La Cueillette de La Pompelle
 

Gastronomie

 Sites à visiter

  

 

Légumes

 

 

 

 Visites  

Légumes

  Métiers  

 Répertoire 

Visite 3° trim 2012

Presse

 

Malgré les travaux, la Cueillette de la Pompelle ramène sa fraise
 
Goûts et saveurs retrouvés à la cueillette de la Pompelle

Saint-Léonard - Les joies de la cueillette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visité avec   

en

10/2012

 Photos de Nicole CARRIEZ

2012-09-24_02-nc-ceuillette.jpg

2012-09-24_03-nc-ceuillette.jpg

2012-09-24_04-nc-ceuillette.jpg

2012-09-24_05-nc-ceuillette.jpg

2012-09-24_06-nc-ceuillette.jpg

2012-09-24_07-nc-ceuillette.jpg

2012-09-24_08-nc-ceuillette.jpg

2012-09-24_09-nc-ceuillette.jpg

2012-09-24_10-nc-ceuillette.jpg

2012-09-24_11-nc-ceuillette.jpg

 

 

2012-09-24_12-nc-ceuillette.jpg

 

 

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Malgré les travaux, la Cueillette de la Pompelle ramène sa fraise

La pleine saison arrive à la Cueillette de la Pompelle dont l’accès est perturbé par des travaux. Les salades et autres radis vous tendent les bras.


Anthony Michau au milieu des salades qui ne demandent qu’à être cueillies.

Avec les beaux jours, les fruits et légumes sont à portée de main. C’est vraiment le cas de le dire à la Cueillette de la Pompelle qui existe depuis 2009. « Nous avons réalisé notre première saison il y a huit ans » , explique Anthony Michau, à l’origine du projet. Après des études dans le domaine agricole et commercial, le jeune homme commence doucement. « Nous avons débuté avec 3,5 hectares. Aujourd’hui, nous en avons 6,5 et on devrait bientôt avoir 1,8 hectare en plus », confie-t-il. Une progression raisonnée à l’image de l’agriculture pratiquée ici. « On investit petit en petit dans des serres par exemple. On a installé l’électricité. On a construit un magasin. On s’adapte, on se diversifie », poursuit-il. Avec toujours la même philosophie, on trouve ici des produits de saison cultivés en pleine terre. « Nos serres par exemple ne sont pas chauffées, cela ne correspond pas à ce qu’on veut faire. » Désormais, la Cueillette de la Pompelle est ouverte toute l’année. « De novembre à mars, il n’y a pas de cueillette, mais on trouve des produits comme des pommes de terre, des carottes, des pommes… On travaille aussi avec des producteurs locaux. On a des volailles, notamment en période de fêtes, du porc, du bœuf, de la charcuterie, des œufs, du fromage… On fait des confitures, des conserves comme de la ratatouille aussi », précise Anthony Michau. Sur place, vous pourrez encore trouver de la bière locale, du miel, du cidre, des lentillons, jus de fruits et autres denrées.

Nos serres par exemple ne sont pas chauffées, cela ne correspond pas à ce qu’on veut faire
Anthony Michau

« Et de mi-avril à mi-octobre, les gens peuvent venir cueillir directement les produits. » La pleine saison a commencé avec les salades, les radis, des navets, des épinards ou des aromates, entre autres. « En magasin, on a aussi des asperges. »

Et les choses sérieuses vont bientôt commencer. Les fraises en plein air seront rapidement mûres à souhait. « Les tomates dans les serres poussent bien également. » On pourra prochainement trouver des courgettes, des fruits rouges, toutes sortes de choux, des concombres… Il n’y a qu’à se baisser et choisir soi-même. Il est conseillé d’emporter avec soi un couteau et un sécateur. Sur place, des paniers et brouettes sont mises à disposition pour permettre de transporter les légumes cueillis. Les fruits et légumes qui peuvent être cueillis sont indiqués par un panneau, précisant le type de produit mais aussi la méthode pour le cueillir. S’il n’y a pas de panneau dans une parcelle, il n’est donc pas possible de cueillir. Sur le site de la Cueillette (www.lacueillettedelapompelle.com), on peut encore commander et venir chercher sa commande sur place (la Cueillette est ouverte du mercredi au dimanche). Dans la foulée, la Cueillette de la Pompelle a aussi développé un service auprès de restaurateurs locaux. « On livre une quinzaine de restaurants du secteur, ce qui permet aussi de maintenir une activité toute l’année. »

Yann LE BLÉVEC

Extrait de l' union du 09/05/2018     

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Goûts et saveurs retrouvés à

la cueillette de la Pompelle

 Alors que tous les passionnés de jardins pestent contre l'absence de tomates cette année, à la cueillette de la Pompelle les clients se régalent de noires de Crimée, de cornes des Andes etc...

Photos Alain MOYAT 


La cueillette est ouverte d'avril à décembre

 Un gros panier à la main, Elie Gaultier, de Fismes, marche avec précaution entre les allées de plants de tomates parfaitement alignées dans la serre. « J'ai un grand jardin potager, mais cette année, avec les intempéries et le mildiou j'ai perdu 60 % de mes deux cents pieds de tomates. Comme je ne peux pas passer un hiver sans manger des tomates farcies, je suis venu en cueillir ici pour en avoir, les préparer avant de les congeler. Je peux vous dire que j'ai retrouvé l'odeur et le goût des tomates à l'ancienne. De plus la couleur des cotons (les tiges) des tomates sont claires, ça veut dire qu'elles ne sont pas forcées. »

Jean Leillois, de Cernay-lès-Reims, venu avec son épouse Madeleine et ses trois petits enfants bretons : Mathilde, Raphaël et Paul dresse le même constat. « Cette année on a été pris à la gorge dans notre jardin avec cette maudite météo. » On ne regrette pas d'être obligés de venir nous approvisionner ici car les légumes ont du goût. On les cueille nous-mêmes et ils ne sont pas vidés comme des boules de pétanque dans un hypermarché. »

Trois ans déjà

Responsable de la cueillette de la Pompelle ouverte sur six hectares dont 4 en production le long de la route nationale 44 juste à la sortie de Reims, côté Châlons-en-Champagne, Anthony Michau, associé à son père et à son beau-frère Nicolas Demagny procède à la pesée des fruits et légumes cueillis par les clients. En ce moment surtout des fraises, des courgettes, des tomates, mais aussi des salades, des poivrons, des pommes, des navets, des topinambours et autres légumes anciens. « Nous cultivons en pleine terre et dans nos 3 000 m2 de serre. Si nous sommes là tous les jours, nous ouvrons au public les mercredis, vendredis, samedis et dimanches seulement, d'avril à décembre. En sachant qu'en novembre et décembre on propose un marché, pas une cueillette. Les parents et les enfants aiment beaucoup venir choisir ce dont ils ont besoin. À l'entrée, il y a un grand tableau qui leur donne la liste des légumes et fruits disponibles avec leur prix. A charge pour eux, avec une petite brouette pour les enfants à aller dans le champ ou sous les serres pour s'approvisionner. »

« Je viens ici car c'est bien situé, il n'y a pas de désherbant et les produits sont excellents » confirme Jack Hagard, de Reims qui avait oublié dans son périple de ramener une salade. « De plus ils sont très bien placés au niveau des prix. »

Martine Broucke, de Taissy, avec sa petite fille Marina, 6 ans, ne dit pas autre chose : « Les produits sont frais et très bons, pas manipulés par on ne sait qui et moins chers qu'au supermarché. Ce sont des jeunes qui se lancent, il faut les aider. »

Avec d'autres producteurs

Maraîchers, les responsables de la Cueillette qui travaillent aussi avec des restaurateurs rémois vendent aussi d'autres produits régionaux dans le local d'accueil : des lentillons des Petites Loges, de la confiture de Poilcourt-Sydney, du miel de Cernay-lès-Reims, des escargots de Bouzy, du cidre de Saint-Loup Terrier, de la bière d'Orgemont.

Informés par un efficace bouche à oreille, les clients sont nombreux. Et les voilà aussi prévenus : « Cette année, il ne faudra pas s'attendre à avoir beaucoup de pommes, ni de quetsches à cause du mauvais temps » prévient Stéphane.

La cueillette pillée plusieurs fois

Il n'y a pas que les amateurs de fruits et légumes qui s'intéressent à la cueillette de la Pompelle. Les voleurs aussi. Ainsi, le site a été déjà pillé deux fois cette année. « Au mois de mars ils ont forcé le portail et volé un groupe électrogène » regrette Jean-Paul Michau gérant de la société.« Il y a un peu plus de quinze jours, ils sont carrément rentrés. Ils ont pris le temps de démonter une éolienne qui nous fournissait un complément d'électricité ainsi qu'un motoculteur et des bières. » Aujourd'hui le maximum de précautions a été pris pour que cela ne se renouvelle pas. Mais il y a de quoi être en colère 

Alain MOYAT

Extrait de l' union du 17/08/2012     

 Répertoire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Saint-Léonard

Les joies de la cueillette

 

« Michel Quentin nous a donné quelques plants de rhubarbe et il a continué à nous aider. » C'est ainsi qu'est née la « Cueillette de la Pompelle » qui a été inaugurée « après bien des démarches administratives ».

Fils de Mme et M. Jean-Paul Michau, maire de Saint-Léonard, Anthony Michau n'a pas ménagé ses efforts pour arriver à ses fins. Titulaire d'un BTS technologie végétale et d'une formation commerciale dans l'agriculture, ce jeune homme de 23 ans s'est ainsi lancé dans l'aventure après avoir aidé ses parents sur leurs 120 hectares d'exploitation céréalière familiale. Depuis un an, il lui a fallu, aidé fortement certes, des membres de sa famille et de quelques amis, installer un kilomètre de clôture, creuser un puits de 53 mètres de profondeur ainsi qu'une tranchée de 400 mètres pour l'irrigation. Et aussi mettre en terre 1 000 plants de fraises… Depuis, des serres ont été montées, sous lesquelles poussent des salades, des tomates, des aromates ainsi que des légumes anciens tels que topinambours, crônes… La Cueillette de La Pompelle couvre actuellement 3,5 hectares.

Extrait de l' union du 27/07/2010     

 Répertoire