Abbaye des 3 Fontaines

 


Photos de la visite

Histoire de l'Abbaye

 Sites à Visiter

 

 

 L'Abbaye

 

 


 Répertoir

Notre journée

Abbaye des 3 Fontaines
Joinville

 La Presse

La fille aînée de Clairvaux a 900 ans

Saisir l'âme de l'abbaye

Le joyau de Trois-Fontaines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Visité
avec

  en
06/2009 

L'abbaye de Trois Fontaines fut fondée en 1118 par une dizaine de moines, sous l'impulsion de  Bernard de Clairvaux et Guillaume de Champeaux, évêque de Chalons. L'église abbatiale fut construite et consacrée au milieu du 12è siècle. L'abbaye gagna très vite en importance et en rayonnement, grâce aux nombreux dons dont elle fut l'objet dés sa création ; elle fonda plusieurs abbayes filles" en France mais aussi en Hongrie et en Croatie.

Dés le XIIIè siècle toutefois, ses possessions se réduisent ; elle ne souffre pas des guerres des XIVè et XVè siècles, et maintient jusqu'au XVIIIè siècle un patrimoine enviable. C'est le Cardinal de Tencin qui décide de reconstruire l'abbaye, et de remanier l'église au goût du XVIIIè siècle.

Aujourd'hui, après avoir passée l'entrée monumentale, l'église en ruine, débarassée d'une partie de ces rajouts, envahie par la végétation, laisse réapparaître ses pierres de fondations et sa nef telle qu'elle fut pensée au XIIè siècle. Le parc, privé, se visite, et les trois fontaines s'y dévoilent au gré d'une superbe promenade.

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fille aînée de Clairvaux a 900 ans


De l’abbaye du XIIe siècle, il ne reste aujourd’hui que les ruines de l’abbatiale.
Grégoire Amir-Tahmasseb

L’ESSENTIEL

*.- 1118 - Fondation de l’abbaye de Trois-Fontaines, première fille de l’abbaye cistercienne de Clairvaux.

*.- APRÈS AVOIR COMPTÉ JUSQU’À 130 MOINES , l’abbaye est liquidée comme bien national en 1790 et la plupart des bâtiments sont démontés pour revendre la pierre.

*.- RACHETÉS PAR DES PROPRIÉTAIRES PRIVÉS , les lieux ne sont plus trop entretenus.

*.- EN 1965, création de l’association des amis des sites de Trois-Fontaines et Cheminon qui entreprend la sauvegarde de l’abbaye et en assure l’animation.

*.- 2018 festivités autour du 900e anniversaire de la fondation de l’abbaye.

C’est un havre de paix posé au milieu de la forêt dans le sud-est marnais. Quand on arrive devant Trois-Fontaines, ou du moins ce qu’il en reste, on comprend tout de suite pourquoi, voilà 900 ans, des moines cisterciens ont décidé d’y créer une abbaye.

« En 1118, l’évêque de Châlons, voulait fonder une abbaye cistercienne sur son diocèse , expliquent les membres de l’association des amis des sites de Trois-Fontaines qui se battent pour préserver les lieux . Il obtient un domaine dans la forêt de Luiz (aujourd’hui forêt de Trois-Fontaines) situé aux confins de la Champagne et du Barrois. Saint Bernard y envoie alors douze moines de Clairvaux pour y fonder Trois-Fontaines qui sera la première abbaye fille de Clairvaux .»

Si aujourd’hui, le village est florissant, lorsque les douze moines arrivent le 10 octobre 1118 sur place, ils sont face à un véritable marécage formé par les eaux de la Bruxenelle, petit cours d’eau alimenté par trois sources : Fontaine Saint-Blaise, Fontaine aux Lentilles et Fontaine du Loup (d’où le nom de Trois-Fontaines).

« Leur premier travail est alors d’assécher le lieu en créant canaux souterrains, moulin et étangs. Ils construisent leur première église temporaire en bois, mais les dons leur permettent d’édifier rapidement une nouvelle église en pierre. La construction de l’abbatiale débute en 1160 pour se terminer en 1190. »

De l’abbaye du XII e siècle, il ne reste aujourd’hui que les ruines de l’abbatiale. Car depuis cette époque, les lieux ont bien évolué. Il y a eu la période florissante durant laquelle Trois-Fontaines a pu répandre la vie monastique et fonder des abbayes cisterciennes jusqu’en Hongrie. Les multiples donations permettent aussi aux moines d’acquérir de nombreuses granges et fermes.

À la Révolution, les bâtiments sont vendus et servent de carrière de pierre

Et puis au XV e siècle, les moines y sont moins nombreux. L’abbaye tourne par contre toujours bien et ses revenus deviennent une proie convoitée. Elle est placée sous l’égide d’abbés commendataires (nommés par le roi) qui n’y résident pas mais qui en tirent les bénéfices. Au début du XVIII e , une partie de l’abbaye est détruite par un incendie. Sa reconstruction à l’époque explique que l’on trouve aujourd’hui à l’entrée un portail et des bâtiments de cette période.

« À la Révolution, les ordres monastiques sont supprimés en France. L’abbaye est vendue comme bien national. En 1790, les quinze derniers moines de Trois-Fontaines sont chassés et le mobilier est dispersé (les manuscrits sont transférés à Vitry-le-François mais brûlent lors des bombardements de 1940). En 1794, les bâtiments du monastère sont vendus et servent de carrière de pierre. L’église abbatiale échappe à la destruction et sert d’église paroissiale. »

Les propriétaires se succèdent ensuite et entretiennent certaines parties de l’abbaye pour y faire leur maison d’habitation. L’abbatiale commence à tomber en ruine en 1825 faute d’entretien. Ses « biens » sont dispersés, le maître-autel du XVIII e siècle à l’église de Sermaize-les-Bains, les orgues à la collégiale de Vitry-le-François, et le lutrin de marbre sculpté dans l’église de Cheminon.

Classée Monument Historique, l’abbaye est toujours propriété privée. Depuis 1965 une association de bénévoles œuvre à la sauvegarde, à l’entretien et à l’animation de l’abbaye. « Quand nous sommes arrivés à l’époque sur place, il y avait de la végétation partout. Nous avions des arbres qui avaient poussé dans l’abbatiale, du lierre qui avait grimpé partout. On a commencé par dégager les lieux, puis refait le bassin, reconstruit un bâtiment qui peut servir de réunion ».

Il a fallu aussi faire avec les aléas météorologiques. En 1999, lors de la tempête, 250 arbres sont tombés dont quelques-uns sur l’abbatiale. Celle-ci a résisté. Et aujourd’hui, tout est prêt pour bien célébrer les 900 ans de la fondation de Trois-Fontaine.

Source : Association des amis des sites de Trois-Fontaines. Renseignements 03 26 7313 68 et 03 26 73 03 94. www.abbayedetroisfontaines.com

Un week-end anniversaire début juillet 

Si plusieurs rendez-vous ont déjà eu lieu cette année autour des 900 ans de l’abbaye de Trois-Fontaines, les principales festivités sont prévues le 30 juin et le 1 er juillet pour un « week-end anniversaire » qui s’annonce chargé. Au programme, la présence d’un village médiéval avec des artisans du patrimoine, des visites guidées, une conférence concert, une cérémonie religieuse, la vente de produits monastiques, des expositions, concerts et un grand spectacle pyrotechnique musical. Rendez-vous le samedi 30 juin de 14 à 22 heures et le dimanche 1 er juillet de 10 à 19 heures.

Un week-end anniversaire début juillet 

Si plusieurs rendez-vous ont déjà eu lieu cette année autour des 900 ans de l’abbaye de Trois-Fontaines, les principales festivités sont prévues le 30 juin et le 1 er juillet pour un «week-end anniversaire » qui s’annonce chargé. Au programme, la présence d’un village médiéval avec des artisans du patrimoine, des visites guidées, une conférence concert, une cérémonie religieuse, la vente de produits monastiques, des expositions, concerts et un grand spectacle pyrotechnique musical. Rendez-vous le samedi 30 juin de 14 à 22 heures et le dimanche 1 er juillet de 10 à 19 heures

Un timbre   en avant-première

UN TIMBRE EN AVANT-PREMIÈRE

Le 18 juin, La Poste émet un timbre qui met en lumière l’abbaye de Trois-Fontaines à l’occasion du 900e anniversaire de sa fondation. Réalisé par Roland Irolla, il sera vendu en avant-première les 15, 16 et 17 juin prochains à l’abbaye. Un bureau de poste temporaire va être installé avec, pour les collectionneurs, la possibilité d’avoir le fameux tampon « Timbre premier jour ». Durant tout le week-end une exposition philatélique sur le thème des abbayes sera aussi organisée ainsi qu’une exposition sur les abbayes de la région, une visite guidée de l’abbaye et l’ouverture du musée du vélo.

CONCERT À VITRY SUR L’ORGUE DE L’ABBAYE

Les festivités des 900 ans de l’abbaye se termineront le 6 octobre prochain par un récital d’orgue à la collégiale de Vitry-le-François. Ce sera quelques jours avant la date officielle de la fondation de l’abbaye, le 10 octobre 1118. Vitry-le-François n’a pas été choisi au hasard car le grand orgue qui se trouve dans la collégiale est celui qui a été construit pour Trois-Fontaines au cours du XVIII e siècle. En 1791, Vitry-le-François en avait fait l’acquisition, suite à la vente de l’abbaye après la Révolution

En images

L’abbaye en en 1741

Difficile d’imaginer son importance quand on voit ce qu’il en reste aujourd’hui. Mais cette maquette, qui représente l’abbaye en 1741 permet de la voir telle qu’elle était quelques années avant la Révolution. On comprend alors mieux comment les lieux ont accueilli plus d’une centaine de moines cisterciens à sa plus belle époque. Selon les écrits, ils étaient 12 moines à la création de Trois-Fontaines en 1118, 130 à son apogée, et 15 à la Révolution.

Mélange architectural  

 visiteur qui arrive à Trois-Fontaines ne tombe pas sur l’abbaye du XII e siècle mais sur une majestueuse porte datant de 1741 donnant sur un château (pour l’anecdote, le maréchal Foch en avait fait son QG en 1918). Cette variété architecturale s’explique par le fait qu’un incendie avait détruit une partie de l’abbaye en 1703. D’importants travaux de reconstruction sont entrepris. Exit le style dépouillé des premiers cisterciens. On est alors davantage, avec le style Louis XV, dans du clinquant.

Ouvert au public 

Si les lieux sont aujourd’hui une propriété privée, l’accès au parc de l’abbaye est libre. On peut ainsi approcher les ruines et suivre un parcours qui fait passer par plusieurs endroits symboliques. Les dimanches de juillet et août, il est aussi possible de profiter d’une exposition d’art et artisanat et de découvrir les maquettes historiques de l’abbaye dans les pavillons du XVIII e . Ces mêmes dimanches, un musée du vélo est ouvert avec près de 200 vélos et des centaines d’objets insolites d’époque..

Grégoire AMIR-TAHMASSEB

  Extrait de l' union du 04/08/2016

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saisir l'âme de l'abbaye

Le parc de l'abbaye. privée et classée monument historique, est ouvert toute l'année gratuitement. Des expositions se tiennent l'été dans le château.


Les ruines de l'abbatiale du XII° siècle se trouvent dans le parc ; les ailes du château abritent les expositions.
Aurélie Boileau

Les moines ne vivent plus à Trois-Fontaines-l'Abbaye depuis la Révolution, mais le site que les disciples cisterciens de saint Bernard ont fondé en 1118 a traversé les siècles et reste, aujourd'hui encore, emprunt de spiritualité, ce dont conviennent sans ciller les libres penseurs. Toute l'année, « les promeneurs de chiens et les enfants qui apprennent à marcher côtoient les passionnés d'art religieux, d'architecture et les amoureux de la nature », décrit l'une des propriétaires de l'ensemble, Claire Orta. L'abbatiale élevée entre 1160 et 1190, le portail monumental dressé en 1741, la cour d'honneur qui découvre les deux ailes du monastère reconstruit au XVIII' siècle ... s'inscrivent en effet dans un écrin de verdure de sept hectares.

 L'abbatiale en ruines n'abrite plus les messes du 15 août - elle se tiendra cette année dans la salle communs, à 16 heures - , mais toujours une certaine atmosphère, naturaliste, romantique, sauvage aussi ... Des hêtres pourpres, un séquoia géant, un tulipier de Virginie, des marronniers d'Inde ou à fleurs rose, des tilleuls âgés de 275 ans dressés au fond du parc, et au printemps, un magnolia de Soulange font aussi la fierté de l'Association des amis des sites de Trois-Fontaines et de Cheminon. Depuis sa création en 1965, la structure œuvre à la sauvegarde, à l'entretien et à l'animation de l'abbaye. Le magnolia a d'ailleurs été distingué cette année par l'associ"ation Arbres. qui l'a labellisé « remarquable ». Cette distinction renforce l'attrait du site dont l'abbaye notamest classée monument historique » depuis mars 1944.

Si le parc est accessible toute l'année aux flâneurs. les deux ailes du château, qui a reçu le Maréchal Foch en 1918, ouvrent uniquement l'été à la belle saison, le dimanche de 14 à 19 heures. plusieurs expositions sont proposées. Ainsi jusqu'au 28 août, une dizaine d'artisans ont ainsi pris leurs quartiers dans le pavillon droit. Au rez-dechaussée et à l'étage de cette aile qui révèle d'anciens salons. un majestueux escalier en pierre. un vitrail orné de la croix de Malte .... « Art et artisanat » reçoit les travaux de céramiste, peintre, verrier, créateur de bijoux, photographe ... Un tiers de la toiture de ce pavillon vient d'être refait pour 132.000 euros. un financement conjoint de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) et des propriétaires.

 Dans l'aile gauche du château se trouve le fascinant musée du Vélo, créé par la famille Athuser. Permanent ce lieu qui retrace l'histoire de la petite reine et présente des dizaines de cycles, certains du XIXéme siècle, continue toutefois de s'enrichir et de se diversifier. Dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre, le deux-roues du poilu Louis Best a ainsi rejoint le premier étage de ce pavillon.

Chaque dimanche aussi, sous la galerie longue de 23 mètres qui lie les deux pavillons, Claire Orta propose des rafraîchissements aux visiteurs. L'occasion pour cette dernière, ou pour les bénévoles de l'association, de les renseigner, et peut-être d'intéresser d'éventuels mécènes. Les travaux du reste de la toiture du pavillon droit s'élèvent à 180.000 E. et de nombreuses autres opérations de restauration ou de conservation restent à mener.

Elise PINSSON

Pour prolonger la visite

L'abbaye se trouve au sud-est du département, à la limite de la Meuse et de la Haute-Marne, au cœur d'une forêt domaniale de plus de 5000 hectares. De nombreuses balades se font autour du village. et notamment sur le circuit des gouffres créé par l'association Perthois Sport nature. Plus de cent cavités maîllent le sous-sol de la forêt. dont 3312 hectares sont classés dans le réseau européen Natura 2000. identifiant les sites remarquables de par la faune et la flore qu'i1s abritent. le circuit des gouffres s'étend sur 11,39 km ou 13 km. selon les sources. Les bons marcheurs le parcourent. en moyenne. en 3-4 heures.

•. Le pan: de rabbaye est ouvert tous les jours, toute rannée. de 8 à 20 h. Le musée du Vélo et rexpositlon «Art et artisanat» se visitent gratuitement jusqu'au 28 août. le dimanche, de 14 à 19 h.

D'autres visites sont possibles pour des groupes sur réservation. au N° 03 26 73 03 940 ou au 03 26 73 03 74. La salle des communs se loue pour des réceptions. Rens.: abbayedetroisfontaines.com

  Extrait de l' union du 04/08/2016

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le joyau de Trois-Fontaines  

A la fois château et abbaye, planté dans un décor qui inspirerait tout artiste, ce site classé marie les styles et les surprises. Une perle à ne pas manquer.

 

C'est un lieu privilégié, un endroit charmant et grandiose, propriété ( privée toujours ouverte au public, ~ dont il faut profiter au moins quelques heures, seul ou en famille. De toute façon, on ne voit pas le temps passer à l'abbaye de Trois-Fontaines qui concentre, surcinq hectares au moins, un nombre incal- culable de curiosités et de choses remarqua- bles que s'évertuent à entretenir avec amour - et beaucoup de courage tant la tâche est grande - les bénévoles de l'association des Amis des Sites de Trois-Fontaines et Cheminon.

Lorsqu'on arrive de Saint-Dizier, qu'on poursuit en direction de Sermaize-les-Bains sur huit kilomètres la bande d'asphalte qui traverse une épaisse forêt utilisée naguère comme base de l'Otan sous contrôle US, on débouche sur ce qui semble n'être qu'un château du XVIII° siècle. Que non ni ! Nous sommes dans un ensemble architectural complexe élevé sur deux époques et deux styles radicalement différents. De l'oeuvre très sobre due à saint Bernard créée au XII siècle (premier abbé de Clairvaux qui a essaimé dans la région, et dont Trois-Fontaines est réputée pour être la « première fille », il ne reste que les ruines de l'abbatiale, à l'intérieur du parc, majestueuses... et dangereuses.

PROMENONS-NOUS DANS LE PARC

Les pierres qui s'effondrent sans crier gare in- terdisent de s'avancer à l'intérieur de l'édifice, haut de 17 mètres sous la voûte. Depuis les barrières de sécurité, on remarque aisé- ment les chapiteaux corinthiens des colonnes : ils témoignent du remaniement de l'abbatiale'entre- pris au XVIII". C'est aussi ce siècle qui a vu l'exten- sion du domaine réalisée sous les ordres du Cardi- nal de Tencin, avec le grand portail qui s'offre en premier à la vue des visiteurs, lequel donne accès à la cour d'honneur, ses bâtiments, sa galerie aux dix arcades. Il faut se convaincre que ce qu'il reste est peu par rapport à l'immensité de ce que fut cette abbaye, que l'on peut découvrir en maquette dans une des salles du château. Roger Boudaille, président de l'association, et Yvette Boileau, expliquent qu'après le départ des religieux chassés par la Révolution en 1792, le site aurait pu continuer à se dégrader s'il n'avait été successivement occupé par des contes (celui de Fontenoy est le dernier en date), et même loué aux gendarmes mobiles char- gés de la garde du camp militaire voisin au siècle dernier. « La tempête de 1999 a couse d'importants dégâts, les arbres les plus gros ont péri », déplorent encore les bénévoles. On n'ose imaginer quelle était leur taille à. la vue des tilleuls trois ou quatre fois cen- tenaires qui prospèrent toujours dans ce parc bucolique dans lequel poussent également magnolias, tulipiers de Virginie, hêtres pleureurs, séquoias, chênes... en tout, une bonne vingtaine d'essences, dont cer- taines très rares. Il y a de tout dans ce parc, une source d'eau ferrugineuse au fin débit, un très long bassin, un petit pont qui servait il n'y a pas si long- temps aux concours d'attelages désormais aban- donnés, un théâtre de verdure en reconstruction, diverses résurgences de la Bruxenelle qui coule en dessous, des statues qui représentent trois saisons et des sentiments, une galerie voûtée profonde d'une quarantaine de mètres dont les alvéoles ser- vaient de cellier à provisions, et même une petite bâtisse en pierres que les moines utilisaient comme glacière tout au long de l'année ! Si désormais les grandes fêtes se font plus rares dans l'enceinte de l'abbaye, l'association organise quelques manifestations (voir par ailleurs), dont des visites de nuit aux flambeaux.

JEAN-MICHEL FRANÇOIS

Les prochaines visites du site aux flambeaux se dérouleront, à 22 heures, les 13,14, 19 et 20 août. Entrée : 4 euros. Renseignements au 03.26.73.03.94. '

 Extrait de l' union du 13/08/2011

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite en Juin 2009

09-06_abbaye-dl-01.JPG

09-06_abbaye-dl-02.JPG

09-06_abbaye-dl-03.JPG

09-06_abbaye-dl-03a.JPG

09-06_abbaye-dl-04.JPG

09-06_abbaye-dl-05.JPG

09-06_abbaye-dl-06.JPG

09-06_abbaye-dl-07.jpg

09-06_abbaye-dl-08.JPG

09-06_abbaye-dl-09.JPG

09-06_abbaye-dl-10.JPG

09-06_abbaye-dl-11.JPG

09-06_abbaye-dl-12.JPG

09-06_abbaye-dl-13.JPG

09-06_abbaye-dl-14.JPG

09-06_abbaye-dl-15.JPG

09-06_abbaye-dl-16.JPG

09-06_abbaye-dl-17.JPG

09-06_abbaye-dl-18.JPG

09-06_abbaye-dl-19.JPG

09-06_abbaye-dl-20.JPG

09-06_abbaye-dl-21.JPG

09-06_abbaye-dl-22.JPG

09-06_abbaye-dl-23.JPG

09-06_abbaye-dl-24.JPG

09-06_abbaye-dl-25.JPG

09-06_abbaye-dl-26.JPG

09-06_abbaye-dl-27.JPG

09-06_abbaye-dl-28.JPG

09-06_abbaye-dl-29.JPG

09-06_abbaye-dl-30.JPG

09-06_abbaye-dl-31.JPG

09-06_abbaye-dl-32.JPG

09-06_abbaye-dl-33.JPG

09-06_abbaye-dl-34.JPG

09-06_abbaye-dl-35.JPG

09-06_abbaye-dl-36.JPG

09-06_abbaye-dl-36a.JPG

09-06_abbaye-dl-37.JPG

09-06_abbaye-dl-38.JPG

09-06_abbaye-dl-39.JPG

09-06_abbaye-dl-40.JPG

 

09-06_abbaye-dl-41.JPG

 09-06_abbaye-dl-42.JPG

 Répertoire