FORBO SARLINO  
 

 Sites à visiter

 

 

 

 Répertoire 

 

Presse

 

Forbo-Sarlino en quête d'un partenaire

Visité avec

en

1997      

 

 

Forbo-Sarlino en quête d'un partenaire

 

 
Alain Requillart se veut rassurant

 Revêtement de sol

En annonçant qu'il était à la recherche d'un partenaire pour accompagner son développement, le groupe Forbo en a surpris plus d'un. Retour sur un effet d'annonce inhabituel.

En annonçant sa volonté de rechercher un partenaire pour accompagner le développement de son activité revêtements de sols (notre supplément économie du 2 septembre), le groupe Forbo a dérogé de manière spectaculaire à un principe qui semblait imposer la plus grande discrétion à ce genre de démarche.

Président de Forbo-Sarlino à Reims (85 M de C.A. l'an passé, 338 salariés) Alain Requillart considère que plusieurs éléments expliquent la décision de la direction du groupe suisse. Depuis deux ans et même si l'activité revêtements de sols sur laquelle se positionne l'usine de Reims contribue avec près de 500 Me à près de moitié du chiffre d'affaires du groupe, la rentabilité du secteur, quoique réelle, s'affiche en baisse.

Offre publique

L'activité revêtements de sols du groupe (Reims fabrique des PVC acoustiques et des revêtements textiles compacts) s'appuie, en outre, essentiellement sur des unités de productions basées en Europe de l'Ouest. Le groupe va ainsi devoir, s'il souhaite réussir des opérations de croissance, envisager des prises de position sur de nouveaux marchés.

Cette stratégie, dans ce secteur très capitalistique, impose la mobilisation de moyens financiers importants. C'est dans cet esprit que le groupe a choisi d'attirer l'attention d'investisseurs éventuels voire de partenaires industriels intéressés par ce projet de conquête.

Fort d'un nom et d'un savoir-faire qui font référence dans son secteur d'activité, Forbo a donc lancé une véritable offre publique de partenariat qui doit se concrétiser, selon le vœu de la direction suisse, avant la fin 2005. La démarche n*a pas manqué de susciter l' inquiétude des salariés et pu surprendre certains clients. Toutefois, au sein de l'usine rémoise, c'est un discours résolument rassurant que tient Alain Requillart : « Nous avons de vrais atouts pour aborder l'avenir et la démarche actuelle s'inscrit dans une logique de moyen et de long terme qui vise à nous permettre de prendre position dans d'autres pays pour conquérir de nouveaux marchés en intégrant grâce à de nouveaux moyens les exigences tant qualitatives qu'environnementales auxquelles nous devons faire face ».

Des contraintes auxquelles l'entreprise continue de faire face même dans l'attente d'un partenaire. 4 Me ont ainsi été investis dans un système de cuveries inox visant à maintenir la viscosité et la température des pâtes qui servent à fabriquer les revêtements PVC.

D.L                 

Extrait de l'union du 9/9/2004