Visité avec

   en

   05/2005  

   Quelques photos de notre journée   

Promenade

Eglise St Jean au Marché

La Ruelle du Chat

Le Quartier St Jean

L'Hotel du Lion Noir

Eglise Sainte Madeleine

Eglise Saint Pantaléon

Musée de l'Outil

Musée de l' Apothicairerie

Notes de Josiane CHIF

    

    

   Répertoire   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Promenade

troyes-01.jpg

troyes-04.jpg

troyes-10.jpg

troyes-21.jpg

troyes-42.jpg

 

 

troyes-114.jpg 

 

 

    

    

   Répertoire   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

troyes_jean-09.jpg

troyes_jean-13.jpg

troyes_jean-15.jpg

troyes_jean-16.jpg

troyes_jean-19.jpg

 

 


 
troyes_jean-20.jpg

 

 

   Eglise St Jean au Marché   

L'église St Jean construite en 1141 au cœur des foires, style Roman, 2 murs contreforts, piliers en diagonale, clef de voûte, tribune remplacée par un arc boutant; incendie en 1188, elle fut reconstruite dans les XIII et XIV ème siècle. En 1420 par le traité de Troyes, le roi Charles VI promet le royaume à son gendre Henri V d'Angleterre lors de son mariage avec Catherine de France le 2 Juin en l'église St Jean.

- En 1524 (après la guerre de cent ans), , un grand incendie détruisit l'église qui fut reconstruite en un style gothique flambloyant, avec sculptures, gargouilles. On peut voir une statue de St Jean Baptiste portant un agneau dans ses bras, c'est la période de crise de foi avec Léonard de Vinci.

- en 1620 Baptème de Marguerite Bourgeoys  

On peut admirer aussi un tableau de Pierre Mignard de 1667 présentant le baptême du Christ, ainsi qu'un tabernacle maître d'autel de 1693 de François Girardon

 Quelques photos

 Ruelle des chats - très étroite avec rigole centrale (d'où le terme " tenir le haut du pavé "), chasse-roues en protection des marches.

Cour du Mortier d'or  : porte anse de panier toute sculptée, vierge gothique, coquilles, Ange Gabriel avec sa canne de compagnon et son équerre, monogramme V.G.T (valeur, génie, travail)

L'Hotel du Lion d'Or à deux niveaux de cave, un trait de Jupiter pour la solidité et une couleur Renaissance sang de bois, il se situe rue Emile Zola en plein coeur de la ville, aucun bruit ne vient perturber ce petit chef-d'euvre de la Renaissance

 

Rue Mignard - Place du Marché au Pain (secteur piéton)

Au cœur du quartier des Foires de Champagne du Moyen Age, on y célèbre, le 2 juin 1420, le mariage d'Henri V d'Angleterre avec Catherine de France.

17 avril 1620, baptême de Marguerite Bourgeoys.

Ne pas manquer : tabernacle du maître-autel de François Girardon (1693).

Au dessus, tableau "Baptême du Christ" de Pierre Mignard (1667).

    

    

   Répertoire   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Quartier St Jean

La ruelle du Chat - La cour du Mortier d'or

troyes_chat-41.jpg

troyes_chat-45.jpg

troyes_chat-46.jpg

troyes_chat-49.jpg

troyes_chat-50.jpg

 

 

troyes_chat-88.jpg

 

 

 

Lers Maisons à pans de bois

troyes_pans-23.jpg

troyes_pans-25.jpg

troyes_pans-29.jpg

troyes_pans-33.jpg

troyes_pans-34.jpg

 troyes_pans-35.jpg

troyes_pans-36.jpg

 

troyes_pans-40.jpg

troyes_pantaleon-90.jpg 

    

    

   Répertoire   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HOTEL DU LION NOIR

troyes_pans-lionnoir-54.jpg

troyes_pans-lionnoir-55.jpg

troyes_pans-lionnoir-56.jpg

troyes_pans-lionnoir-57.jpg

HOTEL DU LION NOIR - 16e siècle

Inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques

Construit à la fin du XVI° siècle sur l'emplacement d'un bâtiment détruit par incendie le mercredi 26 février 1559. cet hôtel particulier était implanté dans ce qui s'appelait à l'époque la rue de l'Epicerie. Il a été édifié pour un riche commerçant, allié aux plus influentes familles de T'ROYES.

Un blason retrouvé au premier étage, devant te manteau de la cheminée, fait apparaître les armoiries des familles HUEZ (d'azur à un oiseau sur terrasse, accompagné de trois étoiles), LARGENTIER (d'azur à trois chandeliers, brisé d'une étoile soutenu d'un croissant en chef), LE MARGUENAT (d'atur à trois bandes d'or au chef chargé de trois roses de gueule), ANGENOUST (deux épées croisées avec un croissant en chef).

Au centre, un petit blason reprend les armoiries des deux époux (famille HUEZ à droite - Armoiries non identifiées à gauche).

La décoration de la façade, dont on ne connaît pas d'autre exemple à TROYES. pourtant riche de très nombreux bâtiments en pans de bois du XVle siècle, est typique de la Seconde Renaissance, caractérisée en architecture par une plus grande sobriété et une inspiration directe des monuments de  l'antiquité après l'exubérance de la Première Renaissance.

Elle est en outre, en France, un exemple rare de la transposition de ce style architectural dans un bâtiment en pans de bois.

    

    

   Répertoire   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eglise Sainte Madeleine

troyes_madeleine-30.jpg

troyes_madeleine-31.jpg

troyes_madeleine-32.jpg

troyes_madeleine-72.jpg

 troyes_madeleine-61.jpg

troyes_madeleine-73.jpg

troyes_madeleine-65.jpg

troyes_madeleine-62.jpg

troyes_madeleine-67.jpg

troyes_madeleine-68.jpg

troyes_madeleine-69.jpg

troyes_madeleine-70.jpg

troyes_madeleine-75.jpg

troyes_madeleine_marthe-77.jpg

troyes_madeleine-81.jpg

troyes_madeleine-82.jpg

troyes_madeleine-83.jpg

troyes_madeleine-84.jpg

troyes_madeleine-85.jpg

troyes_madeleine-86.jpg


 
   EGLISE SAINTE MADELEINE   

Construite au milieu du XII siècle avec chœur et abside, réédifiée fin du XV, début du XVI siècle, la tour Renaissance (1531-1560) montre trois étages de différentes architectures, elle doit à son immortel JUBE, un renom européen.

Cette église a la forme symbolique d'une croix encadrée de quatre latéraux qui se prolongent par un déambulatoire qui servait au peuple . Le chœur complète par une voûte ornée de lierres et tiercerons, les piliers sont revêtus de panneaux de boiserie à pilastres " Fleur d'Aronde, ornements dorés du VIII siècle, qui hélas disparurent à la révolution. Le jubé joyau de l'architecture Renaissance fut construit par Jean Gailde (1508 à 1517) qui, enterré au pied du jubé disait " attendre sa résurrection bienheureuse sans craindre d'être écrasé".

Ce jubé est d'ailleurs le seul qui ait subsisté de ceux que possédaient presque toutes les églises de Troyes, chacune de ses faces se composent de trois arcs brisés, ornés de festons à jours

Sur la rampe s'élève un Christ en croix entre la vierge et St Jean , une face porte le monogramme S M soit Sainte Madeleine.

Les vitraux en polychrome sont magnifiques, ils furent offerts par des marchands et notables qui firent preuve d'une ostensible générosité, le " Remplage " images du XVI siècle" façonnées de bas en haut et de gauche à droite, représentait la famille du donateur, toujours de profil

On peut admirer la statuaire

Au pilier A : la statue de Ste Marthe , en pierre polychrome du XVI siècle.

Au pilier B : la statue de St Robert en bois du XVI siècle.

 La vierge Marie, Saint Jean et Marie Madeleine

VITRAUX

A cette époque la ville de Troyes possédait 9000 m2 de vitraux en montage chef d'oeuvre, dont 1700 m2 à l'église Ste Madeleine. Le XVIII siècle sonna la fin du vitrail

1) La vie de Saint Louis XVI siècle

2) Le vitrail de la Création (1500)

3) La Corporation des orfèvres (1506)

4) L'Arbre de Jesse ( 1310 )

5) Le vitrail de la Passion , le plus ancien de l'église antérieur à 1494

6) La vie de Sainte Madeleine ( 1506 )

7) La découverte et le triomphe de la vraie Croix ( XVI siècle )

    

    

   Répertoire   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eglise Saint Pantaléon

 troyes_pantaleon-100.jpg

troyes_pantaleon-101.jpg

troyes_pantaleon-102.jpg

troyes_pantaleon-103.jpg

troyes_pantaleon-104.jpg

troyes_pantaleon-105.jpg

troyes_pantaleon-108.jpg

troyes_pantaleon-110.jpg

troyes_pantaleon-92.jpg

troyes_pantaleon-93.jpg

troyes_pantaleon-97.jpg

 

 troyes_pantaleon-98.jpg

 

troyes_pantaleon-99.jpg

   EGLISE SAINT PANTALEON   

Haut lieu de l'école troyenne du XVI siècle, "la foi et la charité"  des Florentins est une construction assez étroite de  48 m de long et 23 m de hauteur, style fin gothique, partie inférieure de l'église, chapelle des bas côtés et grande arcade de la nef.

Les parties hautes, à partir du balcon, ont été érigées après 1660 dans le style classique, la façade du XVIII éme siècle est un véritable musée de la statuaire troyenne du XVI éme siècle car elle fut le refuge des statues sauvées à la révolution, elle présente surtout des verrières magnifiques en grisaille du milieu du XVIéme siècle soit Renaissance

1 - Vitrail de la Ste Croix : "ANECDOTE SALOME" donna le bois à la Reine de Saba pour la construction , mais celle-ci le refusa , seule cette verrière est en polychromie.

2 - Scènes de la vie du prophète Daniel (1631-1546 ) privilégiées par les peintres de la Renaissance

3 - La bataille de St Jacques brandissant son étendard qui vient de sauver les Chrétiens contre les Maures

4 - Le calvaire (1662)

5 - St Jean Baptiste et St Pantaléon qui était médecin et soignait gratuitement

6 - Baptème du christ et St Jean devant Hérode (1662)

Sur cette grande verrière le donateur Pierre Maillet, Conseiller du Roi a  fait représenter ses armoiries et celles de ses quatre épouses .

Ces verrières en grisaille sont obtenues avec les teintes suivantes, gris jaune d'argent, la sanguine, ocre brun, blaireautées avec une peinture très épaisse puis brossées pour rogner la couleur.

Restauration en cours du couple Crépin-Crépinien en polychromie, fin 2e période. La chapelle "Immaculée Conception" est entourée de tous ses disciples.

Notice de l'église

Vie de Pantaléon

 Quartier de VAULUISANT

Eglise Saint PANTALEON (16 et 18éme) Haut lieu de l'Ecole Troyenne :

à voir

 - La foi et la charité de Dominique Florentin (milieu du 16 éme)

                  - Vitraux en "grisaille" 16 éme et émaillés 17 éme                     

                       - Plafond voûté en bois (17 éme )                                                   

Paroisse  de la communauté polonaise

    

    

   Répertoire   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Musée de l' OUTIL

 

troyes_outils-111.jpg

 

troyes_outils-112.jpg

 


 
    Le Musée de l'OUTIL   

Restauré par les Compagnons du devoir, l'hotel Mauroy raconte trois siècles des métiers, du bois, du fer et de la pierre , à travers 8000 outils de façonnage à main du XVIII au XIX siècle. Ce musée, appelé aussi le Louvre de l'ouvrier, est administré par les Compagnons du devoir.

Sont exposés les outils nécessaires aux métiers suivants

1) Salle Abel Boyer (1882-1959) reçu Compagnon du devoir à la Ste Eloi 1900

- le maréchal ferrant, le relieur doreur, le potier.

- le ceinturier, le gantier, le paveur.

- le bourrelier, le tanneur, le couvreur tuile et ardoise. 

- le cordonnier, le boucher, le stucateur.

- le platrier, le staffer, le maçon.

- le vannier, le chaisier, le rempailleur.

2) Salle Gustave Brottier (1882-1960) , compagnon en 1902.

- la menuiserie avec les varlopes, les galères, les riflards, les bouvets double.

3) Salle Joseph Magrez 1893-1973, compagnon en 1912

- la maçonnerie avec les truelles à enduire, à maçonner, platoirs, langues de chat

En sortant de ce musée nous découvrons un jardin Médiéval

Beaucoup de vitrines sont consacrées à la culture des jardins du moyen-âge en commençant  par les condiments, autres diverses épices, en remontant jusqu'au débrousaillage caractéristique de cette époque.

Cette liste n'est pas exhaustive, mais trouvez ci-dessous quelques noms de plantes qui servaient à la phytothéraphie, l'homéopathie, l'aromathérapie.

Sceau de Salomon - ciboulette, marjolaine, laurier rose, armoise, pimprenelle, plantain, frêne hiéble, orchis etc..

Quelques photos

 Le site du musée

    

    

   Répertoire   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Musée Apothicairerie de l'HOTEL DIEU

troyes_apot.jpg

troyes_apot-118.jpg

troyes_apot-120.jpg

troyes_apot-121.jpg

troyes_apot-123.jpg

troyes_apot-124.jpg

troyes_apot-126.jpg

troyes_apot-127.jpg

troyes_apot-129.jpg

troyes_apot-130.jpg

 

troyes_apot-131.jpg

troyes_apot-133.jpg

troyes_apot-136.jpg

 


    APOTHICAIRERIE de l'HOTEL DIEU   

L' Hotel Dieu renferme le musée Apothicaire

Dans une vaste pièce de huit mètres de côté, et cinq mètres de hauteur sont entreposées environ 362 boîtes en bois peint reparties sur les six rayonnages supérieurs des quatre parois.

Ces boîtes renfermaient des plantes médicinales cueillies en montagne, sur chaque boîte un libellé donne le nom de la drogue contenue.

On remarque la monumentale échelle roulante montée sur galets de cuivre qui permettait d'accéder commodément aux rayonnages élevés, il y a aussi 50 boîtes rondes, elles ont toutes été creusées à la main dans le tronc d'arbre ; simplement peintes en vert, ou en rouge, elles ne sont pas illustrées, seule figure le nom de la drogue contenue.

Les faïences communes du XVIII siècle sont :

- les chevrottes à bec contenant de l'huile lombric ou chien

- les pots Canone contenant les pommades et les onguents

- les pots jululiers similaires aux pots Canone mais plus petits pour les pilules

- les bouteilles pansues pour les liqueurs et décoctions

- les pots Narbonne, 2 chevrettes en faïence de Nevers, deux grandes potiches, d'autres pièces sont à signaler, une belle potiche en chine du XIX siècle, des bouquetières, plats, pichets, mortiers en bronze dont l'un décoré de fleur de lys aux anses en têtes de lions porte la date de 1654, l'autre aux anses en têtes de mouton porte la marque du fondateur Claude Bernard, tous les autres sont du XVI et du XVIII siècle

On découvre également une fontaine à Thieraque, des bouteilles ventrues portant un cartel bordé d'or, poêle pour fabriquer des onguents, ainsi que des pots Louis Philippe et des étains.

Au XVI siècle il y avait un barbier chirurgien qui soignait les pauvres, les soldats, les enfants et pratiquait les accouchements, la 1ère salle d'opération date de 1895.

  Quelques photos

Le site du musée

    

    

   Répertoire