Brasserie d'Orgemont  

 

 OENOTOURISME

Les abeilles - Champagnes

Distillerie artisanale
Musée d'outils régionnaux anciens
Sélection de produits gastronomiques 

 Sites à visiter

 

 

 

 

Gastronomie

  Boissons

Bière 

 Répertoire 

 Visites

Malteurop

La Presse

Notice de présentation

Valmy, désignée bière big officielle de la COP 21
La brasserie d'Orgemont à Sommepy-Tahure se met à faire du bio

 Brasserie d'Orgemont : la petite bière qui monte

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visité avec   

en

04/2004

Fondée en 2001, la brasserie d' Orgemont renoue avec le riche passé brassicole de Champagne Ardenne.

L'Orge utilisé pour le brassage est cultivé en Champagne Ardenne, puis est maltée à Reims, avant d'être brassée à Sommepy-Tahure, avec plusieurs variété de houblon. Deux mois sont nécessaires pour élaborer ces bières de haute fermentation car une période de garde "mûrit" la bière avant qu'elle ne refermente en bouteille.

 

       

Ronde, fruitée et persistance en bouche, à la mousse veloutée, fine et abondante, l' Orgemont blonde 6% vol est un subtil mélange amertume / sucre qui en fait une bière d'exception.

L' Orgemont brune 7% vol se caractérise par des arômes maltés plus prononcés. Elle a remporté le Fourquet de bronze au concourt national organisé par le musée français de la brasserie.

Brasserie d'Orgemont

10 rue de l'Hôtel Dieu
51600 Sommepy-Tahure

Tel : 03 26 68 31 30
Fax : 03 26 63 89 46

 

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Valmy, désignée bière big officielle de la COP 21

Grâce à sa démarche « zéro carbone ».Ia brasserie de Sommepy-Tahure aura le monopole de la bière pression au village des producteurs du Bourget


Jean-Bernard Guyot. le fondateur de I~ brasserie, peut être fier de cette marque de reconnaissance forte,

« Ce marché porte sur l'équivalent de 6 à 7 % de notre production totale annuelle» Jean-Bernard Guyot

C'est un énorme contrat que vient de remporter la brasserie d'Orgemont implantée à Sommepy-Tahure dans la Marne. « Notre Valmy a été sélectionnée pour être la seule bière bio et la seule bière pression de la COP 21 », se réjouit Jean-Bernard Guy qui a fondé la brasserie en 2001. « Ce marché porte sur une douzaine de palettes de fûts et de bouteilles, soit l’équivalent de 6 à 7 % de notre production totale annuelle. » Jean-Bernard Guyot va donc intégrer pendant près de deux semaines le village des producteurs du monde entier en marge de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, qui se tient du 30 novembre au 11 décembre au Bourget. Au-delà de la reconnaissance d'un savoir-faire dont elle s'honore, la brasserie d'Orgernont doit surtout cette sélection à la démarche environnementale « zéro carbone », sa propre transition énergétique qu'elle entreprend depuis deux ans, Son objectif est de produire en totale autonomie. C'est la raison pour laquelle elle s'est équipée de 250 m² de panneaux photovoltaïques qui fournissent l'équivalent de 75 % de la consommation électrique de l'entreprise. Elle cultive par ailleurs de l'orge bio sur 21 hectares et maîtrise la gestion de son eau (l'un des éléments principaux qui entrent dans la composition de la bière), avec un puits et une station de traitement des eaux usées. La brasserie va également bientôt s'équiper d'une chaudière biomasse qui va lui permettre, non seulement de réduire de moitié sa consommation d'énergie, mais aussi de chauffer trois maisons alentour.

J-M FRANCOIS

Extrait de l'union du 23/11/2015

   

   

   Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La brasserie d'Orgemont à Sommepy-Tahure se met à faire du bio

Jean-Bernard Guyot est l’un des rares brasseurs du département. Quatorze ans après le lancement de son activité, il a décidé de faire évoluer une partie de sa production.

 
C’est dans cette chaudière que le moût est porté à ébullition avant d’être placé dans des fermenteurs par Jean-Bernard Guyot

La Marne compte six marques de bières. À lui seul, Jean-Bernard Guyot (41 ans) en commercialise deux : la Valmy et la Orgemont, du nom de la brasserie qu’il a fondé en 2001. « J’ai repris la fabrication et la distribution de la Valmy en 2007, commence-t-il par rappeler. Elle avait été créée en 1999 par trois agriculteurs de la commune. » Pour autant, rien ne laissait à penser que ce fils d’un agriculteur-éleveur de moutons de Sommepy-Tahure se lance dans cette activité. « J’ai vraiment découvert le milieu de la bière lorsque j’étais à Lille, explique Jean-Bernard Guyot. Je faisais des études d’aménagement d’espaces et du paysage. Ça n’avait rien à voir avec ce que je fais maintenant. » Au fur et à mesure commence à germer l’idée qu’il pourrait peut-être se lancer dans la production de bière.

« Mon père a arrêté de travailler en 2001 et après avoir fait plusieurs petits boulots, j’ai décidé de me lancer, se souvient le brasseur. J’ai repris l’exploitation familiale et j’ai aménagé les bâtiments pour pouvoir faire ce métier. »

Deux mois sont nécessaires pour fabriquer de la bière

S’il continue de travailler ses champs – « avec l’aide d’autres agriculteurs » précise-t-il –, il passe le plus clair de son temps à fabriquer de la bière. Et ce, tout au long de l’année. Il en détaille les principales étapes : « Le malt est concassé puis mélangé avec de l’eau chaude. Le moût obtenu est porté à ébullition dans une chaudière pendant une heure et demie. On rajoute ensuite le houblon et des épices selon la sorte de bière que l’on veut fabriquer. Après, on refroidit le moût à 25º C, puis on le met dans un fermenteur pendant dix jours dans lequel on rajoute de la levure. Il faut ensuite garder l’ensemble à 0º C pour faire mûrir et stabiliser la bière, c’est la période de garde qui dure trois semaines. Vient ensuite le moment où l’on met la bière en bouteille et on rajoute du sucre et de la levure. Une fois que c’est fait, on stocke les bouteilles dans une salle à 25º C et c’est là qu’intervient la deuxième fermentation. » Une étape qui différencie les bières artisanales des pils qui, elles, ne comptent qu’une fermentation.

Cette dernière étape dure environ deux semaines et est indispensable avant la commercialisation. « Au total, il faut environ deux mois pour sortir de la bière, complète Jean-Bernard Guyot. Un brassin fait 1 000 litres, et nous en faisons deux par jour. On fait ça pendant trois ou quatre jours avant de recommencer une nouvelle période de brassage. » Il en va ainsi toute l’année, en fonction des commandes. « Nous fabriquons 1 000 hectolitres de bière par an. Nous commercialisons notre production en France, mais également un peu à l’étranger. »

Pour répondre à la demande de ses clients, le brasseur marnais a décidé de passer toute sa gamme de bière Valmy en bio. « Les consommateurs le demandent, affirme-t-il, mais c’était également une volonté personnelle. Pour faire cette bière, je ne prends désormais plus que du malt et du houblon issus de l’agriculture biologique. »

Que les amateurs de Valmy – qu’elle soit blonde, blanche ou ambrée, se rassurent, le goût change très peu. Elle correspond simplement à une tendance qui a le vent en poupe.

 Stephen Thiebault

Extrait de l'union du 22/05/2015

   

   

   Répertoire  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Brasserie d'Orgemont : la petite bière qui monte

Et 40.000 euros d'investissements  nouveaux  cette année à la brasserie d'Orgemont. Jean-Bernard Guyot savait qu'il lui faudrait encore dépenser avant que sa bière lui rapporte.

« II faut compter cinq ans » a appris ce jeune brasseur de 31ans au cours de sa courte carrière.

Formé pendant quelques mois au contact de professionnels belges, Jean-Bernard Guyot a ramené à Sommepy-Tahure (Marne) cette culture des bières belges de double fermentation.

C'était en 2001. Un BTS en aménagement du paysage décroché à Lille, il revient au pays. L'exploitation agricole de ses parents est à reprendre. Soixante hectares seulement.

Le fils prodige a une autre idée en tête : monter une brasserie artisanale comme il en existait tant dans nos villages au début du siècle dernier.

Après son premier brassin en 2001, Jean-Bernard produit sa première bière l'année suivante. Elle est baptisée « Brasserie d'Orgemont ». Avec la porte de l'ancien château de Sommepy pour emblème.

Portes ouvertes

Elle a bon goût la bière d'Orgemont. « Ronde, fruitée et persistante en bouche, à la mousse veloutée, fine et abondante» vante la publicité colportée par un commercial embauché en 2003. Les ventes suivent, au point de doubler presque chaque année. En 2004 Jean-Bernard Guyot a écoulé 70.000 bouteilles en 33 cl. Non pas dans la grande distribution mais auprès de petits commerces, des comités d'entreprises avec un brassage à façon, à l'occasion de fêtes,dans des cafés, etc.

Jean-Bernard Guyot réalise une ambition
Photo : Dominique HERBEMONT

Le brasseur de Sommepy s'est également lancé dans la bière pression. Avec succès.

Ses brunes aux saveurs de malt prononcé ont aussi des adeptes. Seulement les hommes préfèrent les blondes...A 80%.

Au bord de la rupture de stock, Jean-Bernard veut voir plus grand. Une cuve de 4000 litres viendra élargir la capacité de ses trois cuves de 1000 litres. Une « Triple » maison devrait faire son apparition sur les comptoirs à la rentrée de septembre.

Et une « Blanche » au printemps prochain.

Ce dimanche 1° mai 2005, la brasserie d'Orgemont organise une journée portes ouvertes. Avis aux amateurs.

D.H                     .

Extrait de l'union du 28/04/2005

 

 

Des lauriers pour la bière d' Orgemont

 

Jean-Bernard Guyot a obtenu le « Fourquet de bronze » lors du concours organisé par le musée de la bière de Nancy. « Le fourquet est un outil que l' on utilise pour mélanger le malt et l' eau dans la brasserie artisanale » explique le jeune agriculteur de Sommepy-Tahure (Marne) qui s' est lancée dans cette diversification avec la foi d' un militant.

Titulaire d'un BTS d'aménagement du paysage à Lille, il a repris l' exploitation familiale à mi-temps  et déjà  investi 150.000 euros pour élaborer la seule bière brassée dans la Marne. En 2003 Jean-Bernard Guyot a produit 160 hectolitres de cette « mousse » d' Orgemont qui porte le nom d' un lieu-dit voisin chargé en histoire. « J'espère doubler le chiffre cette année » explique-t-il.

Près de 80 points de vente commercialisent déjà la bière d' Orgemont dans la Marne et les Ardennes. « Le seuil de rentabilité n'est pos encore trouvé. Mais c'est un travail à long terme » reconnaît Jean-Bernard Guyot qui a recruté un commercial en octobre dernier.

Après avoir organisé une journée portes ouvertes le dimanche 2 mai, l' agriculteur poursuivra son travail de sape à l' occasion de la fête du mouton organisée le dimanche 16 mai à Sommepy-Tahure. L' occasion, pour les visiteurs, de découvrir avec modération une bière artisanale élaborée dans un ancien hangar de stockage de fourrage qu'il a lui même transformé. En particulier la brune récompensée lors du concours national de Nancy.

J.B.


Jean-Bernard Guyot accueillera les visiteurs à l' occasion
de la fête du mouton le 16 mai à Sommepy-Tahure (Marne).

Extrait de l'union du 6/5/2004

   

   

   Répertoire