Chateau de MONTAUBOIS - 08

 

 

Sites à visiter

 

 

 

 

  

 

  

Visites

  

Répertoire 

 Quelques photos de la visite du 27/09/2012

   La Presse

 Un petit Versailles

 

 


Faut-il croire aux signes du ciel?
La nouvelle vie du château de Montaubois, à Signy-l'Abbaye dans les Ardennes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visité avec

   en Sept 2012  

 Photos de M. Strohm, J.L Peltier  et D Liégeois

2012-09-27_3-01-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-02-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-08-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-09-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-10-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-11-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-12-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-13-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-14-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-15-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-16-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-18-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-19-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-20-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-21-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-22-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-25a-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-25-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-26-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-27-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-29-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-30-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-31-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-32-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-33-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-34-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-35a-j.l-p_r.jpg

2012-09-27_3-35-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-36-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-37a-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-37-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-38-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-39-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-40-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-41-j.l-p_r.jpg

2012-09-27_3-42-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-43-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-44-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-45-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-46-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-47a-j.l-p_r.jpg

2012-09-27_3-47-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-49-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-50-dl-montaubois.JPG

2012-09-27_3-51-dl-montaubois.JPG

 

2012-09-27_3-55-dl-montaubois.JPG

 

2012-09-27_3-57-dl-montaubois.JPG

 

 

Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le château de Montaubois un petit Versailles 

 
Fresque historique de 6m de long, unique en Ardennes, 15 siècles d'histoire


Hall d'accueil, escalier. Au sol, pavage provenant de l'Abbaye

Le hall d'accueil avec les reproductions d'œuvres exposées à Versailles et au Louvre.

 « Quelquefois, le rêve devient réalité. »

Après 26 ans de chantier, Jean-François Monteil, un sexagénaire rémois, apprécie le travail de restauration entrepris au château de Montaubois. Un domaine de 4 ha racheté en 1980 à la famille Falaise et ayant appartenu durant plusieurs décennies à la lignée des barons Seillière. Et, en dernier ressort à Ernest, grand-père de l'ancien patron du Medef. « Lors de l'acquisition, l'endroit était à l'abandon. Il pleuvait dedans. Mais j'ai tout de suite perçu le potentiel et la charge historique de l'endroit. Il y avait des volumes intéressants. J'avais carte blanche pour une liberté d'expression absolue », raconte cet ex-ingénieur qui s'est improvisé architecte. « Mon ancien job a fait que je n'ai eu aucune difficulté à faire des tas de choses in situ. »   Amateur de beaux châteaux, épris du XVIIIe siècle, « une ère propice aux artistes », le Marnais passe tous ses week-ends et ses congés à retaper un chef-d'œuvre en péril. « La masse de travail a été énorme mais chaque pièce achevée a amené son lot de plaisirs. Un plaisir à épisodes. »  

Au bout d'un travail titanesque, Jean-François et Elisabeth ont réveillé la beauté du lieu.

  Six chambres aux noms de Marie-Antoinette, Diane, Pompadour, Joséphine, Du Barry…, trois salons pour les séminaires, une cuisine, une véranda victorienne jalonnent la propriété. Plus un gîte de cinq chambres réalisé dans l'ancien pavillon de chasse mitoyen prêt à accueillir dix personnes.

Le décor est enrichi par une collection de 20 pendules et des bustes, moulés sur ceux qui existent à Versailles ou au Louvre. Mais aussi par 80 peintures aux plafonds et aux murs retraçant des allégories (anges, ciels, naïades, muses et représentations de Louis XIV). « Des reproductions de François Boucher, du peintre attitré de Louis XIV, Lebrun, et de Le Titien faites à l'huile en Inde et en Chine sur de la toile et collées directement au plafond. »

  Le résultat est saisissant. Une corne d'abondances. « Si on veut privilégier les séminaires pour industriels et commerçants, le château doit être 100 % modulaire. Nous proposerons donc une formule « bed and breakfast » en travaillant avec les tours operators allemands, anglais et néerlandais. En ajoutant à ce panel des sons et lumières, des mariages et autres cérémonies. »  

Concept retenu : accueillir les gens avec un confort d'aujourd'hui dans une ambiance digne du « siècle des Lumières ». Un gîte sera opérationnel dès décembre. Le château ouvrira ses portes au public en mai 2009. Le gros œuvre ne s'arrête pas là. Jean-François Monteil entend, en effet, ajouter quatre chambres et créer un jardin XVIIIe siècle avec grand canal d'eau, statuaires, gazons arabesques, fontaines, jets d'eau et bassins.   « Tout cela représente beaucoup de temps et de passion. On a fait le maximum pour que nos futurs locataires trouvent ici un véritable dépaysement et en aient plein les yeux », conclut le châtelain, encore professeur en IUT, gérant d'« Allô rénovation » et responsable d'un bureau d'étude.  

Un tel endroit n'est-il pas trop fastueux ?

« C'est une volonté. On va tenter de se positionner judicieusement avec un rapport qualité-prix le plus cohérent possible.»  

Pascal Remy

Une fresque retrace quinze siècles d'histoire

 
Le propriétaire du château de Montaubois
à Signy-l'Abbaye ouvrira son domaine au public en mai 2009.


Le propriétaire des lieux a fidèlement reconstitué
l'ambiance du XVIIIe.


Karen KUBENA  

  Une fresque retrace quinze siècles d'histoire   Elle tape à l'œil dès votre entrée dans le hall d'accueil du château. Jean-François Monteil a conçu par ordinateur, à partir d'éléments de photographies et avec l'aide de quatre artistes, une fresque historique qui, sur 6,50 mètres, retrace 15 siècles d'histoire. Cette œuvre collective fait apparaître Clovis qui vécut… à Thin-le-Moutier et fut catéchisé par saint Rémi, venu spécialement à cet effet à Dommery quelques années avant son sacre en 496. On voit aussi Richelieu qui, « in situ in personnae », fut durant cinq ans le maître d'œuvre de l'abbaye de Signy-l'Abbaye, écrivant même des édits autorisant notamment les gens à aller en forêt prendre du bois. Des écrits existant à la Bibliothèque nationale ou aux archives départementales. Dans ce patchwork de données historiques à la fois locales et nationales, on trouve encore saint Bernard qui fonda en 1135 l'abbaye de Signy-l'Abbaye avec le moine Guillaume de Saint-Thierry de l'ordre des Citeaux. Mais aussi Louvois, le ministre de la guerre de Louis XIV, commandant à Maître Coulon, maître de forge à la fonderie de Hurteaux, des boulets creux et des affûts de canon que seules les Ardennes savaient fondre. Comme les tuyaux de fonte alimentant les jets d'eau du château de Versailles, marqués du sceau de la fonderie signacienne. Dernier personnage dessiné au bout de cette fresque, le baron Ernest Seillère, ultime membre de la famille du même nom à être le propriétaire de l'endroit. Le bureau de cet Académicien a été reconstitué à l'étage du château. En couleur or et vert bien sûr.

Pascal Remy.

 Extrait de l' union de 04/10/2008

 

Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

         Extrait de l' union du 

 

Répertoire