Le Chateau de Condé-en-Brie

Quelques photos de la visite

 Sites à Visiter

 

Chateau


 

 Répertoire 

  La Presse

Pas de répit pour le châtelain Condé-en-brie

Sur les pas des princes à Condé-en-Brie

Dans les coulisses de l'histoire de France

Dans la demeure des princes de Condé, « l'essentiel est à l'intérieur » Du nouveau au château 
Ordre des Arts et des Lettres La conservatrice du château de Condé décorée

Au château de Condé-en-Brie, comme en 1760 La marquise reçoit ses amis

Le château ouvert au public

 
Au château de Condé-en-Brie, comme en 1760 La marquise reçoit ses amis
Le château des princes
Le château des princes à Condé-en-Brie
La châtelaine de Condé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite  avec

  en
10/2003 

 

03-10-conde_dormans_lw-01.jpg

03-10-condé_dormans_lw-02.jpg

03-10-condé_dormans_lw-03.jpg

03-10-condé_dormans_lw-04.jpg

03-10-condé_dormans_lw-05.jpg

03-10-condé_dormans_lw-06.jpg

03-10-condé_dormans_lw-07.jpg

03-10-condé_dormans_lw-08.jpg

03-10-condé_dormans_lw-09.jpg

03-10-condé_dormans_lw-10.jpg

 

03-10-condé_dormans_lw-11.jpg

 

03-10-condé_dormans_lw-12.jpg

 

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur les pas des princes à Condé-en-Brie


Le château de Condé est situé à 25 minute d’Épernay et de Château-Thierry et à 50 minutes de Reims. Nastasia Desanti

 Majestueux. À peine a-t-on franchi les grilles du château que la magie des lieux opère. Comment pourrait-il en être autrement ? Le château de Condé a traversé les siècles et les épreuves non sans sourciller mais en restant debout. Il a accueilli en ces murs des noms illustres et des histoires croustillantes. Le responsable des lieux, Aymeri de Rochefort en parle avec passion. C’est en 1983 que sa famille a acquis les lieux, et depuis, il consacre son temps à le faire vivre et découvrir. Pour cela, de nombreuses restaurations ont été effectuées par la famille. « Le château est classé aux monuments historiques, on ne peut donc pas faire n’importe quoi. Nous travaillons avec des restaurateurs agréés qui officient pour les plus grands bâtiments de France » , explique Aymeri de Rochefort. C’est pourquoi quand la salle de bal a subi des dommages, ce sont des restaurateurs de palais italiens qui sont venus s’occuper des toiles peintes tendues sur les murs, exécutées par Servandoni au XVIII e siècle. La visite des appartements est un réel enchantement. Au sens propre comme au sens figuré, car pour les enfants, se cachent quelques tours de magie originaux pour capter leur attention. La collection des 1 200 soldats de plombs, représentants des garnisons de l’Antiquité à nos jours saura sans nul doute éblouir les jeunes enfants. À l’extérieur, dans les jardins, trois courses au trésor sont proposées. « Le but pour nous est de proposer des activités pour toute la famille. Ainsi, les courses au trésor sont adaptées à chaque âge et sont participatives pour les enfants mais aussi pour les parents » , indique Aymeri de Rochefort. En effet, si les plus petits chercheront les énigmes dispersées dans les bois, les parents auront eux, l’occasion de réviser leurs fables de La Fontaine, personnage incontournable non seulement dans la région mais aussi au château.« On sait que le célèbre fabuliste est venu agrémenter les soirées d’Olympe Mancini, nièce de Mazarin et surintendante de la Reine, qui fut exilée au château de Condé après avoir nourri un amour pour Louis XIV. » La grande et la petite histoire se croisent au château de Condé où l’on ne voit pas passer le temps. Prévoir l’après-midi pour profiter pleinement des lieux.

Ouvert tous les jours de Pâques à la Toussaint, de 14 h 30 à 17 h 30. Fermé le lundi. Tarif : 14 €/ 8 €. Renseignements : 03 23 82 42 25.

Nastasia Desanti

 Extrait de l' union du 08/08/2017

   

   

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les coulisses de l'histoire de France

Le château de Condé, situé près de Château-Thierry, a accueilli Richelieu, Mazarin, et bien d'autres personnages illustres. Sa propriétaire,,Isabelle Paste de Rochefort, nous guide.


Isabelle Pasté de Rochefort devant une splendide cheminée du château de Condé-en-Brie
Thierry de Lestang Parade

LES FAITS

•.- Le château de Condé a été construit au XI' siècle sur l'emplacement d'une villa romaine.

•.- Il appartient à la famille Pesté de Rochefort depuis plus d'une trentaine d'années.

•.- Il se visite en ce moment tous les après-midis sauf le Lundi.

•.- Entrée à 12 € pour les adultes.

•.- Le château, habité en permanence.

La vie tient souvent des hasards. Isabelle Pasté de Rochefort vit dans son château de Condé, à Condé-en-Brie, près de Château-Thierry, depuis une trentaine d'années. Mais elle ne l'avait pas du tout prévu. Son mari est alors un homme d'affaires dans le pétrole. Une belle promotion lui est proposée au Kenya. Il s'émerveille de la présence des lions tout près. Son épouse l'incite à décliner la proposition. Quand il visite, en février 1983, le château de Condé, il est enthousiasmé. « J'avais brisé un rêve pour l'Afrique. Cette fois, je n'ai pas dit non. Une fois que nous nous sommes installés, j'ai été très heureuse. »

Découvrir le Château avec elle est un privilège. Elle raconte son histoire en misant sur ceux qui ont vécu dans ces grandes salles agrémentées de tomettes de fleurs de lys. L'un d'eux était Jean de Montmirail. Le roi Philippe Auguste lui avait offert une tunique d'or en récompense de ses services. Mais il s'est éloigné des dorures du pouvoir. Il a achevé sa vie tout près dans l'abbaye de Longpont comme saint et moine. Rapidement, le visiteur se sent plongé dans un roman d'Alexandre Dumas. D'ailleurs, Richelieu a séjourné dans ce château comme Mazarin. Dans les couloirs serpentant dans 800 mètres carrés de bâtiment, agrémenté de dix-neuf cheminées et de 120 fenêtres, des galeries de portraits permettent de découvrir des figures de ce château appartenant aux princes de Condé et aux Bourbon. Les Princes de Savoie, qui régnèrent sur l'Italie, ont aussi vécu ici. Mais Isabelle Pasté de Rochefort n'est pas une adepte du Bottin mondain ou royal. « L'histoire, c'est d'abord un goût à cause de ce lieu. C'est mon mari décédé qui m'a donné le virus : C'est une maison qui rend ce qu'on lui donne. Elle bénéficie d'une lumière magnifique. »

Une spécialiste des poudres … magiques

Elle célèbre donc des caractères comme Éléonore, princesse de Condé morte ici en 1564 en poussant ce cri d'extase « Seigneur, je te vois déjà me tendre les bras. » Olympe Mancini, Comtesse de Soissons, dont les charmes éblouirent Louis XIV est aussi liée à ce château. Elle était connue pour trois raisons, sa beauté et son art de manier les poudres d'amour, pour susciter les passions, celle de succession, pour hâter la mort d'un mari riche et peu enclin il pousser son dernier soupir.

En plus des hommes et des femmes, il y a un cadre un élégant escalier courbe, comme la taille d'une danseuse ensorceleuse, mais aussi bien des objets gracieux. Des meubles du XVII°, des peintures de Watteau représentant un conte de La Fontaine voisinent avec des œuvres de Jean-Baptiste Oudry, un des meilleurs' peintres animaliers célébré à Versailles et au château de Fontainebleau. Un grand bond dans le temps nous emmène à une autre époque.

La Première Guerre mondiale est représentée par une photo inquiétante. Des ballots de paille placés pour causer un incendie par l'occupant allemand. Mais cette manœuvre ne s'est pas concrétisée. Lors de la Seconde Guerre mondiale, ce sont les troupes américaines qui cantonnent là. Condé est vraiment au cœur de notre passé.


Le château de Condé affiche une certaine élégance. TdL

Des Chateaux de contes de fées


Le plus grand château fort d’Europe, 35.000 m², est à Sedan (08). Cette résidence princière a été édifiée en 1424. Forteresse redoutable, elle abrite également un musée.


Le château du grand jardin. à Joinville 152) a été édifié au XVI' siècle, En plus des visites guidées. il accueille une programmation artistique riche et variée durant tout l’été

 
Edifié à partir de 1754, le château de la Motte-Tilly (10) est classé monument historique. Il a servi de décors dans le film « Les liaisons dangereuses »


Le château de Montmirail (51) a appartenu à la famille La Rochefoucauld. Erigé au XVI° siècle à la place d'un ancien château fort, son parc a été aménagé par Le Nôtre

A Villers-Cotterêts


Le Château de Villers-Cotterets, est situé à une vingtaine Ife kilomètres de Soissons. C'est dans ce château, construit entre 1528 et 1540, que fut édictée par François 1er l'ordonnance de Villers-Cotterêts exigeant l'emploi du français dans la rédaction de tous les documents officiels. Il se visite, du mardi au dimanche, à 11 et 15 heures, tous les jours jusqu'à la fin du mois de septembre pour 4,50 euros en passant à l'office de tourisme. Tel 03 23 96 55 10.

La vie de château, le temps d'un séjour à Sedan

C'est l'endroit rêvé pour une escapade romantique. L'hôtel quatre étoiles « Le château fort de Sedan» se trouve dans la plus grande forteresse d'Europe. Difficile de faire plus réaliste ! En revanche, les visiteurs profiteront d'un confort moderne et pourront séjourner dans l'une des 54 chambres et suites de l'établissement. Certaines sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Une faim royale ? Il faut s'attabler au restaurant « La tour d'Auvergne», qui est situé dans l'ancien Logis du Lieutenant du Roy. Le château abrite également un musée dont la visite est fortement conseillée pour mieux comprendre l'histoire de ce lieu au charme incontestable.

Nuit en chambre double « Tradition » : 125 euros.

Les amours de Voltaire et Émilie


Voltaire à vécu quinze ans au château de Cirey-sur-Blaise.

Menacé d'emprisonnement après la publication des Lettres Philosophiques. Voltaire a séjourné de 1734 à 1749 à Cirey-sur-Blaise, petite commune haut-marnaise où se trouve te château. Il appartenait à la marquise Émilie du Châtelet, une femme brillante avec laquelle l'écrivain philosophe a entretenu une liaison amoureuse et intellectuelle. Des visites guidées du château sont proposées chaque jour en août et les dimanches de septembre.

LES REPÈRES

*.- Une petite chapelle  Image  

Le château de Condé dispose d'une petite chapelle qui a déjà accuelli un mariage.

*.- Un chantier permanent

Le château de [ondé exige des soins et des attentions continuelles. De la maconnerie va ainsi être entreprise dans la façades et les. piliers cette année. . lit- Trois peintures anciennes seront aussi restaurées.

*.- Le CHIFFRE 35.000

C’est la superficie du château fort de Sedan, le plus grand d’Europe

*.- LA PHRASE

 « Je n'ai pas, perdu ~ne maîtresse, mais la moitié de moi-même. Un esprit pour lequel le mien semblait avoir été fait. » Voltaire après la mort de la marquise Emilie du Châtelet, en 1749

Thierry DE LESTANG PARADE

Thierry de Lestang Parade

Extrait de l' union du 17/08/2015

   

   

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Dans la demeure des princes de Condé, « l'essentiel est à l'intérieur »

Du nouveau au château 

La nouvelle saison vient de commencer au château de Condé. Trésors et reliques attendent le visiteurs tandis qu'un nouveau site est réservé aux internautes.

Des reliques donnent désormais un attrait supplémentaire  à la chapelle.   
Des reliques donnent désormais un attrait supplémentaire à la chapelle.

« L'intérieur a plus de valeur que l'extérieur.» Si le slogan « Le bijou est à l'intérieur » trône sur les documents invitant à visiter le château de Condé-en-Brie, ce n'est pas pour rien. Pour Aymeri Pasté de Rochefort, l'architecture de sa propriété, la demeure des princes de Condé, n'est pas l'essentiel.« C'est l'un des derniers châteaux privés français à renfermer autant d'œuvres d'art authentiques », tient à dire l'hôte de ces lieux. Et c'est pour les partager et aussi entretenir l'ensemble qu'il accueille quelque 10 000 visiteurs, six mois de l'année. Les premiers, pour 2012, sont venus dimanche dernier. En guise de tapis rouge, une série de nouveautés. On peut avoir plus de 600 ans et toujours se renouveler ! A commencer par le site Internet. Car « on vit avec son temps ! »

Magique... un véritable clip fait les honneurs du château. Avec, en vedette, une fée sur son cheval, tous deux originaires du secteur proche. La propriété est aussi l'ambassadeur de tout un secteur. On vient pour la voir ou la revoir. La clientèle est essentiellement urbaine. Elle peut, au cours de cette saison, profiter, dans la salle Servandoni, de L'enlèvement de Proserpine, peut-être de la même manière que ses ancêtres. Après le Bassin d'Apollon, juste en face, il a été possible de restaurer cet hiver cette œuvre, mélange de toutes sortes de techniques : miroirs au mercure, papiers peints, tissus et peintures...

Un peu plus loin, la « jolie chapelle », ajoutée au XVIIIe siècle, est désormais un peu plus mise en valeur par la présence de reliques. « On s'est dit que c'était le moment », explique Aymerie Pasté de Rochefort, évoquant une volonté de dialogue avec le visiteur, pour sa famille, décidant cette année de présenter, dans une vitrine, ces souvenirs de Saint Ferdinand, la bienheureuse Mère Teresa et sainte Thérèse, issus de ses collections. Et aussi, plus personnelles, deux magnifiques burettes de la fin XVIIIe utilisées « pour la messe de mariage de mes parents ».
Pistes verte, bleue et rouge

Culturel, spitiruel, le château peut aussi être ludique. Trois nouveaux jeux de piste ont été concoctés, pour les petits mais aussi les grands. « Plus on est âgé, plus on peut perdre », signale le propriétaire. Il convie à se lancer, après la visite, sur les pistes verte, bleu et rouge, dont le niveau va ascendant, la première étant consacrée à la gastronomie - avec les canetons Riri, Fifi et Loulou -, la deuxième à l'Inde façon XVIIe, Charles de Bourbon étant devenu le premier vice-roi de la Nouvelle France... Les trois mixant la randonnée et la course d'orientation. « N'oubliez pas votre paire de jumelle et votre boussole », conseille toujours l'hôte. Et... votre tête, car il faudra se servir des enseignements de la visite pour résoudre les énigmes dans le parc. Et ce, dans un temps donné, celui des horaires d'ouverture ! La récompense est à ce prix.

Laurence PICANO

Tous les jours, de 14 h 30 à 17 h 30.

 Extrait de l' union du 22/04/2012

   

   

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Ordre des Arts et des Lettres

La conservatrice du château de Condé décorée

Isabelle Pasté de Rochefort vient de recevoir la récompense de ses années d'efforts pour le château de Condé.
Retour sur une passion de trente ans.

Isabelle Pasté de Rochefort a été nommée au rang de chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres.

Isabelle Pasté de Rochefort a été nommée au rang de chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres.

« Estomaquée et heureuse ! » Tels sont les sentiments qu'a éprouvés Isabelle Pasté de Rochefort, la conservatrice du château de Condé-en-Brie, en apprenant que le ministre de la Culture et de la Communication Frédéric Mitterrand, l'avait nommée au rang de chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres. « Je ne sais pas qui l'a demandé pour moi mais ça fait partie des bonnes choses de la vie ! » sourit la dame qui se consacre, maintenant avec son fils Aymeri, à la conservation et à la restauration du château depuis près de trente ans. « C'est toujours une aventure que de s'occuper de ce château classé monument historique (ndlr : Mme Pasté de Rochefort y vit toute l'année). Dès qu'il faut changer une ampoule, il faut grimper au grenier. Si tout va bien, ça vous prend une demi-journée ! »

Ce château lui procure aussi beaucoup de plaisir : « Il y a toujours de beaux échanges avec les visiteurs. Une année, nous avons reçu cinquante-deux nationalités différentes », raconte-t-elle, la mine réjouie. Les années passant, Isabelle Pasté de Rochefort dit assurer moins de visites qu'avant : « Depuis dix ans, mon fils le fait très bien. Il sait s'adapter aux visiteurs, il les distrait, les fait rire. »

Recherches gratifiantes

Elle aime quand les gens posent des questions et que la visite se prolonge, qu'ils lui font part de certaines anecdotes ou lectures personnelles. « J'aime me documenter, lire des ouvrages d'histoire, faire des recherches sur le château et ses personnages. Ce goût m'a été donné par mon défunt mari et puis, c'est beaucoup plus gratifiant que de décaper des tommettes ou faire de la peinture ! ».

Au fil des ans, les visites du château ont augmenté. Pour passer de 2 500 à 10 000 par an. L'idéal serait d'atteindre les 20 000 visiteurs : « Nous avons des atouts, nous sommes proches de Paris mais c'est difficile. Sinon, le bouche-à-oreille et le site Internet marchent bien. » Côté projets, la dame espère bien poursuivre les travaux de restauration entrepris dans la salle Servandoni. Elle aimerait aussi raconter l'histoire des Princes de Condé. Car en visitant ce château, on plonge dans une partie de l'histoire de France. Notons que des artistes prestigieux y ont laissé leur empreinte (Watteau, Boucher, Oudry, Servandoni…). D'ailleurs, le meilleur souvenir que garde Isabelle, c'est ce moment où elle a retrouvé une peinture d'Oudry cachée derrière un miroir, œuvre qui fait aujourd'hui la renommée du château. 

 Extrait de l' union du  13/10/2011

   

   

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Au château de Condé-en-Brie, comme en 1760

La marquise reçoit ses amis


Les invités de Mme de la Tour du Pin mèneront leur vie, comme si le public n'était pas là.
Les invités de Mme de la Tour du Pin mèneront leur vie, comme si le public n'était pas là.

La machine à remonter le temps a fait son œuvre, depuis vendredi et jusqu'à ce soir, au château de Condé-en-Brie. Mme de la Tour du Pin, marquise de Lachaux Montauban, y reçoit ses amis.

Sa cousine, Julie Constance de Rohan, comtesse de Brionne, Elisabeth Victoire Bailly, dame de Neufchâteau, Anne, comtesse de Plessis-Bellière, mais aussi Denis Pierre Jean Papillon de La Ferté ou encore le vicomte de Villandriac et César Gabriel Colin, vicomte de Vermon, sont ses invités. Sans compter les Autrichiens Apollonia Cécilie Beyschlag et son frère Johann Andréas, les Italiens Fabrizio, comte de Loi et Alessandra, comtesse de Loi, et les Belges Hyppolite de Bellecombe et Léandre de Bois-Mortier. Entre vingt et vingt-cinq personnages au total vivent depuis vendredi comme si l'on était en 1760. Et ce, face aux visiteurs du château, venus exprès, ou pas.

Le même genre de rencontre s'était produite, au mois d'août dernier, avec la venue des membres de l'association Le Bosquet, de retour dans le Sud de l'Aisne, ce week-end. Le propriétaire actuel des lieux, Aymeri Pasté de Rochefort, se souvient de l'étonnement de certains de ses contemporains, venus visiter le château, sans savoir que des êtres du passé s'y trouvaient. Lui s'amuse de cette « faille temporelle » et souhaite la venue de ces passionnés d'histoire au moins une fois l'an.

Jeux d'argent

Attention, il ne s'agit pas d'un spectacle, et reconstituteurs et visiteurs peuvent se côtoyer sans paraître se voir, un peu comme si des fantômes hantaient les lieux ou, au contraire, se confronter en s'admonestant à propos de leur accoutrement et habitudes…

Car rien n'est laissé au hasard : les membres de l'association viennent avec leurs costumes, souvent confectionnés par leurs soins, ainsi que leurs accessoires, comme une chocolatière puisque le chocolat est dégusté l'après-midi. Le choix de l'année est d'ailleurs guidé par les tenues figurant dans les garde-robes… Il y en avait plusieurs pour chacun des invités puisqu'ils se sont changés pour le bal paré d'hier soir…

Et, pour mener à bien un tel séjour, les membres de l'association se documentent depuis des mois afin d'être au plus près de la réalité. Ainsi, ce matin, aura lieu une promenade dans le parc, après la messe des rameaux, peut-être des jeux de hasard et d'argent, très en vogue à l'époque, puis le thé et le chocolat. Avant que les invités ne se séparent, pas trop tard, chacun devant retourner chez soi, un peu partout en Europe. Mais ce n'est qu'un au revoir, ils reviendront cet été !

Laurence PICANO

Ouvert à partir de 14 h 30. Internet : ///chateaudeconde.blogspot.com/

 Extrait de l' union du 17/04/2011

   

   

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le château ouvert au public 

Malgré les travaux de restauration, le château est ouvert au public, du mardi au dimanche, de 14 h 30 à 17 h 30. L'occasion de voir en direct le travail des restauratrices dans le salon de musique. Toujours à la pointe de la technologie, les propriétaires proposent aux visiteurs de télécharger l'audioguide (MP3) à partir du site Internet avant de se déplacer à Condé. Un moyen ludique, familial et gratuit d'être guidé dans les couloirs de la demeure des Princes par la fée du château. Des audioguides peuvent toujours être loués sur place.

Pour le plus grand plaisir des enfants, de nouvelles activités sont aussi prévues dans le parc en complément de la fameuse chasse au trésor du petit prince Eugène de Savoie. Le concours de dessins est, lui aussi, reconduit pour les princes et princesses en culotte courte.

Informations et réservations au 03.23.82.42.25.

www.chateaudeconde.com chateaudeconde.blogspot.com/

 Extrait de l' union du 25/04/2010

   

   

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

Le château des princes 

DEMEURE DES PRINCES, Le château de Condé-en-Brie dévoile ses trésors artistiques et son histoire  plurimillénaire aux visiteur

WATTEAU, Oudry, Servandoni ... Tous les grands noms de l'art des XVII éme et XVIII éme siècles, y ont laissé leur empreinte. Au centre du village, le château de Condé-en-Brie fourmille de trésors. Résidence des princes de Condé, la bâtisse, insérée dans un parc de 30 hectares, attira artistes et hommes politiques de l'époque.

Lumineux, l'édifice de trois étages en pf erres blanches fut remanié de nombreuses fois.  « Le château a sans doute été construit sur l'emplacement d'une villa romaine, car nous avons retrouvé des pierres de l'époque dans les fondations », revête Aymeri Pasté de Rochefort, l'actuel châtelain.

Des tourelles du XVIII°, deux dépendances du XVI° siècle et des murs médiévaux... autant de témoignages d'un passé riche en transformations.

L'ancien château fort appartenant aux sires de Coucy, passa au XVI° siècle à la Maison royale des Bourbons d'où sont issus les fameux princes de Condé. « Louis de Bourbon, oncle du roi Henri IV, souffrait de la concurrence des princes allemands à la Cour. Il décida de prendre le titre de prince ». A l'origine, le château était fermé par une quatrième aile. « Elle fut détruite par Louis XIV, qui confisqua la demeure. Il punit ainsi; le prince Eugène d'avoir guerroyé avec les Autrichiens contre lui ».

    
Les murs du château de Condé-en-Brie ont été décorés par les peintres Watteau, Oudry et Servandoni

TROMPE L'ŒIL ET SURPRISE

Les propriétaires ont fait appel à des artistes renommés pour décorer la demeure, Servandoni réalisa ainsi l'imposant escalier d'honneur, « adapté eux robes des dames, large et avec des petites marches ».

Sans compter la magnifique salle de bal, tout en trompe-l'œil., « Il s'agit d'une toile peinte fixée aux murs. Il n'y a aucune fresque ». Faux marbre et colonnettes, plafond en stuc, Servandoni, célèbre créateur de décor pour théâtre mobile s'en  est donc donné à cœur joie. Tout comme dans la salle à manger du XVIII° siècle, « une des premières en Europe continentale ».

De même, des fresques de Watteau et ses élèves ornent les murs, « Dans l'antichambre, le maître et ses élèves s'entraînaient.

Comme ils superposaient les fresques, on voit apparaître par exemple deux silhouettes dons le haut du tableau s'inspirant de Mézy-Moulin ». Dans les chambres, certaines œuvres du peintre ne furent dévoilées que tardivement. « Dans la chambre d'Olympe, une peinture représente une fable de La Fontoins. Jugée choquante, elle a été dissimulée derrière un miroir. On l'a découverte après la guerre ».

Même surprise, dans Le salon vert d'Oudry où le célèbre peintre de Louis XV a représenté des scènes de chasse et de pêche.

Caché derrière un miroir, la fiancée du roi de Carme de Watteau apparaît sous les yeux des visiteurs, ébahis mais heureux.

MANESSA TERRIEN

  Renseignements: 03.23.82.42.25 ou www.chateaudeconde.com.

 Extrait de l' union du 08/2009

   

   

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

Le château des princes à Condé-en-Brie

À 100 km de Paris, une visite pleine de surprises vous attend au château de Condé, monument historique classé et privé. Entre mystères et merveilles picturales, la demeure des Princes ne ressemble à aucune autre.


Bienvenue dans cette demeure où bon nombre de familles royales ont séjourné.

Il est appelé communément le château des princes, car bon nombre de familles royales y ont séjourné, mais regardez  votre petite fille écarquiller les yeux devant la salle de bal, vous comprendrez que ce château est aussi celui des petites princesses.

Comme tous les enfants qui rêvent de contes de fée, elle aura le geste princier de soulever sa robe en montant une à une les marches de l'escalier d'honneur créé au XVIII siècle par Servandoni.

Ce même artiste architecte qui a décoré en trompe l'œil, la salle de réception au premier étage de la demeure.

Chasse au trésor

De grandes toiles tendues mettent en scène les statues de Versailles. Vos garçons, eux, resteront scotchés sur la collection de soldats de plomb.

Abreuvés d'histoires et de légendes grâce aux aventures d'Harry Potter, vos enfants chercheront les passages secrets (gardez l'œil du côté de la bibliothèque).

Plus loin, ils s'amuseront des histoires d'Olympe, nièce de Mazarin, experte en poudres d'amour et de succession mais aussi soupçonnée d'avoir empoissonné son mari.

Il reste encore dans sa chambre quelques flacons au contenu inconnu.

Tableau caché

Le château regorge de tableaux de maîtres. Watteau et ses élèves Pater et Lancret y avaient installé leur atelier. Le grand salon est entièrement décoré de peintures de Jean-Baptiste Oudry, peintre officiel des chasses de Louis XV. Si vous le demandez gentiment au châtelain, Aymeri Pasté de Rochefort, il vous fera apparaître comme par magie un tableau représentant « la fiancée du Roi Garbe » inspiré du conte de La Fontaine.) C'est au hasard des restaurations que ce tableau a été découvert 300 ans après sa création, tout comme la peinture de Lancret « La villageois ayant perdu son veau »  toujours d'après l'œuvre du fabuliste, grandami d'Olympe. Jugé inconvenant pour l'époque, il a été longtemps caché derrière un miroir.


Les flacons d'Olympe, poudres d'amour ou poison ?

Sortis du château, vos enfants partiront à la chasse au trésor, Ils deviendront le temps d'une après-midi, le jeune prince Eugène qui habitait les lieux au XVII siècle.

Isabel Da SiIva                      

 Les infos  utiles

Le château de Condé, dans l'Aisne, est à l heure de Paris et 40 minutes de Reims par l'autoroute A4. Prendre la sortie Château-Thierry puis la direction Epernay sur la N3. A Crézancy, tourner à droite vers Condé-en-Brie sur la D4.

Le château est ouvert tous les jours du 15 avril au 15 octobre de14 h 30 à 17 h 30 (la billetterie ferme à 16 h 30). Fermé le lundi.

Tarifs: 8€ pour les adultes et 4€ pour les enfants.

Renseignements: 03.23.82.42.25 ou www.chateaudeconde.com.

 Extrait de l' union du 17/08/2007

   

   

  Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 La châtelaine de Condé

Son mari s'était entiché du château de Condé-en-Brie il  y a  plus de vingt ans. Il est mort entre-temps. Isabelle Pasté de Rochefort a poursuivi le long travail de restauration d'une austère forteresse qui a été richement décorée au XVIII ème siècle.

Elle a beau avoir un nom à particule, descendre de la noblesse française et avoir l'aisance discrète des gens bien nés, Isabelle Pasté de Rochefort ne voulait pas d'un château. Encore moins d'une forteresse glaciale perdue au fond d'un vallon entre Champagne et Brie, à cent cinquante kilomètres de Paris et de sa maison avec piscine de Saint-Germain-en-Laye.

Trop grand : quatre-vingt-quatre pièces, sans compter les souterrains et les greniers. Trop cher : quatre millions de francs. Trop de travaux : la toiture prenait l'eau, les pierres étaient rongées d'humidité.

C'était en 1983. Le château était en vente depuis dix ans. Il appartenait au comte de Sade, lointain descendant du sulfureux marquis.

« Je n'ai pas eu le coup de cœur », se souvient vingt et un ans plus tard la châtelaine de Condé-en-Brie.


I
sabelle Pasté de Rochefort devant le château de Condé-en-Brie : « Ce n'était pas raisonnable ».
Photos Bernard Sivade

« Un rêve »

Les cheveux blonds au vent, elle pose pour la photo au pied des deux tours fraîchement restaurées. Elle explique de sa petite voix ses réticences d'alors : « Je savais que c'était un gouffre en temps, en argent et physiquement  J'ai vécu dans ce genre de propriété dans ma jeunesse. Ce n'était pas raisonnable ». Sa raison dit non. Son cœur dit oui : « j'aimais mon mari, je m'étais mariée par amour à vingt-deux ans. il était plus âge. il n'avait pas d'argent. Ce château, j'ai senti que pour lui, c'était un rêve, une aventure, il avait besoin de s'enraciner et de créer ».

Alain Pasté de Rochefort avait cinquante-deux ans lorsqu'il s'est entiché du château de Condé, une austère forteresse du XIIIème siècle transformée au XVIIIème en « maison des champs » nettement plus raffinée (lire par ailleurs).

Directeur financier chez Atochem, un géant de la chimie à Paris, cet ancien de Sciences Pô était toujours entre deux voyages. Cadre supérieur, il ne se sentait pas à l'abri d'une fusion. Enfant, il avait été marqué par l'évacuation.

A neuf ans, il avait dû quitter les Ardennes avec sa famille et abandonner ses soldats de plomb. Les Panzer déferlaient.

« Mon cœur est ici »

Dix ans après l'attaque cardiaque qui l'a emporté, ses douze cents Figurines sont impeccablement alignées dans une vitrine. Sa veuve a poursuivi le patient travail de restauration du château.

Aymeri, leur fils, a repris le flambeau. Il s'occupe de la gestion : dix mille visiteurs par an, des salons loués pour des réceptions, vingt-sept hectares à faucher, une bâtisse qui réclame beaucoup de soins. Alice, leur fille, s'est mariée samedi au château. « Mon coeur est ici », dit aujourd-hui leur mère.

Francis Dujardin

 
Murs et plafonds sont recouverts de peintures en trompe-l'œil réalisées au XVIII" siècle par Servandoni, maître italien du style rocaille.

Trompe-l' œil

Le château de Condé-en-Brie, ancienne propriété des princes de Condé, est réputé pour la richesse de sa décoration intérieure, en particulier celle du grand salon à l'étage.

Murs et plafonds sont recouverts de peintures en trompe-l'œil réalisées au XVIII ème siècle par Servandoni, maître italien du style rocaille qui a décoré le palais Farnese, siège de la prestigieuse ambassade de France à Rome.

Les scènes de chasse qui ornent un salon d'angle ont été peintes à la même époque par le peintre animalier Jean-Baptiste Oudry.

Une fresque attribuée à Watteau a été découverte en 1992 derrière le miroir d'une antichambre. Elle s'inspire de « La fiancée du roi de Garbe », un conte leste de La Fontaine. Le fabuliste venait en voisin de Château-Thierry distraire les sœurs Mancini, nièces de Mazarin.

F.D.

Tél.03.23.82.42.25. Adresse Internet :www.chateaudeconde.com.

 Extrait de l' union du 07/2004

   

   

  Répertoire