L’église Saint Benoit

 

   

 

Notice de l'Elise

Quelques photos des visites

 Sites à visiter

 

 

 

 

Répertoire 

Quelques photos

La Presse

 

Eglise Saint-Benoît : un centenaire fêté en musique
Saint-Benoît : bientôt 100 ans

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite
avec

 

   en   

03/2008   

ARCHITECTURE -

L'église Saint-Benoît de RElMs par une rangée de vitraux, et dans la nef par deux rangées, l'une en bas, l'autre au-dessus a été construite suivant les plans de l'architecte Max Sainsaulieu. Dans cet édifice se marque le souci de se dégager des influences néo-romanes et néo-gothiques en faveur au 19éme siècle.

L'architecture de l'église Saint-Benoît s'inspire donc des basiliques et églises romaines, telles que Saint-Marc ou Saint-Paul-hors-les-Murs, et sont constituées d'une nef rectangulaire sans transept, à deux rangées de colonnes, avec trois absides circulaires, une principale au milieu et deux sur les côtés.

Comme à Rome, il n'y a pas de clocher, mais un campanile, séparé de la nef.

L'église est éclairée, dans les abside des bas-côtés. Ces vitraux sont l'œuvre de Jacques et Paul Simon, verriers bien connus à Reims, ainsi que des sœurs De Troeyer, qui ont assuré une activité de verriers pendant une trentaine d'années.

Des plafonds plats, à caissons, décorés de feuillages et d'amioiries, couvrent les nefs. Accessoirement, ils assurent une excellente protection anti-échos et une acoustique remarquable.

L'aspect remarquable de l'intérieur de l'église est assuré par les rangées de colonnes qui déterminent trois nefs sans occulter de lumière. Ces colonnes, monolithes, en granit rouge de Scandinavie donnent à cette église un aspect très inhabituel pour nos régions.

Des peintures décorent l'intérieur. Elles ont été effectuées par la sœur de l'abbé Dupuit, curé de la paroisse. Ces peintures sont de deux sortes : d'une part, une série de 14 médaillons représentant des saints, soit du diocèse, soit d'ailleurs, et d'autre part un long texte écrit à la louange de Dieu. Ce texte rappelle celui du Te Deum, mais est plus développé.

Le maître-autel ancien est constitué par une dalle de pierre des carrières de Romain dans la Marne, décoré de mosaïques.

Les saints, dont les reliques sont déposées à Saint-Benoît, sont saint Nicaise, Evêque de Reims martyr, et saint Placide, compagnon de saint Benoît. Ces deux saints sont représentés dans les médaillons peints en haut des murs de la nef.

Un magnifique Chemin de Croix en cuivre repoussé, œuvre de J.B. Germain, peut être suivi sur les murs.

Les orgues, d'un modèle particulier sont actuellement hors d'usage et irréparables.

 

- HISTOIRE -

La paroisse Saint-Benoît de Reims est constituée par décret du 13 Juin 1894, par le Président Camot (régime concordataire d'avant la séparation de l'Eglise et de l'Etat de 1905). Le quartier est alors en pleine construction.

Dans un premier temps, une chapelle est construite, sur le terrain situé en face de l'église actuelle et où se trouvent depuis 1975 de grands immeubles de logements. Le premier baptême de la paroisse a lieu le jour de Pâques, 14 avril 1895, et le premier enterrement le lendemain.

La deuxième opération est la construction d'une école, édifiée en 1909-1910 et ouverte à l'automne 1910.

A partir de 1911 est entreprise la construction de l'église définitive. La pose de la première pierre a lieu le 5 juin1911. C'est l'occasion pour l'abbé Dupuit, curé de la paroisse, d'évoquer dans son homélie le caractère historique du lieu. " Le sol sur lequel se construit cette église, le sol même où s'élèvera l'autel... fut, plusieurs siècles durant, le lieu où la société exerçait ses droits vindicatifs en faisant expier aux coupables par la peine capitale les crimes qu'ils avaient commis ".

Ce terrain, en effet, après avoir reçu à l'époque romaine (2" et 3" siècles) un ensemble de bâtiments gouvernementaux qu'on vient de redécouvrir en 1998, est resté en friches pendant des siècles après la destruction vers 260 de la grande ville romaine de Reims/Durocortorum.

Sur le sommet de la butte s'est élevé un des gibets de la ville, connu sous le nom de " Trois Piliers ", et, jusqu'au début du 18e siècle, les exécutions y ont été effectuées, les condamnés venant de la prison de la porte Cérès par le" Chemin de la Justice ". Le chœur et l'autel ancien de l'église, seront situés à l'emplacement exact du gibet.

L'église est construite rapidement et consacrée le 9 novembre 1912,

La première guerre mondiale va frapper durement la nouvelle église, très exposée sur sa colline et qui sort de la guerre fortement endommagée.

Après la guerre, dans le quartier en ruines, une première messe a lieu le 6 avril 1919. les travaux de réparations commencent l'année suivante et dureront quatre ans. La rentrée des paroissiens s'effectue le 11 mai 1924.

Les travaux de pose des vitraux s'effectuent dans les années d'entre deux guerres. L'église est presque entièrement garnie et décorée en 1939. un orgue, installé en 1924, complète les équipements.

Pendant la deuxième guerre mondiale, et malgré les difficultés, les derniers vitraux sont posés. Durant les bombardements de 1944, une bombe d'une tonne tombe sur l'église mais n'explose pas. Après son enlèvement, le culte redevient normal à partir du printemps 1945 où se célèbre, avec un an de retard, les fêtes du Cinquantenaire.

La paroisse Saint-Benoît est fusionnée en 1975 avec les paroisses Saint-Thomas et du Sacré-Cœur, pour constituer la Paroisse du Faubourg de Laon.

Notice de l'église

    

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eglise Saint-Benoît

Uun centenaire fêté en musique

Une série de concerts sont programmés à partir du 6 octobre pour fêter le centième anniversaire de la consécration de la plus romaine des églises de Reims.

Ceux qui ont eu la chance d'aller à Rome vous le diront : l'église Saint-Benoît de Reims, rue de Pontgivart, c'est une « petite copie » d'une des plus fameuses églises de la capitale italienne, Saint-Paul-hors-les-murs. Eh bien c'est cet édifice romo-rémois qui va fêter tout prochainement les 100 ans de sa consécration. « C'est Mgr Luçon qui était alors archevêque de Reims », rappelle Jacques Pernet, paroissien.

Pour ce bel anniversaire on proposera une série de rendez-vous essentiellement musicaux : cinq concerts en tout, qui se succéderont à partir du samedi 6 octobre jusqu'au dimanche 25 novembre (lire ci-dessous).

Des évêques, mais pas le pape

Ce sera peut-être l'occasion pour les Rémois de (re)découvrir cet édifice, signé Max Sainsaulieu, qui est aussi le papa de la bibliothèque Carnegie. Pour l'extérieur un air de basilique romaine, avec le campanile, une rareté dans notre pays, et pour l'intérieur un style art-déco, égayé par les couleurs des vitraux des ateliers Simon et de Troeyer. « On notera aussi le plafond à caissons, ajoute Jacques Pernet, qui pourrait contribuer à expliquer la très bonne acoustique du lieu. » Le public aura l'occasion de le vérifier lors des concerts.

Déjà à l'occasion des journées du patrimoine, ils ont été nombreux du quartier, pratiquants ou non, à faire la visite de leur église, et à se plonger dans son histoire par l'intermédiaire d'une expo fort documentée. Celle-ci restera visible pour les festivités du centenaire. On annonce aussi la participation de Mgr Jordan et de son ancien auxiliaire Mgr Boishu lors de certains rendez-vous. Il ne manquerait plus que le pape pour que la fête soit complète, mais même si Saint-Benoît évoque une église romaine comme on l'a dit, la venue du souverain pontife n'est pas prévue au programme.

 A.P.

  Extrait del'union du  02/09/2012

    

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint-Benoît : bientôt 100 ans

 
Vue intérieure de l'église Saint-Benoît.

L'église Saint-Benoît, un des clochers de la paroisse:du faubourg de Laon, va fêter le 9 novembre prochain les 100 ans de sa consécration. Curieux de l'histoire de cette église et de son implantation dans le quartier, nous sommes allés puiser des renseignements dans l'ouvrage de l'historien Jacques Terrisse"

Cette église accueillante et conviviale donne une grande impression d'espace et de clarté. De style néo-romain peu fréquent à l'époque, elle dénote avec son campanile, son beau plafond à caissons et surtout son acoustique exceptionnelle reconnue dans le monde entier. On y trouve de magnifiques vitraux de l'atelier Jacques Simon, des statues simples de l'entre-deux-guerres et d'autres merveilles. C'est en 1912 que l'église définitive sera mise en service rue Pontgivard sur l'emplacement de l'ancien Gibet des Trois-Piliers .Cette église non épargnée pendant les deux guerres mondiales fut sujette à de nombreuses réparations jusqu'à la libération.

Appel à témoins : Jacques Terrisse est en quête de nombreux renseignements sur les associations qui existaient dans la paroisse depuis sa construction en vue d'un nouveau recueil sur le sujet... A bon entendeur...

Contact :J'acques.terrisse@club-internet.fr

MARIE-ALLYS DUCELLIER

*Recueil : L'église et la paroisse Saint-Benoît à Reims de Jacques Terrisse, mars 2007                                  

  Extrait du Journal des Paroisses de 02-2012

    

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos de D. Liégeois

2008-03_st_benoit-dl-01.jpg

2008-03_st_benoit-dl-03.jpg

2008-03_st_benoit-dl-04.jpg

2008-03_st_benoit-dl-05.jpg

2008-03_st_benoit-dl-06.jpg

2008-03_st_benoit-dl-07.jpg

2008-03_st_benoit-dl-08.jpg

2008-03_st_benoit-dl-09.jpg

2008-03_st_benoit-dl-10.jpg

2008-03_st_benoit-dl-11.jpg

Photos de J.J Dardennes

.

2008-3_st-benoit_jjd-04.jpg

2008-3_st-benoit_jjd-06.jpg

2008-3_st-benoit_jjd-07.jpg

2008-3_st-benoit_jjd-08.jpg

    

    

  Répertoire