Ferronnier d'Art  

Mr Jérôme Leclére
 

 Sites à visiter

 L'atelier



 

 Visites  

 

  Métiers  

 Visite du 18/06/2012

 Répertoire 

Presse

 

« Montrer ce que nous savons faire »
L'atelier de Jérôme se dévoile
Jérôme et Sybille : l'art de dompter le métal 

 

      

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visité

avec

 en
06/2012

Photos de

J.P BARROUX

D.LIEGEOIS


2012-06-18_01-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_02-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_03-dl_jerome.JPG

2012-06-18_04-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_05-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_06-dl_jerome.JPG

2012-06-18_07-dl_jerome.JPG

2012-06-18_08-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_09-dl_jerome.JPG

2012-06-18_10-dl_jerome.JPG

2012-06-18_11-dl_jerome.JPG

2012-06-18_12-dl_jerome.JPG

2012-06-18_13-dl_jerome.JPG

2012-06-18_14-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_15-dl_jerome.JPG

2012-06-18_16-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_17-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_18-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_19-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_20-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_21-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_22-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_23-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_24-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_25-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_26-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_27-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_28-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_29-jc-b_jerome.JPG

2012-06-18_30-jc-b_jerome.JPG

 

2012-06-18_31-jc-b_jerome.JPG

 

2012-06-18_32-jc-b_jerome.JPG

 

    

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jérôme Leclère  - ferronnier d'art :

« Montrer ce que nous savons faire »

 

    « On fait plein de choses avec le métal et pas que de la construction. » Jérôme Leclère le prouve en exposant ses travaux. Ce ferronnier d'art caurellois ouvre les portes de son atelier au public aujourd'hui, et tout au long du week-end, à l'occasion des journées européennes des métiers d'art.

    L'idée ? « Montrer ce que nous savons faire. Les gens ont souvent une idée bien arrêtée et limitée du ferronnier d'art. » explique Sibylle, sa femme, également artiste. « Nous ne faisons pas que des grilles ou des portails. On fait du sur-mesure, c'est un métier très créatif. Nous avons, par exemple, dernièrement réalisé pour deux tradeurs un miroir, avec de chaque côté des taules pour dessiner les courbes de la bourse. »

   Des étincelles plein les yeux

    Jérôme fait plier l'acier au grès de son imagination et des envies de sa clientèle. En témoignent les tableaux, sculptures et le mobilier contemporain exposés dans son atelier.

    Comme la bouche des Rolling Stones, qu'il vient d'achever pour célébrer les 50 ans du groupe, ses grands masques de 2, 50 m ou le « Jérômetti », sculpture d'1,80 m tout en acier patiné au laiton. Un hommage à « l'Homme qui marche » d'Alberto Giacometti.

    C'est d'ailleurs une sculpture de cette trempe qu'il s'apprête à créer devant le public, ce week-end, pour le plonger dans son univers. « J'ai déjà fait ça l'an dernier, c'est très intéressant. Des plus petits au plus grands tout le monde pose des questions. Voir le métal en fusion, produisant de grandes étincelles, c'est assez spectaculaire. Et puis il y a ces odeurs particulières… »

    Des parfums dans lesquels il baigne depuis l'enfance : il n'a que 12 ans lorsqu'il touche pour la première fois à un poste à souder.

    « Mon père, exploitant agricole, en avait acheté un pour réparer son matériel. Ça m'a intéressé et j'ai commencé par réparer des mobylettes et des choppers. »

    Depuis, le gamin a fait son chemin et l'homme est devenu artisan d'art. Il transforme depuis dix ans l'inox, le cuivre, le fer et le laiton en tables basse, consoles, escaliers ou en bars. Des œuvres d'art à découvrir ce vendredi dans son atelier, à Caurel.

    L'atelier de Jérôme : 1 rue Bidet à Caurel. Démonstrations aujourd'hui, demain et dimanche de 9 à 12 heures et de 14 à 18 heures. Entrée libre.

Renseignements : 03.26.97.22.29 ou latelierdejerome@gmail.fr. ou www.latelierdejerome.com

 Extrait de l' union du 30/03/2012

    

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'atelier de Jérôme se dévoile

L'Atelier de Jérôme, à Caurel, ouvrira ses portes demain et tout le week-end. Une exposition d'art hors du commun à ne pas manquer.


La ferme a peu à peu changé de visage


Photos Hervé OUDIN 


Jérôme et Sybille vous accueillent dès demain à Caurel.

 
Jérôme Leclere réalise sculptures, mobilier contemporain et autres luminaires.

EVÉNEMENT à Caurel, où se tiendront vendredi, samedi et dimanche prochains, les journées portes ouvertes de l'Atelier de Jérôme, artiste réalisateur de mobilier contemporain, de luminaires, de sculptures ou autres escaliers et garde-corps en métal. Une exposition d'art hors du commun où vont se mêler les œuvres de monsieur, Jérôme Leclere, mais aussi celles de madame, Sybille Coulon. Un couple pas comme les autres qui a voulu rompre avec le destin tracé pour vivre sa passion commune, la création artistique. Une très bonne idée du reste, car le résultat est totalement scotchant.

« Maman, quand je serai grande, je voudrais être peintre… »

Dans sa maison de Caurel, la petite Sybille a maintes fois répété cette phrase à sa maman. A l'âge des grands choix, elle persévérait en précisant qu'elle voulait faire les Beaux-arts. « Artiste peintre… mais ce n'est pas un métier… ». Et Sybille est devenue infirmière.

Un peu plus loin dans le village, à 300 mètres de là, la voie de Jérôme était toute tracée. Il serait agriculteur, comme papa et grand-papa. Les 53 hectares de céréales et de betteraves n'attendaient que lui.

Un déclic…

Et ces deux-là, Sybille et Jérôme, qui avaient tant à se dire et à se réconforter, si proches par les lieux, le cœur et la déraison, ont attendu l'âge de l'adolescence révolue pour se rencontrer, un soir chez des copains, dans un no man's land de la commune. Un flash, un éclair dans la nuit qui allait comme un arc les souder pour la vie.
La fille de l'imprimeur rémois allait pourtant suivre son chemin professionnel, à l'école des infirmières. Lui, le terrien du terroir, allait vaquer à ses occupations à l'école d'agriculture. Mais le cœur était là. De la rencontre de 1984, il restait tout. Le temps qui passe n'allait rien effacer, et un beau jour de 1993, sûrement le plus beau pour eux deux, ils ont convolé en justes noces, sans pour autant oublier qu'au lever du jour, Jérôme rejoindrait son tracteur, et qu'aux premiers signes de la soirée, Sybille retrouverait son service de nuit, à la clinique, ou à l'hôpital de la région.

Les deux filles sont nées, les rêves auraient pu disparaître. Il n'en a rien été. Leur passion commune était là, au fond des poches, mais bien vivace. Sybille peignait dès qu'elle le pouvait, et Jérôme retrouvait son atelier de ferronnerie à ses rares heures creuses.

   Il fallait un déclic pour que tout gicle, tout se réalise. C'est arrivé en 2004, lorsqu'un ami demande « comme un service » à Jérôme de lui faire des piétements en métal à ses structures en bois. Le coup des socles de ferronnerie sera fatal. L'Atelier de Jérôme est né… il va perdurer. L'évolution est en marche, son avancée est inéluctable. Peu à peu, le métier d'art prend le pas sur les autres. Sybille lâche l'hosto. Jérôme confie à ses partenaires agriculteurs la gestion de ses terres. Peu à peu aussi, la ferme change de visage.

La vieille bâtisse du grand-père, qui avait aussi servi d'abri aux premières amours du couple, devient une superbe salle d'exposition. Les tracteurs disparaissent. La grange se conforte en atelier de ferronnerie, l'écurie des chevaux en cabine de peinture. Et la grande cour se plante de terre-pleins fleuris ou de cyprès de Florence. Les deux labradors, un jaune, un noir, ouvrent des yeux ébahis et prennent des kilos. Comme un seul homme, la femme et son mari mutent en harmonie. La révolution culturelle est en marche.

Le bilan, c'est ce week-end, avec la présentation d'œuvres fabuleuses qu'on vous laisse le soin de découvrir lors de ces journées portes ouvertes. En vous montrant toutefois un « Homme qui marche » en deux tailles et deux versions, hommage à Alberto Giacometti, un masque, « La rêveuse de métal » encore en deux versions, ou un visage « Les lèvres du désir », mais aussi du mobilier, tables, bars, chaises ou consoles, en inox poncé maison.

Un truc à part, quasi inoubliable, qui devrait devenir l'une des fiertés de la région. Aussi imprévisible que le Jérôme et sa Sybille.

Christian CHARDON

Atelier de Jérôme, 1, rue Bidet, 51100 Caurel.

Extrait de l' union du 17/01/2010     

    

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jérôme et Sybille : l'art de dompter le métal


Jérôme et Sybille sont ferronniers d'art.

   À douze ans, Jérôme Leclère a eu son premier poste à souder. « Dès que je trouvais deux morceaux de ferraille par terre, j'en faisais quelque chose », se souvient-il. Il suit les cours de l'école d'agriculture, puis reprend l'exploitation familiale, faisant de petits meubles en acier pour des amis. Son épouse Sybille, infirmière, se passionne, elle aussi, pour la création. Ils finiront par se consacrer uniquement à la ferronnerie d'art.
Apprivoiser la matière.

   Depuis 2004, ils ont créé à Caurel « L'Atelier de Jérôme » dédié surtout au meuble contemporain design. Ils veulent changer le regard des gens sur le fer forgé, faire autre chose que les classiques volutes travaillées : « Quelque chose de plus épuré, qui se marie bien avec tous les styles ».
Complémentaires, ils réalisent ensemble consoles, tables, chaises, miroirs, luminaires : « C'est la matière qui conduit notre réflexion. Parfois, on va jusqu'au maximum des contraintes qu'on peut imposer au métal ! » Ils utilisent barres et feuilles d'acier, inox, cuivre, travaillant les courbes, cintrant les formes, découpant au plasma.
Dans l'atelier, posée là, une table en métal brillant avec une large déchirure en son milieu « comme traversée par une météorite ! » Les effets de matière sont beaux, les œuvres ont du caractère : « Au niveau réalisation, il nous arrive de délirer un peu ! » Leur satisfaction de

 Extrait de l' union du 12/12/2008

    

    

  Répertoire