Couvent des RECOLLETS

 CHALONS-S-Marne - 51
 

L' Hôtel de Région

Visite avec

   en

  05/1997  

Le Couvent des Récollets

La Cathédrale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le Couvent des Récollets

   Visite dans un endroit fermé


Le cloître des Récollets

Il est assez rare de pouvoir visiter le couvent des Récollets et son magnifique cloître. Alors profitez de la balade organisée par l'office de tourisme jusqu'au 31 août pour le faire. D'autant que Xavier Lecocq, le guide-conférencier en a toutes les clés.

« On se croirait dans Fort Boyard ! »· plaisante Xavier Lecocq, guide-conférencier de l'office de tourisme.

Lors de la visite du couvent des Récollets, il faut passer par plein de portes. Xavier Lecocq est un peu le « passe-partout » du couvent avec son trousseau de clés !

« S'il nest pas possible de visiter le couvent et son cloître pendant l'année, c'est pour une histoire de clés », explique Xavier Lecocq. Car peu de personnes en disposent.

En revanche, certains Châlonnais connaissent la chapelle du couvent car quelques concerts y sont donnés.


Xavier Lecocq sur le grand escalier du couvent des Récollets, un des plus vieux de Châlons
" Il est d'époque, de 1677 exactement "
Vous remarquerez que les pilastres ont été taillées dans le sens de la monté

Incendie

Justement la visite commence par la chapelle. Une très grande chapelle même s'il ne reste plus que les deux tiers d'origine puisqu'elle a été réduite en 1966 pour construire une salle de classe du collège Notre-Dame Perrier.

« En 1990, la chapelle a été ravagée par un incendie » raconte Xavier Lecocq. « Boiseries et vitraux ont été perdus ». La chapelle a totalement brûlée. 

Cet incendie aura tout de même permis de restaurer le cloître. « Deux des pa  ieries ont été construites en sous-oeuvre, elles ont été creusées sous les bâtiments existants et les deux autres ont été construites en hors d'oeuvre sous les bâtiments existants et les deux autres ont été construites en hors d'oeuvre, c'est à dire rapportées » assure Xavier. « C'est magnifique  » ajoute-t-il, avec ses mots à lui.

Des huit guides-conférenciers de l'office de tourisme, Xavier Lecocq est le seul homme. C'est aussi le plus jeune. A 39 ans, ce responsable informatique est passionné d' histoire, d' architecture et de Châlons. Et il a incontestablement son style : il a plaisir à raconter l' Histoire comme des histoires. Il rend ainsi l'histoire très vivante, accessible à tous et même parfois amusante tout en restant très rigoureux sur les dates et les événements. L' avantage : ce n'est pas rébarbatif. Lorsqu'il raconte la création du couvent par Cosme Clause, l'évêque de Châlons, en 1613, il parle de son  « plan d'action » : insuffler un nouvel esprit religieux à Châlons après les guerres de religion.

Enfin il raconte l' arrivée des soeurs de la congrégation Notre-Dame au couvent en 1805, qui " trop vieilles " passèrent la main à leurs " consoeurs " de Vitry-le-François.

Le couvent devint une école gratuite et plus tard le collège que l'on connaît sous le nom de Notre-Dame Perrier.

Bref, une visite dans un endroit vraiment fermé.

Marianne Théoleyre  

Saint-Loup : une église de quartier

 La visite du quartier de Saint-Loup, c'est aussi l'occasion de découvrir son église. Après la construction de Notre-Dame-en-Vaux au XII éme siècle, qui devint alors le nouveau centre de la ville, mais qui était trop petite pour accueillir tous les Chalonnais, trois nouvelles paroisses ont été créées , Sainte-Antoine, Sainte-Marguerite (qui ont été détruites ) et Saint-Loup.  A l'origine, tout porte à croire que c'était une église en pans de bois. Le chœur date de 1310 car il s'agit de la copie conforme d'une des chapelles de la cathédrale. Il est de style gothique rayonnant : il n'y a plus de mur, juste de la structure. Les vitraux malheureusement ne sont pas d'origine, ils datent du XIXéme siècle.

C'est un des rares monuments du XIVéme siècle, siècle marqué par la guerre de cent ans et  la peste noire. Ce qui explique sûrement que la nef, construite parés, soit plus sombre. Saint-Loup a été achevée en 1330. C'est une vraie église de quartier qui a été élevée avec l'argent des vignerons et des tonneliers. Elle a fortement souffert de la Révolution de 1789. Et c'est grâce à la fortune personnelle du curé Chapiteau qu'elle a été restaurée à la fin du XIXe siècle.

A voir : le chemin de croix en céramique du XIXe siècle, l'ancienne porte d'honneur de l'hôtel de l'arquebuse installée dans l'église en 1680 et la statue de Saint Christophe du XVIe siècle en bois polychrome.

M.T                        

 Extrait de l'union