tu étais d'ailleurs encore récemment pour le match contre Monaco. Mais aujourd'hui, dans le foot, il faut avoir les moyens. Il ne faut pas manquer d'argent ... »

Et à l'époque, les salaires des joueurs étaient-ils à la hauteur des exploits ?

« Nous étions payés normalement », rapporte simpleinent le Napoléon du foot toujours considéré comme l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du foot.

« Le parc Pommery ? C'était un bonheur »


Le parc était aussi le lieu de fêtes dans les pavillons du parc Pllmmery.

Jean-Claude Blanchard a évolué au Stade de Reims de 1965 à 1968, puis de 1970 à 1972. « Reims, c'est une ville charmante », assure l'ancien avant-centre, À tel point qu'il est revenu vivre dans la cité des Sacres dans les années 2000 pour finalement repartir dans sa région natale, les Pyrénées, afin de retrouver le calme de son village.

« Le parc Pornrnery, c'était un outil de travail formidable. Il y avait beaucoup de gosses », se souvient le joueur avec son petit accent du Sud-Ouest. « Tous les jeudis, il y avait une école de foot et chaque joueur du Stade entraînait un groupe de gamins. Reims, à l'époque, c'était le maillot rouge et blanc. ii n’y avait rien d'autre ... j'avais tellement envie d'en faire partie que j'ai refusé des propositions d'une dizaine d'autres istcrique, la mairie réfléchit à la possibilité, par exemple, de réhabiliter les anciens vestiaires. clubs pour venir ici. Lors de mon premier match professionnel, je me suis assis à côté de Raymond Kopa dans les vestiaires pour me préparer et j'étais tellement ému que j'ai mis mon maillot à l'envers ... Tout mes coéquipiers ont rigolé. On était détendus à l'époque même si on ne gagnait pas autant d'argent que maintenant. C'était le ballon pour le ballon. Le parc était extraordinaire pour les sportifs. Un vrai bonheur. On se déshabillait dans un tout petit chalet. L'été, on y faisait la sieste. Je me souviens aussi d'un entraînement dans la neige avec Fernand Raynaud, le célèbre humoriste, venu nous saluer.»

Bernard Lech, autre joueur célèbredes années 70, Y a effectué sa dernière saison. «  L'endroit était super agréable et les équipements superbes. On a connu une très belle période. On emmenait même nos enfants. L'année suivante, l'équipe est partie aux Thiolettes. »

Les Evénements à venir dans le parc


Le concert pique-nique des Flâneries entre autres événements.se déroule aussi dans le parc.
Archives Remi Wafllart

Le parc comprend un espace macadamisé pour la pratique du basket ou des sports à roulette, des espaces jeux pour les enfants, une aire de fitness, deux tables de ping-pong.

Il est aussi possible d'y découvrir, notamment différentes essences d'arbres, des circuits pour les scolaires. Les événements attendus commencent du 28 mai au 7 juin par le concours de sauts d'obstacles de la Société hippique, du 20 juin au 1er novembre: la plage, les 4 et 5 juillet: championnat régional de beach tennis par la ligue de Champagne de tennis, le 5 juillet : tant de percus par Acao, le 18 juillet : le concert piquenique des Flâneries musicales, du 26 au 30 août : Festiv'êtê, les 12 et 13 septembre: journées de la forme par l'EFSRA, les 19 et 20 septembre: journées du patrimoine, les 2, 3 et 4 octobre : le week-end de l'arbre ; le 10 octobre: cross de l'UGSEL et le 13 décembre : le cross national de la Ville de Reims par l'EFSRA.

ESSENTIEL

Le parc Pommery a été créé en 1909 par la maison de champagne afin de permettre au personnel des caves de faire du sport et bénéficier du grand air et aussi pour marquer Reims de son empreinte. .

Avec la crise dans les maisons de champagne, le parc n'est plus autant entretenu et les bâtiments finissent par tomber en ruines. En 2004. le parc est cédé à la Ville et aujourd'hui s'y déroulent de grandes manifestations sportives et culturelles

Les REPERES

 Inauguré le 23 juillet 1912

Ce jour-là, 23 000 spectateurs acclament 27 athlètes de retour des JO de Stockholm. Toute la presse est là pour relater l’événement et parler du magnifique parc.

Le cross du canal 51 se déroulait dans le parc Pommery

Impossible d'évoquer le parc sans parler du cross du canal 51. Pascal Fetizon  toujours rémois, a participé à la première édition de cet événement sportif, en 1977 Il 1a gagne dans toutes le catégories, sauf chez les seniors où il est arrivé sur la deuxième marche du podium, en 1990. « C'était très bien pour la région. Une super organisation. Il y avait beaucoup de monde. C'était ouvert aussi aux non-licenciés ».

22 - C'est le nombre d'hectares que compte le parc de Champagne.

200000 - Le nombre de visiteurs chaque année dans le plus grand parc rémois.

Créé par un grand paysagiste rémois.

Les plans du parc ont été élaborés par un architecte paysagiste, le Rémois Edouard Redont, qui a su donner à cet ensemble le charme d’un jardin d’agrément.

LE JARDIN DE SIMPLES.

Le jardin de simples est élaboré sur environ 2 000 m2. On y trouve des plantes médicinales comme la camomille, la bardane ou la sarriette. Une promenade pleine de vert !

Extraits de l' union du 27/05/2015

  

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

  

 

Le parc Pommery d'hier à aujourd'hui

 



La première photo a été prise en 1918. L'entrée du parc est restée quasiment à l'identique.

Le parc Pornmery a été installé en 1909 sur de vastes espaces qui s'étendent sur 22 ha près de la société du champagne Pornmery & Greno pour permettre aux ouvriers des caves de faire du sport et bénéficier des bienfaits de la nature.

Pendant plus de cent ans, des manifestations sportives, patriotiques, culturelles, musicales, environnementales s'y dérouleront,

D'autres clichés de Reims, saisis à différentes époques, sont visibles sur le site www.reimshieretaujourdhui.com

Extraits de l' union du 24/11/2014

 http://www.lunion.com/region/a-reims-le-parc-pommery-ia3b24n432017

 

Du parc Pommery au parc de Champagne

En 1928, lors de la fête fédérale de la gymnastique féminine

De nos jours. la tribune couverte et les barrières en béton armé en bordure du . tèrrain d'honneur ont disparu.
Coll. L leroy- M. Thibault

C'est en 1909 que le parc Pommery (aujourd'hui parc de Champagne) a été installé sur de vastes espaces qui s'étendaient sur 22 hectares près de ia Société champagne Pommery & Greno afin de permettre au personnel des caves de faire du sport et bénéficier ainsi des bienfaits de la nature. En avril 1913, Georges Hébert, dispensant sa méthode naturelle, réalise le collège d'athlètes avec gymnase et piscine, un Creps avant l'heure. Il connaîtra des heures de gloire avec la visite duprésident de la République Poincaré.

Entre les deux guerres, la Société sportive du parc Pornmery donnera naissance au Stade de Reims. En bordure du terrain d'honneur, s'élevaient deux vestiaires et une petite tribune couverte, Les barrières en béton armé entourant les terrains ont aujourd'hui disparu. La piscine et les courts de'tennis également.

• D'autres clidlés de Reims. saisis à différentes époques. sonl visibles sur le site

   www.reimshieretaujourdhui.com

Extraits de l' union du 18/10/2014

  

    

  Répertoire  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La Terre vue...du Parc de Champagne

Manifestation initiée par l’équipe municipale sortante, le très médiatique Yann Arthus-Bertrand expose, jusqu’au 5 novembre prochain au Parc de Champagne, près de 120 photographies tirées de ces pérégrinations dans les airs et à travers le monde.


Yann Arthus-Bertrand : « Auparavant, j’étais déjà écolo, aujourd’hui, j’ai une vision plus globale de la fragilité de la planète

La foule des grands jours (curieux, élus de tout bord, personnalités rémoises), certainement motivée par les rayons de soleil printaniers, avait fait le déplacement mercredi après-midi pour accueillir le photographe Yann Arthus-Bertrand, venu présenter son exposition de photos dans le Parc de Champagne. Décontracté, bob vissé sur le crâne, en tenue de gentleman-farmer, le photographe le plus médiatique de la planète, s’est réjoui du cadre verdoyant mettant en valeur ses 120 photographies disséminées aux quatre coins des 22 hectares du parc historique (les structures supportant les clichés sont permanentes et seront donc réutilisables par d’autres artistes). 120 photos comme 120ème exposition des clichés de « La Terre vue du Ciel » promenée à travers le monde entier depuis maintenant 14 ans. « Si l’idée a germé en 1992 à la suite de la conférence de Rio sur le réchauffement climatique, depuis j’ai survolé près d’une centaine de pays et réalisé 500 000 photos, ce qui me permet de renouveler régulièrement les clichés et de mettre à jour les légendes accompagnant les prises de vue ».

Revenant tout juste de Lagos au Nigéria, après des péripéties il y a quelques mois en Argentine où il s’est retrouvé consigné dans son hôtel pendant une semaine, le globe-trotter de 61 ans aimerait maintenant photographier la Chine et l’Inde, « des pays qui réunissent près de 2,5 milliards d’habitants. Mon travail, c’est d’amener l’écologie au coeur de la conscience. D’autres ont exprimé la même chose avant moi, mais moins médiatiques, ils étaient moins entendus ».

Une PME grandeur nature

À la tête d’une petite entreprise qui ne connaît pas la crise, entouré d’une équipe jeune et vigilante (même si Yann Arthus-Bertrand utilise abusivement le « je »), les projets de YAB se multiplient. Ainsi dans les cartons, s’entassent pèle-mêle, un film produit par Luc Besson, une nouvelle série d’émissions pour le petit écran, la mise en place d’une colonie de vacances estampillée « développement durable », la gestion de l’association « Goodplanet.org » et la mise sur pied au Grand Palais l’an prochain de la suite de son expo actuelle, intitulée « 6 Milliards d’Autres ». Loin d’être blasé, YAB est toujours aussi enthousiaste, « c’est un travail qui demande beaucoup d’énergie et de passion, j’ai de la chance de faire tous ces voyages, ce sont autant de cadeaux que j’ai reçus ».

Autre particularité de l’exposition, à partir de la mi-juin, un grand jeu axé sur le développement durable, permettra au public de découvrir une multiplicité d’idées concrètes pour consommer de manière plus citoyenne et écologique.

Exposition « La Terre vue du Ciel » jusqu’au 5 novembre au Parc de Champagne. Entrée gratuite.

O.M

         Extraits de l' hebdo du vendredi N°74 du 02/05/2008

  

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 La Terre vue du ciel

Parc de Champagne

  

L’exposition des oeuvres du célèbre photographe Yann Arthus-Bertrand, acteur efficace de la défense de l’environnement, a déjà rassemblé près de 80 000 visiteurs. L’exposition propose 120 clichés grand format de l’artiste pris en hélicoptère. Cette promenade militante se veut aussi pédagogique. En effet, chaque visiteur peut se déplacer sur un planisphère géant, fourni par l’Institut géographique national, et localiser les différents pays photographiés. Particularité de l’étape rémoise de l’exposition, un jeu sur le développement durable à Reims et en Champagne vient compléter le dispositif. Installées sur l’ancien Collège d’athlètes, 21 poches proposent au public la découverte de quelques actions concrètes menées dans le sens du développement durable dans notre région.

> Exposition entièrement gratuite. Parc de Champagne, 10, avenue du Général Giraud à Reims.

Jusqu’au 5 novembre 2008

Extrait de VRI N° 247 

  

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


ÉVÈNEMENT

 Yann Arthus-Bertrand expose

au Parc de Champpagne

Le plus grand espace vert de la ville accueille jusqu‘au 5 novembre 2008, une exposition inédite de 120 photographies aériennes issues du projet La Terre vue du ciel. Une balade inoubliable autour de notre planète à deux pas de chez vous, doublée d’une invitation à prendre conscience de sa fragilité.
 
 
La terre vue du ciel, un portrait aérien de notre planète pour un développement durable, jusqu’au 5 novembre

http://www.yannarthusbertrand.org 

 Le coeur de Voh, cette clairière dessinée par la nature sur l’île de Grande-Terre en Nouvelle-Calédonie, est peut-être l’une des plus célèbres photos de Yann Arthus-Bertrand. Elle s’impose naturellement comme si la planète voulait nous rappeler, de tout son coeur, que de sa préservation dépend notre survie. C’est le premier cliché que l’on aperçoit dans l’allée à droite de l’entrée. De l’autre côté, les neiges disparues du Kilimandjaro, en Tanzanie, nous adressent un signal plus inquiétant. « Il s’agit de notre grande exposition estivale. Elle démarre plus tôt que les autres années parce que nous souhaitons travailler avec les scolaires » explique Christine Lombard, Chef du service animations des espaces verts de la ville. « Plus qu’une exposition, c’est un évènement sur le développement durable avec une scénographie spécifique au Parc de Champagne, selon un cheminement réalisé avec l’équipe de Yann Arthus-Bertrand. » La taille des photographies - 120 cm x 180 cm frappe d’emblée. Installées sur 60 structures réparties dans le parc, elles sont accompagnées de légendes et de commentaires rédigés en français et en anglais. Surprenantes également, les nuances dominantes qui tranchent agréablement avec le vert profond des grands arbres et des massifs. Au bleu vif de la mer entourant le Corcovado surplombant la ville de Rio de Janeiro au Brésil, répond le rose duveteux d’un rassemblement de flamands sur le lac Nakuru au Kenya, les sables dorés du banc d’Arguin en Gironde ou encore les couleurs bigarrées de la mosaïque de parasols du marché de Xochimilco à Mexico. Exaltante enfin, ette impression de parcourir le monde. De le survoler plutôt. « Cette exposition n’est pas une fin en soi mais une étape importante dans un projet qui se poursuit chaque jour. Il reste des dizaines de pays à parcourir » précise l’équipe du photographe. Pourtant la sensation est là. Toute la beauté du mondehectares. Ce qui en fait pour un temps la plus grande galerie photographique en plein air du monde.


Adeline Hazan et Yann Arthus-Bertrand lors de l’inauguration de l’exposition. 

 Ludique et pédagogique

La population mondiale s’élève à 5, 6 ou 7 milliards d’habitants ? Quelle proportion de déchets est recyclée en France chaque année, 2, 12 ou 22 %? Près de 80 % des personnes souffrant de la faim dans le monde sont des enfants, des personnes sans emploi ou des paysans ? Ces questions sont extraites d’un QCM proposé au public de 12 à 18 ans. L’une des six animations-jeux organisées dans le cadre de l’exposition. Les plus petits (3-7 ans) pourront se voir interrogés sur les animaux de La Terre vue du ciel et leur élément naturel. A partir de 5 ans et jusqu’à 12 ans, il faudra retrouver le pays d’origine de l’animal et le situer sur un planisphère géant. Sans oublier “Le développement durable” et “Le jeu du planisphère” prévus pour les enfants âgés respectivement de 8 à 14 ans et de 6 à 12 ans. Ces différents jeux sont téléchargeables sur le site monecole.fr. Ils s’adressent aux scolaires comme aux enfants venus se promener dans le parc avec leur famille. Un QCM de 25 questions est même rédigé en anglais à l‘attention des jeunes visiteurs anglophones. Les réponses sont à trouver dans l’exposition. Il suffit de bien ouvrir l’oeil. A partir de la mi-juin 2008, un grand jeu sur le développement durable impliquant différents acteurs de la ville ainsi que les partenaires de l’exposition pour tout ce qui touche à l’environnement, sera installé sur le site de l’ancien collège d’athlètes. Il permettra au public de découvrir dans 21 “poches” une mine d’idées pour consommer de manière plus citoyenne

  A. C.

Yann Arthus-Bertrand :
«
Amener l’écologie au coeur de la conscience »

Après 500000 photos réalisées un peu partout sur la planète depuis le début du projet “La Terre vue du ciel”, n’y aurait-il pas de quoi être blasé? « Au contraire, je suis toujours aussi enthousiaste et de plus en plus surpris » confie Yann Arthus-Bertrand.

« J’ai de la chance de faire tous ces voyages. Ce sont autant de cadeaux que j’ai reçus ». Le photographe travaille aujourd’hui en numérique. « Il y a trois ans, j’ai perdu tout mon matériel dans un accident d’hélicoptère. J’en ai profité pour passer au numérique. C’est beaucoup mieux. On peut regarder les photos tout de suite. Avant, je voyais mes photos longtemps après les avoir réalisées. » Des photos qui semblent parfois irréelles. « Il n’y a pas plus réel que ce que je fais. Je travaille dans la réalité » précise encore le photographe. « Avant j’hésitais à employer le mot beauté que je trouvais un peu ringard. Mais il n’y a pas d’autre mot pour définir le spectacle d’une belle image. ». Yann Arthus-Bertrand a déjà survolé plus de 100 pays mais il s’est peu rendu en Inde et pas en Chine. « J’aimerais aller dans ces pays qui réunissent 2,5 milliards d’habitants ». Au fil du temps, il acquiert une conscience de plus en plus vive de la fragilité de notre planète « J’étais déjà écolo. J’ai aujourd’hui une vision plus globale. » C’est ainsi que “YAB”, célèbre également pour ses photos de Français à leur métier, d’animaux (chevaux, chats et chiens avec leur maître, bestiaux), s’investit désormais exclusivement dans la démarche  environnementale. « Mon travail, c’est amener l’écologie au coeur de la conscience. D’autres ont exprimé la même chose bien avant moi. Parce que moins médiatiques, ils étaient peut-être moins entendus. Ils nous disaient : “Faites gaffe! Faites gaffe!”. » Les projets se multiplient. Un film, Boomerang (titre provisoire) produit par Luc Besson « un énorme projet ». Une nouvelle série d’émissions pour la télévision. La mise en place d’une colonie de vacances “développement durable” en partenariat avec la Ligue de l’Enseignement. Une association à gérer, Goodplanet.org, qui vient d’éditer un catalogue 1000 façons de consommer responsable ou encore 6 milliards d’Autres, projet qui complète naturellement La “Terre vue du Ciel” et qui connaîtra son aboutissement dans le cadre d’une exposition au Grand Palais l’an prochain. « C’est un travail qui demande beaucoup d’énergie et de passion. Je ne peux pas le faire seul. Je suis à la tête d’une petite entreprise, entouré d’une équipe jeune et vigilante qui ne laisse rien passer. »

Extrait de VRI N° 246

  

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


HISTOIRE

 Le Collège d’athlètes

l’épopée éphémère d’une école de champions

img1.gif

  Installé dans le Parc Pommery (aujourd’hui Parc de Champagne) au début du siècle, le Collège d’athlètes, concrétisation du rêve du marquis de Polignac, a disparu avant même de porter ses fruits. Il reste néanmoins la première expérience d’une école du sport de haut niveau en France.

 1870. La défaite de la France contre la Prusse plonge le pays en plein désarroi. La perte de l’Alsace et de la Lorraine nourrit l’espoir d’une revanche. La Troisième République, qui succède au Second Empire, n’aura de cesse d’attendre son heure. C’est dans ce contexte si particulier qu’une idéologie guerrière, voire belliqueuse, s’immisce dans toutes les strates de la société, et notamment dans le monde sportif. Le sport et la culture physique doivent en effet préparer les futurs soldats. A Reims, comme partout en France, fleurissent des sociétés de gymnastique et de tir aux noms explicites : la Sentinelle, la Gauloise, la Fraternelle ou encore celle des Volontaires d’Alsace-Lorraine. Une réalité qui tranche singulièrement avec le discours de Pierre de Coubertin qui, le 25 novembre 1892 à la Sorbonne, lance un appel au rétablissement des Jeux Olympiques.

Un Eden pour les sportifs

Les JO modernes ont lieu pour la première fois à Athènes en avril 1896. Aux jeux d’Athènes, Paris (1900), Saint-Louis et Londres, les athlètes français tiennent leur rang, du moins jusqu’à ceux de Stockholm (1912) où les sportifs tricolores ne décrochent aucunes médailles. Cette Bérézina sportive est vécue comme un drame national. Un homme, le Marquis de Polignac, dirigeant des champagnes Pommery, décide de créer, sur les terres rémoises, un collège d’athlètes dont l’ambition est de former des champions aptes à redorer le blason, alors bien terne, du sport français.

Dans sa folle entreprise, le mécène Rémois trouvera son homme providentiel en la personne de Georges Hébert, officier de marine basé à Lorient et spécialisé dans l’entraînement des fusiliers marins. Convaincu par le projet de Polignac, Hébert se laisse débaucher et prend ses nouveaux quartiers à Reims. Le marquis n’hésite pas à changer la vocation de son parc, initialement conçu pour la détente des ouvriers travaillant dans les caves de Pommery, pour y installer son collège d’athlètes. Les investissements consentis par Polignac sont énormes pour doter le parc Pommery d’installations sportives de premier ordre : piste d’athlétisme, gymnase, piscine (rarissime à l’époque), plongeoir, agrès… sans oublier des statues évoquant des dieux grecs pour l’ambiance. Le Collège d’athlètes, installé dans le coeur du Parc Pommery s’impose alors comme l’Eden de la crème des sportifs français. Ces derniers viennent de toute la France profiter des structures et des conseils de Georges Hébert.

Le coup fatal de la guerre

L’entraîneur en chef met au point une technique d’entraînement qui le rendra célèbre dans le monde entier : il s’agit de la fameuse Fiche Hébert, sorte de programme d’évaluation divisé en douze disciplines censé améliorer les performances des athlètes. Connues sous le nom d’Hébertisme, ces méthodes d’entraînement seront par la suite dispensées à travers le monde durant cinquante ans. Le Collège a trois principes, novateurs pour l’époque : il doit former les futurs entraîneurs, faire gagner des médailles et, d’une façon plus secondaire, populariser la pratique de certains sports auprès des Rémois.

Le Collège d’athlètes, financé exclusivement par l’argent des champagnes Pommery, est inauguré par Raymond Poincaré, chef de l’Etat français, le 19 octobre 1913, soit près d’un an après sa fondation. Mais comme souvent dans l’histoire de Reims, la Grande Guerre mettra brutalement un terme à l’expérience puisque le Collège d’athlètes sera entièrement détruit . Georges Hébert, rappelé par la Royale, perdra son bras droit dans une bataille en Belgique et peu de pensionnaires du Collège, pourtant si prometteurs, reviendront vivants de la guerre. Un monument leur est d’ailleurs dédié à l’entrée du parc.


Georges Hébert quittera la direction du collège d’athlètes pour rejoindre le front en 1914. 

DU PARC POMMERY AU PARC DE CHAMPAGNE

Initialement prévu pour les ouvriers des champagnes Pommery, le parc est créé à l’initiative du marquis de Polignac et dessiné par l’architecte Edouard Redont. Il faut s’imaginer l’ampleur des travaux. Le site du parc servait à entreposer la craie issue du creusement des crayères. Il a fallu déplacer 400000 m3 de craie et y faire venir 200000 m3 de terre pour rendre l’endroit fertile. Des arbres aux essences rares y ont été plantés. Après deux ans de travaux, le parc ouvre ses portes. Très vite, Polignac y a installé son Collège d’Athlètes et a multiplié le nombre des infrastructures sportives. En 1912, le parc Pommery accueillait sur 22 hectares des pistes de course et de saut, des emplacements pour le lancer de poids, un terrain de hockey, un terrain de football, cinq courts de tennis, une salle d’escrime, un gymnase, une piste pour un futur vélodrome, une piscine de 35 m de long et de 4 m de profondeur. La liste n’est sans doute pas exhaustive mais fait du parc Pommery un site exceptionnel pour la pratique du sport en France et même en Europe.

En 1918, le parc Pommery est le plus gros dossier des dommages de guerre à Reims. Celui-ci s’élève à 4,5 millions de Francs Or, plus que les dégâts subis par la cathédrale de Reims. Après la guerre, le parc retrouve un peu de sa vocation sportive. Il y accueille entre autres les entraînements de la mythique équipe du Stade de Reims. La Ville de Reims assure la gestion du parc depuis 2003 et le nomme parc de Champagne. Deux millions d’euros ont été investis pour sa mise en sécurité (conséquence de la tempête de 1999), y réaliser des rénovations et y installer du mobilier. Un vaste programme de restructuration du site est programmé pour 2009 en vue d’en faire un parc de loisirs et de détente de référence, capable d’accueillir de grands évènements sportifs et culturels.

Extrait de VRI N° 243 - 01/2008

  

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le Parc de Champagne à Reims

 

Anciennement Parc Pommery le parc de Champagne a pris son appellation actuelle en 2004, lors de sa reprise en gestion par la Ville de Reims. Depuis, il propose au public tout un programme d'activités culturelles, de loisirs et sportives.

Jusqu'au 5 novembre 2008, c'est " LaTerre vue du Ciel " qui y a posé ses valises : 120 photos de Yann Arthus-Bertrand et 21 idées concrètes pour notre planète

Exposition pour le développement durable, " La Terre vue du Ciel " réunit 120 photographies prises d'hélicoptère, dont une quarantaine  n'avait jamais été montrée au public, ainsi qu'un film court et des textes rédigés par des scientifiques. Présentés sur de grands panneaux au cœur du parc de Champagne à Reirns, tous les clichés sont légendes en français et anglais avec coordonnées GPS, chiffres, et statistiques-choc sur l'état du monde. Enfin, sous une tente, un planisphère géant permet de localiser en s'y baladant les différents pays photographiés, de l'Afrique au Groenland, en passant par l'Asie... ou la France !

Une histoire de haut-niveau : aménagé au début du XX° siècle par Edouard Redont, architecte-paysagiste rémois, le parc de Champagne n'aurait pas vu le jour sans l'impulsion du petit fils de la Veuve Pommery, le   Marquis Melchior de Polignac. Entre 1907 et 1909, ce ne sont pas moins de 51100 arbres et conifères qui y ont été plantés, avant l'implantation  d'équipements sportifs pour préparer les athlètes français aux jeux olympiques Restauré après la guerre, le parc est devenu dans les années 50 le lieu d'entrainement du mythique Stade de Reims avec Raymond Kopa ou Just Fontaine. Géré depuis 2004 par la Ville de Reims, il est gratuit depuis le 1er avril 2008. 

 Extrait de l'ubion du 22/07/2008

  

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Chronique d’une renaissance annoncée


12 M€ seront consacrés à la réhabilitation du Parc.

Le conseil municipal a donné le coup d’envoi d’un vaste programme de restructuration du parc de Champagne. Début des travaux prévu en mars 2009

400 m2 dédiés aux expositions, réceptions, mariages et concerts, 2000 m2 d’aires de jeux, 2600 m2 de stationnement supplémentaire… le Parc de Champagne fera bientôt peau neuve. Réuni en séance le 11 juillet dernier, le conseil municipal a décidé la réhabilitation du site et donné le coup d’envoi du concours de maîtrise d’oeuvre. Le démarrage des travaux est prévu pour mars 2009. Coût de l’opération: environ 12 millions d’euros, auxquels s’ajouteront 2 millions d’euros de maîtrise d’oeuvre. Un programme d’envergure, donc, pour ce parc créé il y a près d’un siècle et dont la Ville de Reims a repris la gestion depuis 2004. « D’une superficie de 22 ha, ce site emblématique nécessite une intervention forte » explique Jean-Marie Beaupuy, Adjoint au Maire délégué aux Espaces Verts. En effet, outre la vétusté de nombreux équipements, sa configuration actuelle ne correspond plus au projet sportif initial et ne répond pas aux exigences d’un grand parc de loisirs et de détente de référence. Le projet envisagé nourrit ainsi l’ambition de faire de ce parc un lieu privilégié pour l’accueil d’ évènements culturels, sportifs, festifs et artistiques. Un atout supplémentaire pour l’animation de la ville et son attractivité touristique.

Valoriser l’espace naturel Parmi les nombreuses orientations du programme, on citera par exemple la mise en .. Une fois encore, c’est un programme très riche qui sera proposé dans le cadre du “Mois de la Création et del’Innovation”, rendez-vous annuel des acteurs de l’économie locale destiné à dynamiser la création d’ entreprise.

Rencontres, expositions, animations, conférences… au total, une trentaine de manifestations pilotées par la Ville de Reims et de multiples partenaires rythmeront tout le mois d’octobre. Parmi les temps forts de cette 8e édition, le Forum de la création et de la reprise d’entreprise se tiendra le mardi 2 octobre au Centre des Congrès. Organisé par le réseau CréaReims, ce forum gratuit s’adresse aux futurs créateurs et repreneurs, mais aussi aux dirigeants de jeunes entreprises, aux étudiants…

Le conseil municipal a donné le coup d’envoi d’un vaste programme de restructuration du parc de Champagne. Début des travaux prévu en mars 2009. place d’un espace scénique de 200 m2 avec structures amovibles. Un espace logistique de 1900 m2, constitué de locaux pour les manifestations et l’accueil des artistes (loges, vestiaires), sera construit. La rénovation des constructions anciennes existantes permettra l’ouverture d’une buvette et l’installation de sanitaires supplémentaires. Au programme encore, la reprise des cheminements et escaliers, la remise en état des anciens terrains d’athlétisme et de rugby, l’éclairage des espaces principaux et la mise en place d’une ligne de mobiliers et d’une signalétique “aidante” pour les malvoyants. La rénovation du patrimoine végétal est par ailleurs prévue avec le remplacement de 350 arbres. Des espaces à thèmes seront également aménagés : jardins (2 000 m2), espace eau (1500 m2), espace panoramique… Autant d’initiatives qui soulignent un des axes majeurs du projet, à savoir la préservation et la valorisation de l’espace naturel.

Extrait de VRI N° 240

  

    

  Répertoire