Visite de Reims-AVIATION

à PRUNAY (51)

 

 Répertoire 

 Sites à visiter

 

 La Presse

Reims Aviation tire son épingle du jeu

Reims Aviation : « Nous avons besoin de nous agrandir »

 Reims Aviation Industries se lance dans la cartographie aérienne

F406 POLMAR III

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite avec

en

06/2004     

NOUVEAU DECOLLAGE POUR LE F406

 

Skylander - 105
Polmar III
Mark II 

Reims Aviation industries (RAI) reprend les commandes.

Le fonds d'investissements français GREEN RECOVERY, a repris en janvier 2003 l'activité F406 de Reims Aviation au sein d'une nouvelle structure baptisée Reims Aviation Industries (R.A.1)

Dans cette équipe Bernard Grouchko et Philippe Denavit assument respectivement les responsabilités de Président Directeur Général et de Directeur Général.

Les associés possèdent un savoir-faire éprouvé dans la gestion et le redressement de sociétés ainsi qu' une connaissance spécifique des métiers de l' industrie dont la fabrication et l'assemblage de machines et équipements lourds.

Le premier objectif annoncé par Reims Aviation Industries a été la relance des programmes encours afin d' honorer au plus vite les contrats passés avec Reims Aviation.

Trois chantiers majeurs

 - Le F406 Commuter commandé par Air Saint Pierre pour assurer la desserte de Saint-Pierre et Miquelon. A l' issue d' essais complémentaires portant: sur un équipement d'anti-collision TCAS II, sa livraison est aujourd'hui imminente.

La compagnie Air Saint-Pierre, qui assure le transport aérien entre Saint-Pierre et Miquelon et le continent nord-américain, a choisi un F406 pour remplacer l'un de ses Piper utilisé jusqu' alors, et volera aux côtés d' un ATR42. Destiné au transport de personnes, de marchandises et à l' évacuation sanitaire, le F406 d'Air Saint-Pierre est une version Commuter équipée d' une soute à bagages, d' un système Trend-Check pour la surveillance des paramètres moteur et d'un système TCAS II (Traffic Collision Avoidance System). Sorti de chaîne dès avril 2003, et à l' issue des essais en vol, il sera livré à l'occasion du salon du Bourget. Ce décollage imminent signe le dynamisme de la nouvelle entité Reims Aviation Industries.

L'autre objectif  prioritaire de Reims Aviation Industries est de réactiver les relations avec les clients et prospects, notamment via le réseau international, afin de réfléchir à de nouveaux projets.  Une démarche essentielle pour insuffler le dynamisme voulu à cette nouvelle structure qui hérite d'un nom et de compétences reconnues dans le monde de l'aéronautique.

La présence de Reims Aviation Industries au salon du Bourget témoigne de sa volonté de s'imposer comme un partenaire dynamique et soucieux de qualité dans le marché de l' aéronautique.

En savoir plus sur Green Recovery 

Green Recovery,  créée en 2000 de la recontre entre Bernord Grouchko, Philippe Denavit et Jacques-Henry Piot, Directeur associé de Chausson Finance,  est une société spécialisée dans la reprise d' entreprises.

Cette équipe a en commun une expériencede plus de dix ans et une compétence éprouvée dans la reprise, le redressement et la gestion d' entreprises.

A ce jour Green Recovery a investi dans plusieurs entreprises. Reims Aviation Industries peut ainsi compter sur un vaste réseau relationnel et une véritable expérience de management industriel.

 

  Le F406 POLMAR III

commandé par les Douanes Françaises.

Destiné à la surveillance des pollutions maritimes, il sera équipé d' une nouvelle caméra "TBNL" permettant de relever les noms des bateaux polluants, même de nuit. Il vient compléter un dispositif comprenant déjà les F406 Polmar l et II.

Sa livraison doit avoir lieu courant 2004

 

Le F406 MKII


 commandé par un client japonais.

Par rapport au F406 classique, il sera doté d' un confort accru, d' une meilleure autonomie et de meilleures performances au décollage.

Sa livraison est prévue por l' été 2004.

Skylander-105

 

CONFIGURATION

 

PERFORMANCES

Vitesse de croisière max - TAS (10.000 ft, ISA)

Vitesse de croisière éconornsdue - TAS (10.000 ft, ISA)

Alittude de croisière

Plafond (MTOW)

Autonomie max. (FL 10.000 ft)

Rayon d'action max. 19PAX (LRC, réserves 30 min+l 00 NM)

Rayon d'action max. (LRC, réserves 30 min+100 NM)

Distance de décollage (AEO ISA-SL)

Distance de décollage (CS23/FAR23 MTOW-ISA-SL-EU OPS)

Roulage au sol à l'atterrissage (CS23/FAR23 MLW-ISA-SL)

Distance d'atterrissage (CS23/FAR23 MLWISA-SL)

Distance d'atterrissage (CS23/FAR23 MLWISA-SL-EU OPS)

POIDS

MTCW
MLW
MZFW
OEW        -  Fret cargo
  -              -  Fret passagers
Maxi P/L  -  Fret cargo
                  -  Fret passagers
 Carburant Max

235 kts / 435 km/h

180 kts / 333 km/h

10.000 ft / 3,048 m

25.000 ft / 7,620 m

9 hrs

840 NM / 1,556 km

1.160 NM / 2,148 km

1.417 ft / 432 m

2,198 ft / 670 m

807 ft / 246 m

1.595 ft / 486 m

2.277 ft / 694 m

 

8.618 Kg
      8.392
      7.500
      4.800
      5.020
      2.700
      2480
      2.279

Extrait de http://www.geciaviation.com/fr/sk105.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Reims Aviation tire son épingle du jeu

Belle année pour l'avionneur marnais. Un carnet de commandes qui progresse, des finances saines. Le tout grâce à la fabrication porteuse du F-406.

 
Dans l'usine de Prunay, les finances et les carnets de commandes se portent bien. Un fait à souligner dans le bassin industriel rémois

Enfin une industrie qui a le vent en poupe en cette année 2011. Une très belle année même, puisque Reims Aviation, basée sur la commune de Prunay, a su faire face à la crise. Et dans un secteur aussi spécialisé que l'aéronautique, force est de constater que le défi paraissait particulièrement difficile à relever. Pari gagné. En particulier grâce à la fabrication intégrale du F-406, un avion de petite capacité mais qui a su faire regagner ses lettres de noblesse à une firme que beaucoup pensaient au bord du gouffre.

Équipement et SAV

En effet, en regardant dans le rétroviseur, la scission qui a été opérée au sein de la firme Reims Aviation en 2003 a été funeste pour Reims Aérospace (on se rappelle de la suppression de 116 postes sur les 200 du site) mais fructueuse pour Geci International, la firme qui a fait le pari de reprendre Reims Aviation.
« Nous avons la chance, avec le F-406, de présenter un produit très spécifique. Mais nous ne faisons pas que les construire à Prunay, nous sommes en capacité de les équiper selon les demandes de nos différents clients comme en Tunisie dernièrement (lire par ailleurs) », explique Laurent Mesmin, directeur commercial de Reims Aviation.

a firme de Prunay emploie aujourd'hui près de 70 personnes mais ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. « Nous avons pour projet de continuer la pénétration de certains marchés et de continuer à nous faire connaître à l'international. Nos principaux clients sont des institutions, des États souverains, cela nous permet de voir les choses à une échéance intéressante. Les collaborations pourront s'échelonner de 15 à 20 ans », continue le responsable.

Des embauches ?

Aussi, dans le climat de sinistrose et de casse industrielle dans lequel se trouve le bassin d'emploi rémois, Reims Aviation va-t-elle recruter.
« Si nous effectuons des recrutements, c'est en général pour des emplois en CDI. Nous avons besoin de salariés du sérail, nous sommes dans l'industrie de précision et c'est très difficile. Nous nous devons de respecter un cahier des charges draconien, le métier ne s'apprend pas en cinq minutes. Nous sommes exactement à contre-courant de la tendance industrielle actuelle. Et cela nous laisse augurer des embauches pour l'année 2012, sachant que l'assainissement de notre cadre financier devrait être achevé. »
En Lorraine, Geci International construit, à l'instar du site de Prunay qui est exclusivement consacré à la fabrication du F-406, le Skylander. Un appareil qui remplit régulièrement les carnets de commandes. Et sur le système des vases communicants, si une entreprise va bien et l'autre aussi, il ne faut pas bouder son plaisir. Enfin.

Thomas DUPRAT

Le F-406 à la loupe en Corée du Sud

 
Les F-406, des outils très intéressants pour la Corée du Sud.

Fabriqué dans les ateliers de la firme de Prunay, cet aéroplane est un avion bi-turbopropulseur léger conçu dans le cas d'interventions dans des conditions difficiles. Les principales missions de cet aéronef sont la surveillance maritime, la sécurité intérieure, la lutte antipollution et le transport de passagers (jusqu'à douze personnes) et de fret léger.

Reims Aviation, fabricant d'avions depuis 1993, a produit au total plus de 6 000 appareils dont plus d'une centaine de F-406. En perpétuelle progression, les équipes de Reims Aviation sont en capacité de faire évoluer les appareils ainsi que de les équiper de matériel de missions très spécifiques, par exemple des caméras très performantes pour les avions destinés à la douane ou bien encore pour ceux en charge de la surveillance littorale, plus particulièrement pour les services visant à lutter contre les dégazages intempestifs dans les eaux nationales.

Géopolitique

Après le décès du dictateur nord-coréen, la firme de Prunay pourrait bien encore accroître son envergure. « Nous avons signé des contrats depuis longtemps. Nous assurons aujourd'hui une forme de service après-vente avec la Corée du Sud. » Gageons que dans les mois à venir, la surveillance des frontières coréennes sera d'une haute importance.

 

 Le choix tunisien

Une cartographie majeure de certaines zones les plus reculées de la Tunisie est actuellement en cours d'élaboration avec le concours des dernières technologies. Une meilleure connaissance de l'espace indispensable au développement du pays.
Alors que de nombreuses plates-formes ont été étudiées, ce sont les propositions de l'IGN France International et de Reims Aviation qui ont été retenues.
Au cours de l'année 2011, plusieurs techniciens tunisiens sont venus en France pour se former aux techniques de cartographies avant qu'un avion totalement équipé ne soit acheminé en Afrique du Nord.

Cet avion spécialement équipé était le 97e appareil qui sortait des chaînes de production de Prunay. Et plusieurs mois après le début du travail, l'État tunisien souligne « toute l'utilité de l'appareil » et ses capacités d'adaptation à toutes les conditions. « L'avion s'est également montré très performant dans la lutte contre les pollutions et la surveillance des zones de pêche, des frontières. »

             Extrait de l'union du 03/01/2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Reims Aviation :

« Nous avons besoin de nous agrandir »

  
Serge Bitboul, patron de GECI International : « La BA 112 serait pour nous la meilleure option.»

Serge Bitboul, PDG de GECI International, affichait dès le premier jour du salon, un optimisme s'appuyant sur un double plan de vol : « La tendance mondiale est redevenue globalement positive. Nous avons aussi beaucoup de contacts en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique. » Le patron de Reims Aviation (F 406) et du site lorrain de Chambley (futur Skylander-105) est aussi confiant dans les avions qu'il vend. « Nous sommes dans une catégorie d'avions très simples, économiques à l'achat comme pour leur entretien. Ils sont conformes aux attentes des acheteurs en termes d'efficacité à moindres coûts. » Avec des prospects africains et asiatiques notamment, Serge Bitboul s'attendait, au Bourget, à ce que des lettres d'intention soient converties en accords de ventes. « Nous devrions annoncer entre 40 et 50 commandes d'avions » prévoyait-il (1). Quelques F 406, et surtout des bi-turbopropulseurs Skylander à 6,6 millions de dollars pièce. Or, les premiers modèles d'essais sont encore en phase de construction. Cette vente « sur catalogue » est une surprise de bon présage pour le patron de GECI aviation. « D'habitude, on vend quand un avion est déjà en vol. »

« Le mystère de la BA 112 »

Cette confiance des clients est aussi à mettre au crédit du F 406. Un avion de reconnaissance qui approche les cent exemplaires produits. Avec un objectif de douze avions par an à l'horizon 2014-2015. A Prunay ou sur la Base aérienne 112 ? « Ce n'est pas nous qui déterminons l'avenir des implantations industrielles de Reims. Si on ne nous avait rien dit, on restait à Prunay en demandant un allongement de la piste. »

Serge Bitboul précise que la proposition d'implantation sur la BA 112 est venue en particulier de la mairie de Reims et de l'association Clostermann. Proposition d'autant plus alléchante que « Reims Aviation a besoin de s'agrandir. Sur la zone sud pour laquelle nous avons fait acte de candidature, la BA 112 offrirait toutes les facilités pour déménager sans problème. Nos collaborateurs sont proches, il y a de la surface disponible. A Prunay, nous ne pouvons pas faire nos essais. » La piste étant trop courte, ces vols s'effectuent à Vatry. « La logique voudrait que la BA 112 vienne en premier parmi ces trois sites. Je comprends les opposants qui ont subi le bruit des avions de chasse » dit-il entre deux passages de Mirage sur Le Bourget. « Nous, c'est dix vols beaucoup moins bruyants, d'une minute par mois. ». Le patron de Reims Aviation ne fait pas de cette localisation une condition au développement de son entreprise. Rapatrier Reims Aviation à Chambley ? Serge Bitboul a démenti formellement cette hypothèse. Reims Aviation est sur un mode de fabrication traditionnel, alors que Sky Aircraft fait de l'assemblage final de sous-ensembles. Mais l'usine actuelle de Prunay est vétuste. « La solution serait de bâtir quelque chose et d'agrandir la piste. » A ce stade, ce qu'il qualifie avec humour de « mystère de la BA 112 » s'est à nouveau épaissi. Après le fameux radar, les éoliennes sorties d'un chapeau, et l'abandon (définitif ?) d'une aviation d'affaires, le « mystère » a encore abaissé le plafond de visibilité aéronautique. A suivre le 11 juillet, nouvelle date d'arrêt des projets.

(1) Mardi dernier, GECI avait enregistré des signatures pour 40 avions.

Un nouveau succès pour le Skylander

Le Skylander SK-105 continue de susciter le plus vif intérêt des acteurs du secteur : une société privée russe a signé le 30 novembre 2011 un MoU (Memorandum of Understanding)*, pour l’acquisition de 40 avions, à livrer à partir de 2014.

Les avions sont destinés au développement du transport aérien régional russe et au désenclavement de zones de l’extrême-est et de la Sibérie.

« Nous sommes d’autant plus heureux de ce nouveau succès commercial, que les premiers contacts avec cette société ont été pris lors du dernier Salon du Bourget, et que nous avons été sélectionnés parmi d’autres avions pour les performances du Skylander en environnement extrême.» explique le PDG de GECI International Serge Bitboul.

Extrait de l'union du 28/06/2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Reims Aviation Industries se lance dans la cartographie aérienne

Reims Aviation Industries confirme son bon décollage entrepris l' an dernier.

Une version en cartographie aérienne du F406 va bientôt sortir des chaînes de montage.

Créée en janvier 2003 après la séparation des restes de Reims Aviation en deux sociétés juridiquement distinctes (l'autre est Reims Aérospace, actuellement confrontée à des difficultés financières). Reims Aviation Industries est spécialisée dans la maintenance, la conception et la construction d'avions (son fameux F406 biturbo).

Pour la première fois, l'entreprise vient de signer un contrat de vente portant sur l' acquisition d' un F406 en version de cartographie aérienne par IGN International.« La livraison est prévue pour la fin de cette année » annonce Laurent Mesmin, responsible  commercial de l'entreprise, « Cette vente valide la parfaite adaptation du F406 aux missions de cartographie aérienne. Nous fondons de gros espoirs sur de prochaines ventes dans ce type  d'application. » Le prix d' un F406 est d'environ six millions d' euros. Si Reims Aviation Industries compte désormais un nouveau « client de référence » avec ICN International,elle continue de produire des avions pour son client le plus connu que sont les douanes.

Un nouvel appareil destiné à la surveillance maritime est d' ailleurs en cours de montage (équipé d'une caméra très basse luminosité, il permettra aux douanes de filmer les dégazages sauvages 24 heures sur 24).

L'entreprise fournit également des F406 pour les garde-côtes ou les militaires. Trois avions sont actuellement sur les chaînes de production et « nous avons de bonnes perspectives pour les mois à venir », ajoute M. Mesmin.

PME de 40 salariés, Reims Aviation Industries (comme Reims Aérospace d'ailleurs) est installée à Prunay dans les bâtiments de la défunte société Reims Aviation dont elle a repris l'activité F406. L' appareil livré à IGN International sera le 92ème à sortir en vingt ans des chaînes de montage de Prunay.

F.C.


 Le F406 a déjà fait ses preuves pour la surveillance maritime.
Une version en cartographie aérienne va bientôt sortir des chaînes de montage de Reims Aviation Industries. Archives l'union

              Extrait de l'union du 10/5/2004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F406 POLMAR III

Un avion de surveillance à la pointe de la technologie pour traquer nuit et jour les navires pollueurs.

Le F406 s'impose comme leader sur le segment des avions de surveillance.

Les Douanes Françaises  l'ont adopté d'emblée dans le cadre de leur mission de surveillance en mer.

Leur flotte comporte à ce jour dix F406 SURMAR et deux F406 POLMAR.

Les F406 POLMAR I et II, en panticulier jouent un rôle essentiel dans le dispositif mis en place pour lutter contre les pollutions maritimes telles que le naufrage du pétrolier « Erika » et renforce encore depuis celui du « Prestige ». Cette toute récente catastrophe a mis en exergue la nécessité d'une coopération dans ce domaine au niveau européen. Ces avions spécialisés ont ainsi effectué pour leur part en collaboration avec d'autres moyens, plus de 55 missions représentant environ 172 heures de vol, dans des conditions parfois très difficiles.

Devant l'augmentation des pollutions maritimes, dont 95% proviennent des pollutions par hydrocarbures en particulier des dégazages sauvages pratiqués de nuit, et pour faire face au besoin de renouvellement de leur flotte, les Douanes Françaises ont aussi commandé un nouvel avion équipé des dernières technologies : le F406 POLMAR III.

S'inscrivant dans la suite logique de ses deux prédécesseurs, cet appareil est équipé des mêmes senseurs principaux :

  -  un SLAR (Side Looking Airborne Radar) ou radar à balayage latéral pour la détection des nappes d'hydrocarbures.

 -  un scanner IR/UV pour la cartographie des nappes de pollution.

 -  un système de mission et de traitement des informations mis au point par le LNE [Laboratoire National d'Essais].

Trois fois moins encombrant que celui du F406 POLMAR II, mieux intégré et plus ergonomique, ce nouveau système du LNE permet un gain de masse important qui se traduit par une autonomie accrue.

L'évolution majeure de ce F406 POLMAR III sera toutefois l'intégradon d'un tout nouveau senseur dans le nez de l'appareil :

 - une caméra TBNL (Très Bas Niveau de Lumière), capable d'enregistrer l'identité du navire pollueur même en pleine nuit. Développée par Reims aviation Industries avec Caledonian Airborne Systems, cette caméra inédite mettra le F406 POLMAR III à la pointe de la lutte contre les pollutions maritimes par les hydrocarbures.

Une formation agréée : Reims Aviation Industries TRTO pour F406

Reims Aviation bénéficie de l'homologation TRTO (Type Rating Tnaining Organization) pour assuner la formation des pilotes et leur délivrer la qualification de type F406. Cette qualification reconnue par les autorités civiles et militaires françaises répond aussi aux exigences de la nouvelle législation aérienne européenne qui est en cours de mise en place.

La formation des pilotes et des mécaniciens peut faire partie d'un accord global incluant aussi la maintenance et les pièces détachées dans le prix de vente de l'avion. Mais Reims Aviation Industries dispense également ces formations, avec qualification à l'appui, à tous ceux qui le souhaitent à titre privé ou commercial.

Doté également de moyens de communication performants, le F406 POLMAR III embarquera un équipage de trois personnes pour une missionje plus de 5 heures à une vitesse moyenne de 170 Kts. Sa livraison est prévue pour l'été 2004.