Donjon de VEZ - 60
 

Visité en 05/2012

Journée découverte de l'OISE

Château de PIERREFONDS

Château de Villers Cotterêts

Sites à visiter

 Donjon

 

 


Visité
avec

  en
05/2012 

 

Répertoire

   La Presse

 

Le mariage du médiéval et du contemporain

 Vez, du médiéval au contemporain

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Donjon de Vez

   Photos de JP BARROUX


2012-05-31_90-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_91-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_92-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_93-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_94-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_95-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_96-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_97-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_98-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_99-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_100-jc-b_vez.JPG


2012-05-31_101-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_102-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_103-jc-b_vez.JPG

 2012-05-31_104-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_105-jc-b_vez.JPG


2012-05-31_106-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_107-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_109-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_110-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_111-jc-b_vez.JPG


2012-05-31_112-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_114-jc-b_vez.JPG

2012-05-31_115-jc-b_vez.JPG

 
 


2012-05-31_116-jc-b_vez.JPG

 

 

2012-05-31_117-jc-b_vez.JPG

    

     

  Répertoire   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DONJON DE VEZ

« Le mariage du médiéval et du contemporain »

Véritable forteresse médiévale, le donjon de Vez naît à l’époque gallo-romaine dans la vallée de l’Automne. Le donjon s’élève à 27 mètres de haut, au coeur d’une ville dotée d’un passé historique hors pair. Le château originel - fait de bois et de pierres -, qui a régné dans la vallée du haut de la colline après la guerre de Soissons en 486, est restauré et fortifié sur de nouveaux plans grâce à Raoul d’Estrée en 1214, nouveau seigneur de Vez. Le château gagne en remparts - élevés du côté de la vallée - et se voit ajouter une enceinte, côté plaine, ainsi qu’un logis d’habitation de trois étages réservé au seigneur, dont il ne reste aujourd’hui que les ruines. Prenant le relais, l’arrière petit-fils de Raoul d’Estrée construit avec l’aide de la population en 1360, l’actuel donjon pentagonal (fortifié par Louis d’Orléans au XVe siècle), et une deuxième enceinte de remparts dans laquelle se trouvent les vestiges du château. Le donjon est complété par la chapelle jouxtant le logis de la cour intérieure. Il est en outre entouré d’un jardin de style Moyen Age (minimaliste et aux dessins sans perspectives, orné de bouquets de gaura évoquant les tapisseries médiévales dites “aux mille fleurs”), dessiné par Pascal Cribier - architecte paysagiste, auquel on doit notamment la réhabilitation du jardin des Tuileries de Paris. Nombre d’artistes contemporains ont investi les entrailles du donjon. Daniel Buren colore les deux grandes verrières - donnant sur une partie de la chapelle - de carrés bleus, rouges et jaunes, se réfléchissant en un spectre de couleurs sur le sol. Neuf sculptures d’Antoine Bourdelle viennent aussi anoblir la cour du donjon. L’oeuvre de François Morellet, "L’art surprend l’éclipse" - composée de deux néons rouges formant un arc de cercle - est visible depuis l’ancienne cheminée du corps de logis, maintenant disparue. Tadashi Kawamata (célèbre plasticien japonais), Sol LeWitt (artiste conceptuel américain), et Jean-Pierre Raynaud (plasticien français), représentent autant d’artistes de renom, participant au prestige du donjon et son domaine.

 Donjon de Vez

60117 Vez _ › 03.44.88.55.18

 Extrait du Figaro

    

     

  Répertoire   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Vez, du médiéval au contemporain


Dans la grande salle du donjon, l’artiste Sol LeWitt a réalisé un « Wall Drawing ».

Il a plus de 1.000 ans et pourtant il n’y a rien de plus moderne. Situé au cœur de la vallée de l’Automne, le donjon de Vez est une importante forteresse médiévale datant du XIIe siècle.

Depuis 1988, les actuelles propriétaires, Caroline et Francis Briest, ont souhaité donner un nouveau souffle artistique. « Nous avons voulu apporter un statut nouveau et contemporain au lieu », soulignent ces amoureux d’art.
Sur quatre hectares, le donjon de Vez se décompose en une dizaine de rendez-vous aussi extraordinaires les uns que les autres. Passé la cabane à l’entrée, le visiteur est déjà saisi par les deux immenses sculptures de fer, créées par des artistes de renommée internationale : Bernard Venet et Richard Stankiewicz.

Entre anachronisme et étonnement

Après avoir franchi les douves sèches, on entre dans le cœur de l’enceinte fortifiée. Dans la cour dite Bourdelle – car elle est dédiée au sculpteur du même nom – d’immenses statues d’acier se dressent au beau milieu des fleurs et des pommiers en espalier, jardin réalisé par Stéphane Decoux.

De la chapelle au donjon – dont la salle à manger a été entièrement repensée par l’artiste Sol LeWitt –, en passant par les jardins minimalistes de Pascal Cribier – classés Jardin remarquable –, tout est sujet à l’anachronisme, à l’étonnement.

« De nombreux artistes contemporains ont été immédiatement emballés par l’idée d’exposer ici leurs œuvres. Je pense que le lieu et l’architecture médiévale y sont pour quelque chose », commente le maître des lieux.
Derrière la chapelle, un bassin recèle une des pièces les plus importantes du donjon : le Pot or de Jean-Pierre Raynaud. Posé au raz de l’eau, sa couleur dorée se reflète tel un miroir pour projeter sur les ruines une nuance de jaunes… Mais aussi de rouge, de vert et de bleu par le vitrail de Daniel Buren, posé en 2005, intitulé Transparences colorées.

L’ascension jusqu’au donjon peut être rude si l’on passe par l’avant du domaine mais la montée sur ce site classé monument historique en vaut la chandelle.

 Extrait de l' union du 24/07/2007

    

     

  Répertoire