Manifestations Rémoises  
img2.gif

 Fêtes Johanniques  - Manifestations Rémoises - NOEL  -  

Répertoire 

Sites à visiter

 

 

 

 

 
La Presse

 

La fréquentation des Flâneries musicales en légère baisse
Bouquet final et musical

Marée blanche hier soir aux Crayères

Flâneries, c’est le jour J !

Invitation aux Flâneries Musicales à Reims

Un été au tempo de la musique classique
Flâneries, demandez le programme !

2017

Les Flâneries doivent privilégier l’artistique
Claire Taittinger, nouvelle présidente des Flâneries musicales

Les Flâneries musicales, entre bilan satisfaisant et questions de financement

Concert pique- nique arrosé

En l’honneur de la Grande Rose

Aux Flâneries, classique  rime aussi   avec fantaisie

Les Flâneries Musicales 2017, tours et détours en classique

Les Flâneries mêlent les genres

2016

Un concert sous les étoiles
17200 spectateurs pour l'épilogue des Flâneries à Reims

Que la fête soit belle

Dans les coulisses des Flâneries Musicales
Quand la musique des Flâneries vient à vous
FLÂNERIES MUSICALES 2016
La 27e édition célébrera l'Unesco
La 27e édition des Flâneries de Reims sera riche de 53 concerts

 2015

Le festival entre dans le vif du sujet
Le Messie de Haendel lance les Flâneries musicales de Reims
 Le retour des Flâneries musicales
Les temps forts des prochaines Flâneries Musicales
Les Flâneries révisent leurs classiques 

 2014

Un bilan qui encourage les projets

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fréquentation des Flâneries musicales en légère baisse

Le bilan de la 29 e édition des Flâneries Musicales qui s’est clôturée le 21 juillet dernier a été communiqué hier. Les 52 concerts ont attiré 32 589 spectateurs, soit moins qu’en 2017.


Le concert pique-nique n’a pas fait le plein en juillet dernier, mais il a tout de même été suivi par 14 416 spectateurs.Archives Edouard Lantenois

Le football ferait-il de l’ombre à la musique classique ? C’est ce qu’a laissé entendre, hier, devant ses mécènes, l’équipe des Flâneries Musicales de Reims, en dressant le bilan de la 29 e édition du festival, qui a eu lieu du 20 juin au 21 juillet. Accompagnée de Jean-Philippe Collard, son directeur artistique, Claire Taittinger a annoncé que cette édition 2018 des Flâneries – la première qu’elle organisait en tant que présidente – a enregistré 32589 spectateurs dont 14 416 pour le concert pique-nique.

Des désistements pour le concert d’Anne Queffélec le soir de la demi-finale France-Belgique

Lors des 52 concerts dont 16 étaient gratuits, le taux de fréquentation global (81,1 %) est en baisse de 1,8 % par rapport à 2017. Selon Claire Taittinger et son équipe, ce résultat s’explique d’abord par « l’engouement pour la Coupe du monde de football » . Car des spectateurs auraient préféré regarder les matches plutôt que de se rendre aux concerts.

Jean-Philippe Collard a cité l’exemple du concert d’Anne Queffélec qui, rapidement après l’annonce de la programmation, affichait complet. Mais comme la célèbre pianiste se produisait, au cloître du musée Saint-Remi, le mardi 10 juillet, soir de la demi-finale de la Coupe du monde opposant la France à la Belgique, plusieurs désistements ont été enregistrés. Les 2 000 personnes en moins au concert pique-nique s’expliquerait aussi par la performance des Bleus, même si la finale qui a sacré l’équipe de France a eu lieu dimanche 15 juillet soit près d’une semaine avant la soirée Tchaïkovski au parc de Champagne. L’équipe des Flâneries rappelle que la finale de la coupe du monde a été retransmise le 15 juillet au parc de Champagne. Selon elle, de nombreux Rémois n’auraient pas souhaité revenir à seulement une semaine d’intervalle dans ce parc…

Autre facteur avancé pour expliquer la baisse de fréquentation du concert pique-nique de ce 21 juillet 2018 ensoleillé : « Les fortes pluies subies en 2017 » …

Cette baisse de spectateurs au concert pique-nique, et la gratuité du concert d’ouverture qui a réuni 1500 personnes, a automatiquement engendré une baisse des recettes de billetterie : 250 850 euros (-8,5 % par rapport à 2017).

UN RÉSULTAT NÉGATIF D’ENVIRON 35 000 EUROS

« Le bilan financier du festival n’est pas encore confirmé par l’expert-comptable et le commissaire aux comptes, mais nous estimons un résultat négatif de l’ordre de 35 000 euros, soit 1,8 % du budget global », a fait savoir hier Claire Taittinger, en précisant que la subvention de la Ville – 1,05 million – était restée stable. Malgré ce bilan chiffré plutôt décevant, des résultats positifs ont été hier soulignés : avec la venue à Reims de 1 456 artistes, le chiffre d’affaires généré en hébergement et restauration dépasse les 34 000 euros hors taxes. Par ailleurs, 800000 euros HT de chiffre d’affaires a été généré par 140 entreprises prestataires locales.

LES DONS CHUTENT DE 10,6 %

Comme en 2017, les Flâneries Musicales ont pu compter sur 104 mécènes pour cette édition 2018. Le montant du mécénat s’élève à 571 000 euros, soit près de 28 % du budget global : 350 000 euros en dons numéraires et 221 000 euros en échanges marchandises. Les dons enregistrent une baisse de 10,6 %.

Valérie COULET

Extrait de de l'union du 05-10-2018

Bouquet final et musical

La 29 e édition des Flâneries Musicales de Reims s’est clôturée hier par un très beau concert pique-nique

Une foule immense pour apprécier ce nouveau concert pique-nique

Décidément, le parc de Champagne ne désemplit pas, ces derniers temps ! Car après la mémorable finale de la Coupe du monde, suivie dimanche 15 juillet sur écran géant par 15 000 personnes, l’espace arboré créé au début du XX e siècle par le marquis de Polignac, a encore accueilli, hier, une dizaine de milliers de personnes. Cette fois, ce ne sont pas les cris de joie ou les refrains On est les champions ! qui ont résonné jusque tard dans la soirée mais d’enivrantes percussions brésiliennes, suivies de plusieurs musiques de Tchaïkovski dont le déchirant et célébrissime Lac des cygnes.

PETITES BOUGIES ET BOUCHONS DE CHAMPAGNE

Pour cette clôture de la 29 e édition des Flâneries Musicales, les festivités ont été lancées à 19 heures par une déambulation d’une soixantaine de membres de l’école Ritmistas. Les pique-niqueurs ont vite pris le rythme, tandis que sautaient les premiers bouchons de champagne et que le soleil, perçant les nuages, réchauffait l’atmosphère.

Une atmosphère propice à la détente et à la rêverie

Place ensuite à l’Orchestre national de Lorraine mais aussi au violoniste Kerson Leong et au pianiste Jean-Philippe Collard, le directeur artistique du festival, qui ont rendu un vibrant hommage au « soleil noir du romantisme russe ». La musique, très accessible, de Tchaïkovski s’est parfaitement accordée à cette belle soirée d’été.

Au programme : Valse des fleurs, un extrait de Casse-Noisette, Polonaise, un extrait d’Eugène Onéguine, Concerto pour piano nº1, Ouverture 1812, Capriccio italien en la majeur… Des airs souvent connus du grand public.

Au fur et à mesure que la nuit se levait, s’allumaient sur l’herbe des milliers de petites bougies, créant une atmosphère propice à la détente et à la rêverie. « C’est la première fois que je participe à ce pique-nique géant dont on m’avait souvent parlé. Et je ne suis pas déçu ! L’ambiance est très conviviale et bon enfant » , se réjouissait Bruno, un quinquagénaire qui prend des cours de solfège depuis un an. « Je comprends désormais mieux pourquoi mes amis tiennent chaque année à y participer. »

En bouquet final de ce concert pas comme les autres, un feu d’artifice a été tiré tandis que jouait encore l’Orchestre national de Lorraine. Puis les spectateurs ont assisté à un magnifique lâcher de lanternes en papier. L’été ne devrait jamais s’arrêter.


Le Brésil a été à l’honneur en début de soirée, avec les percussions et les danses de l’ensemble Ritmistas dos Pily.


Originaires de Val-de-Vesle, Bruno, Samuel, Véronique, Jérôme, Nathalie, Clémence et Sandrine ont profité du concert pique-nique pour rendre, une nouvelle fojs, hommage aux Bleus


Jean-Pierre Collard, le directeur artistique des Flâneries Musicales de repris hier son rlte de pianiste


Le violoniste canadien Kerson Leng a joué avec le planiste Jean-Philippe Collard et l’orchestre national de lorraine.


L’orchestre national de Loraine au grand complet.


Ces spectateurs, originaires d’Epernay, étaient venus avec un chandelier


Entre les équipes des Flâneries Musicales et celles de la Ville de Reims, une centaine de personnes étalent hier mobllisées pour assurer l'accueil et la sécurité du public composé de nombreuses familles

  Extrait de de l'union du 22-07-2018

Marée blanche hier soir aux Crayères

Gâté par la météo,   le concert pique-nique mondain a attiré   quelque 3 500 personnes.


3500 convives se sont retr00ouvés sur les magnifiques pelouses du château des Crayères: le maximum possible.


La «
bande à Bérangère »: « On a de la chance d’être ici dans un cadre magnifique pour un pique-nique au champagne! »


Gaël est venu du Chesnay en famille. Et à droite Catherine (second plan) a fait le déplacement de Bretagne pour rejoindre son amie Agnès d’Epernay.

Hier soir Sylvain et Noëlle s’étaient vêtus de blanc pour rejoindre les Crayères. Ces deux Ardennais participaient à la soirée blanche organisée par le prestigieux restaurant rémois pour la huitième fois. Et ils n’étaient pas les seuls. C’est une véritable marée humaine toute de blanc vêtue qui avait convergé vers le château du boulevard Henry-Vasnier. « Vous êtes 3 500, annonça un haut-parleur, vous auriez pu être 10 000 si l’on avait dû accepter toutes les demandes. » Comme on est loin des 200 entrées enregistrées lors de la première édition...

Certains de ces heureux élus provenaient de Reims naturellement, d’autres des Ardennes, on l’a vu, mais d’autres de bien plus loin : « Moi j’habite Le Chesnay », affirmait ainsi Gaël, venu, avec femme et enfants, exprès pour ce concert pique-nique mondain. Catherine, elle, venait de Bretagne, plus précisément de Saint-Brieuc, et elle aussi avait fait le déplacement spécialement, pour rejoindre une amie sparnacienne !

UN TRUC POUR BOBOS ?

Il faut dire que la météo souriait aux organisateurs : une agréable tiédeur de fin de journée estivale baignait le superbe jardin du château. « Le but de la soirée ? C’est de se retrouver entre amis dans un cadre magnifique, et de se dire qu’on a de la chance de pouvoir profiter de la vie comme ça »résumait, Bérangère, tout sourire. «C’est quand même plutôt un truc pour bobos, non ? » concédait Sylvain.

Christian Lantenois PHOTOSANTOINE PARDESSUS

 Extrait de de l'union du 24-06-2018

Flâneries, c’est le jour J !

Après de longs mois de préparation, la 29 eédition des Flâneries Musicales de Reims sera lancée   ce soir, à la basilique Saint-Remi. Petit tour, non exhaustif, de ce qui vous attend


1500 personnes sont attendues ce soir à la basilique Saint-Remi où vont se produire 170 musiciens.
Archives Axel Coeuret

PRATIQUE

*.-  QUAND ? Du mercredi 20 juin au jeudi 12 juillet et samedi 21 juillet.

*.-  OÙ ? Les 52 concerts seront donnés dans 36 lieux différents à Reims mais aussi à Bétheny, Cormontreuil, Bazancourt, Tinqueux, Champigny et Saint-Brice-Courcelles

*.-  TARIFS ? De la gratuité à 30 euros maximum

*.-  CONTACT ? www.flaneriesreims.com et 03 2636 78 0

1 - BEETHOVEN EN OUVERTURE

Bonne nouvelle : cette année, le concert d’ouverture est gratuit. 1500 personnes vont pouvoir, ce mercredi soir à la basilique Saint-Remi, écouter la Symphonie nº9 de Beethoven, donnée par l’Orchestre national de Lorraine et le Chœur Nicolas de Grigny. Quatre solistes ainsi qu’une centaine de musiciens et choristes seront dirigés par Jacques Mercier et Jean-Marie Puissant. Le concert, dont la durée prévue est d’1 h 30, débutera à 20heures. Mais attention, en raison de travaux, le stationnement près de la basilique est très difficile. Il est donc prudent de se garer beaucoup plus loin ou de venir en bus. Si vous n’avez pas le courage de sortir et préférez rester chez vous, sachez que ce concert d’ouverture sera diffusé en direct sur Radio Classique (103 FM), avec Christian Morin au micro.

2 - GRIGORY SOKOLOV TRÈS ATTENDU

Si, par le passé, il a donné de très nombreux concerts, le célèbre pianiste Grigory Sokolov, qui ne donne pas d’interview, se fait aujourd’hui très rare. La plupart des billets pour son concert de vendredi 22 juin, à l’Opéra de Reims, sont déjà vendus. Il reste juste quelques places au troisième balcon (à seulement 12 euros). Le pianiste russe, qui fait l’objet d’un véritable culte, donnera un récital dédié à Haydn et Schubert.

3 - C’EST DÉJÀ COMPLET

Quatre des cinquante-deux concerts de cette 29 e édition des Flâneries affichent déjà complet. Il est ainsi trop tard pour réserver des places pour les concerts de la pianiste Anne Queffélec, des flûtistes Anne-Cécile Cuniot et Marion Ralincourt, de l’Ensemble Kaïnos et du Centre de musique baroque de Versailles.

4 - DE NOUVELLES SALLES DE CONCERT

Comme son nom l’indique, le festival Les Flâneries Musicales est l’occasion d’écouter des concerts dans plusieurs lieux de Reims et de sa région. Cette année, l’équipe d’organisation est heureuse de pouvoir programmer un rendez-vous à l’église Saint-André, longtemps inaccessible en raison de travaux. Pour la première fois, le public sera aussi accueilli boulevard Lundy, dans une salle tout juste restaurée de la maison de champagne Louis Roederer.

5 - DES RENDEZ-VOUS POUR LES ENFANTS

Non, la musique classique n’est pas réservée aux adultes et elle peut même se montrer très joyeuse ! Sont programmés six concerts pour le jeune public, à partir de 3 ans. Rendez-vous dès samedi 23 juin, à la Comédie de Reims, pour une «Petite histoire de la grande musique, de la préhistoire à la techno ». Parmi les autres rendez-vous, il ne faudra pas rater, samedi 30 juin à La Cartonnerie, Le grand voyage d’Eliott le dragon, un spectacle musical avec la jeune et talentueuse ventriloque Le cas Pucine et la Jeune Maîtrise de Reims.

6 - JEUNES TALENTS

Pour la série « Débuts », qui met en lumière de jeunes talents, vous pourrez découvrir cette année trois pianistes très prometteurs : Nathanaël Gouin, Dimitri Malignan et Florian Noack. Le Français Nathanaël Gouin, qui a étudié au conservatoire national de Paris avant de se perfectionner à l’étranger, est attendu mercredi 4 juillet, au conservatoire de Reims. Petit-fils du compositeur et homme de théâtre roumain Henry Malineanu, Dimitri Malignan est quant à lui programmé jeudi 5juillet, au conservatoire. Enfin, le Belge Florian Noack jouera vendredi 5 juillet, également au conservatoire de Reims. À noter que ces trois concerts « Débuts » seront diffusés sur Medici.tv, la chaîne de musique classique sur internet.

7 - RELÂCHE POUR LA FÊTE DE LA MUSIQUE

Si le festival débute le 20 juin, aucun concert ne sera programmé le 21 juin, pour la fête de la musique. « La fête de la musique est réservée aux musiciens amateurs. D’où notre choix de ne pas prévoir de concert ce soir-là » , explique-t-on aux Flâneries.

8 - LE CONCERT PIQUE-NIQUE

Toujours très attendu, le concert pique-nique aura lieu samedi 21juillet, au parc de Champagne. Après avoir applaudi un groupe de percussions brésiliennes, le public pourra profiter d’un concert dédié à Tchaïkovski. Le pianiste Jean-Philippe Collard, qui est aussi directeur artistique des Flâneries, ne sera pas seul sur scène. Sont attendus le violoniste Kerson Leong et l’Orchestre national de Lorraine.

Il ne faut pas oublier de préciser qu’aucun billet ne sera vendu sur place et que les places réservées avant le 18 juillet coûteront 14 euros au lieu de 18 euros.

Valérie COULET

Extrait de de l'union du 20-06-2018

Un été au tempo de la musique classique

Du 20 juin au 12 juillet, les notes de musique classique envahiront différents lieux de Reims et alentours à l'occasion de la 29ème édition des Flâneries Musicales, Trois semaines de festival, 52 concerts et le traditionnel concert pique-nique du 21 juillet: une partition savamment orchestrée pour séduire tous les mélomanes


Retrouvez Grigory Sokolov le 22 juin à 20 Il à l'Opera.

Pendant les Flâneries Musicales, la vraie star, c'est elle: la musique, Classique, baroque, de chambre, vocale, chorale, en solo, en ensemble, en orchestre ou en chœur, elle sera résolument protéiforme, Mercredi 20 juin à 20 h, elle entrainera le public jusqu'à la basilique Saint-Remi pour un concert d'ouverture monumental avec la  9ème symphonie» de Beethoven, l’entrée est libre, comme 15 autres concerts également gratuits tout au long du festival. D'autres grands compositeurs seront mis à l'honneur lors de cette édition, à l'image de l'organiste et claveciniste François Couperin, dont on célèbre le 350° anniversaire de la naissance, et Claude Debussy, génie novateur aux chefs-d' œuvre interprétés pour le centenaire de sa disparition, Sept orchestres, une vingtaine d’ensembles et de chœurs, une centaine d'artistes solistes - dont le maître russe du piano Grigory Sokolov - se succèderont au fil des rendez-vous, soit au total plus d'un millier de musiciens de différents horizons. « La programmation renferme un effet kaléidoscope avec toutes les époques de la musique et tous les styles. Elle est aussi en harmonie avec les lieux qu'elle investit », souligne Jean-Philippe Collard, directeur artistique du festival depuis 2012.

Ouvrir ses yeux el ses oreilles I

l court, il court, le festival de l'opéra au Cryptoportique, de la basilique aux églises en passant par le Conservatoire, du Manège à la Comédie et la Cartonnerie, sans compter les maisons de champagne, la musique se glissera dans des lieux emblématiques du patrimoine architectural et historique de la cité des Sacres. Elle en dépassera même les frontières, allant jusque dans les églises de Champigny (25 juin) et de Saint-Brice-Courcelles 19 juillet). A l'espace Thierry Meng de Bétheny ( le 26 juin), au lavoir de Cormontreuil 17 juillet), à la Filature de Bazancourt (le 10 juillet) et au parc Croix Cordier de Tinqueux (12 juillet). Mais le point d'orgue du festival demeure le concert pique-nique du 21 juillet au parc de Champagne, son de la musique de Tchaïkovski. « C'est une telle fête, une telle ferveur ! Il y a un esprit convivial incroyable avec la musique classique en support », se réjouit Jean-Philippe Collard, qui pour ce grand soir sera sur scène au piano, aux côtés de Kerson Leong au violon et de l'Orchestre national de Lorraine. En 2017, plus de 35.000 spectateurs avaient participé aux Flâneries Musicales, plébiscitant ce rendez-vous devenu incontournable de l'été à Reims.


Kerson Leong se produira au parc de Champagne le 21 juillet.

Réservations : points de vente habituels, camion billetterie des Flâneries ou en ligne. Programme complet et infos : www.flaneriesreims.com

Extrait de RA de 06-2018

 Invitation aux Flâneries Musicales à Reims

La 29 e édition des Flâneries Musicales de Reims sera lancée le 20 juin. Jean-Philippe Collard, son directeur artistique, présentera le programme au public, ce soir, aux halles du Boulingrin.


Comme les années précédentes, le public va pouvoir, lors de ces Flâneries, suivre des concerts dans de nombreux lieux différents.
Archives Axel Coeuret

À SAVOIR

*.- AUJOURD’HUI VENDREDI 18 MAI, présentation du festival à 19heures, aux halles du marché du Boulingrin à Reims. Entrée libre.

*.- DEMAIN SAMEDI 19 MAI, ouverture du camion billetterie, à partir de 9 heures, au marché du Boulingrin. Dès 9 h 30, concert gratuit de l’accordéoniste Basha Slavinska.

*.- CONSULTEZ LES HORAIRES DU CAMION sur www.flaneriesreims.com

Rendez-vous incontournable des amateurs de musique classique, les Flâneries Musicales de Reims seront lancées, mercredi 20 juin, à la basilique Saint-Remi, par la 9 eSymphonie de Beethoven. Elles se clôtureront jeudi 12 juillet par La Création de Haydn. Suivra, samedi 21 juillet, l’incontournable concert pique-nique au Parc de Champagne qui, cette année, offrira un mélange de percussions brésiliennes et de grands airs de Tchaïkovski.

Très éclectique, cette édition 2018 du festival va mettre à l’honneur toutes sortes de musiques et d’artistes, dans une vingtaine de lieux de Reims et des alentours. «En cette 29 e année, nous fêterons l’illustre François Couperin, dit le Grand, à l’occasion du 350 eanniversaire de sa naissance, à travers un hommage rendu à un père glorieux de la musique française » , annonce Jean-Philippe Collard, le directeur artistique, ajoutant vouloir aussi marquer le centenaire de la mort de Claude Debussy.

LA PIANISTE ANNE QUEFFÉLEC PROGRAMMÉE LE 10 JUILLET

Pour donner un avant-goût de ce festival estival, Jean-Philippe Collard animera une soirée de présentation ce vendredi soir, à partir de 19 heures, aux halles du Boulingrin. Pour cette présentation, ouverte à tous, l’équipe des Flâneries a invité l’accordéoniste Basha Slavinska. Cette dernière sera aussi présente aux halles du Boulingrin demain samedi 19 mai, dès 9 h 30, à l’occasion de l’ouverture du camion billetterie. Parmi les « grands concerts » de ces Flâneries 2018, il ne faudra pas rater le War Requiem de Britten, donné le 2 juillet dans le cadre du Centenaire de la Première Guerre mondiale. Créée en 1963, cette œuvre, qui fait office de message de paix et de réconciliation, mobilisera un nombre impressionnant d’artistes : un grand orchestre, un orchestre de chambre, un grand chœur, un chœur d’enfants et trois solistes. Par ailleurs, Jean-Philippe Collard a programmé plusieurs concerts de piano lors de ces Flâneries Musicales. La célèbre Anne Queffélec est notamment attendue le 10 juillet au musée Saint-Remi pour jouer des pièces de Bach, Mozart, Ravel, Debussy, Vivaldi et Haendel.

UNE VENTRILOQUE AVEC LA JEUNE MAÎTRISE

Le public aura également cette année la chance d’applaudir le pianiste russe Grigory Sokolov. « Nous sommes d’autant plus ravis d’accueillir à Reims ce géant du piano qu’il ne se produit que très rarement » , souligne Jean-Philippe Collard. Parmi les autres rendez-vous, citons Le grand spectacle d’Eliott, un spectacle musical proposé par la ventriloque Le cas Pucine et la Jeune Maîtrise de Reims et un concert du bandonéoniste Eduardo Garcia qui jouera avec un quatuor à cordes.

Des talents prometteurs à découvrir avec la série débuts


Le jeune pianiste Nathanaël Gouin.
Bernard Martinez

Pour la série « Débuts », qui met en lumière trois jeunes talents, Jean-Philippe Collard invite cette année trois

pianistes très prometteurs : Nathanaël Gouin, Dimitri Malignan et Florian Noack. Le Français Nathanaël Gouin, qui a étudié au conservatoire national de Paris avant de se perfectionner à New York, à Munich et à Freiburg, est attendu mercredi 4 juillet, au conservatoire de Reims. Petit-fils du compositeur et homme de théâtre roumain Henry Malineanu, Dimitri Malignan, qui est lauréat de plus de 20 concours internationaux, est quant à lui programmé jeudi 5 juillet, au conservatoire. Enfin, le Belge Florian Noack, qui a notamment reçu le prix de Jeune Musicien de l’année 2017 décerné par l’Union de la presse musicale belge, jouera vendredi 5 juillet, également au conservatoire de Reims.

Valérie COULET

Extrait de l'union du 23-03-2018

 Flâneries, demandez le programme !

Le programme de la 29 e édition des Flâneries Musicales a été officiellement dévoilé, hier. Jean-Philippe Collard, qui reste directeur artistique, a concocté une « ode à la joie ».  


Le festival proprement dit est prévu du 20 juin au 12 juillet. Quant au traditionnel concert pique-nique, il aura lieu samedi 21 juillet, au parc de Champagne.
Bernard Sivade

Qu’il semblait loin, hier, le temps où les clans s’affrontaient aux Flâneries Musicales de Reims et où Jean-Louis Henry, le président sortant, se faisait écarter au profit de Claire Taittinger ! Lors de la présentation du programme de la 29 e édition du festival de musique classique, tout le monde a fait l’effort de se montrer beau joueur. Jean-Louis Henry, qui a mis son orgueil dans sa poche en devenant « simple » membre de l’association, s’est vu remercié, et même félicité, pour tout le travail accompli lors des six dernières années. Les trois intervenants – la présidente Claire Taittinger, le directeur artistique Jean-Philippe Collard et l’adjoint à la Culture Pascal Labelle – ont rendu un hommage appuyé à l’ancien président des Flâneries qui avoue avoir pris « beaucoup de recul » par rapport au clash du 13 décembre dernier, où il avait été contraint de jeter l’éponge.

Hier, le public composé essentiellement de partenaires financiers, n’a donc entendu parler que d’art, de talent, d’émotion, de prouesse et de délicatesse… La musique avait, semble-t-il, enfin repris ses droits ! En réalité, le changement de présidence à l’association des Flâneries Musicales ne changera rien pour le public. Car cette édition 2018 s’inscrit dans la lignée des précédentes. Il faut dire que c’est toujours le pianiste Jean-Philippe Collard qui élabore la programmation.

BEETHOVEN ET HAYDN POUR LES CONCERTS D’OUVERTURE ET DE CLÔTURE

Ces 29 es Flâneries s’annoncent éclectiques car elles vont mettre à l’honneur toutes sortes de musiques et d’artistes. Placée sous le signe de « l’ode à la joie » , la programmation sera lancée, à la basilique Saint-Remi, par la 9 e Symphonie de Beethoven interprétée par l’Orchestre national de Lorraine et le Chœur Nicolas de Grigny. Parmi les autres « grands concerts », il ne faudra pas rater leWar Requiem de Britten, donné le 2 juillet dans le cadre du Centenaire de la Première Guerre mondiale. Créée en 1963, cette œuvre, qui fait office de message de paix et de réconciliation, mobilisera un nombre impressionnant d’artistes : un grand orchestre, un orchestre de chambre, un grand chœur, un chœur d’enfants et trois solistes. Les 5 et 6 juillet, au Manège, Jean-Philippe Collard se produira avec l’Orchestre symphonique des jeunes de Macao. Et, pour le concert de clôture, l’Orchestre national d’Ile-de-France interprétera La Création de Joseph Haydn.

DU PIANO ET DE LA MUSIQUE BAROQUE

Ces Flâneries Musicales seront par ailleurs l’occasion d’écouter de la musique baroque. Un concert est notamment programmé, le 29 juin, dans la salle du festin du Palais du Tau, pour le 350 e anniversaire de la naissance de François Couperin.

Jean-Philippe Collard a également choisi de proposer plusieurs concerts de piano. La célèbre Anne Queffélec est attendue le 10 juillet au musée Saint-Remi où elle jouera des pièces de Bach et Busoni, Ravel, Debussy… Le public aura également cette année la chance d’applaudir le pianiste russe Grigory Sokolov. «Nous sommes d’autant plus ravis d’accueillir à Reims ce géant du piano qu’il ne se produit que très rarement » , souligne Jean-Philippe Collard.

DES CONCERTS POUR LES ENFANTS

Pour la série « Débuts », qui met en lumière trois jeunes talents, Jean-Philippe Collard programme trois pianistes très prometteurs : Nathanaël Gouin, Dimitri Malignan et Florian Noack. Dans un tout autre genre, le public pourra entendre des musiques sacrées et profanes d’Ukraine et de Russie, des chansons françaises de la Renaissance et des pièces pour orgue. « Nous sommes aussi très heureux d’accueillir l’inoxydable groupe vocal The King’s Singers qui fête cette année son cinquantième anniversaire » , annonce Jean-Philippe Collard. Le jeune public n’est pas oublié car six concerts lui sont spécialement dédiés.

 Le festival devrait s’élargir aux communes du Grand Reims


Jean-Philippe Collard, hier, avec Claire Taittinger, la présidente des Flâneries Musicales depuis le 13 décembre dernier. V.C.

Jean-Philippe Collard, qui se dit « très heureux » de l’hommage rendu à Jean-Louis Henry et qui rappelle que son « ami » a su « donner un nouveau souffle aux Flâneries » , se réjouit d’avoir toujours « une très grande liberté d’action » pour élaborer la programmation du festival. « Cette année, il a été très compliqué de trouver des lieux pour les concerts car, en raison des cérémonies organisées pour le départ en retraite de Mgr Jordan et l’ordination de prêtres, plusieurs églises ont été réservées depuis longtemps » , explique-t-il. Le pianiste estime aujourd’hui que le festival a besoin de passer « à la vitesse supérieure » , en dépassant le périmètre de la ville de Reims. « Nous devons aller porter la musique là où les habitants n’ont pas l’occasion d’assister à des concerts. Il faut élargir notre champ d’action aux 143 communes du Grand Reims. Le festival a besoin d’ambition car il se cogne au plafond ! » , dit-il. Jean-Philippe Collard souhaiterait que des concerts aient lieu dans les villages du Grand Reims, dès la période de Pâques. « Cela pourrait donner envie aux habitants de participer, l’été, au festival… »

Valérie COULET

Extrait de l'union du 23-03-2018

   

   

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les Flâneries doivent privilégier l’artistique

Après l’éviction de Jean-Louis Henry, Claire Taittinger, la nouvelle présidente   des Flâneries musicales, a déjà quelques idées pour faire des économies


Claire Taittinger, hier, dans l’ancien bureau de Jean-Louis Henry, au Centre des congrès.Valérie Coulet 

Claire Taittinger n’a pas perdu de temps. Dès hier, au lendemain de l’assemblée générale mouvementée pendant laquelle Jean-Louis Henry a été évincé (lire notre édition de jeudi), la nouvelle présidente de l’association Les Flâneries musicales de Reims a rencontré cinq salariés permanents, pour tenter de les rassurer. Mercredi 20 décembre, celle qui était jusque-là vice-présidence des Flâneries réunira le conseil d’administration, pour élire le nouveau bureau et préparer la prochaine assemblée générale.

UN GRAND ARTISTE, ÇA SE PAYE !

Rappelant qu’elle a décidé de se présenter à la présidence des Flâneries « à la dernière minute » , même si plusieurs membres de l’association l’y poussaient, dit-elle, depuis un bon moment, Claire Taittinger a insisté hier sur son amour de la musique. « Je me fiche du pouvoir. Mon objectif est de me mettre au service du festival » , a-t-elle assuré.

« Quand j’ai dit mercredi que le budget des permanents était énorme, je parlais de la masse salariale. Je ne dis donc pas que les permanents sont trop payés » , tient-elle à préciser. La nouvelle présidente estime néanmoins qu’il y a des choses à changer. Car le budget des Flâneries – 2 millions d’euros – n’est, selon elle, pas bien réparti, dans la mesure où la part dédiée à l’artistique n’est « pas assez importante ».

La nouvelle présidente envisage d’ores et déjà de faire appel à des bénévoles

Décidée à éplucher les comptes, pour voir où des économies peuvent être réalisées, Claire Taittinger n’exclut pas d’augmenter les places de certains concerts.

« Un grand artiste, ça se paye! , lâche-t-elle. Pourquoi le prix d’un concert, par exemple de Renaud Capuçon, coûterait de 18 à 25 euros à Reims alors qu’il est facturé près de 100 euros à Paris ? » Pour faire baisser la masse salariale, la nouvelle présidente des Flâneries envisage d’ores et déjà de faire appel à des bénévoles qui prêteraient main-forte aux six salariés permanents dont fait partie Jean-Philippe Collard, le directeur artistique. À propos de ce dernier, qui s’est toujours montré très proche de Jean-Louis Henry, Claire Taittinger espère qu’il voudra poursuivre l’aventure des Flâneries. Affecté par les tensions qui ont éclaté lors de l’assemblée générale de mercredi, le pianiste a dit avoir besoin de réfléchir.

Claire Taittinger reste très silencieuse sur les raisons profondes de cette crise aux Flâneries, qui a fait s’opposer deux clans, pour et contre Jean-Louis Henry. « C’est compliqué. Le problème est lié à une question de philosophie de l’exercice de la présidence de l’association » , glisse-t-elle, en expliquant à demi-mot que des associations musicales n’auraient pas apprécié d’être phagocytées par les Flâneries. La demande de Jean-Louis Henry d’être indemnisé pour tout le travail réalisé ne serait donc pas la seule raison qui a mis le feu aux poudres.

Jean-Louis Henry, qui rappelle que son travail, mené depuis novembre 2011, a permis de redresser les comptes de l’association et de donner un nouvel élan au festival, a fait savoir hier qu’il s’exprimerait en début de semaine prochaine, pour donner sa « vérité » . « J’ai des terribles doutes sur l’avenir de ce magnifique festival » , a-t-il ajouté, en assurant que les Flâneries ne se gèrent «pas comme une association de pêcheurs à la ligne » . Les pêcheurs apprécieront...

Du côté de la Ville, qui doit verser pour 2018 une subvention de 1,05 million aux Flâneries, l’adjoint à la culture, Pascal Labelle, assure que ces tensions n’empêcheront pas le festival d’avoir lieu l’été prochain et que la programmation est déjà bien avancée.

Valérie COULET

Extrait de l'union du 15-12-2017

Claire Taittinger

nouvelle présidente des Flâneries musicales

Hier soir, Jean-Louis Henry a, contre son gré, cédé sa place à Claire Taittinger   à la présidence de l’association des Flâneries musicales de Reims.


Le champagne devait avoir un goût amer, hier soir, pour Jean-Louis Henry (à gauche) quand Claire Taittinger (écharpe orange) a trinqué à sa nomination. Remi Wafflart

 
UNE HISTOIRE DE FAMILLE

Chez les Taittinger, on n’hésite pas à s’impliquer dans les associations locales et régionales ! Car si Pierre-Emmanuel, le père, préside, en plus de sa célèbre maison de champagne, la Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne-Patrimoine mondial, Vitalie, la fille, vient, tout récemment, d’accepter la présidence du Fonds régional d’art contemporain Champagne-Ardenne (Frac). Et, depuis hier soir, c’est au tour de Claire, sa mère, de prendre la présidence des Flâneries musicales.

La musique n’adoucit pas toujours les mœurs. C’est que l’on a pu constater, hier soir, lors de l’assemblée générale de l’association qui organise chaque été le célèbre festival Les Flâneries musicales de Reims. Dans une ambiance très tendue, pour ne pas dire électrique, Claire Taittinger a été nommée présidente, à la place de Jean-Louis Henry. Quelques minutes plus tôt, ce dernier avait, à contrecœur, jeté l’éponge, sous le regard accablé du pianiste Jean-Philippe Collard, le directeur artistique du festival de musique classique.

Le budget n’a pas été adopté pour une question d’indemnité réclamée par Jean-Louis Henry

Si le désaccord a éclaté au grand jour, c’est qu’il couvait vraisemblablement depuis un long moment et que tout le monde n’était pas sur la même longueur d’ondes. Ce qui a déclenché l’opposition de certains membres de l’association, c’est la demande de Jean-Louis Henry de toucher une indemnité pour le travail effectué. Président bénévole des Flâneries depuis six ans, Jean-Louis Henry avait en effet annoncé il y a un an qu’il se retirerait s’il n’obtenait pas satisfaction. Mais, explique-t-il, « en octobre dernier, lors d’un conseil d’administration, on m’a demandé de rester. J’ai accepté mais demandé de nouveau de toucher trois quarts du Smic pour le mi-temps que j’effectue à l’année pour le compte des Flâneries. » Hier soir, cette indemnité – 13 000 euros bruts annuels – était inscrite dans le budget prévisionnel 2018 de l’association. Or le budget n’a pas été adopté. Car sur les 35 votes, ont été recensés 17 pour, 17 contre et 1 abstention. Jean-Louis Henry a alors annoncé qu’il se retirait. Si les opposants à Jean-Louis Henry n’ont pas accepté qu’il réclame une indemnité pour le travail réalisé, ils ont aussi pointé du doigt les salaires des six permanents de l’association, selon eux trop élevés.

Claire Taittinger a, de son côté, annoncé qu’elle serait bénévole et qu’elle souhaitait« modifier » certains points. Plusieurs membres de l’association ont vivement réagi, hier, à la suite de cette passe d’armes. « C’est inconséquent. Les bras m’en tombent ! » , a par exemple réagi Patrick Stenpien, qui a préféré déclarer forfait. « Les salaires n’ont rien d’incongru », a estimé un autre membre de l’association tandis qu’Antoine Vatal, qui est adhérent et mécène des Flâneries, assurait vouloir continuer de soutenir le festival.

« J’ai le sentiment du devoir accompli » , a confié hier soir Jean-Louis Henry, en rappelant qu’il avait su relever ce festival de musique classique. « La nature humaine est assez mystérieuse. Ma tête était souhaitée...» , a-t-il poursuivi, en annonçant qu’il resterait adhérent de l’association et serait un « observateur attentif ». Plus discrète, Claire Taittinger a simplement salué le travail réalisé par Jean-Louis Henry. Reste à savoir ce que va décider Jean-Philippe Collard. Sur les réseaux sociaux, le pianiste a écrit hier soir que les Flâneries musicales de Reims avaient été « malmenées » . « Jean-Louis Henry, pourtant plébiscité pour son action, est éjecté de la présidence. Comprenne qui pourra ! » . Le feuilleton des Flâneries ne fait sans doute que commencer.

Valérie COULET

Extrait de l'union du 14-12-2017

   

   

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Flâneries musicales, entre bilan satisfaisant et questions de financement

Les organisateurs du festival de musique classique se sont félicité de la récente 28 e édition, hier, lors d’une conférence organisée devant médias et mécènes à l’hôtel La Paix


Cette année, un total de 35162 spectateurs, dont 16.302 pour le seul concert pique-nique, ont pris part aux Flâneries 

Trois mois après le terme de la 28 e édition, les organisateurs des Flâneries musicales – dont L’union est partenaire – en ont dressé le bilan, hier, dans une salle cossue de l’Hôtel La Paix où médias et mécènes avaient été invités.

Après avoir laissé Jean-Philippe Collard, depuis six ans directeur artistique de l’événement, évoquer en termes poétiques la dernière programmation musicale, Jean-Louis Henry, président des Flâneries, présenta le dernier exercice comme une réussite.

1 - LES CONCERTS

Entre le 22 juin et le 12 juillet, il y eut 52 concerts donnés dans 33 lieux différents. 53 si l’on inclut le traditionnel concert pique-nique au Parc de Champagne, le 22 juillet. C’est autant que l’an dernier, moins qu’en 2015 – 60 concerts – mais plus qu’en 2012 – 46 concerts.

2 - LES AFFLUENCES

Comparé à 2016, le taux de fréquentation – hors concert pique-nique – n’a pas bougé : 82,9 % des places étaient occupées.

Pourtant, l’édition 2017 aura été la moins suivie depuis cinq ans, réunissant un total de 35 162 spectateurs, dont 16 302 pour le seul concert pique-nique – pour lequel une jauge maximale de 18000 personnes était prévue.

Pour rappel, ils étaient 38 606 pour l’édition 2016, 43 273 en 2015, 35270 en 2014 et 38 568 en 2013.

3 - LE BUDGET

Suivant une tendance nationale, les organisateurs essaient de compter davantage sur le mécénat. Ces efforts sont visiblement récompensés. Pour la dernière édition, 643 764 euros – une somme en hausse de 69 % depuis cinq ans – auront été récoltés auprès de 103 entreprises – un chiffre en hausse de 66 %.

4 - RECETTES ET DÉPENSES

Les recettes, en hausse de 1,7 % par rapport à 2016, se découpent ainsi : 13 % de billetterie, 31,9 % de mécénat, 5,5 % du secteur public et, ah oui tout de même, 49,7 % de la Ville de Reims.

Les dépenses elles aussi sont à la hausse : 1,2 % depuis l’exercice 2016.

Qui se découpent ainsi : 13,4 % de communication, 40 % de charges de structure, 25,5 % d’actions artistiques et culturelles et 31,1 % de charges de production.

5 - LA VILLE TOUJOURS (TRÈS) GÉNÉREUSE

Ce chiffre peut faire sursauter les plus émotifs : 1 050 000 euros. C’est le montant de la subvention versée par la Ville cette année – soit 49,7 % du budget des Flâneries, lesquelles ont achevé le dernier exercice à – 7000 euros.

Pour cette année, la Ville a versé une subvention de 1 050000 euros, soit 150 000 euros de moins qu’il y a deux ans

Depuis 2014, la municipalité a pourtant sensiblement réduit sa dotation, encore à 1,2 million en 2015. La Ville a successivement réduit de 100 000 puis 50 000 euros le montant de sa subvention. « Nous sommes arrivés à un palierqu’il faut pérenniser » , a résumé, hier, Jean-Louis Henry, évoquant «un équilibre (financier, NDLR) assez fragile » en s’adressant à l’adjoint en charge de la culture – et son budget–, Pascal Labelle.

Une fois à l’estrade, ce dernier a pu répondre : « Le budget de la culture a sensiblement augmenté mais la Ville a développé des nouveaux projets. »

La 29 e édition aura lieu du 20 juin au 12 juillet – le concert pique-nique aura lieu le 21 juillet. Parmi les pistes de réflexion, celle d’un concert qui se tiendrait sur la place Royale.

MATHIEU LIVOREIL

Extrait de l'union du 14-10-2017

   

   

  Répertoire  

Concert pique- nique arrosé

Au Parc de Champagne, le concert pique-nique a démarré sous les eaux. Pas de quoi démoraliser les amateurs de l’événement


Le jeune chef d’orchestre Marc Korowitch, âgé de trente ans, a su insuffler toute son énergie à l’orchestre Colonne et au cœur Nicolas de Grigny pour l’interprétation des grands classiques


Venu de Dunkerque et de Calais, le groupe d’amis a expérimenté une méthode collective de protection face à la pluie : la bâche

Depuis le temps, il est devenu une véritable tradition. Le rituel du concert pique-nique, qui sonne la fin des 52 concerts des Flâneries musicales de Reims, a bien eu lieu hier, au Parc de Champagne. Si l’on savait par avance que l’événement serait arrosé de bons crus champenois, il est une chose qu’il était plus compliqué de prévoir : la météo.

Et il faut dire qu’hier soir, le ciel a eu de quoi faire peur : menaçant toute la journée, le courroux des éléments a fini par s’abattre sur les amateurs de musique classique avant même le début de la première partie du concert, assurée par la troupe bretonne du bagad de Lann-Bihoué. Durant tout le début de la soirée, la pluie était de la partie, ce qui rendait l’installation sur l’herbe plutôt compliquée pour certains. Quelques groupes, démoralisés après l’attente, sous la pluie, imposée par les palpations de sécurité ont même décidé de rebrousser chemin après, malgré tout, quelques coupes de champagne. « On boit un coup ici pour marquer le coup, puis on ira pique-niquer chez un ami » regrettait un Rémois qui n’avait pourtant pas perdu le sourire.

« FAITES PAS LA TÊTE, C’EST LA FÊTE ! »

Aux cris de « faites pas la tête, c’est la fête ! » dans les files d’attente, d’autres ont su garder le sourire malgré la météo peu clémente. C’était le cas, également, d’un groupe d’amis venus de Dunkerque et de Calais, tous abrités sous une même bâche. « On est habitués à ce temps, nous, ça ne nous dépayse pas ! » plaisantaient-ils.

Hervé, Jocelyne et leur fils Vincent, tous trois venus de Taissy, étaient présents sur la pelouse du Parc avec de l’avance, emmitouflés dans leurs parkas. « Ça ne nous empêchera pas de profiter du moment ! » lâche Hervé, un grand sourire aux lèvres, entre deux blagues complices avec son fils. Cachés sous leurs manteaux, leur bonne humeur semble être restée intacte avant même que la musique ne résonne.

Et elle n’a pas mis longtemps à se faire entendre : alors que certains craignaient l’annulation pure et simple du concert, il a été annoncé que celui-ci aurait bien lieu, malgré la légère baisse de fréquentation imputable à la pluie. Avec seulement quelques minutes de retard, les bombardes, cornemuses et batteries du bagad de Lann-Bihoué ont enfin apporté l’ambiance tant attendue par les courageux encore présents, décidés à vaincre les éléments par amour de la musique.

Si la pluie était alors encore dans tous les esprits, son souvenir et les nuages qui l’avaient apportée n’ont par contre pas survécu à l’arrivée sur scène de l’orchestre Colonne, dirigé par Marc Korovitch, et des 80 choristes du chœur Nicolas de Grigny. Après un rapide discours du jeune chef d’orchestre à propos du compositeur Rossini et de son amour pour le tournedos, le chœur et l’orchestre ont joué un répertoire de musique classique varié mais connu de tous : Mozart et La Pie voleuse, de Rossini donc, ont fait oublier aux milliers de visiteurs la moue qu’ils avaient pu faire en découvrant que la météo leur avait fait défaut.

80 choristes étaient présents au Parc de Champagne pour assurer le spectacle

Chaque année ces rémois viennent déguisés au concert. L’an dernier ils étaient en Charlie. Cette année ils avaient choisis des déguisements de marins, avant même de savoir que la première partie serait assurée par des bretons !

Près d’une benne à ordures et sous la pluie : rien n’a pu arrêter lenvie de ces deux amateurs de musique classique


Jacques, Vincent et Hervé, venus de Taissy, ont gardé le sourire du début à la fin du concert, malgré les épisodes de pluie


Les associations Smil in Reims, Rotary et AVF avaient prévu 70 invitations pour l’événement. Malgré quelques désistements de dernière minute, l’ambiance était au rendez-vous et le champagne aussi


Sous la pluie, les bretons du bagad de Lan Bihoué ont assuré le spectacle et la bonne ambiance pour les courageux encore présents

MARION DARDARD ET BERNARD SIVADE (PHOTOS)

Extrait de l'union du 23-07-2017

   

   

  Répertoire  

 

 En l’honneur de la Grande Rose

Les 200 choristes des trois chœurs réunis ont interprété, en clôture du concert inaugural de la Grande Rose, l’œuvre composée spécialement par Marc Henric, David et Goliath, sous la direction de Sandrine Lebec.

Soutenus par le Grand Ensemble de cuivres du Conservatoire, 200 choristes ont élevé leurs voix dans la cathédrale, hier soir, pour fêter la résurrection de la Grande Rose
. 

La file d’attente continuait de s’allonger jusqu’à la rue Carnot, tandis qu’à l’intérieur de la cathédrale, les allées étaient déjà noires de monde. C’est dire si les flâneurs étaient nombreux à ne pas vouloir manquer l’événement, hier soir : l’inauguration de la Grande Rose en musique. Et quelle musique ! Portés par le Grand Ensemble de cuivres du Conservatoire, la Maîtrise de Reims ainsi que les Chœurs Nicolas de Grigny et Ars Vocalis ont offert une prestation de haute facture dans le cadre des Flâneries musicales, à l’invitation des Amis de la cathédrale, qui ont orchestré de main de maître cette restauration exceptionnelle.

Comment ne pas tressaillir lorsque s’élèvent deux cents voix vers la nef ? Comment ne pas frissonner sous les vibrations des puissants tubas ? Comment ne pas trembler, à l’attaque de David et Goliath, l’œuvre très expressive de Marc Henric (déjà remarqué pour son Magnificat de la Paix en 2016), commandée pour l’occasion ? Une création mondiale qui a permis de réunir, sous l’œil coloré bienveillant de celle qu’on honorait hier, tous les artisans de ce concert… historique.

Marion DARDARD ET Bernard SIVADE (PHOTOS)

Extrait de l'union du 24-06-2017

   

   

  Répertoire  

 

 Aux Flâneries, classique rime aussi   avec fantaisie

Avec le violoniste Aleksey Igudesman, qui se produira le 11 juillet avec le pianiste Hyung-ki Joo, le public est sûr de ne pas s’ennuyer !
Florian Petermann

Le comédien Lambert Wilson sera accompagné au piano par Jean-Philippe Collard, le directeur artistique des Flâneries. Ci-dessous : un air breton soufflera sur Reims le 22 juillet ...

Synonymes de période estivale, de découvertes culturelles mais aussi et surtout d’émotions voire de grands frissons, les Flâneries musicales de Reims reviennent sur le devant de la scène à compter de jeudi 22 juin. Pour cette 28 e édition, qui se tiendra jusqu’au 12 juillet et sera suivie, le 22 juillet, par le grand concert pique-nique au parc de Champagne, le pianiste et directeur artistique Jean-Philippe Collard a concocté un programme varié, dans le souci de plaire aux néophytes comme aux mélomanes les plus avertis. Voici, en quelques points, les particularités de ces Flâneries 2017.

DE L’HUMOUR

Cette année, plusieurs artistes invités apporteront une touche de fantaisie et d’humour à leur programme musical. Mardi 11 juillet, au cirque de Reims, le duo composé d’Aleksey Igudesman et de Hyung-Ki Joo proposera un spectacle unique combinant comédie, musique classique et culture populaire. Aussi à l’aise dans les salles de concerts classiques que dans les stades devant 18.000 personnes, ces deux musiciens rêvent de rendre la musique classique accessible à un public le plus large possible. L’humoriste Gaspard Proust participera, lui aussi, aux Flâneries, le 8 juillet, à l’Opéra de Reims, avec le slogan « Je n’aime pas le classique, mais avec Gaspard Proust j’aime bien ».

DES STARS

Cette nouvelle édition des Flâneries musicales de Reims va être l’occasion d’applaudir à Reims des artistes de renommée internationale. Parmi eux, le chanteur lyrique Philippe Jaroussky. Ce contre-ténor – il chante exceptionnellement haut en utilisant la voix de fausset ou voix de tête – clôturera le festival en interprétant des cantates sacrées baroques, en la basilique Saint-Remi. Cet artiste d’exception, qui a démarré sa carrière de soliste en 1999 et décroché plusieurs Victoire de la musique classique – révélation artiste lyrique en 2004 et meilleur artiste lyrique en 2007- a récemment sorti un nouvel album, La storia di Orfeo, dans lequel il raconte le mythe d’Orphée à travers la musique de trois compositeurs baroques : Monteverdi, Rossi et Sartorio. Pour la petite histoire, Philippe Jaroussky était déjà venu chanter en 2000 à Reims, alors qu’il n’avait que 22 ans. À la basilique Saint-Remi, il avait remplacé au pied levé le contre-ténor Rachid Ben Abdeslam.

Parmi les autres « stars » attendues à Reims, citons Marie-Christine Barrault qui viendra réciter un texte, le 29 juin, au Manège. La comédienne sera accompagnée au piano par François Chaplin qui interprétera des morceaux de Schubert. Le comédien et chanteur Lambert Wilson se produira de son côté, le 6 juillet, à l’Opéra de Reims, avec le pianiste Jean-Philippe Collard.

DES ENSEMBLES RECONNUS

Jeudi 22 juin, pour le concert d’ouverture, le pianiste Jean-Philippe Collard jouera des œuvres de Richard Strauss, de Mozart et de Haydn avec l’Orchestre des Pays de Savoie. Le public pourra aussi écouter l’Orchestre de chambre Occitania, l’Orchestre symphonique de Mulhouse et le Bagdad de Lann-Bihoué.

DES FORMATIONS DE LA RÉGION

Fidèles des Flâneries musicales, la Maîtrise de Reims, le Jeune Maîtrise et l’Ensemble vocal Réminiscence dirigés par Sandrine Lebec, le Chœur de chambre Ars Vocalis dirigé par Hélène Le Roy, l’Harmonie du 3 e Candon dirigé par Dominique Fitrzyk et le Chœur Nicolas de Grigny dirigé par Jean-Marie Puissant, mais aussi l’Orchestre de l’Opéra de Reims, l’Orchestre de chambre de Champagne et les élèves et professeurs du conservatoire à rayonnement régional de Reims, assureront plusieurs concerts. Pour l’inauguration de la grande rose restaurée de la cathédrale de Reims, vendredi 23 juin, plusieurs de ces formations interpréteront David et Goliath, une création que Marc Henric a spécialement composé pour l’événement.

UN CONCERT PIQUE-NIQUE INCONTOURNABLE

Comme les années précédentes, le traditionnel concert pique-nique sera organisé au Parc de Champagne. Il aura lieu samedi 22 juillet, à partir de 19 heures. La première partie sera assurée par les Bretons du Bagdad de Lann-Bihoué, la seconde par l’Orchestre Colonne et le Chœur Nicolas de Grigny qui interpréteront des œuvres de Mozart, Haendel ; Bizet, Wagner… Pour des raisons de sécurité, 18 000 spectateurs maxi pourront être accueillis au Parc de Champagne. L’an dernier, les organisateurs avaient comptabilisé 17 200 personnes. Cette année encore, les festivités seront clôturées par un feu d’artifice.

DES CONCERTS POUR LE JEUNE PUBLIC

Les organisateurs tiennent beaucoup aux « Rendez-vous Petits Flâneurs », la programmation spécialement dédiée aux enfants et aux familles. Cette année, le jeune public a le choix entre cinq concerts. Parmi eux Les Doudous, un spectacle proposé par une violoncelliste, une violoniste, une comédienne, un écrivain et un photographe-reporter. Les parents qui réservent des places sont invités à envoyer une photo du doudou de leur enfant qui sera utilisé lors de la représentation

UN TIERS DES CONCERTS GRATUITS

Les Flâneries musicales de Reims que préside Jean-Louis Henry disposent cette année d’un budget de 2,15 millions d’euros financé pour moitié par la Ville de Reims.Par rapport à 2015, la municipalité donne 150 000euros de moins mais a promis, dixit Jean-Louis Henry, que sa subvention ne baisserait plus. Aujourd’hui, 53 concerts sont proposés, contre 60 en 2015.

Par ailleurs, si 101 mécènes avaient l’an dernier participé financièrement au festival, ils sont aujourd’hui 108. « Le nombre de mécènes est, depuis plusieurs années, en constante progression », se réjouit Jean-Louis Henry.

Un tiers des 53 concerts programmés sont gratuits et le prix des concerts payants varie entre 6 et 30 euros.

L’an dernier, les Flâneries musicales de Reims avaient attiré 38 606 spectateurs dont 17 200 au concert pique-nique au Parc de Champagne 

De jeunes talents très prometteurs


La violoncelliste russe Anastasia Kobekina jouera le 3 juillet au conservatoire.David Ausserhofer

 Les organisateurs des Flâneries tiennent beaucoup à « Débuts », une série de concerts qui permet de découvrir des jeunes musiciens d’exception. Dans le cadre de cette série, une quinzaine d’artistes se sont déjà produits, depuis 2012, sur la scène du conservatoire à rayonnement régional de Reims et les concerts «Débuts » sont désormais considérés comme une véritable rampe de lancement pour ces jeunes qui rêvent de faire carrière.

Le violoncelliste français Edgar Moreau a par exemple fait un bon bout de chemin depuis sa participation aux Flâneries en 2012. Il a notamment été primé en 2013 aux Victoires de la musique classique, dans la catégorie « révélation soliste instrumental de l’année », et en 2015 comme « soliste instrumental de l’année ».

Cette année, le public va pouvoir découvrir, les 3, 4 et 5 juillet, la violoncelliste russe Anastasia Kobekina, le violoniste Kerson Leong et la pianiste Nathalie Milstein.

 LES AUTRES POINTS

TROIS NOUVEAUX LIEUX DE CONCERTS

Les 53 concerts de cette 28 e édition des Flâneries musicales seront donnés dans 33 lieux situés à Reims et son agglomération. Trois d’entre eux n’avaient encore jamais été utilisés pour le festival : la Congrégation des sœurs du Saint-Enfant-Jésus au 48 rue du Barbâtre à Reims qui dispose d’un jardin, la cour d’honneur de la maison de champagne Veuve Clicquot au 12 rue du Temple à Reims, et le très beau jardin du Champagne Krug, au 1 rue Coquebert à Reims.

DES VISITES AVANT LES CONCERTS

L’équipe des Flâneries propose au public de visiter, avant les concerts, certains lieux où se produiront les artistes. Lundi 26 juin, ceux qui le souhaitent pourront ainsi découvrir la Congrégation des sœurs du Saint-Enfant-Jésus. Fondée en 1670 par Nicolas Rolland, un prêtre rémois, cette Congrégation abrite une imposante bâtisse de style gothique. Le public sera également invité à visiter le musée historique Saint-Remi le 26 juin, et le palais du Tau le 9 juillet. Visite offerte pour 20 personnes ayant acheté leur billet pour le concert. Réservation obligatoire au 03 26 36 78 15, à l’adresse mail mc.rennaud@flaneriesreims.com ou s.belhaj@flaneriesreims.com

UN CONCERT À LA PRISON

Depuis 2008, les Flâneries organisent chaque année, en lien avec les services pénitentiaires, un concert à la maison d’arrêt de Reims. Cette année, l’accordéoniste Élodie Soulard jouera jeudi 29 juin à 13 h 30. Ce concert est naturellement fermé au public.

Extrait de l'union du 10-06-2017

   

   

  Répertoire  

 

 Les Flâneries Musicales 2017

Tours et détours en classique


Le prestigieux Orchestre national de Lorraine participera à l'ouverture des Flâneries le 3 juin prochain,

A cheval sur le printemps et l'été, le festival ouvrira le 3 juin à la basilique Saint-Remi en compagnie de Wagner et Strauss servis par l'orchestre national de Lorraine et l'orchestre de l'Opéra de Reims, A la musique symphonique succéderont toutes les veines classiques et moins classiques, et au milieu quelques récitants de prestige comme Marie-Christine Barrault, Lambert Wilson ou Gaspard Proust. Pour la création mondiale David et Goliath le 23 juin en la Cathédrale, 200 choristes rémois donneront de la voix. Et que nous promet le concert pique-nique le 22 juillet ? Le Bagad de Lann-Bihoué et 10 chefs-d'œuvre pour chœur et orchestre,

Du 22 Juin au 22 juillet 2017 (concert le 3 juin) Ouverture de la billetterie samedi 20 mai aux Halles du Boulingrin en musique, avec accordéon et cor des Alpes

Renseignements : 03.26.36.78.00 info@flaneriesrelms.com .  

www.flaneriesreims,com

 

Jean-Philippe COLLARD Directeur artistique des Flâneries Musicales

« Nous ne nous départons pas de la haute exigence de qualité des concerts des salles et de la diversité des propositions qui sont nos objectifs. J’aime à élargir l’assiette de la musique classique. Cette année, nous rendrons ainsi homage à Bourvil et à lui à la chanson française. Nous accueillerons aussi quelques curiosités instrumentales, comme le cor des Alpes, la cornemuse et le cristal baschet ou des bois et gongs … »

Extrait de RA 328 de 05-2017

   

   

  Répertoire  

 

 Les Flâneries mêlent les genres

 Pour sa 28e édition, le festival propose 53 concerts, avec incursions dans l'humour et la littérature.


Le piano aura la part belle cette année, avec, entre autres, invités prestigieux, le fougueux Nikolaï Lugansky

Vingt-huit ans. La jeunesse tonique et la maturité qui se profile. C'est par ces mots que Jean-Louis Henry, le président des Flâneries musicales de Reims, a présenté, hier à l'hippodrome, le programme de la 28° édition. Il s'est réjoui d'accueillir cette année 13 nouveaux partenaires, ce qui porte leur nombre à 108 (contre 62 il y a six ans) : « Un honneur et une responsabilité », a résumé M. Henry, laissant le soin au directeur artistique de dévoiler les grandes lignes du programme. Programme, ou plutôt promesse ou proposition, s'est amusé à préciser Jean-Philippe Collard, soucieux de parler de musique mais ne dédaignant pas d'effleurer la politique: « Je ne loupe jamais une occasion de dire qu'il manque une salle de concert à Reims ! C'est une supplique, un besoin impérieux, une nécessité ... »

CRÉATION MONDIALE À LA CATHÉDRALE

Avec 53 concerts et quelque 40.000 festivaliers attendus entre le 22 juin et le 12 juillet, les Flâneries font la part belle aux œuvres vocales, au piano, au violon... et au mélange des genres qui lui est cher. La cathédrale accueillera par exemple, le 23 juin, le David et Goliath de Marc Henric, une création mondiale avec la Maîtrise de Reims, les chœurs Nicolas de Grigny et Ars vocalis. Le claveciniste Benjamin Alard investira la maison Ruinart pour une évocation de Bach et l'Italie, Le pianiste, russe Nikolaï Lugansky fera résonner le cloître de Saint-Remi de toute la fougue de Tchaïkovski et de celle de Chopin, Violon et accordéon seront associés, dans le parc Mumm, grâce à Laurent Korcia et Élodie Soulard, dans des morceaux de Bartok, Piazzolla, Ravel, entre autres.

Parmi les dates qui suscitent d'ores et déjà la curiosité, figurent celles réunissant la musique et une autre discipline, La comédienne Marie-Christine Barrault sera la « récitante» de poèmes allemands romantiques sur des airs de Schubert joués par François Chaplin,

HOMMAGE À BOURVIL POUR SES 100 ANS

Lambert Wilson et Jean-Philippe Collard s'appuieront sur les traits d'humour de Marcel Proust (n'en doutez pas, cela existe !) et feront entendre en résonance des extraits de Satie, Debussy, Fauré ou Scarlatti. L'humoriste Gaspard Proust (sans lien avec l'auteur d'A la recherche du temps perdu) proposera, à partir du disque « Je n'aime pas le classique , mais ça j'aime bien », un spectacle qui lui permet de décortiquer avec ironie et tendresse des mélodies fameuses.

On a noté également, à l'occasion du 100' anniversaire de sa naissance, un hommage à Bourvil avec la Symphonie de poche, qui interprétera chansons et monologues du comique à la très belle voix, alliés à du Bizet, du Beethoven ou du Saint-Saëns.

Autre rendez-vous attendu, celui du concert pique-nique, le 22 juillet au parc de Champagne avec ; en première partie, le Bagad de Lann-Bihoué, et ensuite l'orchestre Colonne (avec le chœur Nicolas de Grigny) pour « Dix chefs-d'œuvre pour chœur et orchestre ».

Anne DESPAGHE

Concert-rencontre vendredi 19 mai à 11 heures au Caveau Castelnau, Ouverture du camion billetterie samedi 20 mai à 9 heures aux Halles du Boulingrin,

Renseignements :  :www.flaneriesreims,com

Extrait de l'union du 02-03-2017

   

   

  Répertoire  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un concert sous les étoiles

Pour clôturer le Festival des Flâneries musicales, demain soir, se déroulera le traditionnel concert pique-nique. 18 000 personnes sont attendues.


En raison d'un renforcement des mesures de sécurité. il n'y aura pas. Cette année, pas de vente de billets sur place le soir du concert. Tout s'effectuera en prévente. Archives

 À SAVOIR

•.- Concert pique-nique, ce samedi 23 juillet, dès 19 heures, parc de Champagne, Reims.

•.- Première plrtie assurée par l'Ensemble Vocal Réminiscence de la Maîtrise de Reims et le Chœur d'hommes de la Maîtrise, le concert principal étant prévu à 21 h avec l'orchestre national de Lorraine.

•.- Tarif 12 € en prévente.

•.-  Infos www.flaneriesreims.com - et au 03 26 36 78 00.

La pluie ne devrait pas jouer les troubles fêtes demain soir pour l'ultime rendez-vous de la 27' édition de ce festival de musique classique. Il nous fera voyager de Paris à Broadway pour la première partie avant de s'attarder sur ces comédies musicales devenues cultes. Ce rendez-vous annuel est une belle occasion de faire la fête en famille ou entre amis avec musique, repas sur le pouce et feu d'artifice final..L'an passé, d'ailleurs, pour la première fois en près de 30 ans, le concert pique-nique s'était joué à guichets fermés. 18.000 mélomanes avaient ainsi fait le déplacement. Demain soir, suite à l'attentat de Nice, la sécurité sera renforcée. Il faut donc anticiper son arrivée au parc de Champagne car tous les sacs, cabas et glacières seront inspectés.

Les ventes de billets ne pourront pas se faire sur place contrairement aux autres années (prévente au camion billetterie présent toute ce vendredi place d'Erlon à Reims et le samedi matin rue du Temple et puis l'après-midi jusque 19 heures, place d'Erlon). Les ventes de billets pourront se faire aussi sur le site internet du festival, comme à la Fnac ou encore dans les points de vente habituels.

La circulation aux abords du lieu du concert tout comme le stationnement a été revu cette année. Des navettes gratuites sont aussi mises en place par Citura comme l'an passé au départ de plusieurs quartiers, de l'Opéra, du parc des expositions, pour permettre de vous rendre à la soirée sans vous soucier de vous garer.

Dès 19 heures, l'ensemble vocal Réminiscence de la Maîtrise de Reims et le Chœur d'hommes dela Maîtrise interpréteront entre autres des grands standards de la chanson française telll est 5 h. Paris s'éveille de Jacques Dutronc (1968), Le poinçonneur des Lilas de Serge Gainsbourg (1958), J'ai deux amours de Joséphine Baker (1930) mais aussi Yves Montand, Jacques Brel, Renaud, Edith Piaf ou encore Maurice Chevalier.

Un hommage sera rendu aux victimes de l'attentat de Nice avant que l'Orchestre national de Lorraine ne s'attarde sur quelques comédies musicalesb West Side Story, Candide, My Fair Lady, The Merry Widow, Porgy and Bess et Carousel. Enfin un feu d'artifice clôturera en beauté cette soirée et la 27° édition des Flâneries.

Aurélie BEAU55ART

Extrait de l'union du 23-07-2016

   

   

  Répertoire  

 Dans les coulisses des Flâneries Musicales

Programmer cinquante-trois concerts, en trois semaines, dans une trentaine de lieux différents, réclame une organisation sans faille. Lever de rideau sur la grosse machine des Flâneries Musicales.


Moment de détente pour l'Ensemble instrumental du Conservatoire, avant son concert avec Smaïn, le 29 Juin, à la Cartonnerie. Bernard Sivade

Il est à peine 9 heures, ce mardi 5 juillet Mais Corinne Herbay, administrateur de production, est déjà sur le pont depuis une bonne demi-heure. Dans moins de six heures, l'ensemble de percussions Ars Nova se produira, ici, à la Friche artistique La Fileuse. « Le lieu est particulier car il faut entièrement l'équiper en salle de spectacle, comme le concert est prévu en journée et que l'espace est très clair, il y a pas besoin de lumières, mais il faut néanmoins  « l'habiller » pour que les artistes, comme les spectateurs, s’y sentent bien », explique cette cheville ouvrière des Flâneries.

Une feuille de route générale pour chaque concert

Alors qu'elle vérifie la « feuille de route générale », où sont notées ans le moindre détail, toutes les informations relatives à ce concert N°34 - personnel présent sur place, effectif, transport et lieu d'hébergement de l'équipe artistique, instruments de musique ... une équipe de la Ville de Reims dispose ne centaine de chaises. Avec sa fiIle Fanny, qui travaille avec lui ans son entreprise CP'Event, Claude Poplimont, le régisseur général, vérifie tous Les instruments de musique, loués à Paris et Reims, sont déjà en place. Pendant ce temps, à l'extérieur du bâtiment, un-jeune homme installe une bannière flottante aux couleurs des Flâneries, tandis qu'un autre fixe au mur plusieurs panneaux fléchant le lieu du concert. Arrive Léa Dailly, tirant un Caddie rouge, « Je suis la responsable "catering" », lance la Rémoise de 20 ans. Dans le milieu du spectacle, le « catering » désigne les petits encas et collations offerts aux artistes. L'étudiante en BTS audiovisuelle, embauchée pendant toute la durée du festival, dépose dans une pièce aménagée en loge des bouteilles d'eau, des cannettes de boissons sucrées, des fruits frais et secs, mais aussi des biscuits, des barrés de céréales, des thermos de café et de thé. « Je laisse aussi des bonbons Haribot : en général, les artistes en raffolent »  s'amuse la jeune femme. Plus tard, elle viendra déposer dans la loge des cadeaux : des sacs Fossier contenant des biscuits, de la moutarde Clovis et une bouteille de champagne.

« Notre ambition est de faire en sorte que les artistes se sentent bien et puissent travailler dans de bonnes conditions », souligne Corinne Herbay, précisant que l'équipe d'organisation « très solidaire », doit souvent faire face à dès imprévus. Les musiciens classiques sont-ils capricieux ? « Non, assure-t-elle. Ils n'ont qu'un souci : que l'on respecte leurs temps de répétition et de concentration. On est dans l'exigence et l'excellence... »

Pris en charge, à leur arrivée à la gare de Reims, par un chauffeur des Flâneries (lire plus loin), les artistes viennent prendre possession des lieux. Tout sourire, ils attaquent la répétition. Avant l'arrivée des premiers spectateurs, plusieurs membres de l'équipe des Flâneries sont sur le pont. Yohann Davenne, le référent sécurité, qui a préparé en amont chaque dossier, briefe ses agents, le camion de billetterie, animé par cinq personnes qui travaillent par équipes de deux, se positionne près de l'entrée de la salle de spectacle.

Fleurs et flûtes de champagne

Tenue soignée et maquillage discret, Pauline Cluch, la responsable des hôtesses d'accueil - mais aussi des hôtes car il y a des garçons - passe à l'action. « Nous accueillons le public en répondant à ses questions et en lui offrant le programme », explique cette salariée de l'agence Class'Affair. « À l'issue du concert, les artistes se voient remettre un bouquet de fleurs, livré par l'un des nombreux partenaires des Flâneries. Ils sont aussi invités à déguster une flûte de champagne. Et à terminer la soirée au restaurant, avec le président ou le directeur artistique du festival ... »

Les programmes des concerts - les couvertures sont imprimées à Epernay, les pages intérieures à Reims - sont distribués par des « hôtes » et « hôtesses » de l'agence rémoise Class'Affair. Pendant toute la période du festival, 33000 programmes sont imprimés dont B000 pour le concert pique-nique.


Le pianiste Jean-Philippe Collard, directeur artistique des Flâneries, prend le temps de rencontrer les artistes avant ou après les concerts. Ici, avec Smaïn.


Le «QG» des Flâneries Musicales se trouve au Centre des. Congrès. Dans un open space, les équipes, chargées notamment de la billetterie et de la communication, se relaient pour répondre aux multiples questions posées par téléphone. Au total. quarante personnes sont mobilisées pendant toute la période du festival.

Lêa Dailly, 20 ans, étudiante en BTS audiovisuel à Saint-Jean-Baptiste de La Salle, est chargée du « catering » soit les collations des artistes.

 
Chauffeurs d'artistes


Tifenn Lecordier et Marie Fayet sont étudiantes il Paris.

Elles ont 20 et 23 ans et sont toutes les deux étudiantes à Sciences-Po Paris. Tifenn Lecordier et Marie Fayet sont des fidèles du festival musical rémois. Il y a quelques années, elles avaient chacune assuré le « catering» en livrant, dans les coulisses des salles de concert, les collations pour les artistes. Pour cette édition 2016 des Flâneries, les jeunes femmes sont chauffeurs. Leur mission: aller chercher les artistes à la gare et les conduire à leur hôtel et sur les lieux des concerts. Elles disposent de deux véhicules : une Peugeot 5008 et une Toyota Prius +, prêtées par des partenaires pendant toute la durée du festival. « La plupart du temps, les artistes .que nous conduisons sont agréables. lis nous posent des questions pratiques sur l'organisation de leur journée mais cherchent aussi à avoir des informations sur la ville. Quand ils ne parlent pas, on ne s'inquiète pas : ils ont juste besoin de se concentrer », racontent-elles. Les étudiantes n'ont pas eu à prendre en charge Hélène Mercier. La célèbre pianiste, épouse de Bernard Arnault, a rejoint Reims avec son chauffeur personnel.

Quel travail faites(vous pour les Flâneries

   

 
3 OUESTIONS A JEAN-LOUIS HENRY


Est le président des Flâneries Musicales. C'est lui qui organise, avec Jean-Philippe Collard, le festival.

« Tout doit être ciselé »

•.-  Organiser Les flâneries, est-ce compliqué ?

Disons que l'organisation doit être sans faille, que tout doit être parfaitement préparé, ciselé. Cinquante-trois concerts en trois semaines, ce n'est pas rien, d'autant qu'il y a beaucoup de salles de concerts différences. D'où l'obligation de moyens. Je veille à ce que les artistes et le public soient bien accueillis. En plus de Jean-Philippe Collard, avec qui je travaille en complémentarité, et les cinq permanents de l'association, je peux m'appuyer sur une quarantaine de personnes. Nos partenaires sont, aussi un merveilleux atout

•.- Comment se déroulent vos journées pendant le festival ?

Le matin, je me rends disponible, une à deux fois par semaine, pour des interviews. C'est important pour la notoriété du festival. Je fais aussi un gros travail administratif. Il y a énormément de paperasse et de documents à signer. C'est la 5ème  année que je m'occupe des Flâneries et je veille à ce que les comptes soient équilibrés comme il se doit. Les Flâneries ont un statut d'association mais un fonctionnement d'entreprise. Chaque jour, je suis l'avancement de la billetterie, qui représente entre 10 et 15 % de notre budget de 2 millions d'euros, Sans le mécénat, on ne pourrait jamais produire autant de concerts. Il faudra étudier les chiffres avec précision à la rentrée, mais on a constaté qu'entre 15 et 20 % des spectateurs ont un budget de 100 euros pour cinq à sept concerts, L'après-midi et le soir, j'assiste aussi à 90 % des concerts. C'est le moment de l'émotion et du partage, les meilleurs moments !

•.-  La date du concert pique-nique approche. Etes-vous. stressé à l’idée d'accueillir des milliers de personnes ?

Je suis d'un naturel optimiste mais cela ne m'empêche pas de tout mettre en œuvre pour que la fête soit réussie. Pour des raisons de sécurité, le nombre de spectateurs maximum a été fixé à 18000. À ce jour, nous avons vendu 5000 places soit le double que l'an dernier à la même date. Et l'on sait, par expérience, que la majorité des gens attend le dernier moment pour réserver. Cette année, 200 personnes seront mobilisées au parc de Champagne dont des agents de sécurité, des pompiers, etc. Pour la première fois, un chien démineur auscultera le site avant l'entrée du public.

Valérie COULET

Extrait de l'union du 10-07-2016

   

   

  Répertoire  

 

 Quand la musique des Flâneries vient à vous

 L'ensemble vocal Les Cris de Paris a offert hier une expérience rare, avec des polyphonies spatialisées. Un concert qui ne pouvait laisser personne indifférent.

Une ouverture de concert « classique » avec un morceau de Mendelssohn..

PROGRAMME

•.- Ce vendredi 24 juin, deux concerts sont programmés, le premier prévu a 18 heures sur le parvis de la gare centrale, sera assuré par le Quintette Magnifica, le second, à 20 heures au Cirque du Manège de Reims, sera donné par les pianistes Hélène Mercier et Louis Lortie. Ils joueront des compositions de Maurice Ravel : et de Sergueï Rachmaninov.

•.- Pour la suit du programme, consulter le site www.flaneriesreims.com ou téléphoner au 03 26 36 78 00.

Hier, à la basilique Saint-Remi, le traditionnel concert d'ouverture des Flâneries musicales a démarré de façon plutôt classique. Pour Hora est de Mendelssohn, les chanteurs des Cris de Paris, alignés, faisaient face au public. Mais dès le deuxième morceau - Qui habitat de Desprez -  ils ont commencé à se déplacer et à se positionner autour de l'assemblée. Plus le concert avançait, plus ils se rapprochaient du public, jusqu'à venir chanter, par petits groupes, à quelques mètres voire centimètres des spectateurs placés en bord de rangée.

D'abord surpris, ces derniers se laissaient vite envelopper par ces voix d'une grande pureté, impressionnés, charmés ou carrément bouleversés par tant de proximité. Les frontières entre les artistes et le public volaient en éclats. Il n'était plus question d'observer tel ou tel chanteur mais de lâcher prise pour sentir et ressentir toute la beauté de ces musiques anciennes et contemporaines.

Ce qui, au final, est ressorti hier soir de ce beau et précieux concert, c'est la générosité de ces hommes et de ces femmes qui, se répondant aux quatre coins de la basilique Saint-Rémi, ont donné l'impression de chanter pour chacun des quelque 750 spectateurs. « La musique est un cadeau fait au monde » , avait dit, en préambule, le pianiste Jean-Philippe Collard. Hier soir, après avoir entendu les quarante chanteurs a cappella de Geoffroy Jourdain, personne n'avait envie de le contredire.


Le chef de chœur Geoffroy Jourdain, hier après-midi, lors des répétitions.


Les chanteurs suivaient sur des écrans; leur chef installé au fond de la basilique


Les 40 chanteurs se sont déplacés pendant tout le concert dans Ia basilique,

Valérie COULET

Extrait de l'union du 24-06-2016

   

   

  Répertoire  

 

 FLÂNERIES MUSICALES 2016

 UN PROGRAMME RICHE ET ÉCLECTIQUE

LE PROGRAMME DE LA 27ème ËDITION DES FLÂNERIES MUSICALES EST TRES ALLECHANT RICHE ET ÉCLECTIQUE, IL TÉMOIGNE DE L'ENVI DES ORGANISATEURS DE FAIRE PLAISIR AU PUBLIC.


Nelson Freire


Seong-Jin Cho, 1er prix du Concours Chopin de Varsovie en 2015


Karine Deslayes aux victoires de la musique classique

Quand on en arrive à la 27ème  édition d'un festival, la crainte est de voir S'Installer une certaine routine ... S'agissant des Flâneries musicales de Reims, Il n'en est rien. Le programme qui attend les mélomanes témoigne ne l'envie réelle des organisateurs, le président Jean-Louis Henry et le directeur artistique Jean-Philippe Collard en tête, de faire plaisir au public. Du 23 juin au 12 juillet, les mélomanes auront 53 occasions de se réjouir. 53 plus deux. Puisqu’un concert sera donné en préambule le 20 mai - lancement de la billetterie - et que le concert pique-nique est fixé au 23 juillet.

L'impression qui se dégage, c'est que les Flâneries s'enracinent de plus en plus dans la région. Pour preuve, le 3 juillet, cette célébration du 25ème anniversaire de l'inscription de la cathédrale, du palais du Tau et de la basilique Saint-Remi au patrimoine mondial par l'Unesco. Elle se traduira par une sorte de déambulation d'un édifice à l'autre à partir de la Demeure des Comtes de Champagne. Et par un concert exceptionnel réunissant tous les chœurs de Reims pour le premier anniversaire de l’inscription de la Champagne.

Régionalisation également avec un recours grandissant aux formations rémoises Maîtrise de la Cathédrale, chœurs Nicolas de Grigny et Ars Vocalis, orchestre symphonique du Conservatoire, etc. Et par extension au Grand Est. l'orchestre national de Loraine ou le philharmonique de Strasbourg.

Les Flâneries version Jean-Philippe Collard font également appel à des têtes d'affiche. Cette année, le public sera gâté avec la venue de Karine Deshayes, artiste lyrique de l'année aux Victoires de la musique; de la harpiste Marielle Nordmann ; du pianiste Nelson Freire ou encore du coréen Seong-Jln Cho, lauréat du concours Chopin 2015 à Varsovie.

Les « petits flâneurs » seront à la fête à quatre reprises entre le 29 juin et 9 juillet. Le festival sera aussi un tremplin pour les musiciens invités dans la rubrique « Débuts »

Et puis, il y aura de belles surprises. Comme le récital donné le 24 juin au Cirque par Hélène Mercier. Cette jolie pianiste originaire de Montréal aime à jouer avec son mari, lui-même excellent pianiste, qui n'est autre que Bernard Arnault, le patron de LVMH.

Une autre surprise sera le concert baroque et contemporain donné en la basilique Sainte Clothilde par le chœur Ars Vocalis et l'organiste Benjamin Steens.

Le président Jean-Louis Henry a été réélu à la tête de l'association organisatrice. Une forme de reconnaissance ne son efficacité à la tête de ce vaisseau amiral de la vie culturelle et artistique ré moise, en lien avec une équipe aussi féminine que fidèle,

JEAN-FRANÇOIS SCHERPEREEL

 Le programme en détail sur www.flaneriesreims.com et au 03-26-36-78-00.

Extrait de Mag'info de 04/2016

   

   

  Répertoire  

 

 La 27e édition des Flâneries de Reims sera riche de 53 concerts

Les Flâneries 2016 auront lieu du 23 juin au 12 juillet, et le 23 juillet. Hier, au Salon Degermann, le programme a été dévoilé à la centaine de partenaires.


Le programme du festival a été déroulé hier, par Jean-Louis Henry et Jean-Philippe Collard.

Jean-Philippe Collard en est convaincu, La musique est un « cadeau fait aux êtres humains ». Quand le monde vacille, elle offre une merveilleuse alternative et aide à lutter contre le repli sur soi. En présentant hier, avec Jean-Louis Henry, le programme des prochaines Flâneries musicales de Reims, le pianiste a rappelé combien l'art est essentiel et dit son bonheur d'élaborer, pour la cinquième année consécutive, ce grand festival qui a attiré l'an dernier 43000 spectateurs.

« Les Flâneries, ce n'est pas un objet de luxe et de confort. Elles appartiennent et s'adressent à tous », a-t-il insisté, convaincu que la musique classique doit se partager avec le plus grand nombre, grâce à une programmation diversifiée et de qualité.

La 27ème  édition des Flâneries aura lieu du 23 juin au 12 juillet, et le 23 juillet pour l'incontournable concert pique-nique au parc de Champagne. Or, dès le vendredi 20 mai, jour de l'ouverture de la billetterie du festival, un concert sera donné en la basilique Saint-Rémi, Il a été baptisé « Le Printemps des Flâneries ».

Cette année, les organisateurs entendent mettre l'accent sur le classement au patrimoine mondial' de l'Unesco et profiter du nouveau découpage de la grande région, en accueillant notamment l'orchestre national de Lorraine et l'orchestre philharmonique de Strasbourg.

Au total, le public pourra assister à cinquante-trois concerts, donnés par une centaine d'artistes dans plusieurs lieux de l'agglomération, dont le Salon Degermann qui vient d'être entièrement restauré. Parmi les grandes pointures annoncées, citons la mezzo-soprano Karine Deshayes, récompensée le mois dernier par une nouvelle Victoire de la musique (lire plus loin), le pianiste brésilien Nelson Freire, le pianiste Jean-François Zygel, « génial improvisateur » selon Jean-Philippe Collard, ou Hélène Mercier, l'épouse de Bernard Arnault. Par ailleurs, l'équipe des Flâneries se réjouit d'accueillir, dans le cadre de l'année France-Corée, les 80 musiciens du Korean Symphony Orchestra. « L'an dernier, nous avions déjà les 100 musiciens de l'orchestre symphonique de Taipei. Nous sommes donc rodés à de tels challenges », indique Jean-Louis Henry, le président des Flâneries. Le public sera invité à découvrir plusieurs jeunes talents qui débutent leur carrière, dont le pianiste Seong-Jin Cho, qui a reçu le premier prix du concours Chopin de Varsovie 2015, et les-membres du Quatuor Hermès qui rendra hommage à Schubert et à Henri Dutilleux dont on tête cette année le centième anniversaire de la naissance.

Comme les années précédentes, le jeune public sera convié aux « Petits Flâneurs », des concerts spécialement imaginés pour eux, Le 29 juin, à La Cartonnerie, le comédien Smaïn proposera par exemple « Le disparu de la page 41 », avec l'orchestre symphonique du conservatoire, le chœur d'hommes et la jeune maîtrise de Reims. Le 6 juillet, la compagnie l'Entente cordiale jouera, à La Comédie de REIMS "Un ours en peluche" .

Le prix des billets en augmentation

Pour le concert d'ouverture, Jean-Philippe Collard a invité l'ensemble "Les Cris de Paris", qui offrira une immersion dans les polyphonies. Pour le. concert de clôture, l'orchestre philharmonique de Strasbourg interprétera des pièces de Berlioz, Litz et Ravel. Quant au concert pique-nique, il aura cette année pour thème "Paris-Breadway ". « En raison des risques d'attentats, le dispositif de sécurité sera renforcé pour cette soirée qui peut rassembler un maximum de 18000 personnes », a assuré hier Jean-Louis Henry.

Les organisateurs ont enfin annoncé que les tarifs des concerts vont augmenter. Le prix des billets s'étendra de 12 à 30 euros, contre 10 à 20 ou 25 euros les années précédentes. « Les coûts sont là et les recettes plafonnées. Nous n'avons donc pas d'autre choix que d'augmenter légèrement les tarifs », a indiqué Jean-Louis Henry. Pour organiser ces nouvelles Flâneries, il dispose d'un budget d'environ 2 millions d'euros, notamment financé par une centaine de partenaires privés. La Ville de Reims verse, elle, 1,1 million d'euro. C'est 100.000 euros de moins que l'an dernier.

 Une star du chant lyrique chez Degermann


 Karine Deshayes a remporté une Victoire de la musique en février dernier, après avoir déjà été primée en 2011.

Nommée en février dernier artiste lyrique de l’année aux Victoires de Ia musique, Karine Deshayes donnera un concert le 1er juillet, au Salon Degermann, avec le quatuor à cordes Debussy. Considérée comme l'un des grands talents français que se disputent les opéras du monde entier, la mezzo-soprano a été convertie très jeune à l'opéra, alors qu'elle accompagnait son père corniste en répétitions. Formée au violon, puis au chant à partir de 14 ans, elle a fait ses débuts, en 1998, à l'opéra de Lyon. Elle a depuis chanté sur les plus grandes scènes dont le Met de New York (Le Comte Ory), le Teatro Real de Madrid et l'Opéra de Paris (Le Barbier de Séville, Don Giovanni). Cette artiste. qui donnera une Carmen à Avignon les 5 et 7 juin prochains, avait déjà remporté les Victoires de la musique, catégorie artiste lyrique, en 2011.

Valérie COULET

Extrait de l'union du 24/03/2016

   

   

  Répertoire  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Le festival entre dans le vif du sujet

img1.gif
 
Samedi soir, les Flâneries 21h sur l'esplanade des Halles du Boulingrin,
le festival vous invite à un grand bal populaire animé par le Caratini Jazz Ensemble. (© DR)

Le grand rendez-vous annuel des mélomanes et amateurs de musique a débuté hier, par le traditionnel concert d'ouverture gratuit en la basilique Saint-Remi. Après ce moment magique, place au premier week-end du festival avec une programmation pour tous les goûts et tous les âges. Ainsi, le Quatuor Alfam jouera le Rêve d'Ariane (Beethoven, Haydn, Strauss, Debussy, Ravel et Chostakovitch), le samedi 20 juin, à 16h à l'Atelier de la Comédie (tarifs 5 et 10 €), un concert ouvert à tous à partir de 4 ans. Le même jour, à 21h sur l'esplanade des Halles du Boulingrin, les Flâneries proposeront un grand bal populaire animé par le Caratini Jazz Ensemble (entrée libre). Dimanche 21 juin, jour de la Fête de la musique, le public pourra notamment entendre l'Orchestre Symphonique du Conservatoire à Rayonnement Régional de Reims dirigé par Rut Schereiner, à 16h au Centre des Congrès (entrée libre). L'ensemble interprètera Prélude à l'après-midi d'un faune de Claude Debussy, Casse-Noisette de Piotr Ilitch Tchaïkovski ou encore The Dance at the gym de Leonard Bernstein :(extraits de West Side Story). Quelques jours plus tard, jeudi 25 juin, à 16h au Domaine Pommery, il ne faudra pas manquer la magnifique œuvre d'Edvard Grieg, Peer Gynt, qui sera interprétée par le Taipei Symphony Orchestra sous la direction de Gilbert Varga, suivie par le Chœur Nicolas de Grigny, dirigé par Jean-Marie Puissant, qui nous emmènera dans l'univers de Sergueï Rachmaninov. Attention, il est vivement conseillé de réserver au plus vite vos places car certains concerts affichent déjà complet !

P.C

Les Flâneries Musicales du 18 juin au 10 juillet. Concert-pique le 18 juillet 2015 à partir de 19h. Renseignements et billeterie : www.flaneriesreims.com

H. C.

Extrait de l'hebdo du vencredi du 19/06/2015

   

   

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Le Messie de Haendel lance les Flâneries musicales de Reims

La 26 e  édition des Flâneries a débuté hier soir par le célèbre oratorio, dirigé par Jean-Claude Malgoire, avec les lauréats du concours Reims Voix sacrées.


 Jean-Claude Malgoire a dirigé l’orchestre et le chœur. 

PROGRAMME

Aujourd'hui

• . À 17 heures, rencontre à la Fnac, place d'Erlon, avec Jean-Philippe Collard et le Quatuor Talich.

• . À 18 heures, sur le parvis de la gare centrale de Reims, jazz manouche avec le Rodolphe Raffalli Jazz Trio. Entrée libre.

• . A 20 heures, dans le cellier Pompadour du Domaine Pommery, le Quatuor Talich et Jean Philippe Collard dans un programme Franck et Dvorak. Places : 15 ou 20 €.

Demain

• . A 16 heures à I:Atelier,« le rêve d'Ariane» avec le Quatuor Alfama et Delphine Veggiotti. Dès l'âge de 4 ans. Places: 5 et 10 €. ,

•. À 21 heures, bal populaire au Boulingrin avec le Caratini Jazz. Ensemble, sur l'esplanade ou sous les Halles. Gratuit

La basilique Saint-Remi était pleine, ce soir, pour le concert d’ouverture des Flâneries musicales de Reims. Bien remplie, certes, mais surtout « avec beaucoup d’âme et de cœur », comme l’a dit le prêtre dans son mot d’accueil. La communion était en tout cas celle que permet la musique. Sous la direction de Jean-Claude Malgoire, La Grande écurie et la Chambre du Roy, avec l’orchestre de l’Opéra de Reims et le chœur Nicolas de Grigny, ont interprété Le Messie de Haendel avec générosité. Cet oratorio a été l’occasion, pour quatre jeunes chanteurs, lauréats du premier concours Reims Voix sacrées, de se produire dans un cadre prestigieux, sous la baguette d’un chef soucieux de favoriser l’émergence de nouveaux talents. Il s’agissait là d’une première, fruit d’un partenariat qualifié d’« exemplaire » par le président des Flâneries, Jean-Louis Henry, qui a remercié les Amis de l’opéra de cette initiative heureuse. u.

 

Le charme du concert d'ouverture tient, aussi, au prestige du lieu

Le chœur Nicolas de Grigny, avec les instruments anciens

 

 

Elodie Calloud-Belcourt, soprano.

Quelque 3 000 personnes ont assisté au concert

 

Anne Despagne

Extrait de l'union 18/06/2015

   

   

  Répertoire  

 

 Le retour des Flâneries musicales

Pendant un mois, la musique va résonner dans toute la ville de Reims, lors de la 26e édition des Flâneries musicales. Riche et diversifié, le festival s'annonce enchanteur.


La grande formation du Taipei Symphony Orchestra est attendue jeudi 25 juin à la basilique Saint-Remi.

Jean-Philippe Collard aime partager sa passion de la musique, ses coups de cœur et ses plus belles rencontres. « Concevoir la programmation des Flâneries musicales de Reims est un immense bonheur» indique avec enthousiasme le pianiste qui, pour la quatrième année consécutive, assure la direction artistique du festival. rémois. Pour cette 26° édition, qui aura lieu du 18 juin au 18juillet, Jean-Philippe Collard a programmé des artistes qui le touchent et qu'il a souvent eu l'occasion d'applaudir.

Il se dit particulièrement fier et heureux d'accueillir les cent musiciens chinois du Taipei Symphony Orchestra. « Il y a quelques années, j'ai découvert cet ensemble lors d'un de mes concerts à Taïwan, j'avais été impressionné par sa qualité. Quand j'ai lu, dans une newsletter, que le Taipei Symphony Orchestra jouait "Les Cloches" de SergueÏ Rachmaninov ,j'ai sauté sur l’occasion pour le contacter.

 Le Taipei 5ymphony Orchestra a vite accepté J'invitation des Flâneries musicales de Reims et a réussi à décrocher une subvention de Taïwan. ((Fairevenir à Reims cent personnes de Chine n'est pas simple au niveau logistique.

Jean-Philippe Collard. qui a programmé 59 concerts pour cette nouvelle édition des Flâneries, se réjouit aussi d'accueillir, le 1<r juillet sur la scène de l'Opéra de Reims, Beatrice Rana. La pianiste américaine jouera des morceaux de Bach, Debussy, Chopin et Ravel. «J'ai toujours su que c’était une grande artiste ! J’ai eu la chance de la découvrir quand elle avait 18-19 ans, lors d'un concours à Montréal où j'étais membre du jury. Elle avait gagné haut la main ... » Beatrice Rana, qui mène aujourd'hui une belle carrière internationale, a d'ailleurs fait partie, il y a trois ans, des «jeunes artistes au devenir prometteur» conviés aux Flâneries musicales de Reims. Cette - année, le public pourra découvrir trois autres débutants qui, selon Jean-Philippe Collard, ont un talent fou. Parmi eux, le jeune Vadym Kholodenko. Ce 'pianiste originaire de Kiev vient de décrocher la médaille d'or du prestigieux 'concours Van-Cliburn au Texas.

Jean-Philippe CoUard avoue ne pas avoir eu de mal à convaincre les artistes. ((Le festival jouit d'une très bonne image, notamment parce que des grandes stars comme Yehudi Menuhin s'y sont produites. u Cette année, si la plupart des concerts sont dédiés à la musique classique, des incursions dans le jazz, le flamenco et le répertoire de Gilbert Bécaud vont attiser la curiosité du public.

Valérie COULET

A SAVOIR

•. Le festival aura lieu du jeudi 18 juin au samedi 18 juillet.

•. Les 59 concerts seront donnés dans 41 lieux différents.

•. Le traditionnel concert pique-nique au Part de Champagne aura lieu samedi 18 juillet à partir de 19 heures.

•. Six concerts sont spécialement destinés au jeune public (Les Concerts «Petits Flâneurs »).

•. Tarifs: de 0 à 25 euros selon les concerts.

•. Réservations au 03 26 36 78 00 ou sur www.flaneriesreims.com

Extrait de l'union 13/06/2015

   

   

  Répertoire  

 

Les temps forts des prochaines Flâneries Musicales

 XVI es  Flâneries Musicales et quatrième « variation » pour Jean-Philippe Collard, le directeur artistique


Le 4 juillet, l’Ensemble Gilles Binchois interprétera « La Messe de Notre-Dame » de Guillaume de Machaut, le plus célèbre compositeur du XIV e siècle, mort à Reims en 1377.

Pour plus de clarté, nous  présentons nos tentations par genres musicaux ... sachant que les conditions économiques du moment impliquent une nette domination de la musique de chambre, c'est-à-dire des petites formations. Cette année encore, elles constituent l'essentiel , du Festival musical de Reims. Mais les chefs-d'oeuvre sont partout et l'importance des effectifs ne fait rien à l'affaire!

1 - MUSIQUE SYMPHONIQUE

L'orchestre Symphonique du Conservatoire est placé sous la direction de Rut Schereiner pour un très beau programme regroupant des pages de Tchaïkovski, Stravinsky, Debussy et Bernstein. Des élèves mordus et doués 1 À écouter et à encourager absolument...même si l'on dit que les jeunes, aujourd'hui. ne s'intéressent pas à cette musique-là!

-> Dimanche 21 juin, 16 H - Conservatoire

Certainement l'un des sommets du festival avec l'orchestre de Lorraine et son chef Jacques Mercier dont on sait l'engouement pour la musique française et l'excellence de ses interprétations. Une affiche de rêve avec la légendaire « Symphonie en ré mineur » de César Franck créée en 1889, et la torride « Symphonie Espagnole » d'Edouard Lalo (1874). Le fougueux archet de Tedi Papavrami s'emparera les incandescentes arabesques de la partie soliste.

-> Vendredi 3 juillet. 20H - Basilique 5aint-Remi

2 - MUSIQUE CHORALE

Le «Taipei Symphony orchestra» est basé à Taiwan. Son chef est actuellement Gilbert Varga qui conduira le concert auquel prendra part le Chœur Nicolas de Grigny. Deux pages rarement jouées.. à Reims notamment, la musique de scène du « Peer symphonique «les Cloches. dé Sergueï Rachmaninov" oeuvre foncièrement russe écrite sur un texte d'Edgar Poe et créée à St. Saint-Pétersbourg en 1913. Les quatre mouvements de la partition peuvent symboliser les étapes de la vie humaine.

-> Jeudi 25 juin - Basilique Saint-Remi

 Aucun mélomane ne manquera le «Deutsch Requiem» de Brahms ...qui servira de clôture au Festival 2015. Fresque éminemment romantique .. cette méditation chorale et symphonique .sur la mort est l'une des pages les plus saisissantes de Brahms. Choeurs. soprano et baryton solos tissent une fantastique polyphonie sur des pages tirées du Nouveau Testament. Les solistes. Le Chœur de la Radio Flamande, le « Brussels \Philh~rmonic » seront placés sous la baguette précise et inspirée d'Hervé Niquet, aussi à l'aise dans la tourmente romantique que dans la rhétorique baroque.

-> Vendredi 10 Juillet 20 H - Basilique Saint-Remi

3 - MUSIQUE DE CHAMBRE

Une superbe affiche pour introduire la série « musique de chambre ....  Le Quatuor Talich et jean-Philippe Collard au service de , deux quintettes qui comptent parmi les chefs-d'oeuvre du genre. Éminemment romantiques - donc passionnés - les quintettes de Franck (1879) et de Dvorak (1887) expriment des mentalités et des cultures bien différentes. Ici la tradition polyphonique héritée de l'école germanique, là les fiévreuses envolées venues du folklore de l'Europe Centrale ... Du canon à la Dumka ... Quel voyage!

->  Vendredi 19 juin. 20 H. Domaine Pommery

Le jeune Trio Karénine (fondé en 2009) est très classique : piano, violon violoncelle. Son programme l'est moins, d'où l'intérêt du concert. Pour preuve Je trio de Philippe Hersant composé en 1998 sur un ostinato de trois notes emprunté à une célèbre chacone de Marin Marais, violiste de Louis XIV. Mais aussi le magistral trio « Les Esprits » opus 70 de Beethoven, œuvre superbe, soeur lies 5° et 6° symphonies, qui comble tous les mélomanes. Mais, cerise sur le gâteau, le second trio de Shostakovitch écrit en 1944 pour illustrer les horreurs du conflit. D'où ce poignant appel à un motif juif dans le développement du final...

-> Lundi 22 Juin.20 H - Conservatoire

Toujours le chiffre «trois». Mais cette fois, un trio emblématique constitué de célébrités: Philippe Cassard, David Grimal et Anne Gastinel. L'une des singularités du programme réside dans la création française du Trio « Subterfuges» de Baptiste Trotignon, musicien de jazz très inspiré et féru de cette écriture à trois. Bien sûr, deux autres perles au programme de ce concert, l'ineffable trio d'Ernest Chausson de 1881, page maîtresse de l'Ecole française du XIX' finissant. Mais également t: et là encore on évolue sur les cimes -  le 2° trio opus 100 de Schubert conçu au soir de la vie du jeune maître Qui n'avait que trente ans.

-> Lundi 29 juin. 20 h. Palais du Tau

4 - PIANO ET CLAVIERS

Dans un lieu, acoustiquement adapté. Benjamin Steens (organiste de St. Remi) donnera un récital de clavicorde, l'instrument chéri de Bach. Ce concert relativement concis sera donné deux' fois. Les compositeurs de la fin du XVlll° sont à honneur (ceux qui assistent aux balbutiements de ce qu'on nomme alors le forte-piano ... ) Deux pièces de Carl-Philipp Emanuel Bach, une Fantaisie de Johann Hâssler-et deux pages de Haydn (Sonate no 23) et Mozart (Fantaisie en ré mineur K 397). Un concert original qui débouche, pour beaucoup, sur de nouveaux horizons.

-> Le 29 juin. 20 H. Palais du Tau

 Récital romantique par Jean-Philippe Collard avec au programme Chopin et Schumann, Du premier : les 24 Préludes opus 28 dont le maître a réalisé l'an dernier un mémorable enregistrement chez « la Dolce Volta ». Du second; la suave et souriante Arabesque op. 18... mais aussi la monumentale «Fantaisie en ut» op. 17, la plus audacieuse création pianistique de Schumann dédiée à- Franz Liszt. Les trois· mouvements de l'oeuvre épousent une courbe dépressive, de l'extraordinaire tension du premier à la dramatique méditation du final. Une page majeure du  Romantisme.

-> Mardi 30 juin - 16H.

Eglise Saint-Sébastien à Bétheny Elle s'est déjà produite aux Flâneries et chacun s'en souvient. Et pour cause! ... Béatrice Rana est l'une des plus éblouissantes interprètes, de la jeune génération. À 22 ans, cette artiste italienne -lauréate du concours Van Cliburn aux USA- déploie un talent, une maturité tout à fait exceptionnels qu'une forte personnalité souligne d'un trait de feu. Au programme, la Partita en ut mineur de Bach et là 2' Sonate op. 35 de Chopin. Mais, également deux pages essentielles du piano français du début du XX· siècle, la suite « Pour le piano» de Debussy (1902) et la transcription de «la Valse» de Maurice Ravel, page magistrale qui médite sur la dislocation de l'Occident au lendemain de la Grande Guerre.

-> Mercredi 1· juillet. 2011. Opéra de Reims

5 - MUSIQUE ANCIENNE ET MUSIQUE BAROQUE

 Un regroupement contre nature, mais que nous utilisons par souci de concision ... L'ouvrage le plus marquant jamais écrit à Reims, la « Messe Notre-Dame» de Guillaume de Machaut.  Elle avait été donnée deux fois en 2011 après un oubli de 34 ans, En effet, depuis le 6° centenaire de la mort de Machaut (1377), elle avait été ignorée de la gente musicale locale.  La revoici, magnifiée par .l'une des formations médiévales les plus prestigieuses, 1'«Ensemble Gilles Binchois ». Une poignée de chanteurs masculins (les dames ne chantent pas la musique religieuse avant le XIX' siècle !) placés sous la férule du chef et musicologue Dominique Vellard, fondateur du groupe, Il s'agit du premier monument polyphonique à quatre voix de l'histoire musicale. C'est aussi la première messe complète où, pour la première fois, un compositeur - également poète - établit un-rapport entre texte et musique. L'Europe entière fut son élève.

-> Samedi 4 juillet 20H - Cathédrale

L'excellent chœur de chambre de Joël Suhubiette donnéra un récital consacré à des compositions sacrées issues du Bassin Méditerranéen : Du « Llibre Vermeil de Monserrat » (XIV° siècle) à Zad Moultaka (compositeur libanais né en 1967) en passant par Victoria, Gesualdo, Victoria et bien d'autres, le chœur  «Les Éléments» donnera un aperçu des origines musicales de-la musique occidentale. Le chœur chante en hébreux, araméen, latin, italien ... 'et se produit le plus souvent a cappella, comme ce sera le cas à Reims.

->Jeudi 19 juillet. 19h. Collège Saint-Joseph.

De notre correspondant Francis ALBOU

Les concerts donnés en la Basilique Saint-Remi et en plein air seront sonorisés

COMMENTAIRE

« Pourquoi pas Bartook à la Cartonnerie…»

Comme l'an passé, on perçoit le souci de plus en plus prêgnant de ce que l'on nomme aujourd'hui le « cross over », pratique qui permet à toutes les cultures musicales d'être représentées ... On se réjouira pleinement de cette expérience lorsque tous les acteurs culturels feront de même, incluant dans leur programmation des pages de notre patrimoine musical occidental, des temps médiévaux à nos jours...

Tant il est vrai que la conquête de nouveaux publics doit se faire dans tous les sens ... Alors, pourquoi pas les quatuors de Bartok à la Cartonnerie l'an prochain ... ou cet hiver? ,

De notre correspondant  :   FRANCIS ALBOU

 A SAVOIR

•. Le festival se déroule du 18 juin au 10 juillet dans divers lieux de Reims et des alentours.

"Le concert pique-nique est organisé ile 18 juillet au parc de Champagne, toujours à Reims.

•. La billetterie en ligne est ouverte, sur www.flaneriesreims.com.

 Pour toute réservation effectuée avant le 1" juin une réduction  de 10% est accordée. Bulletin à retourner avec les règlements par chèque au 12 boulevard du Général-Leclerc  - 51722 - Reims Cedex.

•. De nombreuses formules d'abonnement existent. pour cinq concerts ou plus (de 10 à 25€.

•. Une réduction de 20% est consentie sur les concerts à partir de 15€

 Détente pour petits et grands


Le MozART Group et son humour décalé le 9 juillet au Manège. Arte Gemini

Bals : samedi 20 juin, Halles du Boulingrin, 20 heures ;

Humour : jeudi 9 juillet, Manège, 21 heures  

Féeries : samedi 27 juin, Le Carré Blanc à Tinqueux, samedi 4 juillet, Conservatoire, 16 heures.

Cinéma: mercredi 8 juillet, salle des Fêtes de Saint-Brice-Courcelles, 16 heures;

Clôture : à ne pas manquer, bien sûr, le concert pique-nique avec, cette année, l'Orchestre National de Lille et Jean-Claude Casadesus, le Chœur Nicolas de Grigny et Jean-Marie Puissant ... Au programme, Bizet et Carl Orff avec ses « Carmina Burana ». En 1ère partie, Thomas Enhco au piano et Vassilena Serafimova au marimba: de Bach à Chick Corea. Rendez-vous samedi 18 juillet, au Parc de Champagne, à 19 heures.

Un pont entre deux mondes


Rachid Safir et son ensemble le 4 juillet au Conservatoire. Xavier Zimbârdo

Impossible de manquer l'excellent Rachid Safir à la tête de son prestigieux ensemble -Solistes XXI»? On se souvient de sa saisissante interprétation de «Nuits» de Xenakis en 2011 ! Lui qui a tant donné dans le répertoire du XVI° siècle, le revoici dans notre monde contemporain pour présenter l'œuvre la plus avant-gardiste du festival : « Quid sit musicus ? » de Philippe Leroux. Ce spectacle musical est un pont jeté entre la polyphonie du XIVe siècle (celle de Machaut!) et notre monde, bercé par les instruments électroniques. Comment notre oreille, formatée par ces technologies acoustiques, appréhende-t-elle la musique médiévale ? Qui est finalement le musicien? Celui qui compose ? Qui interprète ? Qui théorise, qui écoute? ...

->     Samedi 4 juillet à 18 heures au Conservatoire

LES REPERES  

Un camion billetterie pour réserver tous les samedis jusqu'à fin mai, de 9 à 13 heures au  Marché du Boulingrin et de 14 h 30 à 19 h 30 place d’Erlon

La programmation présentera lors d'un apéritif rencontre

Jean-Philippe Collard présentera cette édition 2015 des Flâneries samedi 30 mai, à 11 heures, à la Demeure des Comtes de Champagne, rue de Tambour à Reims. Gratuit sur réservation au 03 26 36 78 15

UN NUMERO

Pour contacter les Flâneries, " un seul numéro : 03 26 36 78 00.

UN SITE

Renseignements et informations : www.flaneriesreims.com

LE TRADITIONNEL CONCERT PIQUE-NIQUE

Les Flâneries s’achèveront samedi 18 juillet avec le classique rendez-vous du Parc de Champagne(voir ci-dessus). Une tarification particulière s’appliquera ce jour-là : 12€ en prévente etr 15€ sur place

La PHRASE

« La musique classique est une exigence fondamentale du vivre-ensemble, une expérience partagée et renouvelée de découverte, d’enchantement.»

Jean-Philippe Collard, directeur artistique des Flâneries

Extrait de l'union 17/05/2015

   

   

  Répertoire  

 

Les Flâneries révisent leurs classiques 

 La 26e édition des Flâneries musicales de Reims débutera le 18 juin prochain par le traditionnel concert donné en la basilique Saint-Remi et s’achèvera le 18 juillet à l’issue du feu d’artifice clôturant le concert pique-nique au parc de Champagne.

Le festival des Flâneries est un savant mélange de moments choisis, de lieux incontournables et de nouveautés. Cette année, le festival renforcera sa présence dans l’agglomération rémoise et mettra à l’honneur la jeunesse et les talents prometteurs de la musique classique

ra-317_1
Les Flâneries sont rythmées par des lieux et des moments incontournables. Le concert pique-nique organisé au parc de Champagne est de ceux-là.
Cette année, c’est l’orchestre national de Lille, dirigé par Jean-Claude Casadesus, qui interprétera la célèbre Carmina Burana de Carl Orff.

« AVANT TOUT UN FESTIVAL DE TERRITOIRE »

En 30 ans, ce festival de musique classique s’est imposé comme l’un des symboles de l’art de vivre à la rémoise et a profondément imprégné le territoire. Son assise locale est énorme. Public, entreprises, associations, collectivités territoriales, les Flâneries jouissent d’une grande notoriété.

« Avant d’être un élément de rayonnement à l’échelle nationale ou internationale, les Flâneries sont avant tout un festival de territoire, fait par et pour les personnes de l’agglomération », résume Jean-Louis Henry, le président des Flâneries. Cette place particulière, le festival la doit à sa volonté constante de mettre en valeur l’agglomération. Cette année encore, les Flâneries se produiront dans 40 lieux différents répartis dans une dizaine de communes de la métropole rémoise.

« Les Flâneries, ce n’est pas un chapiteau que l’on plante à un endroit, c’est une kyrielle de concerts organisés dans les lieux spécifiques réclamant une scénographie particulière. Cette spécificité est constitutive de l’identité de notre festival, mais cela complexifie énormément notre organisation et génère des coûts supplémentaires », souligne Jean-Louis Henry.

UN FESTIVAL UNIQUE, CLASSIQUE ET NOVATEUR

Cette multiplicité des lieux de concerts permet au festival de donner une grande lisibilité à ses partenaires et mécènes. En retour, le budget des Flâneries est, pour un tiers, assuré par un réseau de 90 entreprises partenaires.

317
L’action des Flâneries ne se limite pas au festival. Tout au long de l’année l’association coordonne des actions pédagogiques et d’éducation artistique.

A ce titre, l’association rémoise est pionnière dans le très actuel enjeu du mécénat culturel. Depuis 2012, le duo Jean-Louis Henry et Jean-Philippe Collard, à la direction artistique, a également imprimé une autre impulsion au festival. « Nous avons internalisé certaines choses et nous nous sommes rapprochés des partenaires et associations du territoire », reprend le président. Le Conservatoire régional de musique, l’Opéra, le Manège de Reims, la Comédie et, pour la première fois, la Cartonnerie s’associeront pour proposer des concerts. L’action des Flâneries va bien au-delà du festival. Tout au long de l’année, l’association mène des actions chez les scolaires et les publics éloignés de la pratique artistique.

Des actions structurantes faisant l’objet de véritables projets pédagogiques menées avec des établissements scolaires rémois ou plus ponctuelles avec, notamment, la tenue de concert à la Maison d’arrêt Robespierre à Reims. « Je suis personnellement très attaché à développer ces actions de médiation culturelle. Les Flâneries sont financées en grande partie par la ville de Reims, à ce titre, nous devons nous adresser à tout le monde », revendique Jean-Louis Henry.

NOUVEAUTÉS CETTE ANNÉE ET PROJETS FUTURS

L’autre trait saillant du festival est sa propension à innover. Depuis 2012, le festival, à travers « Débuts » sert de tremplin aux jeunes talents de la musique classique. Depuis 2014, le festival s’ouvre à l’éducation musicale des enfants avec la mise en place du dispositif « Petits flâneurs ». Nouveauté cette année, les trois évènements organisés à la Cartonnerie. « Nous voulons nous adresser à tout le monde et surtout aux jeunes en croisant les publics.

C’est aussi pour nous une manière de projeter le festival vers l’avenir. » Le grand projet de la direction des Flâneries est de proposer des concerts tout au long de l’année au rythme d’un ou deux rendez-vous par mois. « Ces propositions régulières nous permettraient de faire revenir certains artistes et offriraient à nos entreprises partenaires une plus grande visibilité. Certaines d’entre elles auraient plus d’intérêt à accueillir un concert en avril, mai ou décembre plutôt qu’en juin. La mise en place de cette saison continue est cruciale pour le développement des Flâneries. »

H. C.

 
JEAN-LOUIS HENRY

jj.henry
Président des Flâneries musicales

Quel bilan dressez-vous depuis 2012, date de votre entrée en fonction à la présidence des Flâneries musicales?

« Il fallait en priorité redresser les finances de l’association. Aujourd’hui, la situation financière est saine et l’avenir des Flâneries est pérenne. Ensuite, je pense qu’avec Jean-Philippe Collard (directeur artistique) nous avons pris les bonnes orientations en recentrant la programmation du festival autour de la musique classique et en ramenant sa durée à trois semaines. L’autre ligne de notre projet était de consolider l’assise locale des Flâneries en resserrant les liens avec les autres associations et structures culturelles de l’agglomération. Nous sommes aussi de plus en plus présents dans l’agglomération. Cette année nous proposerons neuf concerts en dehors de Reims. Un record. Nous avons aussi lancé et animé de nombreux projets d’éducation artistique en particulier auprès du jeune public. Ces actions sont au centre de notre projet et permettent aux Flâneries d’être totalement impliquées localement. Car il ne faut pas oublier que les Flâneries, avant d’être un élément de promotion de l’agglomération rémoise est un festival de territoire. »

Vers quoi voudriez-vous faire évoluer les Flâneries?

« Continuer nos actions en faveur de l’éducation artistique et accompagner les jeunes talents de la musique classique. L’autre grand projet serait de mettre en place une saison continue, proposant des concerts tout au long de l’année. C’est un projet crucial pour les Flâneries car cela répond à une attente du public, des artistes et des nombreuses entreprises mécènes du festival. »

www.www.flaneriesreims.com 

Sur le site des Flâneries vous aurez accès à toute la programmation de la 26e édition des Flâneries musicales de Reims ainsi qu’à la billetterie et aux actualités du festival.

Festival du 18 juin au 10 juillet 2015. Concert pique-nique le 18 juillet.

Informations et réservations au 03.26.36.78.00

Extrait de RA N° 317 de 05/2015 

   

   

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un bilan qui encourage les projets

 img3.gif
Jean-Louis Henry a dressé un bilan plus que positif de ces 25e Flâneries. (© l'Hebdo du Vendredi)

Qu'on se le dise, les Flâneries Musicales ont bien vécu le passage au quart de siècle ! La 25e édition du festival a rassemblé 22 602 spectateurs, soit une progression significative de 5,8% par rapport à l'édition précédente (21 370). Et si le record d'affluence du concert pique-nique de 17 198 entrées n'a pas été battu cette année, les 12 668 mélomanes remplissaient toutefois largement le Parc de Champagne le 19 juillet dernier. « Nous sommes heureux de voir que depuis trois ans, nous allons dans la bonne direction avec notre nouveau projet », se réjouit Jean-Louis Henry, président des Flâneries Musicales. « L'enjeu était important car il fallait redonner un nouveau souffle aux Flâneries après une période catastrophique. Aujourd'hui, nous avons reconstruit les fonds propres de 500 000 euros de l'association, grâce notamment à nos 90 mécènes qui sont 45% plus nombreux qu'il y a trois ans. » 

Pour Jean-Philippe Collard, le directeur artistique, « internaliser la direction artistique a été très bénéfique, nous l'avons vu cet été avec le succès des 57 concerts programmés. » A noter que sur cette soixantaine de représentations, 44% d'entre elles étaient en entrée libre cette année contre 56% de payantes. Que souhaiter désormais pour les prochaines éditions ? « Avec la réforme territoriale à venir, nous allons avoir dans la région, que l'on soit avec la Lorraine, la Picardie voire l'Alsace, un ou deux orchestres symphoniques. C'est une vraie chance mais tous ces musiciens, il faudra bien les héberger... Alors pourquoi ne pas imaginer la création d'une salle de concert symphonique pour Reims et sa région, un projet qui pourrait aller dans le sens du G3 entre Reims, Châlons et Epernay. En tout cas j'en fais le voeu », conclut Jean-Philippe Collard. Le message est passé.

Aymeric Henniaux

Les 26e Flâneries Musicales se dérouleront du 18 juin au 18 juillet 2015 / www.flaneriesreims.com

Extrait de l'union 09/10/2014

   

   

  Répertoire