Circuit Touristique ......  

 

 l' Art Déco à Reims  -  Printemps des Musées - Espaces Culturels

 

La Presse

            

 Pas un pas sans mon topo-guide
Un 3ème circuit sur les pas de saint Remi   -   A la recherche du temps perdu…
Naissance d’un 2e circuit touristique
L'histoire de Reims  ..............   pas à pas
Un tour de ville en 26 stations
Circuit touristique : huit bornes mal positionnées

 

Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


TOURISME 

 Pas un pas sans mon topo-guide

 Les 18 circuits urbains et périurbains référencés dans le nouveau topoguide “Reims Métropole… à pied” incitent randonneurs et pèlerins à plonger au coeur de Reims… et les Rémois à découvrir l’agglomération sous un autre jour.

img2.gif

S'évader, oui, c’est possible sans faire des kilomètres en voiture. La nature, l’espace, les curiosités, l’aventure se trouvent au pied de chez soi. Il suffit qu’un fil conducteur relie les rues, places, squares, parcs et jardins, sites remarquables pour se mettre en marche. Selon ce principe, les randonnées urbaines se développent en France sous l’impulsion des villes et de la Fédération Française de la Randonnée Pédestre (FFRP) qui coéditent des topoguides urbains. Dernier né de la collection : “Reims Métropole… à pied”, un opuscule de 72 pages qui présente, calibre, décrit et raconte 18 circuits de 3 à 21,5 km praticables dans et autour de l’agglomération rémoise.

Ce travail de Romain, réalisé en un temps record, a mobilisé la Ville de Reims, Reims Métropole, la FFRP et leur partenaire historique, Gaz de France. Il a en outre bénéficié du concours de l’Agence d’urbanisme et de développement, et du Comité Régional de Tourisme.

« Ce projet en rapport avec le développement durable est né d’un croisement d’idées et de volontés des partenaires » confirme Blandine Moquin, déléguée régionale de Gaz de France. Ont constitué la base du topo-guide les trois parcours touristiques balisés au centre-ville et le GR 654, dit chemin de Compostelle, emprunté chaque année par plusieurs centaines de pèlerins qui, jusqu’à présent, suivent le canal sans pénétrer au centre-ville.

Désormais, une dérivation mise en place entre la passerelle Bienfait et le pont Fléchambault les entraînera à la découverte des principaux édifices religieux de la ville. Dans le cadre de l’opération pédagogique “Un chemin, une école”, qui vise à promouvoir la marche auprès des enfants, le balisage de cette dérivation est assuré par les élèves de CM1 de l’école Notre-Dame de Reims et sera inauguré officiellement le 25 juin prochain. Très satisfaite de toute la démarche, la FFRP a choisi d’organiser en avril 2009 son congrès national à Reims.

- Ouvrage disponible en librairie, dans les magasins de sport, les maisons de la presse et à l’Office de Tourisme de Reims. Prix public : 8,1 €. Les 18 circuits urbains et périurbains référencés dans le nouveau topoguide “Reims Métropole… à pied” incitent randonneurs et pèlerins à plonger au coeur de Reims… et les Rémois à découvrir l’agglomération sous un autre jour.

 Extrait de VRI N° 245 du 04/2008

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 A la recherche du temps perdu…

 En préambule aux Journées du Patrimoine, Reims a inauguré son 3ème circuit touristique « autour de Saint-Remi », l’occasion de retrouver un passé quelque peu oublié.
img1.gif
L’association rémoise « Au coeur d’un grimoire » a fait vivre Saint Remi à l’heure de Notre Dame de Paris.

Ce nouveau parcours complète les 2 autres circuits   touristiques déjà existants « Histoire de Reims » et « Art déco ». A travers une escapade dans le passé médiéval, le dessein est d’aller à la rencontre d’un patrimoine lié géographiquement au bourg Saint-Remi. Comme le précise Marc Bouxin, Conservateur en chef du musée Saint-Remi : « le 3ème parcours a vocation d’attirer l’attention sur des sites parfois modestes et souvent méconnus, mais cependant très intéressants ». Le public connaît déjà bien la Basilique et le Musée, classés Patrimoine Mondial de l’UNESCO, mais à travers ce parcours, il va découvrir par exemple à Saint Nicaise des vestiges de remparts médiévaux. C’est d’ailleurs à cette époque que le bourg Saint-Remi, petit village à l’écart, est incorporé à la ville et en devient un quartier. Même si les éléments encore visibles ne sont pour certains que des témoignages visuellement discrets, ils parlent d’événements majeurs et sont lourds de symboles historiques, comme par exemple la Tour du Puits. Lors du sacre de Charles X, le bourg Saint-Remi fut une source d’inspiration pour le jeune Hugo ; il croisa en effet dans la rue Folle Peine une gitane nommée Esméralda et plus loin un sacristain surnommé Quasimodo. Vous apprendrez aussi que des remparts ont protégé l’abbaye des raids des vikings (eh oui, ils sont venus jusqu’à Reims !) Vous découvrirez l’incroyable destinée du maréchal Drouet d’Erlon et une Histoire riche d’anecdotes.

Le week-end dernier, le musée Saint-Remi a fait son « Notre Dame de Paris » avec une Esméralda et ses acolytes qui ont rappelé les différentes étapes du parcours. L’association « Au coeur d’un grimoire » a organisé des dégustations d’épices et de mets médiévaux. Marc Bouxin souligne que les reconstitutions historiques sont très appréciées. « C’est une bonne façon de redonner la main au musée, un lieu qui ne bouge pas d’habitude. Les gens deviennent en quelque sorte acteurs, chose qu’ils ne trouvent pas à la télé par exemple ».

Ce parcours est l’occasion de mettre en valeur la trame historique du quartier. D’une manière générale, ce circuit permet une introspection des gens du cru qui pourrontapprécier et connaître les trésors et ressources de leur ville, et ainsi mieux appréhender leur passé.

Amandine Lefèvre                        

Extrait de l'hebdo du vendredi du 22/09/2007   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Un 3ème circuit sur les pas de saint Remi

 Un parcours long de trois kilomètres consacré à Saint Remi a été inauguré hier. L'occasion de découvrir également la châsse qui a contenu les reliques de saint Remi en 1803.


 La châsse qui a contenue les reliques de Saint Remi en 1803 a été découverte r&cemment et a été entièrement restaurée

Après l'histoire de Reims et Reims « art déco » la ville vient de lancer son troisième circuit touristique intituté « autour de  Saint-Rémi ». Au départ du musée Saint-Remi, ce circuit long de trois kilomètres est constitué de 13 p;nneaux (un di»tîibuteur situé à côté du parvis de  la basilique délivrera des plans).

 Doté d'un patrimoine très riche le quartier Saint-Remi ne comporte pas moins de deux monuments classés au patrimoine mondial de l'Unesco : la Basilique et le musée Saint-Remi. Le 3° parcours propose une escapade - du musée aux Crayères en passant par la butte Saint-Nicaise — dans le passé médiéval tel qu'il caractérisa l'histoire de la cité des Sacres.

Véritable épopée

A l'occasion de cette inauguration, les personnalités ont eu le privilège de découvrir en avant-première la châsse qui a contenu les reliques de saint Remi en 1803.

Cette châsse a connu une véritable épopée au fil des siècles. Une histoire que leconservateur du musée, Marc Bouxin, a    hier, racontée. « On a perdu la trace de cette châsse en 1824. Les reliques avaient alors été transférées dans l'actuelle châsse. Il y a deux ans, à l'occasion des travaux de l'orgue, » se souvient le conservateur, « nous avons inspecté les tribunes avant que les ouvriers n'arrivent, Par hasard, nous sommes tombés sur cette châsse qui était dans un état pitoyable, cassée et badigeonnée de peinture beige ». Grâce aux archives, Marc Bouxin a pu confirmer qu'il s'agissait de la fameuse châsse. Faite de bois sculpté, la châsse était recouverte de feuilles d'or et d'argent. L'intérieur était peint en bleu roi. Ébénistes et doreurs ont entièrement restauré la châsse qui est désormais exposée dans la salle capitulaire du musée.

«C'est notre patrimoine, le passé de notre cité, » concluait le maire Jean-Louis Schneiter. « Il faut vraiment inciter les Rémois à venir le découvrir ».

La chasse sera visible ce week-end à l'occasion des journées du patrimoine.

Patricia Buffet.


Le 3° ciruit touristique a été inauguré hier. Il part du musée Saint-Remi.

Extrait de l'union du 15/09/2007   

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Naissance d’un 2e circuit touristique 

Dans le cadre du schéma de développement touristique de la ville, Reims inaugurait en début d’année son tout premier circuit touristique. Un trajet de 7 km identifié par la couleur “bleue” pour guider visiteurs et habitants sur un itinéraire jalonné de 26 sites remarquables.

Le deuxième circuit qui vient de voir le jour est consacré au riche patrimoine Art déco de la ville. Mondialement reconnu, ce courant artistique et architectural est paradoxalement méconnu, parfois des rémois eux-mêmes. 20 panneaux informatifs * et 9 autres directionnels, au design signé du célèbre Philipp Starck, invitent donc touristes et rémois à découvrir les fleurons de la Reconstruction et l’architecture inventive de l’époque, tout au long d’un parcours identifié par la couleur “orange”. « Nous avons voulu donner envie de s’aventurer dans la ville à partir de la Cathédrale » précise Francis Kaminski, adjoint au Maire délégué au Tourisme. Dotés d’équipements ultramodernes, les nouveaux établissements courrier de Reims ont récemment été inaugurés.

Une nouveauté : depuis début décembre, à la sortie des 3 parkings en ouvrage du centre ville (Erlon, Gambetta et Buirette), les usagers ont la possibilité de visionner sur plan les 2 circuits existants. Disponibles au prix de 0,4 ? dans les distributeurs situés rue Guillaume de Machault, derrière l’Office de Tourisme, et à la gare de Reims, les plans guides ont été actualisés et présentent ce second parcours. En octobre 2007, un troisième circuit verra le jour, matérialisé par un “trajet vert” menant, en passant par les squares, de la Cathédrale à Saint-Remi.

* En raison des grands travaux d’embellissement en cours dans le centre ville, les panneaux «Ensemble Cathédrale», «Médiathèque» et «Musée des Beaux-Arts» seront implantés ultérieurement. Consacré au patrimoine Art déco, il se compose de 20 panneaux informatifs disposés à travers la ville.

Extrait de VRI N° 234 - Décembre 2006 - Janvier 2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


VIE CULTURELLE

L'histoire de Reims
..............
                                pas à pas

Le 16 janvier dernier, la Ville de Reims inaugurait son premier circuit touristique « histoire de Reims s'inscrivant ainsi dans la démarche touristique mise en place en 2003. Un autre circuit axé sur les particularités de l'architecture rémoise entre les deux guerres devrait voir le jour très bientôt.

 

Au départ de la Cathédrale, muni du livret-guide, vous vous laisserez guider sur les traces du passé pour une promenade de deux heures à la découverte des grandes étapes qui marquèrent l' histoire de Reims.

Ce circuit « bleu » est composé de 26 panneaux au design original et sobre conçus par le designer Philippe Stark, installés devant les monuments, muséesou sites afin d' en retracer les principaux éléments. 24 panneaux  directionnels jalonnent cette promenade de 7 km guidant vos pas d' un site à l' autre au cœur de la ville jusqu' au musée de la Reddition.

 Si vous le souhaitez, vous pouvez agrémenter votre promenade des commentaires de l' audio guide disponible à l' Office du Tourisme. Une belle façon pour les Rémois de se réapproprier leur ville par une promenade instructive en famille et pour les touristes de découvrir en quelques pas les épisodes de l' histoire de la cité des sacres qui fait souvent échos à l' histoire de France. Les traces de pas bleus sur le macadam guideront vos pas.

Livret-guides disponibles à la gare et devant le square Jeanne d' Arc.

Audio guide disponible en 6 langues à l'Office du Tourisme 2, rue Guillaume de Machault.

 Extrait de Reims Métropole Magazine N°90 - mars 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Un tour de ville en 26 stations

La mairie n'est pas peu fière de ses nouveaux panneaux de signalétique pour les touristes. Hiermatin le maire inaugurait le premier circuit, désormais fonctionnel.


Jean-Louis Schneiter les inaugurait hier matin.

 La mairie inaugurait hier matin le premier circuit touristique dont elle a achevé la mise en place. L' occasion d' une opération de communication où rien ne manquait. Petits fours, Champagne et même sucettes en chocolat, répliques miniatures des panneaux de signalétique posés en ville.

Pour redynamiser le tourisme dans la cité des sacres, il n'en fallait pas moins.

Depuis trois ans, les personnels chargés du tourisme mettaient en place le projet. A l'origine de cette initiative, un constat : « arrivés à la gare, les touristes ne voient pas la cathédrale et ne savent pas comment y aller », explique Claude Maffîoli, l'adjoint au tourisme.

Trois circuits pédestres ont donc été imaginés : le premier est désormais fonctionnel.

En tout, ce sont 26 panneaux informatifs installés en face des monuments, et 24 panneaux directionnels indiquant le site suivant et le précédent. A ces balises, il faut ajouter les traces de pas bleues qui seront peintes au sol prochainement, pour ne pas s' égarer entre des panneaux éloignés.

Enfin, au cas où le touriste ne s' y retrouverait pas encore, pour vingt centimes il peut se procurer un plan de la ville grâce à deux distributeurs : à la gare et devant le square Jeanne D' Arc, près de la cathédrale.

Ce premier circuit part de la cathédrale, passe par la place Royale, l' hôtel de ville, le pont de Laon, la fontaine des Boucheries, pour revenir vers la maison du trésorier du Chapitre de la cathédrale, pour ne citer que quelques étapes. En tout, cela représente sept kilomètres de marche.

La mairie n'a pas fait les choses à moitié : les panneaux sont la réplique de ceux présents dans les rues de Paris, une coquetterie pour la ville de Reims puisque le design a été créé par Philippe Starck.

La location de ces panneaux de fonte sur dix ans représente un coût annuel de 31.500 euros, soit 630 euros pour la pose et la maintenance de chaque panneau.

Un investissement pour la mairie, qui n'a pas voulu négliger les touristes anglophones : « il y a même me petite note en anglais sur chaque panneau, s'enorgueillit Claude Maffioli. Nous en sommes très fîers. ». Pas de quoi pourtant s'extasier : l'explication d'une dizaine de lignes en français est réduite à deux ou trois lignes en anglais. Les anglophones risquent de rester sur leur faim.

Circuit « art déco »

Le circuit ne vise pas que les touristes, comme le souligne Claude Maffioli « les familles rémoises pourront faire cette promenade le week-end pour découvrir ou redécouvrir l' histoire de leur ville et j' espère que les écoles feront faire le circuit aux enfants. » Ce circuit sera suivi par deux autres : au cours de cette année va se mettre en place le circuit « art déco » qui suivra la trace des monuments de ce style architectural et en 2007, un circuit vers Saint-Remi. Ce dernier, auquel la mairie tient beaucoup, veut « valoriser la basilique Saint-Remi, où les touristes se rendent rarement, regrette l' adjoint chargé du tourisme. Les gens viennent à Reims pour la cathédrale et le Champagne. » Pour que cela change, il faudra encore attendre un peu. En tout cas, le succès du premier circuit touristique ne se mesurera pas au nombre de tags sur les panneaux : ils ont subi un traitement antigrafFiti.

Marielle Bedek                   

Extrait de l'union du 17/1/2006   

  

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Circuit touristique : huit bornes mal positionnées

Avec humour : C'est ainsi que le maire Jean-Louis Schneiter, a évoqué à l'occasion des vœux de l'office du tourisme, le nouveau circuit touristique en cours d'installation à Reims.

Car après l'installation des panneaux de ce nouveau circuit, plusieurs passants ont signalé des anomalies directionnelles sur certains des panneaux.

Le circuit « patrimonial et touristique » sera inauguré lundi matin. Il est composé de 26 panneaux informatifs (en fonte) sur lesquels sont signalés tous les bâtiments et monuments remarquables, et 24 panneaux « directionnels » installés entre chaque étape et qui indiquent le site suivant et le site précédent.

Le circuit part de la cathédrale et est axé sur le « Reims historique ».

II emmène les visiteurs au palais du Tau, à la bibliothèque Carnegie, place royale, place du Forum, quartier des Halles, le cimetière du Nord, le pont de Laon et le musée de la Reddition, le boulevard Foch, la fontaine des Boucheries, le quartier des Banques, la porte et  la place du Chapitre de la cathédrale.

« Effectivement, explique-t-on à la mission tourisme de la ville de Reims, « une erreur de positionnement a été repérée sur huit panneaux, notamment sur la place du Forum. Les panneaux sont installés au bon endroit, mais ils doivent être tournés d'un quart de tour pour correspondre exactement à la position des bâtiments. Tout doit être corrigé ces jours-ci ». Une dernière visite de vérification sera effectuée avant l'inauguration.

Par ailleurs, d' ici la fin du mois de février ou le début du mois de mars, le circuit devrait être signalisé par des pas peints à la peinture bleue au sol.

Le premier circuit devrait être suivi par deux autres. Le deuxième parcours devrait être une extension du premier circuit et se composera d'une vingtaine d' étapes dans le centre-ville autour d'un cheminement sur le patrimoine Art-déco. Le troisième parcours devrait mener les passants à la découverte du quartier Saint-Remi.

P.B.

Extrait de l'union du 13/1/2006