Saint QUENTIN - 02

 

 Sites à Visiter

 

 

La journée

Un peu d'Histoire
Le musée Antoine Lécuyer
La journée en photos

L'association des villes Art Déco

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visité avec

   en

   05/2007  

Histoire de Saint-Quentin

Saint-Quentin, autrefois appelée Augusta Viromanduorum fut fondée en 27 avant J.C. par les Romains sur une basse colline de craie dominant la Vallée de la Somme. A la fin du IIIème siècle, y est martyrisé un jeune missionnaire romain, Quintinus. Dès le IVème siècle, ses reliques font l'objet d'un pèlerinage important qui durera jusqu'en 1914. A l'époque médiévale, la vie est marquée par sa triple vocation religieuse, commerciale et stratégique et s'organise autour de la Collégiale.
Ville libre, elle reçoit en 1080 du Comte du Vermandois, une charte communale officialisant ses libertés. Sur les fondations de l'ancienne maison de paix est terminé au début du XVIème siècle l'Hôtel de Ville.

Ville fortifiée sur la route des invasions, elle est parfois détruite mais toujours reconstruite grâce à la ténacité de ses habitants. Saint-Quentin est assiégée, prise et détruite par les troupes du roi Philippe II en 1557. La ville est mise à sac et ses habitants dispersés. Occupée par les armées coalisées en 1814-1815, la garde nationale de Saint-Quentin repousse héroïquement l’armée allemande le 8 octobre 1870. Mais c’est la Première Guerre Mondiale qui est la plus dévastatrice pour la ville avec 80 % du territoire ravagé. La ville s'est reconstruite pratiquement sur son plan ancien dans le style dominant " Arts déco " (Exposition Universelle des Arts décoratifs de 1925).

Saint-Quentin est une ville dynamique profondément tournée vers l'avenir et offre une qualité de vie remarquable dans un cadre verdoyant. Au cœur d'un vaste territoire de 130 000 habitants, la cap.

Forte de 60.000 habitants, la capitale économique de l’Aisne est citée en exemple pour son développement intelligent. S’appuyant sur une base industrielle et un savoir-faire éprouvé dans le textile et la métallurgie, sans ignorer les délicates transactions actuelles, Saint-Quentin regarde l’avenir avec confiance

Plus d'infos avec Wikipédia

 

   

 Répertoire 

 

 

Musée Antoine-Lécuyer

Principalement consacré à l'œuvre du virtuose du pastel du XVIIIe siècle, Maurice Quentin de La Tour, il abrite aussi beaucoup d'autres œuvres du XVIIIe siècle (dessins, peintures, sculptures, fayences de Sinceny, objets d'art, mobilier…) mais aussi des XIXe siècle et XXe siècle.

 

Maurice Quentin De la Tour

Plus communément appelé Quentin de La Tour, né le 5/9/1704 à Saint-Quentin, décédé en 1788 dans la même ville, est un peintre pastelliste français
 

Œuvre :

Comme les grands portraitistes de son temps (Élisabeth Vigée-Lebrun, Jean-Étienne Liotard, Rosalba Carriera, Jean-Baptiste Perronneau, Joseph Boze ou même Jean Siméon Chardin), Maurice Quentin de la Tour a fait le choix du portrait « naturel », vivant : l'œil du sujet brille, il est, la plus part du temps, souriant et avenant, au point qu'on peut facilement s'imaginer l'avoir devant soi et bien le connaître. Cet effet est avant tout le fruit de l'habileté de l'artiste.

Parmi les portraits célèbres de Maurice Quentin de la Tour, citons : Voltaire, Jean le Rond d'Alembert, Jean-Jacques Rousseau, Louis XV, et Madame de Pompadour… Et puis Maurice Quentin de La Tour lui-même puisque ses autoportraits sont restés très célèbres.

Principaux sites d'exposition de son œuvre.

  - Le musée du Louvre, avec en particulier le portrait de la marquise de Pompadour, achevé en 1754,

  - Le musée Cognacq-Jay à Paris, où on peut voir les portraits des époux Rieux, peints en 1741 et 1742,

  - Le musée Antoine Lécuyer à Saint-Quentin, qui comporte la plus importante collection de pastels de l'artiste, fruit d'un legs à sa ville natale.

 

   

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Saint-Quentin et Reims fondent l'association des villes Art Déco


La salle du conseil de l'hôtel de ville de Saint-Quentin, un joyau Art Déco unique en France. 

Pour valoriser un patrimoine architectural Art Déco remarquable et développer une action culturelle commune, Reims et Saint-Quentin créent l'association des villes Art Déco.

Vingt cinq mille visiteurs pour l'exposition Art Déco du musée des Beaux-arts de Reims. 300 immeubles Art Déco remarquables répertoriés à Saint-Quentin, il n'en fallait pas plus pour donner l'idée à Alexis Grandin adjoint chargé du patrimoine de Saint-Quentin, d'une association  des villes Art Déco de France et pourquoi pas d'Europe. Son homologue de Reims, Mario ROSSI, adjoint à la culture a immédiatement souscrit à l'idée,

« Dans le cadre du rapprochement entre la Picardie et la Champagne-Ardenne, il s'agi d'une démarche tout à fait complémentaire », indique Mario Rossi. Les patrimoines Rémois et Saint-Quentinois mériteraient un label et leur richesse suffit déjà à attirer dans la région les amateurs de l'architecture Art Déco. Il suffit de lever le nez au détour des rues du centre ville de Saint-Quentin pour découvrir les nombreux éléments décoratifs. Une marquise, un balcon en ferronnerie, une mosaïque, un bouquet de roses font d'une façade de la reconstruction un véritable bijou. De nombreux bâtiments publics comme la Poste, l'école de musique, le pont d'Isle ont bénéficié de restaurations exemplaires. La ville oeuvre en effet pour une mise en valeur de ces façades et recrute un animateur du patrimoine qui sera chargé d'en organiser la visite.

A Reims, l'office de tourisme propose depuis longtemps un itinéraire de découverte.


 L'office de tourisme de REIMS propose un parcours des façades Art Déco de la reconstruction

Une expo, deux villes

« Il s'agit d'inciter les autre villes françaises et européennes également riches d'un patrimoine semblable à rejoindre l'association. Mais aussi d'imaginer des actions communes », indique Alexis Grandin. Saint-Quentin, a lancé une vaste opération de valorisation de son patrimoine Art Déco. Un inventaire a été réalisé dès 2004, et ce sont 3.000 immeubles publics et privés qui ont été repérés, dont 300 remarquables. Des aides peuvent être accordées aux propriétaires.  Qu'elles soient en brique, en béton et ciment. qu'elles s'ornent de décors peints, de mosaïques, de céramiques, de ferronnerie, les façades Art Déco sont confiées à des mains expertes.

« Une dizaine d'immeubles est en travaux. 205 opérations ont été déjà réalisées », se réjouit Alexis Grandin à l'origine de l'édition d'un cahier de recommandations à destination des propriétaires. Lesquels ont été nombreux à se manifester.

Du coté rémois, l'année Art Déco fut celle d 'une exposition nationale au musée des Beaux arts qui a rassemblé tous le arts : peintures, vitraux, ferronnerie, vêtements, art de la table, objets de décoration, tapis, meubles, et qui a fait connaître en France cette spécificité rémoise.


 La bibliothèque Carnegie à Reims, un bijou de l'époque Art Déco, vient d'être restaurée dans les règles de l'art.

A travers l'association des villes d'art et d'histoire à laquelle appartiennent les deux villes Art Déco des départements voisins, d'autres villes comme celle de Nice ont déjà été contactées. A l'occasion des prochaines journées du patrimoine, une opération a déjà été programmée. Il s'agit pour Saint-Quentin d'une commande au photographe Pascal Stritt. Il est chargé de porter un libre regard sur le patrimoine Art Déco de la ville. Une démarche semblable a déjà donné lieu à une exposition à Reims. Les deux expos pourront se croiser d'une ville à l'autre. C'est tout l'objet de cette nouvelle alliance.


 Les exemples de style Art Déco sont nombreux à Saint-Quentin qui a lancé une vaste opération de réhabilitation de son riche patrimoine

Françoise Kunzé                                

Extrait de l'union du 14/03/2007

 

   

 Répertoire