La MEUSE - 55    

 

  Sites à Visiter

 

Visites préparées par JJ DARDENNES

Visite d' Avioth 55

Visite de Marville

Le réconfort

Le cimetière St Hilaire

Visite de Montmédy

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La Basilique d' AVIOTH

Visité avec

   en

   10/2007  

 

 

 Sanctuaire à répit


Depuis plus de 900 ans, on vénère en ce modeste village une statue de la vierge à l'enfant apparue à l'emplacement de l'actuelle édifice.

Notre Dame d'Avioth, Patronne des causes Désespérées, guérissait les lépreux et permettait le baptême des enfants mort-nés. Aujourd'hui encore, tous les 16 juillet, nombreux sont les pèlerins à venir lui rendre hommage.

L'Elise Notre Dame d'Avioth, Basilique depuis 1993 par décision pontificale, constitue un chef d'oeuvre admirable d'art gothique.

Érigée durant la seconde moitié du XIIIe siècle, elle étonne par sa majesté, la beauté de ses sculptures et son fabuleux destin.0

Classée Monument Historique depuis 1840, l'église présente un exceptionnel état de conservation.

Extrait de la notice.

 

2007-10_0_avioth-jpb_0002.jpg

2007-10_1_avioth-dl_1652.jpg

2007-10_10_avioth-jpb_0005.jpg

2007-10_11_avioth-jpb_0004.jpg

2007-10_12_avioth-dl_1656.jpg

2007-10_13_avioth-jpb_0006.jpg

2007-10_14_avioth-jpb_0015.jpg

2007-10_2_avioth-dl_1651.jpg

2007-10_20_avioth_rb_22.jpg

2007-10_3_avioth-dl_1653.jpg

2007-10_4_avioth-dl_1655.jpg

2007-10_5_avioth-dl_1657.jpg

2007-10_6_avioth-dl_1654.jpg

2007-10_7_avioth_rb_23.jpg

2007-10_8_avioth_rb_21.jpg

2007-10_9_avioth-jpb_0003.jpg

2007-10_avioth-dl_1658.jpg

2007-10_avioth-dl_1659.jpg

2007-10_avioth-dl_1660.jpg

2007-10_avioth-dl_1661.jpg

2007-10_avioth-dl_1662.jpg

2007-10_avioth-dl_1663.jpg

2007-10_avioth-dl_1664.jpg

2007-10_avioth-dl_1665.jpg

2007-10_avioth-dl_1666.jpg

2007-10_avioth-jpb_0007.jpg

2007-10_avioth-jpb_0008.jpg

2007-10_avioth-jpb_0009.jpg

2007-10_avioth-jpb_0010.jpg

2007-10_avioth-jpb_0011.jpg

2007-10_avioth-jpb_0012.jpg

 

2007-10_avioth-jpb_0013.jpg

 

2007-10_avioth-jpb_0014.jpg 

 

   

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Marville

 

 

Le site du village 


Un site historique exceptionnel

L'histoire de Marville commence au Moyen Age, lorsqu'un puissant Seigneur, Le Comte Thiébaut ler de Bar s'empare de Marville pour y édifier une forteresse. Il affranchit la cité à la loi de Beaumont, très favorable aux habitants, et épouse la Comtesse Ermesinde du Luxembourg.

Les héritiers d'Ermesinde cèderont la ville aux Comte de Bar et de Luxembourg, provoquant une indivision  pour quatre siècles entre les deux comtés. Cette période est appelée "les Terres Communes". Elle se caractérise par une profitable neutralité pour les habitants de Marville au cours de la tumultueuse époque des guerres féodales.

Marville s'enrichira de cette favorable position  et connaîtra son apogée à la Renaissance aux XVIe et XVIIe siècles.

Un village de la Renaissance

Les plus belles façades sont nées de l'implantation de familles nobles, bourgeoises ou commerçantes attirées par l'époque du XVIe siècle.

Les rues d'aujoud'hui témoignent encore de cette période fastueuse. A chaque coin de rue, à chaque pas de porte, c'est une nouvelle et passionnante découverte.

Dans l'Elise St Nicolas on découvrira de nombreux trésors : La Piéta des Lépreux (XIIe), la Vierge couronnée, les chapelles gothiques, le tombeau de Saladin de Gavroy, la magnifique Tribune d'Orgues de style gothique flamboyant, sculptée telle une dentelle de pierre.

Extrait de la notice

.

2007-10_marville_01-dl_1691.jpg
 

2007-10_marville_02-jpb_27.jpg
 

2007-10_marville_03-jpb_24.jpg
 

2007-10_marville_04-jpb_28.jpg
 

2007-10_marville_06-jpb_29.jpg
 

2007-10_marville_07-jpb_30.jpg

2007-10_marville_08-jpb_31.jpg

2007-10_marville_09-dl_1692.jpg

2007-10_marville_10-jpb_37.jpg

2007-10_marville_11-dl_1693.jpg


2007-10_marville_12-dl_1694.jpg

 


2007-10_marville_13-dl_1695.jpg

 


2007-10_marville_14-dl_1696.jpg

 


2007-10_marville_15-jpb_32.jpg

 


2007-10_marville_16-dl_1699.jpg

 

2007-10_marville_17-dl_1701.jpg

2007-10_marville_18-dl_1702.jpg

2007-10_marville_19-jpb_38.jpg
 

2007-10_marville_20-dl_1716.jpg

2007-10_marville_21-dl_1717.jpg

2007-10_marville_22-d_1718.jpg

2007-10_marville_23-jpb_23.jpg

2007-10_marville_30-jpb_45.jpg
 

2007-10_marville_31-jpb_44.jpg

2007-10_marville_32-jpb_42.jpg

 

 


2007-10_marville_33-jpb_43.jpg

 

 

 

   

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Le réconfort à l' Auberge de Marville   

2007-10_resto-dl_1703.jpg
 

2007-10_resto-dl_1704.jpg
 

2007-10_resto-dl_1705.jpg
 

2007-10_resto-dl_1706.jpg
 

2007-10_resto-dl_1707.jpg
 

2007-10_resto-dl_1708.jpg

2007-10_resto-dl_1709.jpg

2007-10_resto-dl_1710.jpg

2007-10_resto-dl_1711.jpg

2007-10_resto-dl_1712.jpg

 

   

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Le cimetière St Hilaire

 

 

 

Dominant le village, le cimetière St Hilaire est un lieu d'une rare beauté où la sculpture témoigne du riche passé marvillois. Vous y admirerez de somptueux monuments gothiques et d'influence Renaissance, tous dédiés au recueillement et à la contemplation, sans oublier la léproserie du diocèse de Trèves.


2007-10_marville_40-jpb_0048.jpg

2007-10_marville_41-dl_1732.jpg

2007-10_marville_42-dl_1733.jpg

2007-10_marville_43-dl_1744.jpg
 

2007-10_marville_44-dl_1743.jpg

2007-10_marville_45-dl_1742.jpg

2007-10_marville_46-dl_1741.jpg

2007-10_marville_47--jpb_0056.jpg

2007-10_marville_48-dl_1734.jpg
 

2007-10_marville_49--jpb_0050.jpg

2007-10_marville_50-dl_1735.jpg

2007-10_marville_51-dl_1736.jpg

2007-10_marville_52-dl_1737.jpg

2007-10_marville_53-dl_1738.jpg
 

2007-10_marville_54-dl_1739.jpg

2007-10_marville_56-dl_1740.jpg

2007-10_marville_57--jpb_0049.jpg

2007-10_marville_58-jpb_0052.jpg

2007-10_marville_59--jpb_0053.jpg

2007-10_marville_60--jpb_0054.jpg

 

   

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Montmédy

 

 

 

Le Musée Jules Bastien-Lepage

Le musée de la fortification

La Citadelle

La Citadelle de Montmédy, l'une des rares places fortes entièrement conservées, fut construite sur un promontoire rocheux à plus de 100 mètres du niveau de la Ville Basse. Elle est entourée d'un fossé de 2 km de long. La longueur de ses murailles, de ses bastions, demi-lunes et contre-gardes mises bout à bout dépasse 6 km.

Un circuit promenade a été créé autour des remparts afin que chaque visiteur puisse comprendre et apprécier ce superbe travail réalisé par Charles Quint, Vauban et Séré de Rivières.

Le Musée Jules Bastien-Lepage

Si  l'histoire  de  Montmédy  est parsemée de faits guerriers, elle n'en  a  pas  moins  inspire de grands  peintres, dont Jules Bastien-Lepage, né à Damvillers en 1848. Le musée est consacré à son oeuvre et à sa vie.

Le musée de la fortification

Le département de la Meuse forme une barrière nord sud au coeur de l'Europe de l'Ouest. Traversé depuis les temps les plus reculés par de grands courants d'invasions, on dénombre sur le territoire près de 200 sites et édifices fortifiés témoignant de l'importance du rôle stratégique qu'il joua.

Ce musée à pour vocation de faire connaître ce patrimoine, d'en démontrer l'intérêt et de rendre plus intelligible l'évolution de l'architecture militaire des origines à la fin du XVIIIe siècle. A travers un choix de pièces originales, une abondante iconographie, de nombreuses maquettes, des armes des documents historiques, il met en parallèle les progrès dans le domaine de l'armement et leurs conséquences en matière de perfectionnement des dispositifs de protection.

Extrait de la notice

 

2007-10_montmedy-00-jpb_71.jpg

2007-10_montmedy-01-dl_1757.jpg

2007-10_montmedy-02-dl_1758.jpg

2007-10_montmedy-03-dl_1759.jpg

2007-10_montmedy-04-dl_1760.jpg

2007-10_montmedy-05-dl_1761.jpg
 

2007-10_montmedy-06-dl_1762.jpg

2007-10_montmedy-07-dl_1768.jpg

2007-10_montmedy-08-dl_1767.jpg

2007-10_montmedy-09-dl_1763.jpg

2007-10_montmedy-10-jpb_65.jpg

2007-10_montmedy-11-dl_1764.jpg

2007-10_montmedy-12-dl_1765.jpg

2007-10_montmedy-13-dl_1766.jpg

2007-10_montmedy-14-dl_1769.jpg

2007-10_montmedy-15-dl_1770.jpg

2007-10_montmedy-16-jpb_68.jpg

2007-10_montmedy-17-jpb_69.jpg
 

2007-10_montmedy-18-dl_1771.jpg

2007-10_montmedy-19-dl_1772.jpg

 

 

2007-10_montmedy-20-jpb_67.jpg

 

 

 

   

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Musée

 

 


Autoportrait

Huile sur toile, 7 juin I88O. 31x 25 cm. Montmèdy.
Musée Jules Bastien-Lepage. coll. Département de ta MEUSE. Cliché P. MARTIN

Jules BASTIEN-LEPAGE naquit le 1er novembre 1848 à Damvillers, petit bourg du Nord de la Meuse.

Bachelier en 1867, ii est reçu à un concours des postes et réussit à être nomme à Paris, afin de suivre en parallèle les cours de l'École des Beaux-Arts de Nancy.

Il  échoue au prix de Rome deux années de suite, en 1875 et 1876.

Durant l'année 1877 il se consacre à des séries d'études en plein air pour son  tableau le plus célèbre, aujourd'hui  exposé  au  Musée d'Orsay : Les foins. Dès 1879, il exposa son pendant, Saison d'octobre, qui rencontra un immense succès. L'artiste a alors 32 ans.

Il est connu de tous. Les  commandes de portraits abondant. Jules Bastien-Lepage vient de recevoir la Légion d'Honneur. Après un séjour de quelques mois en Angleterre, il revient en Lorraine et décide de présenter au Salon de1880 une Jeanne d'Arc de sa région natale, qui n'aura malheureusement pas le succès escompté.

Retour à Londres, ou son talent est apprécié et où il est reçu par le Prince de Galles et l'aristocratie anglaise.

En 1881, il part en Italie, notamment à Venise. Cette année fut féconde d'œuvres aujourd'hui célèbres : Pauvre fauvette, Pas mèche, Le Mendiant, Le semeur, La récolte des pommes de terre, etc...

A partir de 1882, la maladie le harcèle, ce qui ne l'empêche pas de présenter au Salon de 1883 L'amour au Village. Il séjourne en 1884 avec sa mère à Alger, Il décède le 10 décembre 1884, dans son atelier de la rue Legendre. Il avait 36 ans.

Son ami Auguste Rodin réalisa la statue du monument commémoratif inauguré en 1889 qui se trouve à Damvillefs.

Portraitiste, mais surtout peintre de la vie rurale lorraine, il ne se démentira jamais de son attachement filial à sa terra natale.

Son œuvre témoigne d'une époque difficile pour la Lorraine, elle glorifie le labeur paysan, les travaux humbles et pénibles de la vie campagnarde d'alors.

Exposition Palais Episcopal de VERDUN, du 14 juin au 3 septembre 2007

Extrait de la notice du musée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le semeur

Huile sur toile. fin 1878 début 1879, 49 x 69 cm. Montmèdy.
Musée Jules Bastien-Lepage. coll. Département de ta MEUSE. Cliché P. MARTIN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Les foins.

Huile sur toile, 1877. 181 x 149 cm.
Musee d'Orsay, Cliché RMN. H. Lewandowski

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La Récolte des pommes de terre.

Huile sur toile. 1878, I99 x 181 cm. Melbourne. National Gallery of  Victoria. Leg Felton, 1928.
Cliché Musèe de Metz, Jean Munin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Pas mèche

Huile sur toile, 1882, 133 x 89,5 cm.
Edimbourg, National Galleries of Scotland. Acquis par le Musée en 1913.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Le mendiant

 

 

 

 

 

 

  

 Damvillers : la statue commémorative de Rodin

 Des le mois de mars I885, de nombreux amis et admirateurs décidèrent, avec son frère Emile, de lancer une souscription pour faire élever un monument à la gloire de l'artiste, dans son pays natal, Damvillers. L'exécution de la statue fut confiée a Rodin, ami intime des deux frères, que Jules avait rencontré en avril 1661.

Afin d'y installer le « mausolée » familial, Emile avait acheté à l'entrée du bourg un terrain appelé 1'lsle d'Envie, proche du cimetière. Les corps de Jules, de son père et de ses grands-parents y furent transférés, qui seraient rejoints plus tard par ceux de sa mère, de son frère et de l'épouse de celui-ci.

Le monument funéraire, dessiné et exécuté sous la surveillance d'Emile, est une grand stèle de pierre arrondie au sommet, et cerclée d'une couronne de lauriers, qu'entoure un banc. Sur les faces du monument sont gravés les noms des principales œuvres du peintre. Au centre du tombeau se trouve la pierre tombale de Jules. Au bas du terrain, sur son socle, s'élève la statue de Jules.

L'inauguration eut lieu le 29 septembre I889.

Ce fut un jour de fête pour tout le village.

Extrait de la notice de l'exposition.

 

   

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le musée de la fortification

Au 13e siècle la ville massée autour de son château fort, devînt la capitale du Comté de Chîny.

Possession au 14e siècle du Duché de Luxembourg, ses diverses successions l'inclurent dans le vaste empire de Charles Quint qui la dota à partir de 1545 d'une fortification bastionnée .

Héritage des rois d 'Espagne, elle fut agrandie et renforcée pour devenir cette importante Citadelle gardienne de la frontière méridionale des Pays-Bas Espagnols contre le royaume de France .

Le siège de 1657, mené par Louis XIV, donna la victoire à la France, et par le traité des Pyrénées de 1659, Montmédy et les territoires conquis antérieurement, furent définitivement accordés à la France.

Vauban, alors Ingénieur Militaire Royal, entreprit la réfection de la Citadelle, aménageant le chemin couvert extérieur au fossé, et fortifiant la ville basse d'une enceinte bastionnée .

Après les bombardements et l'occupation Prussienne de la guerre de 1870, 1e général Sèré de Rivières fit construire dans la Citadelle un casernement souterrain, intégrant Montmédy dans la ligne des Forts de l'Est .

La 1ère et la 2ème Guerre Mondiale furent également des périodes d'occupations militaires, Montmédy était en 1939 tête de Pont de la Ligne Maginot.

Le site est maintenant classé Monument Historique, ses bâtiments répondent à un programmes de restauration long et fastidieux.

La visite des remparts permet d'appréhender la configuration géographique et les points de vue exceptionnels de cette monumentale forteresse, convoitée à toutes les époques de l' Histoire.

Le Musée de la Fortification retrace l'évolution des systèmes défensifs et des principes de fortification, depuis les invasions romaines en Gaule jusqu' au 18e siècle.

Extrait de la notice.


Maquette de château fort

Mousquet à mèche des remparts

Morion de guerre de la fin du XVIe siècle

 

   

 Répertoire