Visite des Serres Aquatiques

à BETHENY (51)

 

 Répertoire 

 La Presse

 Les grandes ambitions du petit poisson de Bétheny

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite avec

en

03-2008      

 

 

 Les grandes ambitions du petit poisson de Bétheny

Le plus gros producteur de guppy d'Europe se trouve à Bétheny, près de Reims. Les serres Aquatiques produisent 25.000 de ces petits poissons d'ornement par semaine. Tous dédiés aux marchés des grandes jardineries françaises.

Des poissons exotiques élevés à Betheny


Laurent Monnier et des alevins de Guppy. Photos : Christian LANTENOIS

Les Serres aquatiques à Bétheny, près de Reims, sont les premiers producteurs de poissons exotiques d’eau douce en Europe. Ils seront en exposition au prochain Salon de l’agriculture.

Laurent MONNIER a vendu ses premiers poissons à l’âge de six ans. Passant du statut d’amateur à celui de professionnel, ce Nordiste de Valenciennes s’est installé à Bétheny, près de Reims, il y a une quinzaine d’années en créant les Serres aquatiques.

Depuis, avec son associé Patrick Couchon-Millet, il a développé l’entreprise pour produire aujourd’hui près de 25.000 poissons d’ornement par semaine. Ces clients sont les plus grandes jardineries de France comme Truffaut ou Jardiland.

C’est le Guppy (lire plus bas) qui représente 70 % des ventes des Serres aquatiques. Ce petit poisson est particulièrement apprécié par les aquariophiles.

D’ailleurs, les organisateurs du prochain Salon de l’agriculture (23 février au 2 mars) ne s’y sont pas trompés puisqu’ils ont invité Laurent Monnier à participer au tout nouveau stand « poissons d’ornement », activité reconnue dans le domaine de l’élevage agricole.

« Les visiteurs pourront ainsi assister en direct à des naissances journalières dans nos aquariums. »

Des poissons made in Bétheny

La force de l’entreprise est de produire elle-même ses poissons. Avec une surface de 5.000m2, les Serres aquatiques comptent 3.600 aquariums de 300 litres et 60 bassins de 600 litres. « Nous produisons près de 40 % chez nous et importons le reste. Nous souhaitons inverser la tendance d’ici deux ans. Pour nous, il s’agit d’un défi écologique. Moins d’importation signifie moins de trafic aérien donc moins de gaz à effet de serre. Un poisson élevé dans les serres est un poisson qui préserve le milieu naturel puisqu’il n’est pas importé», revendique Laurent Monnier. D’après lui, ses poissons made in Bétheny sont en meilleure forme. « Je relève 5 % de mortalité lorsque je reçois des poissons importés. »

Barquette en plastique

Les poissons d’importation viennent de Malaisie ou de Singapour. « Nous les recevons dans nos barquettes. » C’est la deuxième force des Serres Aquatiques. « Nous avons créé et déposé notre système «The Pack». C’est un système unique en son genre qui garantit le confort des poissons durant le voyage et évite le stress. La barquette est remplie d’eau et d’oxygène et recouvert d’un film plastique. Elle ne prend pas de place. Un poisson bien acclimaté est qui reste un poisson en bonne santé. »

Laurent Monnier a d’ailleurs veillé à installer des machines « The Pack » dans ces pays importateurs. Et poursuivant leur volonté de développer la « pisciculture écocitoyenne », les Serres aquatiques travaillent désormais sur des modèles de « The Pack » biodégradables à base de maïs.               

Le Guppy en questions


Après le poisson rouge, le Guppy est le poisson d’aquarium le plus populaire.
Les Guppy représentent 70 % des ventes des Serres aquatiques de Bétheny

C’est quoi un Guppy ?

Le Guppy est juste derrière le poisson rouge le poisson d’aquarium le plus populaire. Les pays leaders dans son élevage sont par ordre alphabétique l’Allemagne, les États-Unis, le Japon et Taïwan. De nouvelles variétés apparaissent régulièrement grâce à la patience des éleveurs.

Le Guppy, dont le nom scientifique est Poecilia Reticulata, appartient à la grande famille des Poeciliidae.

Combien coûtent les Guppy ?

Dans le commerce, on peut trouver des mâles entre 2,5 et 4,5 € en moyenne et une femelle autour de 2 €. Sachez que les Guppy peuvent coûter encore moins cher dans les bourses aquariophiles et chez les éleveurs amateurs.

Dans tous les cas, exigez au moins de connaître l’origine des poissons que vous achetez et leur âge ainsi que les conditions de maintenance et les caractéristiques de l’eau. Cela permet d’en savoir plus et de vérifier le sérieux du vendeur.

Où acheter des Guppy ?

Pour acheter de beaux Guppy sains, il faut mieux s’adresser à un club aquariophile ou à un éleveur. Lors de bourses aquariophiles, on peut en trouver à des prix très bon marché. Les concours de Guppy et de vivipares sont suivis d’une vente lors de laquelle il y a de bonnes affaires à faire !

Combien de temps vivent les Guppy ?

Les Guppy vivent en moyenne un an et demi à deux ans. Mais cette longévité est soumise à plusieurs paramètres : température, qualité physico-chimique de l’eau, alimentation, hérédité… Il arrive donc que certains vivent plus longtemps alors que d’autres mourront encore plus tôt.

Les Guppy mangent-ils leurs alevins ?

Les Guppy mangent parfois leurs petits. Pour éviter un tel comportement, il faut offrir des cachettes (plantes) aux alevins et de la nourriture variée aux adultes. Si cela n’y change rien, il vaut mieux alors séparer les alevins dès la naissance.

Quelle mensuration pour le Guppy ?

Le mâle mesure entre 3 et 4 cm tandis que la femelle, généralement plus grosse, mesure entre 5 et 6cm. Cet animal est ovovivipare. La femelle pond directement des alevins capables de se déplacer et de se nourrir. Le mâle est beaucoup plus coloré.

Quel trait de caractère possède le Guppy ?

Ce poisson est totalement pacifique. Il se reproduit très facilement. Le Guppy est considéré comme étant l’un des poissons les plus faciles pour débuter en aquariophilie. Il est très gourmand et réclame trois repas par jour. Il accepte toutes nourritures vivantes adaptées à sa taille et digère sans problème la nourriture lyophilisée (type paillettes).

Sources internet : Guppyfrance et GuppyRefs

.


Le « Pack » pour transporter les poissons sans les stresser.

Sophie Claeys-Pergament            

Extrait de l'union du 31/10/2007

   

   

   Répertoire