" Chateau de  la MALLE
"

à St Brice Courcelles
 

 Sites à Visiter

 

 Répertoire 

Visite en 05/2004 du parc

Une " maison de campagne " au temps de Charles X.

 La Presse

 

Le Grand Reims veut un camping 4 étoiles

Quel avenir pour le château de la Malle ?

  Le Colonel Pol Charbonneaux   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite avec

   du      

" Chateau de  la MALLE "

en 05/2004 du parc

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 Une " maison de campagne " au temps de Charles X.

L'almanach du département de la Marne pour l'année 1829, décrit la maison  : " il y a à Courcelles trois maisons bourgeoises. M. Jobert-Paquot vient de faire rebâtir la sienne par un jeune architecte de Paris, qui lui a fait plutôt un petit palais qu'une maison de campagne ". La famille Jobert est connue à Reims. Jobert-Lucas, avocat puis filateur et banquier, député libéral, domine la vie politique rémoise du Directoire à 1830. Jobert-Paquot, son fils, est né à Reims en 1794. En 1832, à la suite de la faillite de son père, il s' installe à Paris, y deviendra Directeur des Postes et mourra en 1856. En 1831, à peine construite, Courcelles est donc vendue à M. Clément, colonel de gendarmerie, qui la revendra en 1839 à M. Jean-Baptiste Billard-Defaud. En 1857 M. Marguet, notaire à Reims, ascendant des propriétaires actuels, en fait l'acquisition.

La maison est construite en moellons de pierre calcaire recouverts d' un décor en plâtre, suivant une technique que l'on retrouve dans de nombreux édifices parisiens de cette époque.

L'architecte est Antoine Martin Gamaud (1796-1861), premier prix de Rome en 1817. De style néo-classique, construit selon un plan rectangulaire, le bâtiment présente une élévation sur deux niveaux.  Les  façades  possèdent des  percements  réguliers identiques de chaque côté, rythmés par des pilastres d' ordres toscan et ionique. Les trois travées centrales sont surmontées d' un fronton et forment légèrement avant-corps.

La première guerre mondiale n' épargna pas Courcelles. Les murs furent couverts d'éclats de balles et d'obus, le toit crevé et l' intérieur saccagé. Les statues du parc furent toutes détruites.

En 1920, M. René Charbonneaux fit restaurer sa propriété en respectant l'état extérieur ancien.

En 1999, en raison de son intérêt architectural, la maison été inscrite à l' Inventaire Supplémentaire des  Monumenls Historiques.

 Le dernier Conseil de Gouvernement du Second Empire

En Août 1870, un conseil de gouvernement se tint dans le salon carré de Courcelles. L'historien G. Crouvezier relate l'événement.

"Le 21 août, ils [ Napoléon III et Mac-Mahon ] furent conduits à Courcelles. L' Empereur et le jeune prince impérial furent reçus et logés dans la propriété Senart. Le château voisin, appartenant à la famille Marguet, accueillit le maréchal Mac-Mahon et son état-major. Le château de la Malle, toujours à Courcelles, reçut le prince Murat, tout fraîchement nommé général de brigade et des officiers de sa suite...

A Courcelles, Napoléon tint un Conseil de Gouvernement, auquel participèrent Mac-Maïlon et des représentants envoyés par l' Impératrice Eugénie, régente : l'ancien président du Conseil et président du Sénat, Rotlher, le préfet de Police Piétri...

Lors de ce conseil, qui se tint les 22 et 23 août, il fut décidé que le maréchal de Mac-Mahon, à la tête de l' armée reconstituée de Châlons,se dirigerait sur Metz pour délivrer Bazaine encerclé, mais de Moltke ne lui en laissa pas le temps et l'attaqua en Argonne,  le rejetant dans le piège de Sedan... Le 2 septembre, c' était la capitulation... Napoléon III était fait prisonnier, avec 40 généraux et plus de 80 000 hommes."(G. Crouvezier, La vie d'une cité, Reims au cours des siècles.) Pour l'histoire locale, on retiendra que le Roi d' Espagne,Alphonse XIII, venu chasser dans la région, y séjourna quelques jours en 1932.

Courcelles est également la maison natale du colonel Pol Charbonneaux (1909-1954), qui rejoignit les Forces Aériennes Françaises Libres dès le 17 Juin 1940. Chef d'escadrille au groupe de bombardement " Lorraine "'. Il fut fait Compagnon de la Libération par le Général de Gaulle en 1943.

Son frère, Philippe Charbonneaux, (1916-1998), pionnier de l'esthétique industrielle en France, créa le Musée Automobile de Reims.

Bibliographie

- G. Crouvezier, (*)

La vie d'une cité, Reims au cours des siècles
      Paris, Nouvelles Editions Latines, 1970

- P. Desportes et autres,

Histoire de Reims
       Toulouse, Privât, 1983

- G. Clause

L'industrie lainière rémoise à l'époque Napoléonienne
      Nîmes, Lacour, 1997

- P. Seydoux,

Gentilhomïnières et maisons fortes en Champagne
      Paris, Editions de la Morande, 1997

- S. Dauphinot,

 Souvenirs du Maire de Reims en 1870
        Reims, 1903

- Almanach du Département de la Marne
        Châlons, Bonniez-Lambert, 1829, p. 52-55

- A. Lange.

Dictionnaire des architectes françaisParis, 1872, p. 297-298

(*) G. Crouvezier habitait le village de Courcelles où il est mort il y a quelques années. Il est l'auteur de nombreux ouvrages historiques dont : Itinéraire pour la visite des champs de bataille de Champagne (1935).
La légende de Saint Nicolas (1951).
Notre-Dame de Reims (1958). Saint-Remi de Reims (1963).
Petit vocabulaire du langage champenois (1959).

 Répertoire 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quel avenir pour le château de la Malle ?

 Un aménagement du site est souhaité par le maire depuis de nombreuses années. Mais Reims Métropole a-t-elle les fonds nécessaires en ce moment ? Rien n'est moins sûr.

 

À l'abandon depuis de nombreuses années, le château de la Malle se doit de retrouver une utilité.
À l'abandon depuis de nombreuses années, le château de la Malle se doit de retrouver une utilité.

Château en ruine recherche désespérément un futur… Depuis plusieurs décennies, petit à petit, les pierres du château de la Malle, ou plutôt de ce qu'il en reste, s'effritent. Et tombent dans l'oubli. Si la végétation n'a pas encore effectué toute son œuvre, grâce, notamment, au travail des bénévoles, il ne reste plus grand-chose ce joyau implanté dans une zone composée de 13 hectares de bois et de 7 hectares de terres cultivables. Le tout au bord de la Coulée Verte, un des grands axes de réflexion du projet Reims 2020. Mais le château de la Malle ne fait pas partie des aménagements prévus dans le cadre de ce « grand projet ». Est-il trop loin de Reims ? Pourtant, ce qui a été une grande bâtisse bourgeoise est, depuis plusieurs années maintenant, la propriété de la communauté d'agglomération. La Mairie de Saint-Brice-Courcelles avait volontiers cédé le terrain à Reims Métropole en échange d'un aménagement à venir.

Trouver un usage

Alain Lescouet, le maire de Saint-Brice-Courcelles, tape du pied en espérant qu'un jour, le parc et le site en général de la Malle soient pleinement exploités. « J'essaie de glisser de petits messages de temps en temps, lors de diverses réunions. Mais les choses ne sont aussi simples que cela. Il y a des priorités, ce que je peux aisément comprendre. En revanche, il ne faudrait pas perdre de vue que la métropole se prive d'un lieu à fort potentiel de revitalisation. »
Que faire de cette vingtaine d'hectares ? Côté friche, il y a déjà la base aérienne 112 dans l'agglo, ça suffit comme cela. « Je rappelle aussi que l'agglomération rémoise ne dispose pas de terrains qui sont en capacité d'accueillir des camping-cars. Et tant qu'à faire, autant se doter d'un outil intéressant, c'est-à-dire un terrain qui obtient 3 ou 4 étoiles. C'est une opportunité dont la Ville de Reims et son agglomération ne peuvent en tout cas pas se passer. De toute façon, il faudra trouver un usage tôt ou tard. Une Maison de l'environnement pourrait également convenir au lieu. »

Le premier élu de Saint-Brice-Courcelles, qui fait partie de Reims Métropole, devra, c'est certain, poursuivre son lobbying encore quelques années.

 Extrait de l' union du 09/03/2012

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le Colonel

Pol Charbonneaux   

 HISTOIRE

Le Colonel Pol Charbonneaux " le premier rémois au Lorraine " fut aussi premier rémois Compagnon de la Libération. Itinéraire d'un homme exemplaire

Né le 26 octobre 1909 à Reims, Pol Charbonneaux est un officier de réserve de cavalerie mais pilote civil. En juin 1940, il se trouve à Toulouse, au centre d'instruction de la reconnaissance. Il précède l'Appel du 18 juin en se rendant en Angleterre en avion, dès le 17 juin.

Après un passage dans un centre d'entraînement au Pays de Galles, il quitte Liverpool avec le groupe JAM qui deviendra le GRD l puis le Lorraine avec deux escadrilles Metz et Nancy.

Après l'expédition de Dakar, il débarque au Cameroun.

En décembre 1940, il est envoyé en Egypte, à Ismaïla pour suivre un stage de pilote sur Blenheim de la RAF. Il échappe à un accident de décollage où il avait failli être percuté par un Blenheim de la RAF.

 

En 194l, après la constitution du groupe " Lorraine " le Lieutenant Charbonneaux est envoyé en Libye où il participe à l'offensive anglaise de novembre qui conduit les troupes alliées au-delà de Benghazi. Il fait partie de la première escadrille.

En mars 1942, l'escadrille Nancy devient autonome sous les ordres de la RAF à Sâint-Jean-d'Acre en Palestine pour effectuer des missions dans le cadre du Coastal Command. Cette escadrille est commandée par le Capitaine Charbonneaux.

Le 24 octobre 1942, le Capitaine Charbonneaux embarque à Suez à bord du navire Orduna pour gagner la Grande Bretagne.

Le 1er janvier 1943 le navire Orduna arrive à Greenock. Au cours de la traversée le 11 novembre 1942, le Capitaine Charbonneaux a fait l'appel aux morts du Lorraine.

Le 1er avril 1943, le groupe Lorraine s'appelle le squadron 342 " nous y sommes " dans la RAF (squadron équipé de Boston).

Le Capitaine Charbonneaux devient alors chef de la première escadrille Metz, puis au départ du Commandant Ezanno, il reprend le commandement de l'escadrille Nancy.

Le 20 septembre 1943, le Capitaine Charbonneaux quitte le Lorraine pour raison de santé.

Il est nommé officier de liaison auprès des groupes français qui venant d'Afrique du nord arrivant en Angleterre.

Dès le mois de février 1943, le Capitaine Charbonneaux, sur proposition du Commissaire National de l'Air, est proposé pour la Croix de la Libération ce qui fait de lui le premier rémois Compagnon de la Libération.

Après 1943, il est reçu à la première promotion de l'Ecole de Guerre Aérienne. A la suite de plusieurs postes dont celui d' inspecteur du bombardement et du transport, il est affecté comme attaché de l'air adjoint à l'ambassade de France aux Etats-Unis (Washington).

Le ler juillet 1954, l'avion du Colonel Pol Charbonneaux prend feu lors du décollage sur la base d'Andrews. Le 20 juillet, leer Colonel Charbonneaux décède des suites de ses blessures.

Ses obsèques ont eu lieu à la Cathédrale de Reims.

Citation de Pol Charbonneaux

"Officier d'élite et pilote de grande classe. A refusé d'exécuter l'ordre de déposer les armes et a rejoint l'Angleterre dès le 17 juin l940 pour y continuer la lutte.

Affecté en Août 1940 à la première unité de bombardement créée dans les Forces Françaises Libres et ensuite au Groupe Lorraine lors de sa formation, a brillamment participé aux Campagnes d'Abyssinie et de Libye et s'est spécialement distingué le 20 décembre 1941 lors d'un engagement avec des chasseurs ennemis. Ses brillantes qualités lui valurent de se voir confier le commandement de l'escadrille Nancy.

A totalisé plus de 140 heures de vol de guerre en effectuant de nombreux bombardements au cours de 60 opérations.

A été cité à l'Ordre de l'Armée de l'Air et à l'Ordre de la "Royal Air Force".

Commandeur de la Légion d'Honneur.

Croix de la Libération.

Croix de guerre 1939 - 1943 : 3 citations.

British Merit .

 Extrait de VRI 5/2004

 Répertoire