BETHENY (51)  

La Cité des Aquarelles

 

Sites à Visiter

 

 

 

 Visite de 05/2007

Presse

   

 

La cité "Les Aquarelles" à Bétheny

LA CITÉ-JARDIN DU PETIT-BÉTHENY INAUGURÉE

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visité avec

 en
05/2007

Photos de Michel LALUC

2007-06_betheny-ml_01].jpg

2007-06_betheny-ml_02].jpg

2007-06_betheny-ml_03].jpg

2007-06_betheny-ml_04].jpg

2007-06_betheny-ml_05].jpg

2007-06_betheny-ml_06].jpg

2007-06_betheny-ml_07].jpg

2007-06_betheny-ml_08].jpg

2007-06_betheny-ml_09].jpg

2007-06_betheny-ml_10].jpg

 

 

2007-06_betheny-ml_11].jpg

 

 

  

    

   Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Plan territorial
pour atténuer et s’adapter 

 Le climat et l’énergie sont au coeur de l’Agenda 21. L’objectif est d’améliorer l’efficacité énergétique et de réduire les émissions de gaz à effet de serre de notre territoire.et l’énergie sont au coeur de l’Agenda 21. L’objectif est d’améliorer l’efficacité énergétique et de réduire les émissions de gaz à effet de serre de notre territoire.

img1.gif

Le Plan Climat-Energie Territorial (PCET) est un projet territorial de développement durable dont la finalité première est la lutte contre le changement climatique. Institué par le Plan Climat National et repris par le Grenelle de l’environnement, il constitue un cadre d’engagement pour les collectivités. Ses objectifs :

-  limiter l’impact sur le climat des activités humaines générées dans l’agglomération en réduisant les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans la perspective du facteur 4 (diviser par 4 les émissions d’ici 2050) ;

-  adapter notre territoire aux conséquences du changement climatique, autrement dit réduire sa vulnérabilité.

Ambitions et moyens

Le Plan climat de l’agglomération rémoise en est au stade de la préfiguration. La première étape a été de faire un état des lieux de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre sur tout le territoire de l’agglomération: combien de millions de tonnes de CO2 produisons-nous par an? quelles sont les activités qui émettent le plus (résidentiel, industrie, transport de marchandises, déplacements, agriculture, etc..) ? quels sont les dégâts que pourrait subir notre territoire (canicules, inondations…) du fait du changement climatique ? Ce bilan carbone, en voie d’achèvement, va donner une connaissance précise de la situation et permettre d’agir là où les émissions sont les plus fortes et là où les risques sont les plus importants. Le Plan climat fixera les ambitions chiffrées de l’agglomération en matière de réduction des émissions de GES, d’amélioration de l’efficacité énergétique et d’augmentation de la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie, ainsi que les moyens à mettre en oeuvre pour les atteindre.  

3 QUESTIONS à


Olivier ZRIM
Chargé de mission « Energie Développement durable »
au Parc naturel régional de la Montagne de REIMS
 

Le Parc, le Pays d’Epernay, Epernay, le Pays rémois et Reims Métropole ont constitué un groupe de travail sur le climat et l’énergie, avec l’Agence d’urbanisme en soutien. Dans quel but ?

Ces territoires ont engagé une démarche d’Agenda 21. Le Parc, dont la Charte a été reconnue Agenda 21 le 9 avril dernier, se trouve au coeur d’une dynamique durable. Le but de ce partenariat est d’aller au-delà de nos démarches respectives, de travailler ensemble, de créer des synergies. L’étude sur les énergies renouvelables est l’une des pistes explorées.

Comment s’organise cette étude ?

Un bureau d’études a été retenu en avril. Il va réaliser un état des lieux, esquisser un plan de développement des énergies renouvelables et proposer une analyse prospective à court, moyen et long terme. L’étude sera rendue fin 2010. Nos cinq structures auront à déterminer ensuite ce qu’elles peuvent techniquement et politiquement entreprendre ensemble.

Sur quel type d’action concertée cela pourrait-il déboucher ?

La structuration de la filière bois, par exemple. En cas de projet de chaufferie bois dans l’une des collectivités, les 20000 ha de surfaces boisées que compte le Parc pourraient constituer une source de matière première valorisable à proximité, ce qui serait tous bénéfices pour ce territoire élargi, en termes de création de richesses et d’emplois comme de réduction

 Extrait de Reims Métropole N°  115 de Juin 2010

  

    

   Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Plan territorial
pour atténuer et s’adapter 


Le Prix arturbain.fr, placé sous le haut patronage du Ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement Durables, a pour but de faire connaître au public des opérations remarquables d'urbanisme, d'habitat, de construction et d'aménagement. Le prix arturbain.fr 2007, mention qualité architecturale, a été attribué à la cité-jardin a Les Aquarelles » situés sur la commune de Bétheny.

Réalisé entre 2000 et 2007 par des équipes pluridiscipiinaires sous maîtrise d'ouvrage du Foyer Rémois, ce programme comprend 111 maisons individuelles et 133 logements collectifs répartis sur 6,5 hectares.

Il satisfait à trois exigences ;

-offrir un mode de vie différent,

- favoriser la vie sociale

- créer un quartier a caractère environnemental.

Un concept auquel adhère le maire de Bétheny, présent lors de la remise des prix le 4 décembre 2007 à l'Institut National d'Histoire de l'Art

 Extrait de Reims Métropole de mars 2008

  

    

   Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 LA CITÉ-JARDIN

DU PETIT-BÉTHENY INAUGURÉE

La cité-jardin du Petit Bétheny, les Aquarelles, déploie toute la palette de la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE) pour offrir un cadre de vie des plus agréables.

img20.gif

 En livrant les derniers pavillons de la cité-jardin Les Aquarelles, le Foyer rémois a achevé un programme initié en 1993 par l'acquisition de 6,3 ha de friches industrielles dans le quartier du Petit-Bétheny, près de Reims. Confié à six architectes, ayant à charge d’appliquer la démarche Haute Qualité Environnementale et de privilégier la construction à ossature bois, ce programme de 13,8 M€ a bénéficié d'un partenariat fort du Conseil régional de Champagne-Ardenne, de l'Ademe, du pôle régional Qualité Environnementale et d’EDF. Les 111 pavillons, répartis dans sept jardins thématiques (le jardin des saveurs, des sons, des parfums…), renouvellent ici l’image de la cité-jardin, modèle importé d’Angleterre, très en vogue entre-deuxguerres et déjà décliné à Reims. Les objectifs premiers étaient de redonner un cadre de vie agréable en accordant la priorité au paysage mais aussi et surtout de limiter les charges et consommations des occupants sans sacrifier leur confort intérieur.

L’aménagement du site va se poursuivre par la réhabilitation HQE d’une salle polyvalente, foyer de vie du quartier, et la construction d’un immeuble “passif ”, c'est-à-dire très faiblement consommateur d’énergie, de 13 logements.

BÂTIMENT PASSIF

L’objectif d’un bâtiment “passif ” est de consommer très peu d’énergie de chauffage, moins de 15 kWh/par m2 par an, soit 5 ou 10 fois moins qu’un bâtiment d’aujourd’hui ou jusqu’à 20 fois moins qu’un bâtiment ancien mal isolé. Cet objectif va au-delà des obligations thermiques réglementaires, notamment la Réglementation thermique 2005 (RT 2005) qui vient d’entrer en vigueur pour les nouvelles constructions.

Cette performance est obtenue par diverses techniques :

• une bonne exposition pour favoriser les apports solaires,

• une très forte isolation extérieure (20 cm d’isolant en paroi, 40 cm en toiture),

• des vitrages de qualité (triple vitrage, à faible émissivité),

• une ventilation double flux à haut rendement. Cet objectif est intégré à la conception du bâtiment qui peut prévoir :

• l’utilisation d’un puits canadien : cette canalisation enterrée permet de capter la chaleur de la terre pour préchauffer l’air intérieur du logement,

• un toit végétal, qui contribue au confort thermique, tant en hiver qu’en été, • l’utilisation des énergies renouvelables pour limiter encore plus l’impact sur l’effet de serre, comme le solaire ou le bois pour l’eau chaude sanitaire ou le chauffage.

img19.gif

Extrait de RCA N°59 de 12/2003

  

    

   Répertoire