Restauration de Poupées  
 

 

Sites à visiter

 Musée
Poupées
  

 

 

 

 

 

  

 

 Visites  

 

  Métiers  

Répertoire 

La Presse

   

Promenade chez les artisans de Reims

Restaurer des poupées la passion de Claudine Cocusse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visité

avec

 en
06/2000

 

 

Promenade chez les artisans de Reims

 
Claudine Cocusse restaure des poupées comme on le faisait anciennement.

Reprenons la rue Gerbert, puis la rue du Barbâtre, celles de Contrai et du Ja rd. Au n ° 7  de la rue Marlot, on découvre l'atelier de Claudine Cocusse. ici, céramiques, vaisselles, poupées ou ours en peluche attendent leur restauration. « Je travaille comme on le faisait anciennement. Il faut beaucoup  de patience et de soin. » Pour réparer les objets souvent cassés, Claudine Cocusse utilise un mélange de colle et de porcelaine, puis ponce l'objet pendant plusieurs heures. Ensuite,elle peint plusieurs couches successives pour que l'objet retrouve son aspect d'autrefois.

Lucille Pestre

 Extraits de l'uion du 30/08/2008

    

    

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Restaurer des poupées

la passion de Claudine Cocusse

C'est ma mère qui m'a offert ma première poupée. Elle était couturière et faisait ses habits. Dès l'âge de dix-douze ans, j'ai commencé à confectionner des vêtements pour mes poupées. Depuis ce temps, je les collectionne, l'ai ensuite commencé à réparer des poupées d'amis. Depuis je ne me suis jamais arrêtée. J'étais tapissière à la base, mais la passion a pris le dessus », explique Claudine Cocusse, collectionneuse et restauratrice de poupées anciennes.

« Cela fait maintenant une vingtaine d'années que je restaure des poupées et des nounours. C'est vraiment un plaisir. Le plaisir de créer et de faire plaisir. Les gens sont tellement contents lorsqu'ils viennent récupérer leur poupée », explique Claudine Cocusse.

Une tenue pour chacune

Sa boutique en est pleine. Des grandes poupées, des petites, des poupons, des bébés... « Elles sont toutes un coup de coeur » confie-t-elle. La plus ancienne date d'avant 1900 et la plus récente des années soixante-dix. Chacune a le droit à une tenue confectionnée par Claudine Cocusse.


Claudine Cocusse en compagnie d'une de ses poupées anciennes.

 « Les habits sont faits à partir de chute de tissus anciens pour que les poupées gardent leur cachet », explique-t-elle. Il lui faut parfois plus de deux jours pour faire un vêtement de poupée. « Tout doit être parfait. Les clientes veulent que la poupée soit la plus belle possible. Les collectionneuses comme moi sont prêtes à y mettre le prix. Elles font un cadeau. En revanche, elles ne le feraient pas pour elles. Il arrive même que certaines viennent me voir et me demande de restaurer et d'habiller leur poupée en fonction de leur intérieur, pour que tout soit en harmonie », confie-t-elle.

Chaque poupée est unique « Je fais aussi mes propres poupées. Mais les principales restaurations que j'effectue sont : remplacer des élastiques d'articulations, des perruques, recoller des yeux, les faire fonctionner ou encore reconstituer des doigts » explique-t-elle.

Cela fait à peine un an que Claudine Cocusse vend ses poupées : « Je vends parce que j'en ai beaucoup et que je n'en profite pas assez. Elles restent dans les cartons. En les exposant au magasin, je les vois », indique-t-elle. Mais, elle reste très attachée à chacune d'elle. « La première que j'ai vendue, ça m'a fait mal au coeur. Mais, je connaissais la cliente, je savais que la poupée était entre de bonnes mains ». Claudine Cocusse pense maintenant à l'avenir. « J'aimerai apporter aux gens ce que j'ai eu le plaisir de faire. Transmettre des petits bonheurs en confectionnant des poupées ».

Pauline Godart

Extrait de l'union du 16/05/05

    

    

  Répertoire